Le Gâteau des Rois

Galette ou gâteau ?

Publié le 21 décembre 2015 Mis à jour le 4 juillet 2018

Gâteau des rois, fève, tradition, rois mages tout sur l’épiphanie en Provence

Ici point de galette des rois, c’est une gâteau des rois (ou couronne) que l’on partage le 6 janvier – ou le premier dimanche de janvier plus pratique quand le 6 tombe en semaine – pour fêter l’épiphanie ou l’arrivée des rois mages devant Jésus qui vient de naître. Une brioche à la fleur d’oranger, recouverte de sucre, décorée de fruits confits, ronde avec un trou au milieu fait le bonheur des tables de Provence tout le mois de janvier : une vraie tradition en Provence.

Pour bien respecter cette tradition en Provence, d’abord il faut installer la crèche début décembre avec son ravi, son ange Boufareu (appelé ainsi à cause de ses joues joufflues à force de jouer de la trompette chaque fois que le Bon Dieu est content), Mistral sa cape au vent, la partie de cartes de Pagnol, et bien sûr Marie, Joseph, l’âne et le bœuf. Chrétien ou pas, en Provence on fait la crèche. Mais attention, on ne déposera pas le petit Jésus avant le 24 au soir et les plus beaux santons, Melchior, Gaspar et Balthazar, les rois mages venus de Bethléem en suivant l’étoile doivent également attendre patiemment leur tour. Cachés derrière un vase, ils vont progressivement s’avancer à travers le salon de bibelot en lampe vers la crèche, pour se tenir devant le nouveau-né le 6 janvier les bras chargé d’or, d’encens et de myrrhe.
A l’origine, c’est plutôt lors d’une fête païenne bien arrosée que l’on partage ce gâteau des rois. Les romains célébraient ainsi, lors des Saturnales, l’allongement des jours avec un gâteau fourré aux figues dans lequel on dissimulait une fève qui aurait désigné le roi de la fête ou le chef de la garnison.

Part de gâteau des rois provençal

Qui aura la fève ?

Si certains se contentent du premier dimanche de janvier, ici en Provence on aime trop notre gâteau pour ne pas en abuser. Dès Noël passé on traine devant les bonnes boulangeries, on commence à débattre sur celle qui fait le meilleur gâteau des rois de Marseille, on rit de ces pauvres parisiens avec leur frangipane toute plate et sans couleur… Car notre gâteau des rois, il est bon et beau ! Rond, dodu, sentant la fleur d’oranger, surmonté fièrement de fruits confits symbolisant les pierres précieuses offertes par les fameux rois mages. Alors il est bien normal que l’on se laisse tenter tout le mois de janvier voire plus pour les inconditionnels. Chaque occasion est bonne au bureau, entre amis, en famille, avec les enfants, avec les aïeux ou même seul.
Une fois sur la table, reste à le partager. Là encore quelques règles à respecter. La tradition veut que l’on ajoute au découpage la « part du pauvre » et que le plus jeune des convives se cache sous la table pour attribuer chaque part. Impossible donc, normalement, d’obtenir la plus grosse part ou celle avec la fève.
Sans vouloir être chauvin, c’est pas notre genre à nous gens du sud, toujours dans la mesure et la modestie, cette brioche est la forme la plus traditionnelle du gâteau des rois. Un peu d’histoire : c’est sous Louis XIV au XVIIe que nait la galette feuilletée à la frangipane, inspirée du Pithiviers, surnommée quelques temps la « parisienne ».

Hop hop hop, vous pensez tout savoir mais point d’épiphanie réussie sans le clou du spectacle, la fève. Et nous provençaux, nous sommes généreux ! Alors parce qu’on aime la tradition, on y place la fève, la vraie, l’alimentaire, le légume. Et parce que c’est plus joli, on y place aussi une figurine en céramique qui – couleur locale oblige - est un santon. Celui qui tire la fève est le roi, le sujet est pour la reine.
Et pour que ce tirage des rois dure plus longtemps, celui qui a la fève paie le prochain gâteau. Malin…

Brioche des rois et ses fruits confits

«Les rois mages étaient trois. Il y avait César, et pis Marius, et pis Fanny.» Desproges

Couronne des rois

Autres articles

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?

Dans la cuisine de Christian et Stéphanie

Dans la cuisine de Christian et Stéphanie

La recette de la pizza noire: aux supions et à l'encre !

Créé en 1960 par le grand-père de Christian, Zé, c’est un de nos restaurants préférés à 2 pas des Calanques de Sormiou et Morgiou. Christian et Stéphanie nous ont livré leurs secrets de la pizza aux supions et à l’encre.