Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Mis à jour le 23 novembre 2020
Par Pierre Psaltis
Par Pierre Psaltis

A la façon d’une carte postale, Pierre Psaltis vous raconte la Provence gourmande. Un concentré d’actualité avec l’accent à retrouver sur Le Grand Pastis

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

“J’ai toujours adoré le coing, mes grands-mères et maman en cuisinaient”, avoue Marie-Laure qui peine à cacher un sourire gourmand. Lorsqu’elle avait 6 ans, son papa avait même planté un cognassier dans le jardin. L’arbre a grandi en même temps que cette fratrie de 5 enfants. “Nous sommes une famille d’origine pied-noir et en Afrique du Nord, on mangeait le coing en saison, à l’automne, et on ne le conservait pas pour les fêtes de Noël, poursuit Marie-Laure la martégale. C’est lorsque j’ai épousé Frédéric, issu d’une vieille famille provençale, que nous avons pris l’habitude de garder de la pâte de coing pour composer notre plateau des treize desserts”.

Garder de la pâte de coing ? Plutôt la cacher car les enfants l’adorent : “Il y a quelques années, me deux garçons en ont mangé deux kilos en une semaine !” s’emeut la jeune maman d’Andréa et Sacha.
Le coing est bonne pâte et se marie à tout : il émerveille les tajines d’agneau ou les tajines de poulet ; il fanfaronne dans les desserts comme le crumble et peut même partager la vedette avec d’autres stars de saison, les pommes ou les poires. N’excluant jamais quelque fantaisie exotique, il s’acoquine à la vanille ou à la cannelle avec toujours le même bonheur.

Mais s’il fallait retenir une recette, ce serait celle de la pâte de coing, entrée au panthéon gourmand par la grâce d’un Reboul, cuisinier devenu, dès sa première parution en 1897, la référence absolue. Pour faire taire toutes les polémiques, Reboul ne met pas de jus de citron dans sa pâte de coing. Mais libre à vous d’en mettre, vous voilà prévenus !

Le coing, un élément des treize desserts provençaux

Je suis un fruit de saison couleur soleil, velu, charnu et qui ne se mange pas cru. Je suis servi à la table des 13 desserts, je suis ?

Au coing de la branche

Au coing de la branche

  • 2kg de coings
  • 1,5kg de sucre
  • 1 cc de vanille en poudre

La recette de la pâte de coing

Avant toute chose, lavez vos fruits et brossez-les afin d’en ôter le duvet qui les couvre.

ETAPE 1
La cuisson commence à l’eau ; pour les uns, plus on met du temps à éplucher le coing plus il va s’oxyder conférant à la pâte une couleur rose/ambré. D’autres préconisent un pelage rapide, voire de le couper en morceaux grossiers avant de les plonger dans l’eau bouillante. C’est important la peau car elle renferme la pectine, élément indispensable si l’on veut une pâte solide… Pensez toujours à plonger des peaux dans une aumônière de gaze pendant la cuisson à l’eau, c’est ce qui aidera la pâte à solidifier. Laissez cuire 45 minutes environ, c’est prêt lorsque la fourchette se plante dans un fruit tendre.

ETAPE 2
Placez ensuite au confiturier, s’il est en cuivre, c’est le nirvana. Pour doser le sucre, plusieurs écoles s’affrontent : tant pour tant, 2kg de fruits pour 1,5 kg de sucre ou 1kg de fruit pour 600g de sucre. Libre à vous là encore de sucrer comme il vous sied mais gardez en tête que le sucre est un conservateur. Dans notre
confiturier vont donc voisiner les coings cuits à l’eau, le sucre et un peu d’eau de cuisson. D’aucuns ajoutent de la vanille.

ETAPE 3
Lancez ensuite la cuisson et touillez régulièrement avec une longue cuiller ; attention, le cuivre et tout autre métal font très mauvais ménage alors optez pour une cuiller en bois.
Au plus ça va cuire, au plus ça va réduire et au plus il faudra veiller à bien touiller et “lorsque la pâte est suffisamment cuite, elle se détachera en une seule masse” dit maître Reboul. Il ne reste plus qu’à verser dans un contenant à bords relevés et à laisser prendre plusieurs heures…

ETAPE 4
Une fois durcie, vous taillerez votre pâte au couteau comme il vous plaît.

“Préparer la pâte de coing est une fête de famille, dit Marie-Laure. C’est le fruit des moments festifs, le fruit du Noël provençal”. Peut-être est-ce même lui la star des 13 desserts de Noël ? Mais ça, Reboul ne nous le dit pas…

Pour aller plus loin

Les 13 desserts : les gourmandises sucrées
Une explosion de sucreries

Les 13 desserts : les gourmandises sucrées

Les 13 desserts, une tradition du Noël provençal. Mais connaissez-vous tous les fruits et sucreries qui les composent ? Après les fruits, découvrez les sucreries des treize desserts.

Les 13 desserts
Les 13 desserts, la tradition food du Noël en Provence

Les 13 desserts

De retour de la messe de minuit, à la maison, sur la table, comme par magie, treize desserts reposent sur trois nappes...

Les 13 desserts : les fruits
Les fruits, ces essentiels des treize desserts

Les 13 desserts : les fruits

Les 13 desserts, une tradition du Noël provençal. Mais les connaissez-vous tous ? Aujourd’hui, focus sur les fruits, ces essentiels des treize desserts.

Autres articles

Une troisième étoile Michelin pour AM par Alexandre Mazzia, à Marseille

Une troisième étoile Michelin pour AM par Alexandre Mazzia, à Marseille

Palmarès

Le restaurant fait partie des 4 lauréats des Bouches-du-Rhône cette année.

Rencontre avec Lionel Escoffier, éleveur de brebis Mérinos d’Arles

Rencontre avec Lionel Escoffier, éleveur de brebis Mérinos d’Arles

Le gardien des traditions pastorales de Provence

Des bergeries impériales au prêt-à-porter : comment la laine Mérinos d’Arles est devenue la plus prisée d’Europe.

L'oeil de Sainte Nana

L'oeil de Sainte Nana

Sur le Vieux-Port de Marseille, Nana, gardienne des yeux de Sainte Lucie

My Provence présente "Jour de marché " : chaque mois, l’équipe se faufile entre les étals des plus beaux marchés provençaux pour tirer le portrait de la crème de la crème des paysans et artisans locaux ! Rencontre avec Nana qui vend les yeux de Sainte Lucie sur le Vieux-Port de Marseille

Recette de Noël en Provence : du poisson pour le réveillon

Recette de Noël en Provence : du poisson pour le réveillon

La recette de Noël de Ludovic Turac

En manque d'idée pour le menu du réveillon ? Prenez un bon poisson et suivez la recette du chef Ludovic Turac. La rascasse des côtes marseillaises façon bouillabaisse va en impressionner plus d'un !

Christian Qui lance la bouillabaisse du turfu à emporter

Christian Qui lance la bouillabaisse du turfu à emporter

Une bouillabaisse fraîche, locale et à emporter ?

A commander avant le 17 décembre 2020 minuit, la bouillabaisse du turfu, par Christian Qui, va débarquer dans votre assiette.

    Lucie et Frédéric Paez, producteurs de poutargue à Port-de-Bouc

    Lucie et Frédéric Paez, producteurs de poutargue à Port-de-Bouc

    Une spécialité à laquelle penser pour son menu de Noël

    Lucie et Frédéric Paez fêteront bientôt leurs 10 ans à la tête de la conserverie artisanale La Saveur des Calanques. Leur spécialité ? La poutargue de muge, un produit d’exception fortement ancré dans le patrimoine local.

    Les rendez-vous « Accords Mets de Fêtes & Vins » au Château de Beaupré

    Les rendez-vous « Accords Mets de Fêtes & Vins » au Château de Beaupré

    Trois week-ends épicuriens dans un domaine viticole d’exception

    Avec votre verre, vous prendrez plutôt de la truffe, des huîtres ou du chocolat ?

    Jérôme Laplane, ce géant vert

    Jérôme Laplane, ce géant vert

    Portrait d'un paysan militant au cœur très grand

    My Provence se faufile à travers les étals des meilleurs marchés provençaux pour tirer le portraits de la crème de la crème des paysans locaux ! On commence par Jérôme Laplane rencontré au marché du Cours Julien à Marseille

    Participez à un cours d’oenologie 2.0 avec le Château La Coste

    Participez à un cours d’oenologie 2.0 avec le Château La Coste

    Chaque jeudi et vendredi de décembre

    Depuis le 3 décembre, chaque jeudi et vendredi de 19h à 20h, le Château La Coste s’invite chez vous pour une dégustation virtuelle !

    Suivez la Grande Tournée des Chefs

    Suivez la Grande Tournée des Chefs

    Le bus Marseille Provence Gastronomie reprend la route en janvier 2021

    Après le succès de l'édition de décembre 2020, le bus Marseille Provence Gastronomie revient dans les Bouches-du-Rhône en janvier pour vous régaler.

    Trouvez les agriculteurs autour de vous avec 13 Envies

    Trouvez les agriculteurs autour de vous avec 13 Envies

    La nouvelle plateforme interactive des producteurs des Bouches-du-Rhône

    Pour consommer en circuit court, passer un séjour à la ferme, découvrir les coulisses de la culture ou fabrication de produits locaux, rendez-vous sur la plateforme 13 Envies.

    A la rencontre des producteurs d'Istres

    A la rencontre des producteurs d'Istres

    7 vidéos pour mieux les connaître

    Maraîcher bio, producteurs de foin ou de bière... Découvrez en vidéo ces istréens qui font vivre leur territoire.