Les calissons

La gourmandise aixoise

Publié le 8 mai 2017 Mis à jour le 19 juillet 2018

Il en est des spécialités culinaires comme de l’âme des villes qui les hébergent. L’une se reflète dans l’autre et inversement. Si Marseille s’enorgueillit de posséder la bouillabaisse, soupe rocailleuse, calcaire, iodée, violente et impétueuse, Aix-en-Provence se targue de concocter des calissons, douceurs délicates aux arômes d’amandes, aux angles bien découpés, à la surface lisse et au toucher voluptueux. Mais loin d’opposer les deux cités, le calisson rapproche Aix-en-Provence de Marseille car derrière cette confiserie, faite d'une fine pâte de melon confit et d’amandes broyés ensemble nappée de glace royale, se cache une origine lointaine. La Perse plus précisément...

"Pour acheter vos calissons, vous aurez l’embarras du choix : dans les ruelles de la vieille ville comme dans ses faubourgs, des ateliers perpétuent les mêmes gestes depuis des siècles."

Les origines du Calisson

En Perse sassanide, dès la fin de l’Antiquité, en 531-579, les pâtissiers raffolent de la pâte d’amande. Ces derniers mettent au point une pâtisserie, le lauzinaj (à l’origine du mot losange) qui désigne un canapé nappé de pâte d’amande et arrosé de sirop. Ce lauzinaj a la forme de triangles voire de losanges. C’est manifestement l’ancêtre du calisson.

Le calisson, une confiserie faite d'une fine pâte de melon confit et d’amandes broyés ensemble nappée de glace royale.

Shopping Calisson

En boîte, en sachet ou à l'unité: dégustez des calissons!

On trouve des traces de ce dessert d’abord en Italie dans de nombreux traités de diététique traduits en latin. Du XIe au XIIIe siècle, les livres se succèdent : Liber de ferculis ou Tacuinum sanitatis, pour ne citer que les plus connus. Bizarrement, les auteurs, Jambolin de Crémone et Faragut, ne traduisent pas le mot lauzinaj. Pour faire simple, ils vont le transformer en utilisant le calisciono, italianisation du calisone latin. Au XVe siècle, Maestro Martino (dans son Libro de arte culinaria) donne cette recette : « tu abaisseras de la pâte, ensuite tu la couvriras de massepain et la couperas en grands, moyens ou petits morceaux que tu feras cuire à la poêle».
Dans ce même ouvrage, Martino écrit une variante de la recette en évoquant du massepain couché sur des _nevole _(« nieules » en vieux français, du latin nebulae = nuages, c’est-à-dire du pain azyme) ; le tout est cuit au four. Notre bon vieux calisson est né !

Dans le fameux « traité des confitures » que Nostradamus édite en 1555, le mage-médecin de Saint-Rémy-de-Provence écrit : « vous en ferez de petits tourteaulx ou de petites tarteletes toutes rondes étendues sur des oublies (« nieules ») et pourrez faire de petites quadratures en cette forme sur lesdites oublies ». Le calisson arrive par la grande porte en Provence.

Pourquoi Aix l’a-t-il choisi ? Tout simplement parce que la ville du bon vieux Roy René a longtemps abrité la bourse aux fruits secs, amandes en tête. La boucle est bouclée.

Confection des calissons

Confection des calissons

Entre piété et gourmandise

L’amour des Aixois pour les calissons se retrouve jusque dans le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte puisqu’une de ses cloches a été baptisée « la Calissonne » en 2013.

Par ailleurs, chaque année, le premier dimanche de septembre, la ville glorifie le petit losange sucré qui joua un rôle lors de la grande peste qui décima la ville en 1629. Un an plus tard, les morts se comptant par centaines, l’assesseur Martelly, à la tête des notables et du peuple, fit le vœu de dédier à la Vierge de la Seds, sainte patronne d’Aix, un office d’actions de grâces une fois l’an. Il semble que la vierge ait entendu les souffrances de la ville et mit fin au fléau. Depuis, on distribue des milliers de calissons à la sortie de cette messe pour ajouter plaisir à la piété. Qui a dit que la gourmandise était un pêché ?

Pour acheter vos calissons, vous aurez l’embarras du choix : dans les ruelles de la vieille ville comme dans ses faubourgs, des ateliers perpétuent les mêmes gestes depuis des siècles. Et il y a fort à parier que certains de nos artisans vous proposent une démonstration en échange d’un joli sourire.
Si vous souhaitez déguster vos calissons comme les vrais pros, évitez de croquer dedans. Saisissez votre petit losange à deux doigts et cassez-le en deux ; le sucre doit rompre d’une manière franche après avoir opposé une micro seconde de résistance. Le coeur, savant mélange de fine pâte de melon confit et d’amandes broyées, révélera sa précieuse couleur dorée. Enfin, on ne demande pas de permission, on mange quand on veut son calisson mais c’est peut-être en accompagnant un café qu’au mieux vous l’apprécierez.

« Friandise en pâte d'amandes à dessus glacé et à sous-couche de pain azyme ».
Dictionnaire Larousse

A la façon d’une carte postale, le Grand Pastis vous raconte la Provence gourmande. Pierre Psaltis fait partager sa conception de la gastronomie, de la plus simple à la plus sophistiquée, présente ses recettes goûtées et approuvées, débouche les meilleures bouteilles et vous invite au restaurant. Un concentré d’actualité avec l’accent.
Pierre Psaltis

Le Grand Pastis

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?