Top des restaurants de bouillabaisse à Marseille

Mais où manger une bonne bouillabaisse dans un restaurant à Marseille ?

Publié le 29 août 2018 Mis à jour le 13 septembre 2018

Quand on cherche sur les forums et sites d’avis, les uns vous disent que c’est trop cher, les autres vous expliquent que les marseillais la mangent chez eux. Bref personne ne s’engage vraiment à vous conseiller une adresse.

Alors aux premiers on répond, oui, la vraie bouillabaisse est chère car le secret c’est le bon poisson, et le bon poisson c’est toujours cher. C’est pour cela qu’une bouillabaisse maison coûte entre 40 et 50€.

Cependant aux seconds on rétorque que tous les marseillais ne sont pas de bons cuisiniers et il existe de très bonnes adresses de bouillabaisse à Marseille fort heureusement au milieu des attrape-touristes.

Voici notre top des restaurants de bouillabaisse à Marseille pour manger la VRAIE Bouillabaisse !

Manger une bouillabaisse sur le Vieux-Port : Chez Loury

crédit photo ©loury.com

Manger une bouillabaisse sur le Vieux-Port : Chez Loury

Notre coup de cœur ♥

Passez sur l’accueil un peu « bourru ». C’est l’un des rares restaurants du Vieux-Port à offrir une bouillabaisse digne de ce nom, maison et ce, depuis déjà presque 40 ans. Servie sur nappe blanche, la bouillabaisse est traditionnelle, sans artifice et certifiée produits frais.

Bouillabaisse en trois services : 48€
Demi-bouillabaisse en deux services : 32€

Découvrir
Manger une bouillabaisse sur le Vieux-Port : Le Miramar

Manger une bouillabaisse sur le Vieux-Port : Le Miramar

C’est l’incontournable adresse « bouillabaisse » du Vieux Port de Marseille. Si elle est la plus « touristique », elle reste à la hauteur niveau qualité, et le cadre, la vue sur la Bonne mère, le service avec accent assurent l’immersion dans le folklore marseillais.

Bouillabaisse : 69€

Découvrir
Manger une bouillabaisse en bord de mer : Chez Paul, l’Auberge du Corsaire aux Goudes

Dégustez une bouillabaisse avec vue sur mer

Manger une bouillabaisse en bord de mer : Chez Paul, l’Auberge du Corsaire aux Goudes

Notre coup de cœur ♥

Dans le cadre enchanteur du petit port des Goudes, chez Paul, la « petite » bouillabaisse est copieuse et excellente. La vue mer est magnifique, les serveurs sympathiques, la pêche du jour présentée aux tables, le repas délicieux. Que demander de plus ?

Poêlon du pêcheur (la petite bouillabaisse) : 35€

Découvrir
Manger une bouillabaisse en bord de mer : L’Esplai, Grand bar des Goudes

Manger une bouillabaisse en bord de mer : L’Esplai, Grand bar des Goudes

Deuxième très bonne adresse de bouillabaisse du petit port, le Grand Bar des Goudes. Ici on est à Marseille et ça se sent, ça se voit, ça s’entend. Face au petit port, on se régale d'une cuisine de la mer d’une fraîcheur exceptionnelle.

Bouillabaisse : 46€

Découvrir
Manger une bouillabaisse : Chez Michel, un incontournable

Manger une bouillabaisse : Chez Michel, un incontournable

Notre coup de cœur ♥

Depuis 1946 on s’y régale toujours autant, dans un décor pagnolesque mais authentique (fresques, barque, toiles de maîtres marseillais, photos de célébrités …). La Bouillabaisse est servie devant vous, les filets levés et la soupe de roche à volonté avec croûtons et sauces rouille et aïoli maison.

Bouillabaisse : 75€

Découvrir
Manger une bouillabaisse : Le Rhul, un incontournable

Manger une bouillabaisse : Le Rhul, un incontournable

Sans doute l’adresse de bouillabaisse la plus connue. Depuis 1948, la famille Galligani est à la tête du Rhul et membre fondateur de la Charte de la bouillabaisse. Situé sur la Corniche, le restaurant offre une vue panoramique sur la rade de Marseille. Dans un décor kitch authentique, on déguste la bouillabaisse avec une serviette autour du cou pour ne pas se tâcher.

Bouillabaisse : 58€

Découvrir

Le Rhul, l'adresse de votre prochaine escapade à Marseille.

Manger une bouillabaisse revisitée : L'Aromat'

Manger une bouillabaisse revisitée : L'Aromat'

Notre coup de cœur ♥

Poussez la porte de ce petit restaurant élégant côté décor et cuisine. Et ne passez pas à côté de l’audacieuse bouillabaisse en burger : pain fougasse, rouille à la place du ketchup, filet de galinette pochée en guise de steak, frites de panisses et soupe à la paille au lieu du Coca.

Entrée Hamburger de bouillabaisse : 15€.

Découvrir
Manger une bouillabaisse revisitée : Brasserie Les fenêtres

Manger une bouillabaisse revisitée : Brasserie Les fenêtres

Dans la brasserie de l’hôtel Intercontinental, le chef Lionel Levy propose une cuisine d’inspiration principalement provençale, moderne et réinterprétée. La preuve avec sa version Milk-Shake de la bouillabaisse. La soupe prend ici la forme d’un cappuccino et les croûtons sont remplacés par une paille de parmesan croquante.

Entrée Milkshake de bouille-abaisse, soupe de poisson 20€

Découvrir
Manger une bouillabaisse gastronomique : l'Epuisette

Manger une bouillabaisse gastronomique : l'Epuisette

Notre coup de cœur ♥

Dans le décor de carte postale du Vallon des Auffes, perché sur le rocher, l’Epuisette offre une vue imprenable sur l’anse de Marseille. Tout autour, la mer Méditerranée offre un spectacle sans cesse renouvelé tout comme la cuisine pleine d’inventivités et de très grande qualité du chef étoilé Guillaume Sourrieu.

Menu complet bouillabaisse : 98€

Découvrir
Manger une bouillabaisse gastronomique : Le Petit Nice

Manger une bouillabaisse gastronomique : Le Petit Nice

Le style Passedat, c'est la Provence, le mistral, et surtout la vie du port. La Méditerranée est son potager. Dans son restaurant, redécouvrez les richesses de cette mer au travers d’un symbole : la Bouille Abaisse. Un plat menu en trois services, dont l'originalité est un carpaccio de coquillages en entrée, et le summum, le poisson entier cuit au four, servi dans une soupe ultra-concentrée.

Menu bouille-abaisse: hors boissons 210 € TTC ou 315 € accord met et vin, eau et café. Hors apéritif

Découvrir

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?