Le Rosé

La vie en rose

Publié le 12 août 2015 Mis à jour le 3 août 2018

La Provence : 1ère région française productrice de vins rosés

A l’instar du vin, le rosé n’est défini ni défendu par aucun texte législatif. La controverse du mélange blanc mélangé à du rouge a donc de beaux jours devant elle. Longtemps peu considérée, la couleur rose est aujourd’hui devenue celle de l’été. L’engouement du consommateur a poussé le vinificateur à de réels progrès. A moins que ça ne soit l’inverse... Entre gris, fruité, sec, frais, le choix est désormais vaste pour des vins de soif qui évoluent de plus en plus vers ceux d’excellence, avec de réelles « étiquettes de noblesse ».

Le rosé: c'est la star de l'apéro en été (photo ©Hello Laroux)

Cave de rosé

Le vin rosé est le plus ancien que l’on connaisse. Il est apparu sur les rivages méditerranéens, il y a plus d’un millier d’années. L’étude des représentations grecques ou égyptiennes montre une élaboration de vins clairs qui ressemble à celle du rosé, à partir de raisins foulés ou pressés et sans macération (qui est la base de fabrication du vin rouge). Dans les monastères, on est assez fan de ce vinum clarum, ancêtre du clairet bordelais. La Renaissance garde elle aussi ce goût du ni blanc ni rouge, en attestent des détails de carafes et de verres des peintures flamandes ou hollandaises. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe s. que les préférences évoluent du rosé vers le rouge. Après la crise du phylloxera, on replantera donc en raisins particulièrement colorés. Alors que le rosé a guidé la consommation pendant des siècles, la préférence passe alors nettement au rouge. Le rosé ne compte pour presque plus rien dans le marché du vin, avant de connaître tout récemment, un regain d’attention. Désormais, la tendance revient au rose. La consommation a triplé en 20 ans pour atteindre en 2013, un tiers de la consommation totale de vin. Accessible, désaltérant, varié, facile, de couleur chaleureuse, ce vin fait souffler sur la table comme un vent de liberté.

Tout commence par les vendanges

Dégustation de vin dans un domaine viticole des Bouches-du-Rhône

En Provence, plus gros pourvoyeur de la couleur, les vignes sont arrivées avec les Grecs de Phocée qui ont implanté des pieds jusque dans la cité. Marseille est en effet né avec la vigne. Des pépins de marc de raison ont été retrouvés dans les récentes fouilles du quartier Bourse. La route des vins borde de grands sites naturels. De Sainte-Victoire aux coteaux dominants de Cassis, les paysages de vignes offrent de magnifiques tableaux diversifiés. La vigne colle à la Provence comme le thym et la farigoulette. Partout dans la région, le vignoble croise la pierre et les oliviers. Vin et huile d’olive se côtoient couramment dans les domaines qui n’oublient ni l’art ni la gastronomie. Festival Jazz à Beaupré, Festival Music en vignes au Château Paradis, art et architecture dans les vignes au Château La Coste, la Provence allie habilement la culture de l’esprit à celle du palais. Le rosé a ainsi les faveurs du Sud parce qu’il fait particulièrement bien écho à sa cuisine. Agneau en croûte, petits farcis, loup au fenouil, sardines grillées, artichauts barigoule, rien ne lui résiste. Qu’elle soit de poisson ou de viande, toute cette cuisine aromatique méditerranéenne se plait en accords clairs. La région jouit de typicités différentes. Le cinsault du Cassis fournit des roses pâles, vins fruités et fins ; alors qu’un peu plus loin, dans les Baux-de-Provence, grenache ou mourvèdre rajoutent structure et caractère. En Provence, les rosés saumonés restent légers, fruités, tendres, nerveux et aromatiques. Dans le verre comme dans l’assiette, la palette est riche pour qui aurait envie de savourer une Méditerranée rosée.

"Quand le vin est tiré, il faut le boire, surtout s'il est bon."
- Marcel Pagnol

So food so good est le blog d'une journaliste culinaire qui aborde la cuisine la plus créative comme une culture, sous tous ses angles. Cécile Cau vous parle des restaurants qu’elle aime, vous livre ses recettes préférées et des petits secrets d’infos régulièrement glanées auprès des chefs qu’elle côtoie régulièrement.

http://www.sofoodsogood.com/

Autres articles

Gérald Passedat, parrain de l'année de la gastronomie

Gérald Passedat, parrain de l'année de la gastronomie

L’année qui s'ouvre sera celle de Marseille Provence Gastronomie 2019, placé sous le parrainage du chef triplement étoilé Gérald
Passedat. Sa cuisine est un manifeste pour l’éducation du goût, une vision, un cap à tenir.

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.