ON A TESTÉ... LA CÔTE BLEUE EN TRAIN

Lecture 3 min

Publiée le ven 23/03/2018 - 01:00 / mis à jour le lun 28/03/2022 - 15:05

Le trajet commence comme un classique Marseille - Paris sauf que les rails nous emmènent bien vite vers des falaises abruptes avec vue sur la grande bleue. A vivre au moins une fois dans sa vie.

Aller se promener dans les calanques en prenant le train, c'est possible ? Et bien oui.
"Prenez garde à la fermeture des portes". C'est sur ce traditionnel message SNCF que commence l'aventure. Le TER en direction de Miramas quitte la gare de Marseille Saint Charles. Bienvenue à bord de celui que l'on surnomme "Le train de la Côte Bleue".

Image
Le petit port de Niolon avec la vue sur la gare
Le petit port de Niolon avec la vue sur la gare

La Côte Bleue en mode slow

Le trajet commence comme un classique Marseille - Paris sauf que les rails nous emmènent bien vite vers des falaises abruptes avec vue sur la grande bleue, un peu façon Cinque Terre.
Dès la gare de l'Estaque, dans le 16e arrondissement de Marseille, le paysage est à couper le souffle ! On surplombe la mer, la plage, ce quartier aux airs de petit village de Provence. Et c'est comme ça tout le long!

On passe sous de nombreux tunnels qui nous plongent dans le noir et une seconde plus tard, le bleu éclatant de la Méditerranée nous saute aux yeux !
WOW ! Lorsqu'on passe sur ces fameux viaducs que l'on aperçoit lorsqu'on se balade à pieds et que l'on voit même depuis la cité phocéenne, on a l'impression qu'on va tomber dans la mer. Les vagues qui s'éclatent contre la roche calcaire semblent si proches. On surplombe également des calanques qui se méritent comme celle de l'Everine. En train, pas besoin de faire d'effort pour voir son eau turquoise. C'est d'ailleurs sans doute le spot le plus bleu de toute la Côte !

- 32km de bonheur.
- 1h15 à voir défiler des paysages tous plus beaux les uns que les autres !

Image
Lorsque le train de la Côte Bleue traverse tunnels et viaducs
Lorsque le train de la Côte Bleue traverse tunnels et viaducs

Ce TER parcourt sûrement l'un des plus impressionnants panoramas sur la Méditerranée. Il s'agit donc forcément d'un train touristique, notamment très emprunté l'été. Tel un train de banlieue (bien plus sympa bien sûr !), on le prend pour s'échapper de la ville, aller dans la calanque voisine, voir sa famille ou amis à quelques minutes de chez soi lorsqu'on n'a pas de voiture ou pas envie de l'utiliser. C'est aussi une ligne empruntée quotidiennement par les personnes travaillant entre les villes desservies.

Image
Vue plongeante sur la Grande Bleue depuis le train
Vue plongeante sur la Grande Bleue depuis le train

Une ligne de train centenaire

La ligne a fêté ses 100 ans fin 2015. Deux rames circulent encore. La vintage, certes taguée, abîmée par le temps et les usagers mais qui a vraiment son petit charme et la possibilité d'ouvrir les fenêtres pour se la jouer un peu Darjeeling Limited. Et la moderne. Toute neuve, de beaux sièges bien confortables, des rames très spacieuses pour emmener poussette ou vélo par exemple. 

Que l'on habite dans les environs ou qu'on soit en vacances en Provence, parcourir la Côte Bleue en train est définitivement à ajouter dans sa liste des choses à expérimenter au moins une fois dans sa vie.

Image
Intimiste, le port d'Ensuès-la-Redonne
Intimiste, le port d'Ensuès-la-Redonne

Les astuces de My Provence

  • L’astuce de photographe : s'assoir sur le côté gauche du train pour pouvoir être au plus près de la mer. Et l'inverse au retour bien sûr.

  • L’astuce de randonneur : d’ici cet été, découvrez le nouveau « sentier Côte Bleue » reliant les 5 gares de la Côte entre Ensuès-la-Redonne et Martigues. Une randonnée idyllique entre mer, garrigue, petits ports et colline. Toutes les informations sont disponibles sur les sites des offices de tourisme participants.

  • L’astuce du voyageur : profiter des offres estivales comme le Pass Bermuda : 6 € pour une journée en illimité sur la ligne de la Côte Bleue de Marseille à Miramas les samedis, dimanches et fériés du 1er juillet au 30 septembre. Plus d’infos sur le site TER.

  • L’astuce du gourmand : s'arrêter à Sausset en janvier, à Carry en février pour les oursinades et à Martigues en été pour les sardinades

Image
Superposition de viaducs sur la très belle plage de Corbière à l'Estaque - Marseille
Superposition de viaducs sur la très belle plage de Corbière à l'Estaque - Marseille

Articles les + lus