Sentier botanique de la Plaine de Carro

Promenade - Toute l'année - Gratuit

La plaine de Carro présente un intérêt floristique majeur lié en grande partie à l'existence d'un substrat original (dépôts de molasse du Miocène ou calcarénite du Burdigalien). Elle héberge, entre autres 8 espèces de flore vasculaire protégées.

La posidonie : C'est une espèce endémique de Méditerranée, ce n'est pas une algue mais une phanérogame (plante à fleur) qui a quitté la terre pour la mer il y a plus de 120 millions d'années. Les individus sont constitués de rhizomes ligneux bruns rampants (épaisseur 1 à 2 cm) sur lesquels se développent des rhizomes dressés qui se terminent par des faisceaux de 4 à 8 feuilles vertes rubanées larges de 1 cm environ et longues de 20 à 100 cm. Les rhizomes développent des racines qui s'ancrent dans le substrat sous-jacent.
Par la croissance en hauteur des rhizomes en réaction au dépôt de sédiments, la posidonie construit au fil des siècles un sol, appelé la matte, formé de l'entrelacement de rhizomes et de racines compactés par des sédiments. La matte peut atteindre plusieurs mètres d'épaisseur à raison d'un mètre par siècle. Les posidonies forment des herbiers de taille variable, pouvant atteindre plusieurs centaines d'hectares sans discontinuité. La régression des herbiers (pollution, action mécanique, etc.) conduit à des étendues de matte morte, qui se recouvre peu à peu de sédiment.

Parking les Arnettes;

Martigues

Traversez le parking du front de mer et passez entre les deux blocs de roche situés au fond du parking et pénétrez au coeur de la zone brûlée lors de l'incendie survenu le 26 juillet 2017. Vous pouvez y observé : le pin d'Alep, le chêne Kermès, l'euphorbe characias, des cistes, des asparagus, des brachipodes, des filaires, des poiriers sauvages.

Station d'épuration;

Martigues

Continuez tout droit puis à l'intersection prenez à droite le sentier balisé en bleu. Au croisement prenez à droite en direction de la station d'épuration et au bout du chemin prenez légèrement à gauche. Devant la station prenez à gauche et pénétrez dans le biotope de la garrigue (Coronille jaune, filaire, romarin, euphorbe characias, thym, cistes, iris, chêne Kermès, olivier, chardon, genévrier de Phénicie, lavande, valériane, orchidée, asparagus, pin d'Alep, ajonc).
Au bout du chemin prenez à droite. Ensuite prendre la montée puis suivez le chemin sur la gauche et pénétrez dans le biotope de l'oliveraie colonisée par les pins puis dans le biotope de la pinède.

Casemate de Bonnieu;

Martigues

Passez devant la casemate allemande de Bonnieu datant de la Seconde Guerre Mondiale.

La position de Bonnieu participait à la défense du littoral contre " un coup de main " sur l'anse d'Arnette, vers le sud et en liaison avec la position des Laurons, vers le nord. Elle contribue également à la protection rapprochée de la batterie d'Arnette. Dans sa partie sud, la position de Bonnieu possédait un canon de moyen calibre en casemate (axe de tir vers Carro), un projecteur, un lance-grenades et plusieurs mitrailleuses. Elle était protégée au sud par un réseau de tranchées encore visibles.

Contournez-la et prendre le chemin balisé en bleu sur la droite. Montez sur le plateau et pénétrez dans la prairie à brachipode. Passez à gauche de la soute à munition puis prendre le chemin sur la droite. Dans la descente, allez tout droit en direction de Bonnieu. Au croisement, prenez à droite et longez la zone couverte par l'Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope mis en place pour protéger le milieu naturel de la Merendera filifolia.

Merendera filifolia Cambess. (Colchicum filifolium) du nom du botaniste Mérender qui vivait au XVIIIe, siècle. C'est une plante vivace à feuilles filiformes, à fleurs roses d'une taille de 5 à 15 centimètres et fleurissant en septembre et octobre.

Puis prenez à gauche en direction du parking de Bonnieu sud. Suivez le chemin derrière les blocs de roche puis longez le chemin parallèle à la route en direction de la Donnelle.

Camp naturiste;

Martigues

Au niveau du camp de naturiste, poursuivez votre route vers la gauche en longeant la zone humide de Bonnieu et prenez la voie verte en direction de Carro. Vous longerez la frange littorale.

C'est un espace de transition entre la terre et la mer où l'on distingue 3 étages : la mer, les vagues et les embruns. Elle est caractérisée par des conditions de vie extrêmement difficiles où des espèces parfaitement adaptées peuvent survivre : la patelle, la littorine, la balanne, l'anémone, le crabe, le monodonte

Puis vous arriverez dans la crique des Arnettes où se développent des plantes halophiles mais aussi dans l'eau, la posidonie.
Poursuivez votre chemin sur la voie verte pour arriver à votre point de départ.

Un organisme halophile affectionne les milieux salés (végétation halophyte), qualifie les plantes terrestres qui tolèrent bien le sel. Les halophytes sont abondantes dans la frange supérieure des plages. L'une des halophytes les plus connues est la salicorne mais on trouve aussi sur les sols salés : la saladelle, l'obione, le fenouil marin, le panicot des dunes, le pavot cornu, le jonc acéré, le plantin à corne de cerf, l'inule fausse criste, la betterave maritime.

Information fournie par Provence Tourisme

  • Organisateur

    Provence Tourisme
    Le Montesquieu
    13 rue Roux de Brignoles

    13006 Marseille

  • Adresse de départ

    Martigues

  • Moyen de transport

    A pied

  • Longueur

    4km

  • Durée

    Entre 1 h et 2 h

  • Niveau

    Débutant

  • Dénivelé

    45m

  • Téléphone

    • 04 91 13 84 13
  • Fax

    04 91 33 01 82

  • Site web

Découvrir d'autres itinéraires

Eguilles, entre culture, food et artisanat

Le temps d’un weekend ou d’un séjour en Provence, faites route en direction d’Eguilles pour découvrir les charmes de la campagne aixoise. Entre culture, art de vivre, cuisine du sud et artisanat, suivez-nous pour une journée bien remplie à la découverte d’Eguilles.

Une balade interactive au cœur de Marseille

BIG BANG BOURSE

Au coeur de Marseille, suivez le journal de bord d’un curieux voyageur : L’Archéonaute, et partez à la découverte du quartier dit de “derrière la Bourse” Dans ce voyage temporel, vous rencontrerez les témoins des grands bouleversements du passé. De l’antique Lacydon aux vestiges d’aujourd’hui, des pierres se sont dressées et d’autres écroulées. Du patrimoine connu à celui qui a disparu, d’un édifice moyenâgeux à d’autres plus mystérieux, ce sont tous ces témoignages du passé qui constituent la grande Histoire de ce quartier.

L'univers du vin

Rive gauche et rive droite de Durance se répondent pour un duo de luxe et d'art de vivre. Deux domaines viticoles de renom ont créé un univers de découverte autour du vin. Land art et parcours d'art contemporain pour l’un et jardins à la manière toscane pour l’autre. Au Puy-Sainte-Réparade, le Château La Coste propose une promenade entre nature et art. A Pertuis, le Château Val Joanis invite à la flânerie dans son immense parc où les arbres fruitiers répondent aux oliviers et aux ceps de vignes. Un doux voyage pour les 5 sens !

Inspirations

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

L'Olive

L'Olive

Aux herbes, en huile, en savon...

Dans le sud, la cuisine est toujours bien huilée. Anchoïade, tapenade, aïgo boulido, canard aux olives, les déclinaisons culinaires de ce petit fruit sont nombreuses. Le sud met de l'huile à toutes les sauces.

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.