On a testé... La récolte de miel

Récolte et visite d'une miellerie avec l'apiculteur Gérard Jourdan

Publié le 4 juin 2018 Mis à jour le 13 juillet 2018

En ce mercredi de mai, on s'est dit que ce serait sympa d'emmener les enfants découvrir comment est fabriqué le miel. C'est toujours bien et dans l'air du temps de savoir ce que nous consommons et d'où vient ce fameux liquide sucré qu'ils tartinent sur leur morceau de pain tous les matins... Rendez-vous est pris avec Gérard Jourdan, producteur de miel à Auriol pour nous faire découvrir son métier et sa passion pour les abeilles.

En pleine campagne, sur le bord d'une petite départementale entre Aubagne et Roquevaire, vous ne pourrez pas rater l’adresse de Gérard signalée par une dizaine de ruches colorées très accueillantes. C'est en contre-bas de la route que l'on accède -pour de vrai- à la miellerie, avec juste derrière, une dizaine de ruches, pas colorées celle-ci et hébergeant des milliers d'abeilles.

ruches Gérard Jourdan

Des dizaines de ruches et des milliers d'abeilles

Gérard nous accueille avec un grand sourire et nous propose d'aller récolter le miel et comme il fait beau, "les abeilles sont de bonne humeur !" Comprendre : elles ne seront pas agressives car trop occupées à butiner les fleurs de thym, romarin, ou fleurs des champs. Et oui, les abeilles c'est comme nous, quand il pleut, elles ne sont pas contentes et peuvent piquer.

Pendant que Gérard prépare l'enfumoir à abeilles avec quelques brindilles sèches… on se renseigne… ça les endort ? Pas du tout, au contraire, la fumée stressent les abeilles (et oui, comme nous, elles ont peur du feu). Du coup, elles se réfugient dans la ruche pour consommer du miel, ce qui les calment et les rend moins agressives. Ainsi, gavées de miel et divisées, elles ne pensent plus à attaquer et nous pouvons, enfin, pas nous mais l'apiculteur, récolter le miel tranquillement :-)

Il vaut mieux laisser les sandalettes dans la voiture et venir en jean et en baskets. Nous enfilons nos tenues d'apiculteur pour aller déranger les demoiselles dans les ruches. Gérard dispose de plusieurs tailles de tenues, pour les enfants et les adultes. La tenue est couvrante et la "grille' au niveau du visage nous permet de voir ce qui se passe sans se faire piquer. Pas trop rassurés quand même d'approcher ces petites bestioles ailées mais l'enthousiasme et l'excitation des enfants étaient tels qu'il fallait y aller. Nous suivons bien les conseils et les instructions :

  • ne pas sortir les mains de la tenue
  • ne pas coller son nez sur la grille (et oui, sinon une abeille peut vous piquer à travers la grille)
  • et surtout, ne pas s'arrêter en chemin (au milieu de toutes les ruches)

Des tenues d'apiculteur pour tous pour aller récolter le miel dans les ruches.

Nous voilà devant les ruches. Ça bourdonne dans tous les sens.
On essaie de se rassurer en pensant à la si sympathique petite Maya…

Un petit coup d'enfumoir, Gérard soulève le toit de la ruche et sort un premier cadre sur lequel les abeilles ont formé un rayon, composé de centaines d'alvéoles renfermant le précieux liquide. Il prélève 2 cadres bien remplis. On referme le tout et direction la miellerie pour l'extraction !

On accompagne Gérard qui prélève 2 cadres gorgés de miel directement dans les ruches

Dans la miellerie, on peut voir des ruches vides et les différents éléments qui la composent. En bas c'est le plancher. C’est par là que rentrent les abeilles avant de monter dans les étages. Un étage est composé jusqu'à 5 rayons et on peut monter jusqu'à 3 étages. Cela dépend de la colonie, de la récolte et d'autres facteurs que Gérard vous expliquera bien mieux que moi :-) Et en haut se trouve le grenier. Quand on récolte, on commence toujours par le grenier.

Et surtout, dans la miellerie, ça sent bon! Une odeur douce et sucrée qui donne envie de goûter à tous les miels que produisent les abeilles. Mais avant, il faut l'extraire.

Pour ce faire, Gérard prend un couteau pour enlever l'opercule de cire qui retient le miel. C l'étape de la désoperculation. Il y a aussi une sorte de peigne. Ensuite il place les cadres dans un extracteur. C'est une sorte de grosse centrifugeuse électrique et là, on attend que le miel coule par un petit robinet situé en bas de l'extracteur.

Pour faciliter l'extraction, il faut ôter l'opercule de cire des rayons avant de les placer dans une grosse centrifugeuse.

Les petits gourmands n'attendront pas longtemps pour glisser un bâtonnet sous le jet liquide de miel et se régaler.

Bien sûr les petits gourmands sont collés au robinet et n'attendent qu'une chose : voir couler le miel et le goûter ! Ils n'attendront pas longtemps pour glisser un bâtonnet sous le jet liquide de miel et se régaler. Par contre, nous adultes, un peu plus. Et là, quelle douceur, quel parfum de fleurs et en plus c'est un peu chaud... Humm un régal ! Un goût tellement particulier et frais que je vous recommande vivement d'essayer.

Découverte de la miellerie de Gérard Jourdan

La visite s'achève par une dégustation de miel. Plus d'une dizaine de saveurs. Il y a bien sûr du miel de lavande, tilleul, romarin, toutes de fleurs mais la spécialité de Gérard, ce sont quand même les miels des calanques (doux aussi), de bruyère, de garrigue ou encore de sarrasin (très fort lui pour le coup). Mes préférés ? Le miel de bruyère et de châtaignier. Et l'hiver, Gérard vend sur les marchés du nougat 100% artisanal: du miel et des amandes. Un délice !

D'ailleurs, retrouvez Gérard sur les marchés de Marseille les:

  • mardis matin aux Réformés (13001)
  • jeudis matin sur la place des Chartreux (13004)
  • samedis matin au marché de la place Sébastopol (13004)

Plus d'infos sur la miellerie de Gérard Jourdan à Auriol.

Sinon, vous pouvez aussi vous régaler du miel de Gérard au petit-déjeuner que sert l'hôtel Le Sofitel à Marseille.

Et si vous n'êtes pas sur Marseille, retrouvez tous les producteurs de miel de Provence dans notre guide. Certains font visiter leur miellerie mais pas tous.

Alors on récapitule: 1/ on récolte le miel directement dans les ruches 2/ on extrait le miel des rayons 3/ on déguste une dizaine de miel

Infos pratiques

  • Pour qui ?
    Pour toute la famille, sauf les bébés et les personnes allergiques aux piqûres d'abeilles. On ne sait jamais.

  • Quand?
    À faire au printemps et en été car c'est là qu'il y a le plus de miel. C'est plus agréable de récolter le miel dans les ruches quand il fait beau (et pas trop chaud) parce que les abeilles seront moins agressives. Attention, comme il ne le propose pas tout le temps, si vous voulez récolter le miel, il faut appeler Gérard quelques jours avant la visite et le rappeler la veille selon la météo.

  • Tarif ?
    Visite gratuite de la miellerie sur réservation au 0683505732

  • Ce que l'on a aimé ?
    Récolter le miel avec l'apiculteur et goûter le miel tout juste extrait.

Autres articles

Top des événements gastronomiques de la rentrée

Top des événements gastronomiques de la rentrée

SEPTEMBRE - OCTOBRE 2019

MPG2019 fait sa rentrée et vous invite à sa table ! Barbecue géant, Festival de la Pizza, marchés gourmands, pique-niques dans les vignes et fêtes provençales viennent prolonger l'été et la fête !

Focus sur 2 producteurs de pâtes en Provence

Focus sur 2 producteurs de pâtes en Provence

Marre de manger des pâtes industrielles ? Testez les pâtes artisanales made in Provence

Arrêt sur image et retour sur les exploitations familiales et artisanales de deux pastiers provençaux. Partez à la rencontre de ces producteurs locaux qui cultivent avec amour des hectares de céréales anciennes pour vous offrir les meilleurs produits qui soient.

On a testé… le restaurant Maison Hache à Eygalières

On a testé… le restaurant Maison Hache à Eygalières

L’adresse gastronomique à tester sans tarder

Si comme nous, vous ne saviez pas situer le village d’Eygalières sur une carte des Bouches-du-Rhône, Myprovence vous donne une occasion en or pour réparer cette erreur : manger au restaurant Maison Hache. Et si, en quittant Aix-en-Provence, vous vous trompez de route, ce n’est pas grave, il y a Waze pour vous guider.

Top des restos avec vue

Top des restos avec vue

Manger au resto c’est bien, mais quand la vue est, c’est encore mieux non ?

Vue mer ou montagne, les pieds dans l’eau ou haut perché, ce top Myprovence recense des restos pour tous les goûts et tous les porte-monnaies. N'oubliez pas vos lunettes de soleil !

Banquets gréco-romains au Musée d'Histoire de Marseille

Banquets gréco-romains au Musée d'Histoire de Marseille

Participez à un repas de chefs dans un lieu historique

Dans le cadre de l'exposition "On a rien inventé", le duo de chefs Emmanule Perrodin & Mireille Chérubini, vous invite à prolonger l'expérience artistique à table autour de plusieurs banquets gréco-romains dans le jardin des vestiges du Musée d'Histoire de Marseille.

Glaces artisanales en Provence : de la ferme au cornet

Glaces artisanales en Provence : de la ferme au cornet

Cet été, mangez des glaces locales, artisanales et bio

La canicule est terminée mais qui a dit que la saison des glaces était finie ? Ici, nous vous livrons deux adresses de producteurs qui font aussi des glaces artisanales en Provence. Si vous aussi, vous êtes amateurs de glaces et l’envie d’une pause sucrée aux saveurs locales et bio vous enchantent, ces adresses sont pour vous.

Top des marchés de producteurs de l’été

Top des marchés de producteurs de l’été

Manger local et frais tout l'été sur les marchés des producteurs locaux

Cet été, valorisez le circuit court et arpentez nos petits marchés de producteurs à la recherche de tomates mûres et juteuses à souhait, de légumes du potager, d’huiles d’olive produites localement pour vous faire de belles salades gourmandes.

Portrait de chef : Dan Bessoudo

Portrait de chef : Dan Bessoudo

Du grand nord à la Provence

Après avoir côtoyé les meilleurs chefs en France et ailleurs, Dan Bessoudo a retrouvé sa Provence natale en 2004 et ouvert un établissement au cœur du village de Ventabren. Une table étoilée, entre authenticité et modernité, exigeante sur la simplicité des produits locaux. Une fusion des terroirs élégante, pétillante... immanquable !

Portrait de chef : Guillaume Sourrieu

Portrait de chef : Guillaume Sourrieu

En équilibre entre terre & mer

Guillaume Sourrieu, chef étoilé du restaurant l’Epuisette à Marseille, sa ville natale, évolue en marge des modes. Sa cuisine s'inspire de la pêche locale et de la récolte quotidienne des producteurs locaux, le tout, dans le respect de l'environnement. Un chef a na pas rater !

Le colombier, une tradition provençale

Le colombier, une tradition provençale

Allez-vous vous marier cette année ?

Le colombier est le gâteau par excellence de la Pentecôte, bien qu'assez méconnu, il fait pourtant tradition des traditions culinaires de la cuisine provençale.

Faire son marché aux halles à Marseille

Faire son marché aux halles à Marseille

La Grande Halle en fête

Du 28 au 30 juin, on vous donne rendez-vous sur le Vieux Port de Marseille pour faire votre marché à la Grande Halle. Un marché éphémère de plus de 130 producteurs du terroir pour faire connaitre et déguster les produits du terroir des Bouches-du-Rhône.

Les dîners insolites de MPG2019

Les dîners insolites de MPG2019

Sortez du restaurant

Cet été, dans le cadre de MPG2019, l'année de la Gastronomie en Provence, le chef Emmanuel Perrodin vous invite à dîner dans des lieux insolites. Une quinzaine de dates pour (re)découvrir la gastronomie provençale mise à l'honneur par des duo de chefs des Bouches-du-Rhône dans des lieux magiques ou insolites.