Maison Ferroni : une distillerie pas comme les autres !

Publiée le mer 17/08/2022 - 16:47 / mis à jour le mar 20/09/2022 - 15:30

Dans la jolie ville d’Aubagne, perché sur une petite colline, se dresse fièrement le Château des Creissauds. Derrière les portes de l’imposante bâtisse : des fûts, des alambics et une belle équipe de passionnés travaille à la préparation de spiritueux d’hier et d’aujourd’hui. Bienvenue à la distillerie Maison Ferroni !

La Maison Ferroni : doux cocktail de passion et de curiosité

Image
Guillaume Ferroni

À mon arrivée, c’est Guillaume Ferroni, le fondateur de la maison qui m’accueille. Guillaume commence sa carrière dans les années 2000. “Ce qui m’a mené ici, c’est le milieu du bar” nous explique-t-il, "à l'époque, il commençait à y avoir une approche gastronomique du cocktail, on parlait de la “cocktail renaissance”, c’est devenu un phénomène mondial”. 
C’est donc dans ce contexte propice à la création en mixologie que Guillaume commence à se faire un nom. Il fonde plusieurs établissements qui deviennent incontournables dans la région, à l’image du Carry Nation à Marseille, ou du Bar dans les arbres, à Aubagne.

Une passion l’anime particulièrement : les cocktails anciens. Il aime étudier les plantes utilisées à l’époque et les vertus prétendues de certains breuvages. Alors, pour peaufiner ses créations, il se plonge dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Lui et son équipe en raffolent, ils parcourent les pages vieillies à la recherche de nouvelles inspirations, de nouvelles saveurs.

Image
Livre ancien

À la fin de ces livres", nous explique Guillaume, il y a souvent une mention “Comment fabriquer son alcool. Et bien entendu, il y a la recette”.
Poussé par son tempérament touche à tout et piqué par sa curiosité, le jeune homme décide d’aller plus loin : désormais, il fabriquera son propre alcool ! Sa première création : une liqueur de gingembre. À l'époque, notre futur distillateur la réalise pour Jeannot, n’ayant pas sa propre distillerie. Enthousiasmé par ce premier succès, il va très vite se lancer en indépendant : la Maison Ferroni est née ! En quelques années, la gamme se diversifie, oscillant entre spiritueux anciens et plus récents.

Du rhum bien sûr, mais aussi du gin, de la vodka et bien entendu du pastis : le pastis des Creissauds. La réputation de ce dernier n’est plus à faire. La recette contient 19 plantes, qui poussent toutes dans le jardin du domaine.
C’est encore là une particularité de la Maison. Ici, on s’attache le plus possible à utiliser des plantes et des fruits de la région. Et laissez-moi vous dire que le résultat vaut le détour !

Guillaume Ferroni

À la fin de ces livres,  il y a souvent une mention “Comment fabriquer son alcool", et bien entendu, il y a la recette”

Image
Les recettes oubliées de la Maison Ferroni

SUR LES TRACES DE L'HISTOIRE DES SPIRITUEUX EN PROVENCE

Lors de ma venue, Guillaume me parle beaucoup de Marseille. Et pour cause, la ville est au cœur de l’inspiration de la Maison Ferroni. Curieuse, je cherche à en savoir plus et de bon cœur, il me révèle tous les secrets qui lient la cité phocéenne au négoce des spiritueux et notamment du rhum.

C’est une histoire que beaucoup aujourd’hui ont oublié et que Guillaume met un point d’honneur à retracer depuis des années.

Ce travail de mémoire commence alors qu’il découvre une petite exposition réalisée par un conservateur des archives de la chambre du commerce. Elle porte sur les affiches publicitaires de rhum à Marseille, vieilles de plusieurs siècles. Toujours aussi curieux, il se plonge au cœur du passé du négoce de spiritueux au 18ème.
Des archives d’Outre-Mer à celles de St James (entreprise marseillaise figurez-vous !), il va finir par réunir assez de documents et d’informations pour cartographier cette histoire.

Si à l’époque, Marseille s’avère être un point stratégique car c’est un port important, différents événements vont aussi favoriser le marché des spiritueux.

En 1720, la Peste frappe. De nombreuses familles fuient vers les Antilles. Une fois installées, ces dernières finissent par avoir des intérêts dans chacun des ports et entament de l'import-export. Parmi les produits qu’ils rapportent : le rhum bien entendu !

Près d’un siècle plus tard, au milieu du 19ème siècle, le phylloxera, un petit insecte causant de nombreux ravages, frappe la France, il s’attaque aux plantes, notamment aux vignes. Ainsi, rapidement, on ne trouve plus de vin, de cognac ou encore d'armagnac. On assiste alors à un boum de la consommation de rhum.

Mais Guillaume ne se contente pas de retracer l’histoire de Marseille et des spiritueux, il s’essaie aux techniques de distillation de l’époque, qu’il retrouve dans ses carnets anciens. C’est comme ça qu’il créera un de ses best-sellers : le rhum de Marseille, vieilli à la manière du 18ème siècle.
Il traverse aussi les âges vers des liqueurs plus anciennes.

Au 16ème siècle, l’Eau Verte de Marseille est censée combattre le choléra. La revoilà sur les étagères de la maison Ferroni.

Le Ratafia de Marseille, une liqueur de table appréciée durant les siècles des lumières mais finalement tombée dans l’oubli retrouve également ses lettres de noblesse.

Voilà donc ce qui fait le succès de la Maison Ferroni : de la créativité, de la passion et beaucoup d’inspiration. Un cocktail qui traverse les âges !

LE TOP 3 DE GUILLAUME

Je ne pouvais pas partir sans poser une dernière question à Guillaume : Quels sont ses trois produits préférés parmi la gamme qu’il propose ?

Enthousiaste, il n’a pas réfléchi longtemps pour me donner son premier coup de cœur : une vodka aux clémentines de Corse “C’est notre dernier chef-d’œuvre", rigole-t-il, "on croirait croquer dans le fruit”.

Le second, on le connaît bien par ici, il s’agit du pastis. Mais pas n’importe lequel ! Guillaume nous présente le pastis XO ou “Extra old” pour les initiés. La particularité de ce pastis : il vieillit 6 ans en fût et adopte donc les arômes du baril.

Pour finir, Guillaume tenait à nous parler du Rhum Grand Arôme. Un rhum qui a la particularité de ne pas être pure canne, mais réalisé avec de la mélasse. En France, c’est un produit boudé par le public. On l’utilise surtout en cuisine. Chez Maison Ferroni, on ne l’entend pas de cette oreille et on considère qu’il a un potentiel énorme. Plus
aromatique, il est inédit et a de belles saveurs à offrir. Guillaume et ses équipes l’ont donc mis en bouteille et c’est un carton ! Les connaisseurs en sont fans, tellement, qu’il est actuellement en rupture. Pas d’inquiétude, il revient bientôt.

Image
Le rhum Grand Arôme de la Maison Ferroni

Tout comme moi, vous voilà donc maintenant au fait d'un petit bout de l'histoire du négoce de spiritueux à Marseille. Et si tout comme moi, cette histoire a piqué votre curiosité, alors je ne peux que vous conseiller de faire un tour à Aubagne, pour rencontrer l'équipe de passionnés qui fait vivre la Maison Ferroni et goûter les produits qu'elle propose. 

Que vous soyez grands connaisseurs ou novices, votre visite aura je n'en doute pas, un petit goût de reviens-y ! 

La Maison Ferroni vous propose également
yellow
POUR ALLER PLUS LOIN

LE PASTIS

LE PASTIS

Quand on débarque à Marseille, l'envie d'un pastis naît instantanément. Non pas que l'on ait soif, mais plutôt que cette première gorgée anisée permet de poser ses valises, de se sentir happé par le Provence. Noyé, serré, l’apéritif à l’anis reste le trait d’union provençal.

Aubagne l'essentiel, les mains dans la terre

Cap sur Aubagne. Lors de cette journée, vous rencontrerez les artisans qui façonnent l'argile.

Aubagne est en effet connue pour ses santons et ses poteries. Après un déjeuner aux 3 Farfalle, faites le tour des ateliers de potiers et santonniers.

Dans le centre historique d’Aubagne, vous serez charmé par son patrimoine (Tour de l’Horloge) et l’Art Déco. Côté musée, vous aurez de quoi faire entre la Cité de l’Art Santonnier et le Musée de la Légion Étrangère. 

 

Articles les + lus