Le Pastis

Un petit jaune s'il vous plaît !

Publié le 1 décembre 2015 Mis à jour le 3 août 2018

Noyé, serré, l’apéritif à l’anis reste le trait d’union provençal

Côté fourneaux, l’incontournable flambée de crevettes reste parmi les classiques de la cuisine à l’anis. Logique de terroir, les produits de la mer s’accommodent fort bien d’une touche anisette. Daurades, sardines, marinées ou flambées et le tour est joué. En version sucrée, le soufflé compte parmi les desserts raffinés. On pourrait aussi verser quelques gouttes dans une préparation de biscuits secs à l’anis. Un genre de canistrelli (dont on remplacera le vin par le pastis) à boire et à manger…

Pastis en terrasse...

... ou Pastis dans le jardin !

Le Pastis a même d'autres utilités !

Et si on buvait autrement ?
L’image d’Epinal de la Provence c’est bel et bien ce verre à moitié rempli d’un liquide jaune, la carafe d’eau et l’assiette d’olives trônant aux terrasses des cafés. Quand on débarque à la Gare de Marseille St-Charles, l’envie d’un pastis naît presque instantanément. Non pas que l’on ait soif, mais plutôt que cette première gorgée anisée permet de poser ses valises, de se sentir aussitôt happé par l’ambiance de la Provence. Né pour palier l’interdiction de l’absinthe en 1915, le pastis est arrivé sur le marché comme un dérivé de la fée verte. Une absinthe anisée légale en quelque sorte. Si chaque Français en boit en moyenne 2 litres par an, les Français du Sud font sans doute exploser les statistiques. Ici, le « jaune » est le plus familier des apéritifs.

Un pastis s'il vous plaît !

C’est pas parce qu’on est dans le monde des apéros populo, qu’on ne lui tire pas le tapis rouge à notre pastaga local. S’amuser à sauter dans la catégorie prestige avec un pastis c’est un peu comme troquer son Zara pour un Vuitton… Un nouveau monde ? Car le pastis possède lui aussi son haut de gamme. Quelques productions, certes marginales, tirent la catégorie vers le haut. Certains pastis premium sont encore fabriqués en France, pas très loin du berceau d’origine. Comme le Grand Cru du Pastis d’Henri Bardouin, produit à partir de 65 plantes et épices en Haute Provence… Intra-muros, la société Cristal Limiñana, fabrique encore près du Vieux-Port son pastis, le Marseillais.

Dernier-né local de la catégorie, le Pastis artisanal des Creissauds. Guillaume Ferroni reprend le flambeau d'une production locale perdue. Le Dr Folamour des cocktails a brodé autour de la recette originale, un pastis bien à lui, "une version très herbacée". Dans ce Pastis des Creissauds, pas moins de 18 plantes fraîches, "dont on n'utilise que les feuilles", qui toutes ont grandi dans le jardin du château d'Aubagne. Des plantes méditerranéennes qui poussent à l'état sauvage (laurier, romarin - le sien a la taille d'un arbuste - serpolet, thym, etc) et d'autres cultivées dans le carré des Creissauds (absinthe, hysope, menthe poivrée, myrte). Chaque plante macère séparément pendant un an en dames-jeannes dans un alcool neutre de betteraves avant un assemblage en foudre ou en fût qui "boisent l'alcool". "A l'instar des grands vins, chaque récolte apporte donc des nuances différentes du fait des variations climatiques". L'embouteillage de ce pastis premium (34€) se fait en bouteilles type Marc de Bourgogne. Le troisième millésime (7500 litres en 2015)
vient d’être embouteillé. Loin des anisettes de comptoir, le pastis des Creissauds garde un vert léger et une saveur aromatique sauvage, délicatement persistante, portée sur le fenouil, l'anis et les huiles essentielles, qui change le registre de nos habitudes apéritives.

Pastis par temps gris, pastis aussi !

So food so good est le blog d'une journaliste culinaire qui aborde la cuisine la plus créative comme une culture, sous tous ses angles. Cécile Cau vous parle des restaurants qu’elle aime, vous livre ses recettes préférées et des petits secrets d’infos régulièrement glanées auprès des chefs qu’elle côtoie régulièrement.

http://www.sofoodsogood.com/

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?