Boucle de Boumandariel

Promenade - Toute l'année (sauf restrictions d'accès aux massifs)

Sur une distance de 5 km 500, la boucle locale de Boumandariel située dans la partie sud du littoral de la commune de Martigues, vous permettra de découvrir un patrimoine naturel avec une faune et une flore d'exception.

Ripisylve, roselière et mare de Boumandariel : Les roselières sont des écosystèmes relativement simples, dominés essentiellement par une espèce végétale, le roseau commun ou sagne (Phragmites australis).Le roseau commun est une graminée. Son appareil racinaire et ses rhizomes s'enfoncent jusqu'à 80cm, généralement dans un sol inondé ou gorgé d'eau. Il peut coloniser divers types de milieux aquatiques tels que les marais peu profonds, les ceintures d'étangs, les bordures de canaux et les estuaires. En dépit de leur faible richesse floristique, les roselières possèdent des enjeux forts de conservation en matière d'espèces animales, dont plusieurs sont strictement inféodées à ce milieu. Les roselières constituent ainsi un habitat à forte valeur patrimoniale, grâce à leur potentiel d'accueil de la faune, principalement pour les oiseaux et les invertébrés. Elles sont considérées comme un habitat déterminant pour la biodiversité, en particulier pour l'avifaune paludicole,
c'est-à-dire les oiseaux inféodés aux marais. C'est un habitat de reproduction d'espèces vulnérables et rares en Europe, tels que certains hérons, canards, rapaces et passereaux. Pour d'autres espèces, c'est son rôle d'interface avec le milieu aquatique qui est recherché, ou de protection d'un milieu inondé offrant des perchoirs (dortoirs d'hirondelles ou d'étourneaux). En tant qu'infrastructure naturelle, les roselières protègent les rives de l'érosion, participent à l'épuration de l'eau par l'absorption des nutriments (phosphates et nitrates), à son oxygénation et à la fixation des métaux lourds.

Mise à l'eau

Martigues

De la mise à l'eau de Boumandariel, prenez sur votre droite les escaliers qui mènent au plateau des Tamaris. Sur ce plateau vous pourrez découvrir le village gaulois datant du VIème siècle.

Le village gaulois a été implanté sur ce site au début du VIème siècle avant J.-C. L'installation côtière permet à la population locale de profiter des ressources vivrières de la mer et de l'intérieur des terres, mais également du commerce maritime grec et étrusque. Le village représentait une vaste agglomération de près de 1,5 ha protégée au sud par les falaises et au nord par deux lignes de fortifications qui la scindent en deux parties. Succédant à des maisons de bois et de torchis, le village bâti en dur qui se développe dès le premier quart du IVème siècle avant J.-C. montre l'agencement d'habitations aux formes variées, organisées le long d'axes de circulation : maisons à pièce unique isolées des unes des autres ou regroupées en îlots, maisons à plusieurs pièces en enfilade ou dotées d'une cour vestibule.

Port des Tamaris

Martigues

Suivez le sentier balisé en bleu en direction du Port des Tamaris. Prenez à gauche le chemin des Tamaris, longez l'anse des Tamaris et son petit port.

La zone de mouillage et d'équipements légers de l'Anse des Tamaris fait partie des sites dédiés à l'accueil des bateaux de plaisance durant la période estivale. C'est un abri naturel pour les bateaux, protégé des vents dominants et des courants. Au début du XXème siècle, plusieurs petits appontements en bois sont positionnés autour de la petite anse de manière disparate. L'aménagement actuel du " port des Tamaris " date de 1981, avec l'installation des deux premiers appontements. Deux autres appontements sont mis en place dans les années 1990. Le rivage est alors aménagé avec des enrochements et le port est protégé au Sud par une petite digue en enrochement.

Montez l'escalier vers le plateau de Sainte-Croix, où vous allez rencontrer une station radar allemande datant de la Seconde Guerre Mondiale.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Allemands implantèrent sur le site une station constituée de deux radars géants Wurzburg Riese Fuse 65 et de deux Freya FU MG 80. Deux sections comprenant chacune trois canons de 2 cm Flack 30 devaient assurer la défense anti-aérienne et des mitrailleuses en tobrouk, la défense rapprochée. Sur son versant Ouest, deux canons de moyen calibre sous casemate H612 protégeaient la petite crique ainsi que les chemins d'accès. Sur son versant Est, un canon en casemate H612 tenaient sous son feu l'anse des Tamaris appuyé par un canon anti-char, des mitrailleuses en tobrouk, une tourelle de char R35, un projecteur de 150 cm : le tout relié par des tranchées.

Chapelle Sainte-Croix

Martigues

Descendez sur votre droite en direction des chapelles.

L'ancienne chapelle du XIIème siècle a été édifiée par les moines bénédictins du prieuré Saint Genest de Jonquières qui la dédièrent à la Sainte Croix. Appelé " Santo Terro " par les marins, ce lieu et son sanctuaire dépendent de la paroisse de Jonquières jusqu'à la révolution. C'est pourquoi les Pénitents des 3 quartiers de Martigues s'y rendaient en pèlerinage les 3 mai et 14 septembre pour honorer la croix du sauveur. Ils y célébraient aussi les messes de Carême et de Pâques. Nous ignorons la raison qui poussa le Clergé à délaisser l'antique chapelle pour en construire une nouvelle au XVIIème siècle. Quatre colonnes de l'ancienne chapelle ont pris place dans le nouveau sanctuaire, elles font le lien entre les deux lieux saints.

Camping

Martigues

Au bout du plateau tournez à droite en direction du chemin piétonnier puis longez le parking en le laissant sur votre droite, vous arriverez à un rond-point, continuez tout droit et empruntez la voie verte. Montez le chemin piétonnier qui borde la pinède.

Rond Point "Les Rouges"

Martigues

Au rond-point traversez prudemment la route départementale RD49 puis prenez la direction " les Rouges ", ensuite passez à droite près de la barrière D.F.C.I. et suivez le sentier balisé en bleu sur votre droite. La descente suivante est à appréhender doucement.

Mare de Boumandariel

Sausset les Pins

Vous longez l'étang du Grand Vallat, dans lequel on peut observer de nombreuses espèces aquatiques comme des carpes, des tortues, ou des amphibiens. Au croisement, allez tout droit en direction de Boumandariel.

RD49

Martigues

Au bout du chemin, traversez prudemment la route départementale RD49 puis prenez la direction de la plage du Grand-Vallat sur votre droite.

Cette plage de sable protège la roselière en aval : c'est une zone humide où poussent des roseaux qui abritent une faune très variée comprenant des mammifères (ragondins), des batraciens (rainette méridionale), des oiseaux (poule et râle d'eau), des reptiles (couleuvre vipérine) et des insectes aquatiques (dytique et gerris).

Passez au bord de la carrière et prenez les escaliers qui vous ferons découvrir la carrière de l'anse de Boumandariel.

Dans la carrière de l'Anse de Boumandariel, affleurent les formations de l'Aquitanien inférieur. Celles-ci reposent en discordance sur les bancs de calcaires blancs de l'Urgonien présentant un pendage de 30° vers le Sud. L'Aquitanien est à cet endroit conglomératique avec des éléments calcaires peu remaniés, hérités du substratum et noyés dans une matière sableuse.

Ensuite sur votre droite longez le bord de mer et la crique du Four à Chaux pour revenir à votre point de départ.

Information fournie par Provence Tourisme

  • Villes visitées

    Sausset les Pins

  • Organisateur

    Provence Tourisme
    Le Montesquieu
    13 rue Roux de Brignoles

    13006 Marseille

  • Moyen de transport

    A pied

  • Longueur

    5.7km

  • Durée

    Entre 2 h et 3 h

  • Dénivelé

    108m

  • Téléphone

    • 04 91 13 84 13
  • Fax

    04 91 33 01 82

  • Site web

Découvrir d'autres itinéraires

Salon-de-Provence, sur les pas de So Girly Blog

Connue grâce à Nostradamus, Salon de Provence est une ville typiquement provençale. Architecture provençale, boutique de créateurs et clins d’oeil à Nostradamus, voilà ce qui vous attend lors de votre visite dans le centre-ville de Salon. Située à 50 kilomètres de Marseille, on y fait de belles découvertes tout au long d’un itinéraire qui vous fera découvrir l’hyper-centre, entre culture et références historiques.

Art contemporain

Pour ce week-end placé sous le signe de l’art contemporain, commencez par la visite du MAC de Marseille. Ensuite, laissez-vous envoûter par l'ambiance unique de la Friche Belle de Mai. Pour le déjeuner, osez Les Grandes Tables de la Friche et leur cuisine fraîche et créative. Reprenez avec le FRAC avant de rejoindre les Archives Départementales. Pour le 2e jour, direction Aix-en-Provence, la découverte de la Fondation Vasarely vous occupera toute la matinée. À midi, la Pioline réveillera vos papilles, avant de partir pour Arles visiter la Fondation Van Gogh, bijou d’art elle-aussi.

Cassis, sur la route des vins

Découvrez la ville de Cassis comme vous ne l’avez jamais vue, à travers les grands domaines viticoles qui font sa renommée. D’abord avec la Ferme Blanche (AOC Cassis) et le très côté Domaine Paternel (vins bio), vous découvrirez un terroir fabuleux avec un sol d’une extrême richesse. Après un déjeuner gastronomique qui vous ravira les papilles à la Villa Madie, vous reprendrez la Route des Vins de Provence pour rencontrer d’autres passionnés. Le Domaine du Bagnol et le Clos Sainte Magdeleine vous ouvriront leur cave.

Inspirations

Villages de Provence

Villages de Provence

Art de Vivre

Les villages que le monde entier nous envie

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

La bouillabaisse

La bouillabaisse

Plus qu'une soupe de poisson, une explosion de saveurs iodées !

Plat familial par excellence, la bouillabaisse diffère au gré des humeurs de chacun : de la pomme de terre pour les uns, de l’orange pour d’autres, chacun y va de ses certitudes. La seule chose qui compte reste bien le sourire des convives autour de la table.