L'Oursin

Plongeon dans l’iode garanti

Publié le 12 janvier 2016 Mis à jour le 20 juillet 2018

Dégustation d'oursins

Au cœur de l'oursin

Partons à la découverte de la star capricieuse des oursinades!

Selon Marcel Pagnol, «si l'on jugeait les choses sur les apparences, personne n'aurait jamais voulu manger un oursin ». Il n’est pas facile de le pêcher ni de le choisir, et il est impossible de voir si derrière ses piquants se cachent des langues toutes fines ou bien pleines. Et par-dessus le marché, nul n’a réussi en Méditerranée à le faire se reproduire…

En Provence, on fête les produits d’ici avec ferveur. Pour donner de jolis noms à ces célébrations conviviales, il suffit d’ajouter « ades » au produit distingué : ainsi sur la « Côte Bleue » (Carry le Rouet, Fos sur Mer, Sausset les Pins…), les « oursinades », se déroulent en janvier et février, à ne pas confondre avec les « mouclades » de Camargue ou les « sardinades » de Martigues ou de Port de Bouc qui elles, ont lieu en juin-juillet. De son côté, la sardinade géante de Marseille nous donne rendez-vous en septembre. Les grillades géantes de sardines sont bienvenues en cas d’abondance du petit poisson bleu, par contre les oursinades pourraient bien soulever quelques questions si un trop gros succès mettait en péril l’oursin dont la pêche est attentivement contrôlée.

Les Sardinades en Provence

Et pour cause, l’oursin est un mal élevé. Il n’est même pas élevé du tout, c’est un vrai sauvage : personne en Méditerranée n’a encore réussi à le faire se reproduire ni l’affiner en bassin. Il faut donc aller le « cueillir » sur les rochers lorsque la pêche est autorisée (de novembre à avril), et en respectant les quantités limitées par personne et par jour afin de préserver l’espèce.
Etant donné qu’une taille minimale est également requise, on peut dire que l’oursin se mérite ! Pour respecter le produit si vaillamment conquis, l’épineux trophée sera servi dans son plus simple appareil. Pourtant, la recette la plus célèbre, (qui se nomme également une « oursinade »), prévoit d’en faire fondre une belle quantité dans une crème à l’œuf enveloppant un poisson poché. Si vous rechignez à faire disparaitre toute votre pêche d’un jour dans un bouillon parfumé, optez pour l’option simplissime du bout de pain : une lichette de beurre, une langue dessus, et le plongeon dans l’iode est garanti. A la limite, on peut aller jusqu’à l’oursin à la coque, avec un œuf de caille cassé dedans et trois mouillettes, mais pas plus de 5 minutes au four pour ne pas dénaturer le parfum délicat des « gonades».

«Gonades », dites-vous ?
Un petit point vocabulaire s’impose : On les appelle les langues, mais ce sont des gonades que l’on déguste : ces cinq petites poches oranges sont bien les glandes sexuelles de l’oursin, et nul ne peut deviner leur taille avant de l’avoir ouvert. Autrement dit, la question qui nous taraude est : « comment savoir si un oursin est bien plein ». Les pêcheurs, ces experts, vous diront qu’ils le savent d’avance selon où ils les trouvent et les courants qui les frappent, ou d’après la manière dont ils sont accrochés sur les rochers. Mais pour nous, simples amateurs, sur le marché de Carry ou de Sausset, il nous faudra surtout « lui regarder les piquants ». Humides, brillants et bien dressés, ils finiront de vous convaincre même s’ils ne pourront jamais vous assurer de la grosseur des langues.

«Si l'on jugeait les choses sur les apparences, personne n'aurait jamais voulu manger un oursin » Marcel Pagnol

Attention à ne pas marcher malencontreusement sur un oursin !

Journaliste culinaire sur les ondes et sur papier, Anne Garabédian défend la gastronomie de sa région. Dans « La Cuisine d’Anne » sur France Bleu Provence ou dans l’Hôtellerie-Restauration et Gault & Millau, c’est le lien intime tissé avec chaque chef de Provence qui rend les portraits plus touchants. Sa passion pour les produits d’ici et ceux qui les font est une mission dévorante qu’elle partage avec appétit depuis de nombreuses années.
Anne Garabédian

Anne Garabédian France Bleu

Pour aller plus loin

La Sardine
En faire des tartines sur la sardine

La Sardine

Le tout petit poisson bleu d'été typique de la grande bleue jouit d'autant de légendes que de préparations. Certains la mettent en boite. Dans le sud on l'aime comme Ordralfabétix : fraîche !

Fête de la mer / Oursinade
L'oursin en fête

Fête de la mer / Oursinade

Fêtes de la mer dimanche : l'oursin sera roi... mais pas tout seul
Comme chaque année, c'est le port de Sausset-les-Pins qui ouvrira la saison des oursinades dans la région, en accueillant les dimanches 14, 21 et 28 janvier un peu avant la mi-journée, ses Fêtes de la mer, organisées et coordonnés par la municipalité les commerçants et les pêcheurs.
Pour le reste, on ne change pas une formule saussétoise qui plaît, avec le marché artisanal riche d'une cinquantaine de forains, des plus classiques jusqu'au plus originaux ou exotiques.
Le centre géométrique sera le chapiteau central du Comité des fêtes sur le môle du port. .
Les terrasses pleines des restaurants et étals déployés tout autour du port devraient donc donner comme chaque fois son aspect habituel de fourmilière radieuse aux fêtes saussétoises de la mer.

La Poutargue
Joyau couleur d’ambre pêché sur les rives de Martigues

La Poutargue

"Boutargue" ou poutargue, peu importe, tout le monde se comprend. Amateurs de sensations marines, iodées et salées, vous allez adorer !

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?