On s'est perdus sur le nouveau sentier des Marais du Vigueirat

Lecture 3 min

Publiée le mer 11/05/2022 - 15:14 / mis à jour le mar 17/05/2022 - 14:22

Non loin d’Arles, les Marais du Vigueirat accueillent une faune et une flore remarquable. Avec le nouveau sentier « Homme et nature », le lieu rend hommage à la relation si particulière entre les individus et la biodiversité camarguaise. On est allés le tester pour vous !

L’air du vent caresse les roseaux et le soleil reflète sur les eaux des marais. Ici, pas un bruit à part le son du battement des ailes des cigognes et d’autres volatiles. Nichés à la jonction entre la Camargue et la Crau, les Marais du Vigueirat sont un véritable paradis de biodiversité. Cette réserve naturelle protégée est une véritable mosaïque de la flore camarguaise, par ses sols humides et sa flore endémique. Ici, on peut découvrir plus de 855 espèces végétales et observer quelques 300 espèces d’oiseaux et d’animaux au fil des saisons.

Homme et nature, une relation d'osmose au cœur des Marais

Emerveillés dès notre arrivée sur les lieux, nous sommes captivés par les paysages typiques de la Camargue. Le guide qui nous accueille nous met tout de suite dans le bain : aujourd’hui, nous allons découvrir le nouveau sentier baptisé « Homme et nature ». Etonnés par cet intitulé mais pas moins enthousiastes, on se lance pour une balade d’1,6km au cœur de la nature.

Dès les premières explications de notre guide, on comprend où le parcours veut en venir : ici, c’est la nature qui fait l’Homme, et l’Homme qui fait la nature. Et en effet, la Camargue est un milieu très marqué par les usages de l’Homme : entre élevages de taureaux, agriculture, tourisme ou encore art, le territoire se co-construit autour des activités humaines tout en respectant la biodiversité. Tout le parcours a été pensé dans cette logique relationnelle.

Soudain, le guide stoppe ses explications. Il nous demande de faire le moins de bruit possible, et nous invite à suivre son doigt : entre les arbres verdoyants, on aperçoit un nid de cigogne et même le bec du cigogneau ! « Vous voyez, mêmes les cigognes ont une relation particulière avec l’homme ! L’espèce a failli totalement disparaitre dans les années 70. Des femmes et des hommes se sont alors mobilisés pour les sauver, à travers un travail de sédentarisation et de reproduction des animaux. Aujourd’hui, on recense plus de 200 couples de cigognes en Camargue, dont 30 sur les marais du Vigueirat ».

Entre biodiversité, art et activités humaines

Quelques mètres plus loin, nous observons un bâtiment à l’architecture pour le moins étonnante : cette cabane construite en chanvre et en roseaux prend la forme d’un taureau. Imaginée à l’occasion de Marseille Provence 2013, cette cabane du « dieu taureau » construite par le chantier d’insertion du site est une œuvre d’art, mais pas que ! Depuis quelques années, un couple de cigognes a décidé d’y poser bagage et s’est installé entre les cornes du taureau. Parfois, des manadiers et leurs taureaux sont également présents sur le site. Les Marais les accueillent en échange d’une promesse : qu’ils répondent aux questions des visiteurs afin de partager l’imaginaire de tous les acteurs du territoire camarguais.

Le sentier Homme et nature, à travers évocations et infrastructures, permet de découvrir la multiplicité des activités humaines présentes sur le territoire et ses espaces naturels : de la protection de la nature et la sensibilisation à l’environnement, l’agriculture et l’élevage, le savoir-faire traditionnel ou même l’art contemporain, en passant par des recherches scientifiques et des fouilles archéologiques. Ce qui est sûr, c’est que les Marais du Vigueirat sont un lieu d’exception à découvrir absolument !

Nouveauté

Il est désormais possible de visiter les différents sentiers des Marais en se guidant grâce à son smartphone ! La réserve vient de lancer son application mobile Mes marais du Vigueirat sur Apple et Android qui vous accompagnera dans votre visite en autonomie et vous aidera à mieux identifier la faune et la flore exceptionnelle des lieux.

Articles les + lus