La bouillabaisse

Plus qu'une soupe de poisson, une explosion de saveurs iodées !

Publié le 2 mars 2017 Mis à jour le 20 juillet 2018

Une promenade dans le massif des calanques, une virée sur les îles de l’archipel du Frioul, l’éclatante blancheur qui émane de la ville suffisent à convaincre de l’empreinte grecque sur Marseille. Au-delà de la lumière, de l’architecture et de l’âme, la gastronomie de la cité phocéenne s’inspire également des traditions culinaires hélènes.
Pour preuve, la fameuse bouillabaisse ne serait rien d’autre qu’une rémanence de la kakavia, plantureuse soupe dégustée des rives de Thessalonique aux rivages du Pirée.

Préparation de la bouillabaisse

Préparation de la bouillabaisse

De belles couleurs sur le marché aux poissons

Un arc-en-ciel de poissons pour une bouillabaisse haute en couleurs

D’aussi loin que l’on se souvienne, la tradition de faire bouillir le poisson et d’y tremper du pain remonte aux origines mais les premiers textes manuscrits détaillant la recette d’une bouillabaisse datent de 1768. Tous deux proviennent de femmes issues de la bourgeoisie cultivée qui écrivent pour une “cuisine de santé”.
En 1785, le premier ouvrage mentionnant la bouillabaisse s’intitule sobrement “Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin” ; un an plus tard, le mot franchit les remparts de la capitale, porté par trois jeunes cuisiniers venus de la haute-Provence, vraisemblablement sur les bords de Durance, qui ouvrent un restaurant proposant des spécialités provençales.

C’est réellement au début du XIXe siècle, à l’aube des années 1820, que des journalistes marseillais, parmi lesquels Joseph Méry, vont jouer le rôle d’ambassadeurs et vanter les charmes de la ville à Paris. C’est à ce moment-là qu’Alexandre Dumas découvre le château d’If. La suite, tout le monde la connaît.

Alors la bouillabaisse est-elle, comme le folklore voudrait le faire croire, un plat pour les pauvres ? Et puis n’y a-t-il qu’une seule bouillabaisse ? Lorsqu’en 1839 Victor Hugo arrive à Marseille, il est surpris par le nombre impressionnant de restaurants, situés entre l’actuelle gare Saint-Charles (qui n’existe pas encore, le train arrivant à Marseille en 1849) et le port. Pour être réputées, ces adresses n’en sont pas moins somptueuses, couvertes d’or et de miroirs qui reflètent l’argenterie des services. On y sert une bouillabaisse dorée grâce à un usage immodéré du safran. Dans le même temps, on sert des bouillabaisses de sardine, des bouillabaisses de morue ou de daurade dans tous les cabanons populaires qui habillent la côte, du côté d’Arenc et de la Joliette. Alphonse de Lamartine, Gérard de Nerval, eux, se laissent séduire par la bouillabaisse servie à l’Estaque, alors lieu de villégiature des bourgeois marseillais et aixois. N’est-ce pas ici que la femme d’un banquier aixois louera une bastide en 1870 et que son fils, Paul Cézanne, peindra les plus beaux paysages de l’impressionnisme ? On le voit, de la soupe servie dans les palaces à celle partagée dans les cabanons du nord jusqu’aux calanques, au sud, la bouillabaisse revêt des formes diverses.

Le service de la bouillabaisse

A table! La bouillabaisse est servie

Charte de la Bouillabaisse

Charte de la Bouillabaisse

Tout le XIXe siècle se racontera entre les tenants d’une recette “à l’économie”, faite au plus juste, et les grands cuisiniers qui joueront dans la surenchère quand la bouillabaisse les hissera au faîte de la gloire. Au XXe siècle, la bouillabaisse est devenue un plat festif sur lequel une “charte” écrite en 1979 viendra sceller le destin. Et tant pis si ses auteurs, ignorant les autres recettes historiques, ont précipité les variantes pourtant délicieuses de ce plat mythique. Si la présence de la rascasse est indispensable, il apparaît qu’une liste précise de poissons entre dans la composition dès 1830… au sein de laquelle la langouste ne figure pas.

Aujourd’hui, en dépit de quelques certitudes historiques, chacun est persuadé de détenir “la” recette authentique de la bouillabaisse. La réalité est bien plus floue que ça ; plat familial par excellence, la bouillabaisse diffère au gré des humeurs de chacun : de la pomme de terre pour les uns, de l’orange pour d’autres, chacun y va de ses certitudes. Au risque d’en décevoir plus d’un, il n’y a pas de recette figée et c’est tant mieux. Servie “à l’ancienne” ou façon milk-shake, en trois services ou en une seule assiette, la seule chose qui compte reste bien le sourire des convives autour de la table.

« Je suis en train de peindre avec l'entrain d'un Marseillais mangeant la bouillabaisse, ce qui ne t'étonnera pas lorsqu'il s'agit de peindre de grands tournesols », Vincent Van Gogh.

A la façon d’une carte postale, le Grand Pastis vous raconte la Provence gourmande. Pierre Psaltis fait partager sa conception de la gastronomie, de la plus simple à la plus sophistiquée, présente ses recettes goûtées et approuvées, débouche les meilleures bouteilles et vous invite au restaurant. Un concentré d’actualité avec l’accent.
Pierre Psaltis

Le Grand Pastis

Pour aller plus loin

La Sardine
En faire des tartines sur la sardine

La Sardine

Le tout petit poisson bleu d'été typique de la grande bleue jouit d'autant de légendes que de préparations. Certains la mettent en boite. Dans le sud on l'aime comme Ordralfabétix : fraîche !

Chez Michel

Chez Michel

Depuis 1946 à Marseille, sans interruption, la même "famille Michel" de père en fils vous propose une restauration typique, familiale et artisanale, du "poisson seulement", la bouillabaisse la plus ancienne de Marseille. Constance, sérieux, simplicité, régularité, et grande fraîcheur : tout est préparé au dernier moment à la demande du client.
Ouvert 7 jours sur 7, réservation obligatoire.

La Poutargue
Joyau couleur d’ambre pêché sur les rives de Martigues

La Poutargue

"Boutargue" ou poutargue, peu importe, tout le monde se comprend. Amateurs de sensations marines, iodées et salées, vous allez adorer !

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?