Le jardin des chefs

Manger le potager

Publié le 27 septembre 2018 Mis à jour le 16 novembre 2018

Savoir ce que l'on mange est notre grande préoccupation, et encore plus lorsque l'on va au restaurant ! Heureusement que nous sommes là pour vous proposer 5 adresses de restaurants où les chefs cuisinent avec les produits issus de leur potager. Du frais, du bio, de saison pas toujours beau mais juteux et goûtus à souhaits !
A table !

Le potager de Baumanière

Ici, tout est beau… et bon. Le cadre (aux pieds des Baux-de-Provence), l’hôtel, le spa, les ateliers de cuisine, les restaurants, la ferme, les ruches et … le potager de Baumanière. Il est en agriculture bio et alimente toute l’année les 2 restaurants du domaine avec légumes, petits fruits et plantes aromatiques. Cet été, le jardinier a même planté des arbres fruitiers et 2 cochons et 14 poules ont fait leur arrivée à la ferme. Moi, j’adore les mouillettes au petit-déjeuner et encore plus quand je sais d’où viennent les œufs !

Michel Hulin, chef de la Cabro d'Or dans son potager

Les jardins de la Chassagnette

Manger au restaurant la Chassagnette, c’est voyager en terre inconnue. Une expérience gastronomique aux saveurs multiples et couleurs explosives. Et pour cause, le potager de la Chassagnette est le principal sujet de la table. En effet, pas moins de 2 hectares de jardin et potager cultivés en pleine terre en agriculture biologique, permettent de fournir à 90% le restaurant. Plus de 300 variétés cultivées l’été, un peu moins l’hiver, mais toujours autant dans votre assiette. Et cerise sur le gâteau, la balade très agréable dans les jardins, entre fontaines et tonnelles.

Déjeuner à la Chassagnette avec vue sur le potager du chef Armand Arnal

Le Potager du Mas à Orgon

Au Mas de la Rose, chaque année, c’est le chef qui décide ce que l’on plante dans le potager, en fonction de ses recettes. Sur les 22 hectares de parcs et jardins du domaine, le Potager du Mas ne prend qu’1 petit hectare, tout de même ! Il est certifié bio et les récoltes, entièrement dédié au restaurant. Légumes, petits fruits, aromatiques, fleurs comestibles sont cultivés dans un « potager à la française ». Placettes, haies de buis, fontaines sont traversées par les clients avant de s’attabler et de déguster le jardin.
Ce que l’on aime, en plus de manger les produits de la terre, ce sont les petites étiquettes d’identification que le jardinier pose devant chaque culture. En plus de manger sain, vous voyez vraiment ce qu’il y a dans votre assiette.

Le Potager du Mas à Orgon, jardin de prestige au coeur des Alpilles

Un potager « très en vue »

Le chef Philippe Poette, maître restaurateur de métier est aussi jardinier. Dans le potager de sa maison, il cultive légumes et fruits de saison, sans aucun pesticide, pour le plus grand bonheur des clients de son restaurant à Marseille, le Treize en vue. Il cuisine ses légumes, plantes aromatiques et fruits dans des recettes simples afin de garantir des assiettes fraîches toujours savoureuses et de saison. Comme le dit Philippe : « un produit qui a du goût se suffit à lui-même »

Le chef Philippe Poette du Treize en Vue dans son jardin potager

Le potager du château

Au domaine du Château La Coste, je demande le potager. Un domaine viticole, un parcours d’art contemporain, un hôtel-Villa, un café, une librairie, 2 restaurants et un potager… tout cela au même endroit. Un potager qui alimente toute l’année, en partie, les restaurants et le café du domaine. Chaque semaine, dégustez légumes et fruits du moment dans le menu du même nom. Vous aimez les coings ? Profitez-en, ils sont au menu du restaurant Tadao Ando.

Au menu du restaurant gastronomique du Château La Coste des produits en harmonie avec les saisons

Autres articles

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.