POUR L'AMOUR DU RIZ DE CAMARGUE

Lecture 6 min

Publiée le lun 03/10/2022 - 10:03 / mis à jour le mer 12/10/2022 - 17:26

Entre Méditerranée et lagunes, la Camargue fascine par ses vastes étendues façonnées par les rizières. Lovée sur la rive gauche du Petit-Rhône au coeur du Parc régional naturel de Camargue, découvrez la Maison du Riz, fruit de l’énergie débordante de la famille Rozière animée par une passion commune : partager leur amour du riz de Camargue et de son terroir atypique.

UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Image
la Maison du Riz
Mère et fille, Françoise et Marine Rozière

C’est devant le majestueux platane de l’entrée que Marine nous accueille tout sourire en lançant « Vous avez de la chance, c’est aujourd’hui le premier jour de moisson ! Le riz est suffisamment sec pour être récolté. »
Dans la famille Rozière, je demande la fille, la souriante Marine en charge de l’accueil touristique, de l’espace pédagogique et de mille autres choses ! C’est que cela ne chôme pas du côté de cette familles de passionnés, riziculteurs depuis 6 générations. Dans la cour, Jean-Philippe, le frère, bricole l’imposante moissonneuse en vue de la récolte du jour. Aux manettes d’un tracteur dès l’âge de 14 ans, c’est aujourd’hui le responsable de la production de l’exploitation. La Maison du riz est née en 2015 d’une profonde aspiration du père, Jacques Rozière, celle de créer un lieu pour transmettre à travers ses enfants sa passion du riz de Camargue et des traditions. « Je n’ai pas choisi, je suis né riziculteur, je suis fils, petit-fils, arrière-petit-fils de riziculteur du côté de mon père et de ma mère, je suis tombé dedans quand j’étais petit. » Pédagogue dans l’âme, il aime parler de son métier, de l’importance de la transmission. Avec son épouse Françoise, ils acquièrent en 1995 le Mas de la Vigne, une exploitation de 500 ha qui jadis produisait du vin et cultive aujourd’hui 5 variétés de riz en rotation avec le blé et la luzerne. Une façon de préserver les sols et transiter doucement mais durablement vers le bio.

Installée dans un ancien hangar restauré, la Maison du riz propose un espace pédagogique, de quoi devenir incollable sur le riz de Camargue, de son origine au processus de fabrication en passant par sa culture : projections, mini-expo, et démonstration de blanchiment du riz avec une micro-rizerie de 1950 en bonus ! On y trouve également une boutique de poche où acheter leurs riz atypiques dont la famille est fière : le riz naturellement parfumé, le rouge complet aux notes de noisette, son cousin le noir au goût particulier qui se marie avec le poisson. « Le riz préféré de Papa, c’est le naturellement parfumé, goûteux et très odorant, c’est la « Giano », une variété florale, la Rolls Royce du riz ! » nous lance Marine au cours de la visite. La recette pour le déguster ? « En puriste, nature avec un peu de beurre et de sel » Les papilles des gourmets frémissent déjà !

UN RIZ UNIQUE ENTRE TERRE ET MER

Image
rizière
Les rizières avant récolte

La Camargue compte une soixantaine de variétés de riz, aux multiples formats (rond, medium, long, très long), couleurs (blanc, brun, rouge, noir), états d’élaboration (complet, semi-complet, blanchi…) et goûts propres à chaque variété. Beaucoup plus sophistiqué qu’il n’en paraît ! Une culture atypique, dont la spécificité vient du milieu naturel unique où il est cultivé : ici, le sel marin rencontre l’eau douce du Rhône et le mistral qui souffle sec toute l’année. Un combo idéal qui permet de faire pousser tous les riz hormis le Basmati. Aujourd’hui, plus de 20 000 hectares de riz sont plantés chaque année en Camargue, dont 30% pour le marché français, et près de 200 riziculteurs en vivent.

Introduit par Henri IV de manière artisanale, principalement pour nourrir les poules, le tournant de la riziculture camarguaise se produit au XXème siècle, lorsque l’idée émerge d’implanter des rizières sur les terres camarguaises pour améliorer un sol gorgé de sel totalement incultivable. L’apport de l’eau douce protège le riz de la terre salifère ; moins dense que l’eau salée, elle flotte au-dessus ! Les rizières ont ainsi façonné les terres arides et marécageuses d’une Camargue d’antan truffées de moustiques, abritant une poignée d’ermites et de prisonniers en exil. Aujourd’hui, lagunes et rizières se mêlent aux vastes prairies et roselières où chevaux blancs et taureaux semi-sauvages vivent au grand air, et près de 400 espèces d’oiseaux aquatiques y nichent. Un somptueux tableau à l’équilibre fragile.

UN ECOSYSTEME ARTIFICIEL UNIQUE ET FRAGILE

Car s’il ne craint pas trop la chaleur, le riz a cependant besoin de beaucoup d’eau. Les rizières sont régulièrement inondées d’avril à novembre. Et face au dérèglement climatique, les enjeux sont de taille ! Certains écologistes dénoncent des déséquilibres de salinité dans l’étang du Vacarès où une grande partie de l’eau douce des rizières est escampée. Pas si simple comme équation, car si la riziculture disparaissait, la Camargue redeviendrait un « désert de sel ». De multiples végétaux en bord de rizières comme les roseaux ou tamaris pourraient disparaître, et tradition agricole et l’activité écotouristique décliner. « J’aime le riz, j’aime l’odeur de la rizière, de la terre labourée, le vent qui s’engouffre dedans, l’écosystème autour de la rizière », une passion dévorante que Jacques Rozière souhaite transmettre pour préserver ce terroir camarguais et ses savoir-faire locaux face aux enjeux environnementaux. « Les espaces agricoles sont plus que jamais à préserver afin que la Camargue reste vivante et attrayante. » Avec la Maison du Riz, la famille Rozière poursuit son engagement dans la Charte européenne de développement du tourisme durable.

LE PETIT + : FLÂNERIE ENTRE PETIT-RHÔNE ET RIZIERES

Image
Au fil du sentier pédagogique
Au fil du sentier pédagogique

On vous conseille d’apporter votre pique-nique (à compléter avec quelques bons petits produits locaux vendus à la boutique) : la pause à l’ombre de l’imposant platane gardien de l’entrée est délicieuse, salvatrice en été ! Pour la balade digestive, rien de telle qu’une promenade le long du sentier découverte qui suit le chemin de l’eau au sein de l’exploitation. Créé lors du premier confinement, il longe les canaux d’irrigations du Petit-Rhône aux rizières (un super spot pour méditer !). Le chemin ponctué de panneaux explicatifs s’engouffre parfois dans une nature luxuriante où des rideaux de cannes de Provence se mêlent aux aulnes et frênes. Au printemps, peut- être rencontrerez-vous des flamants roses, friands de graines de riz, chaparder dans les champs. En juin-juillet, les rizières se parent de vert émeraude et les ballets de libellules y sont fréquents. Enfin, de mi-septembre à mi-octobre, c’est le spectacle de la moissonneuse à l’oeuvre et de ses compagnes de récolte, les aigrettes blanches. Une invitation à savourer au fil des saisons la beauté d’un écosystème unique.

PROLONGER LA DECOUVERTE ?

Le Mas de la Vigne propose 5 gîtes au calme, de 2 à 10 personnes, au coeur de l’exploitation rizicole, à deux pas du Petit-Rhône. Idéal pour se ressourcer en famille.
Cerise sur le gâteau : Marine partage avec plaisir ses recettes familiales !

light-blue
VOUS AIMEREZ AUSSI

Où observer les oiseaux en Camargue ?

Où observer les oiseaux en Camargue ?

Vous aimez les oiseaux ? De Marseille aux Alpilles, en passant par la Camargue et la Sainte-Victoire, sortez vos jumelles et ouvrez l’œil. Une fois par mois, My Provence vous dévoile ses meilleurs spots pour observer les oiseaux dans les Bouches-du-Rhône et le meilleur moment de l'année pour le faire.

Vacances en Camargue

Vacances en Camargue : l'aventure à portée de main !

Comme beaucoup d’entre nous, vous recherchez la nature et les grands espaces pour vos prochaines vacances d'été en famille ? Inutile de traverser l’Atlantique pour cela. En Provence, nous avons la Camargue !

Rencontre avec celles & ceux qui protègent la biodiversité en Provence

Rencontre avec celles & ceux qui protègent la biodiversité en Provence

La Provence fait rêver le monde, c’est un fait ! Et les superbes espaces naturels que l’on y trouve y sont pour beaucoup. Eldorado des amoureux de nature, ces sites finissent par pâtir de leur notoriété. Rencontre avec ceux qui œuvrent chaque jour pour sauvegarder notre patrimoine naturel !

 

INFOS PRATIQUES
yellow

Articles les + lus