Visitez le Mémorial des Déportations

Lecture 4 min

Publiée le mar 07/01/2020 - 01:00 / mis à jour le jeu 18/11/2021 - 01:00

25 ans après son ouverture le Mémorial des camps de la mort, devient le Mémorial des déportations et propose un parcours renouvelé au sein d’une exposition de préfiguration dont les contenus s’enrichiront dans les prochaines années.

Historique : le Mémorial des camps de la mort

Le 27 avril 1995, année du 50ème anniversaire de la Libération des camps, le Mémorial des Camps de la Mort fut inauguré par Robert Paul Vigouroux, alors Maire de Marseille.

Symboliquement, le bâtiment alors choisi fut un ancien bunker-lazaret construit par les Allemands en 1943-1944 lors de l’occupation de la ville. Cet édifice avait certainement servi au service de santé de la marine de guerre allemande, la Kriegsmarine. À l’extrémité de la rive nord du Vieux Port et au pied du Fort St Jean, il faisait alors partie du Mur de la Méditerranée (ou Südwall, conçu par l'organisation Todt).

À l’intérieur, au deuxième étage, 18 urnes contenant des cendres et de la terre provenant de 12 camps de concentration et de 6 centres de mise à mort furent rassemblées pour perpétuer le souvenir de tous ceux qui y avaient péris. Il s’agit encore aujourd’hui d’un endroit de recueillement.

En face, une oeuvre du sculpteur Jean-Marc Bourry accueille toujours le visiteur. Elle symbolise par une flèche pointée le danger de la barbarie toujours présent. De part et d’autre, des piliers en bronze représentent les 12 Tribus d’Israël du livre de la Genèse, mais aussi l’être humain anéanti par l’univers concentrationnaire.

En 2012, le Mémorial a fermé ses portes à l'occasion des travaux de construction du MUCEM au niveau du Fort Saint-Jean. Une grue avait notamment été installée dans le jardin du Mémorial, rendant le site impraticable.

Image
Mémorial des déportations

Aujourd’hui, transformation en Mémorial des déportations

Désormais rattaché au Musée d’Histoire de Marseille, partie intégrante de la Voie Historique au même titre que le Port antique, le Musée des Docks romains, le Mémorial de la Marseillaise et divers sites archéologiques, le Mémorial des déportations a pour vocation de s’intéresser aux politiques de déportations mises en oeuvre à Marseille et sa région, plus particulièrement entre 1942 et 1944.

Conçu comme un lieu dynamique en constante évolution, il s’attache à transmettre l’histoire et la mémoire des hommes, femmes et enfants arrêtés à Marseille puis déportés : résistants, politiques, évacués sélectionnés du Vieux-Port, Juifs marseillais et réfugiés…

Image
Le mémorial des déportations

S’appuyant sur un comité scientifique, la réouverture du Mémorial suit un double objectif :

  • un objectif d’historisation, de compréhension générale et de transmission d’éléments de contexte sur les principes idéologiques, les acteurs et la temporalité qui ont guidé les deux politiques de déportation depuis la France occupée : répression des suspects qui entraîne la déportation vers les camps de concentration et persécution des Juifs qui vise à leur assassinat systématique dans les centres de mise à mort.

  • un objectif local mettant en avant la singularité de l’histoire de Marseille et de la population qui la composait durant la Seconde Guerre mondiale : Marseille ville refuge, ville transit des étrangers, des Juifs, des opposants au nazisme et au fascisme, la mauvaise image de la ville, première capitale de la résistance, les Groupements de Travailleurs Étrangers, les camps d’internement et d’hébergement, l’importance des rafles, des déportations, la destruction des vieux quartiers.

Enfin, le Mémorial tente de répondre à la dimension de patrimonialisation, permettant de replacer le bâtiment dans son contexte de construction, son inscription au sein du Mur de la Méditerranée (Südwall).

Ainsi, l’exposition de préfiguration de décembre 2019 et sa programmation à venir permettent-elles de poser les intentions historiques, scénographiques et artistiques de ce nouveau projet.

Par la suite, une restructuration du parcours se déploiera à l’horizon 2020-2022. L’une des priorités de développement sera notamment de proposer un lieu inscrit dans un réseau et ancré dans le territoire, en relation avec d’autres institutions (partenariats, visites couplées…), ainsi que de proposer une programmation hors-les- murs : conférences, balades urbaines, application numérique...

Mémorial des déportations Avenue Vaudoyer 13002 Marseille musee-histoire-marseille-voie-historique.fr

Horaires Mardi au vendredi : 11h – 18h (de 9h30 à 18h durant les vacances scolaires)

Samedi et dimanche : 9h30 – 18h

Fermeture hebdomadaire le lundi, sauf les lundis de Pâques et de Pentecôte Fermeture les jours fériés suivants : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 11 novembre et 25 décembre

Entrée gratuite dans la limite des capacités d’accueil Lieu accessible – Ascenseur.

Réservations 04 91 55 36 00 musee-histoire@marseille.fr

Accès Métro : M1, station Vieux-Port

Voiture : Parking Jules Verne / Mucem

Bus : Lignes 60 et 83, arrêt Mucem St-Jean

Pour aller plus loin

L'Hôtel de Caumont, un lieu de grande classe

L'Hôtel de Caumont, un lieu de grande classe

Restauré comme s’il venait d’être construit, l’Hôtel de Caumont, édifice du XVIIe siècle, a vécu des épreuves agitées avant de devenir l’un des lieux culturels les plus visités de Provence. Avec deux expositions temporaires par an, dont la nouvelle est consacrée à Zao Wou-Ki, le musée mise sur la qualité de ses œuvres et non la quantité.

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Édifié dans la courbe du grand Rhône, au point exact où l'axe de la coulée du fleuve rejoindrait sur la carte le Cardo de la ville antique, l’ancien Grand-Prieuré de l’Ordre de Malte, bâti à la fin du XVe siècle, a toutes les données d'un lieu historique. Aujourd'hui, le musée peut compter sur une collection permanente solide où le travail de Jacques Réattu est à l'honneur.

Articles les + lus