La mythologie de la tarasque

Lecture 3 min

Publiée le jeu 22/04/2021 - 02:00 / mis à jour le mar 27/04/2021 - 02:00

Créature mythologique de la Provence, la Tarasque serait à l'origine du nom de la ville de Tarascon. Elle est célébrée chaque année lors de fêtes populaires. Nous en avons appris plus sur ce folklore dans la salle «Festadiero» dédiée aux fêtes, rites et légendes du Museon Arlaten d'Arles.

Image
Tarasque
Cette effigie processionnelle de la Tarasque créée vers 1850 est en bois, métal et coton. Elle a été collectée par Frédéric Mistral. A approcher dans la Salle « Festadiero » dédiée aux fêtes, rites et légendes du Museon Arlaten

La tarasque est monstre hybride qui vit sur les berges du Rhône. C'est à Tarascon que l'histoire autour du monstre s'est écrite. "C'est une légende inventée pour transmettre un message à la population. Il faut se méfier du Rhône qui peut déborder, faire chavirer les bateaux, inonder, les enfants peuvent se noyer. La tarasque incarne les dangers du fleuve. Ce sont des mythes qui se retrouvent dans toutes les cultures" nous dit Aurélie Samson, directrice du museon Arlaten dont l'ouverture approche.

Sainte-Marthe la victorieuse

Selon la tradition chrétienne, l’histoire commence lorsque Marthe, sœur de Marie Madeleine, arrive de Palestine au cours du 1er siècle pour évangéliser la région. En remontant le Rhône, elle s’arrête à Tarascon et y trouve des villageois terrorisés : un monstre hante les bords du fleuve. Ce dragon amphibie à six pattes, couvert d’une carapace de tortue hérissée de piquants et armé de griffes et de dents, dévore bêtes et gens. Marthe se rend auprès de la Tarasque et soumet l’animal. Avec sa ceinture, elle le conduit devant la foule qui s’empresse de le mettre à mort. Marthe devient alors la patronne de la ville. La légende dit que Tarascon doit son nom à l'animal...

Une tradition provençale du Roi René

Au 15e siècle, le roi René d'Anjou hérite du royaume de Provence et vient y séjourner. Le 14 avril 1474, il institue les « Jeux et courses de la Tarasque » et fonde l'ordre des chevaliers de la Tarasque de manière à ce que les fêtes soient maintenues dans la durée. Elles doivent être célébrées au moins sept fois par siècle, faire grand tintamarre, noces, farandoles et festins durant cinquante jours, faire aux étrangers le meilleur accueil et les régaler pendant toute la durée des courses à plaisir et à volonté.

Le lundi de Pentecôte, une procession singulière à laquelle se mêle une foule en liesse, associe alors une effigie de la bête et ses chevaliers que l'on appelle tarascaires. On attribue également au roi René la forme définitive de l'effigie. Comme le dit la légende ; elle est un monstre à tête de lion avec crinière noire, carapace de tortue, armée de crocs et de dards, dents de lézard, ventre de poisson, queue de reptile, jetant par les naseaux de longues traînées d'étincelles produites par des fusées et à l'intérieur six hommes pour la porter. Les tarascaires animent une Tarasque qui balance sa queue, pouvant estropier les passants. Les fêtes engendrent pourtant un engouement populaire très fort malgré le danger. Manifestations de confréries et exaltation des métiers, elles ont survécu jusqu’à la fin du 19e siècle.

Image
Tarasque Arlatan

La fête de la Tarasque, patrimoine culturel immatériel de France

Ces jeux, courses et processions autour de la Tarasque se sont imposés au 19e siècle comme un sujet majeur de l'ethnographie de la Provence. L'intérêt était d'autant plus fort que ces réjouissances paraissaient en voie d'extinction : les courses du lundi de Pentecôte, annuelles avant la Révolution, n'eurent lieu qu'en 1846, 1861, 1891. Les fêtes de la Tarasque, telles qu’on peut les voir aujourd’hui, datent de 1946 et ont lieu à Tarascon le dernier week-end de juin. Une des innovations majeures des fêtes au 20e siècle est l’introduction du personnage de Tartarin de Tarascon, référence à l’ouvrage d’Alphonse Daudet. La Tarasque de Tarascon a été inscrite à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel en France en 2019, cependant depuis le 25 novembre 2005, les fêtes de la Tarasque à Tarascon ont été proclamées, par l'UNESCO, comme faisant partie du « Patrimoine oral et immatériel de l'humanité ».

En attendant les prochaines fêtes de la Tarasque, continuez le voyage dans le temps la Salle « Festadiero » dédiée aux fêtes, rites et légendes du Museon Arlaten dont l'ouverture est prévue prochainement

Articles les + lus