Nouveau parcours archéologique en Méditerranée

à partir du 8 mars 2019

Publié le 18 mars 2019 Mis à jour le 18 mars 2019

Le musée d’Archéologie méditerranéenne, installé dans le Centre de la Vieille Charité, offre au public, dès le 8 mars 2019, l’accès à l’un des plus remarquables ensembles architecturaux, ainsi qu’un tout nouveau parcours muséographique.

Il y a vingt-cinq ans, le Musée d’Archéologie Méditerranéenne ouvrait ses portes.
Aujourd’hui, il fallait revoir la muséographie dans son ensemble pour offrir un parcours thématique et sociologique plus moderne au public.

Le discours de l’exposition propose une approche fédératrice du monde antique par le prisme des sociétés. Il souligne la permanence et la force créatrice des peuples et civilisations bordant la Méditerranée et montre le rôle novateur des civilisations proche-orientales, entre Tigre et Euphrate.

Certains objets retrouvent leur polychromie originelle, grâce à des vidéo-mapping par picoprojecteurs. Des techniques et savoir-faire antiques sont restitués dans des films ou projections minutieusement réalisés. Les éléments de médiation traditionnels - tels que textes et panneaux de section, cartes géographiques, notices, cartels - sont reformulés en fonction des nouvelles découvertes ou hypothèses archéologiques.

Le département Proche-Orient / Bassin Méditerranéen se découvre désormais à travers les objets les plus exceptionnels présentés, de façon thématique, géographique et chronologique, au choix du cheminement et de la réflexion de chacun.

© N.Ammirati

Base de Thymiatéron marbre sculpté de Paros © N.Ammirati

Une invitation au voyage

De grandes civilisations et des inventions majeures pour l’homme ont vu le jour au Proche Orient et dans le Bassin Méditerranéen. Des progrès techniques et des savoir-faire, encore en usage aujourd’hui, ont été acquis et développés dans cette aire géographique. À travers la refonte du parcours permanent, l’exposition dessine les contours de cette histoire ancienne au quotidien…

Entré dans les nouvelles salles, le visiteur découvre l’une des premières civilisations urbaines, établie dans l’Orient mésopotamien au IVe millénaire avant notre ère.
Il est alors évoquée l’invention de la ville - plutôt que sa naissance - car les Mésopotamiens ont non seulement modelé le milieu économique nécessaire à son émergence, mais aussi créé un urbanisme palliant la fragilité d'une architecture de terre.

Les grandes inventions sont aussi celles de l’écriture, puis de l’alphabet.
Les conditions et mécanismes qui présidèrent leur apparition permettent de nuancer l’idée d’un simple glissement d'une écriture des choses vers une écriture des mots.

En effet, le Bassin Méditerranéen antique fut un laboratoire effervescent de systèmes d’écriture, où furent expérimentées des solutions tantôt éphémères et isolées, tantôt utilisées durant des millénaires par des peuples de langues très différentes - comme en attestent les alphabets grec et latin, encore employés de nos jours.

Une des plus exceptionnelle pièce du musée : Oenochoe minoeenne XVe siecle av J-C. © N.Ammirati

Protome de lion Terre cuite emaillee.Elam. IIe millenaire av J-C. © N.Ammirati

Pour ponctuer son voyage, le visiteur est invité à faire des escales, dans le
temps et dans l’espace.

Pourquoi pas Chypre ? Cette île au carrefour de l’Orient et de l’Occident, caractérisée tout au long de son histoire par le brassage des peuples et des cultures ;
L’Afrique du Nord ? Là où les Phéniciens y installèrent différents comptoirs et élaborèrent la brillante civilisation punique, dont la ville de Carthage demeure le meilleur exemple ;
Ou bien autour de la mer Egée, dans les Cyclades dont les célèbres idoles de « fécondité » inspirèrent de grands artistes modernes tels que Picasso et Brancusi ;
Ou plus généralement, à la découverte des civilisations minoenne, mycénienne et du monde grec.

Une autre entrée est aussi possible : celle des mythes, des dieux et des héros.
Près de trois mille ans après leur naissance, les noms évoquant des personnages mythologiques gréco-romains, connus par les oeuvres littéraires de grands auteurs anciens tels Homère ou Hésiode, sont encore familiers au public.
Ulysse et le chant des sirènes, Achille et son fameux talon, Héraklès et ses douze travaux, la terrible Méduse, ou encore l’enlèvement d’Europe, le bel Apollon, le complexe d’Oedipe… autant d'expressions et de mythes que la civilisation européenne n'a jamais oubliés.

Tête féminine Agrippine © N.Ammirati

© N.Ammirati

Le visiteur pourra s’arrêter sur l’importante collection de céramiques du musée, dont la présentation a été épurée.
Son attention pourra se porter sur le répertoire ornemental des vases de Corinthe et d’Etrurie, et ainsi constater que malgré la distance qui sépare ces deux régions, elles ont en commun l’attrait pour les frises d’animaux affrontés, les bestiaires fantastiques et les motifs végétaux stylisés.

Quant à la céramique attique, la collection du musée est suffisamment riche pour
rendre compte de son évolution, de la figure noire archaïque à la figure rouge, en passant par la production de vases à fond blanc…

Le nouveau parcours accorde également une place importante à des sujets sociologiques récurrents, tels que les diasporas ou la condition de la femme.
Dans le premier cas, l’Italie du Sud, probablement la région la mieux connue du monde grec antique, est particulièrement intéressante pour comprendre l’appropriation de l’espace colonial, l’interaction avec les populations indigènes et l’urbanisation des nouvelles installations.

Dans le second cas, les apparences sont parfois trompeuses. Les représentations féminines, le plus souvent dédiées aux divinités, sont très éloignées de la réalité de la condition de la femme, qu’elle soit athénienne, corinthienne ou spartiate. Car si cette condition peut varier d'une cité et d’une période à l’autre, l’existence de la fillette à la femme mûre - souvent programmée dès la naissance - suit un cours quasi immuable.

Stèle funéraire Athènes © N.Ammirati

© N.Ammirati

Et puisque cette histoire ancienne est aussi celle du quotidien.
On ne peut la comprendre que par certaines actions qui scandent la vie des peuples antiques: les rituels en sont un bon exemple.
Il est abordé ici, le sacrifice, avec ou sans effusion de sang, comme principal moyen pour l'individu ou pour le groupe de communiquer avec les dieux ; le banquet, notamment à travers la figure emblématique de Dionysos, divinité civilisatrice qui appris aux hommes le savoir-boire ; et les funérailles, dans toute leurs complexités et leurs variétés.
Elles reflètent la place privilégiée accordée au défunt par les civilisations antiques abordées, pour lesquelles nulle résurrection n’était attendue.

Une cohérence chronologique est toutefois conservée.
La nouvelle exposition permanente a été conçue pour permettre au visiteur de construire son parcours au grès de ses envies, palliant ainsi la linéarité de l’espace contraint par l’architecture.
L’histoire prend ici fin par le rayonnement de la culture romaine sur l’ensemble du monde méditerranéen et de l’Europe de l’Ouest, en passant par la Mer Rouge et la Mésopotamie. Force est de constater que la domination de Rome façonna l’identité de notre civilisation occidentale dans des domaines tels que le droit, les institutions, l’organisation politique, les lois et l’administration, l’art et la littérature, l’architecture et la technologie, les langues et la religion. La civilisation romaine participa ainsi d’une forme de « mondialisation », qui va résister pendant huit siècles.

verre soufflé © N.Ammirati

poignards et 3 rouelles © N.Ammirati

de la couleur avant toute chose © N.Ammirati

Les focus thématiques

Des focus thématiques sur plusieurs savoir-faire antiques, les τέχναι (technaï), sont proposés au visiteur pour qu’il puisse apprécier de lui-même la maitrise technique des artisans de l’époque et dans bien des cas, la prouesse dont relèvent certaines créations.

Le travail du verre
Le travail du bronze
La palette des peintres

Pour comprendre ces savoir-faire, un important travail d’expérimentation a été réalisé en amont. Les chaînes opératoires sont rendues visibles et explicitées au visiteur grâce à la captation vidéo des expériences réalisées par différents archéologues et spécialistes. Quand cela a été jugé pertinent, des projections sur les objets authentiques eux-mêmes ou sur leur fac-similé sont également proposées, afin de mieux rendre compte d’un état originel possible.

Dans tous les cas, le visiteur pourra apprécier les objets issus de l’expérimentation ici exposés et mettre en regard l’authentique et le contemporain « à l’antique ».

© N.Ammirati

© N.Ammirati

© N.Ammirati

Des dépôts exceptionnels : Le Louvre et le DRASSM

Les dépôts entre musées sont une pratique partenariale de collaboration et d’échanges dans le monde muséal : ils permettent aux musées déposant et dépositaire une collaboration scientifique et culturelle, ainsi qu’un acte fort de confiance et de diffusion des oeuvres d'art.

À la différence d'un prêt pour une exposition temporaire, dans le cadre duquel les objets sont prêtés pour plusieurs mois (trois à douze mois environ), le dépôt s'effectue sur plusieurs années renouvelables (une à dix années). Le dépôt permet au musée déposant de présenter des objets complétant le discours pédagogique ou esthétique dans la collection permanente du musée dépositaire.

© N.Ammirati

© N.Ammirati

Le Dépôt du Musée du Louvre

Dans le cadre de la collaboration du musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille avec le Musée du Louvre, le dépôt permet d'enrichir le parcours scientifique de la collection et plus précisément, de combler des lacunes géographiques et chronologiques.
Cette collaboration est ancienne, puisqu’en 1916 déjà, le Musée du Louvre effectuait un dépôt en faveur du musée des Antiques de Marseille.

En 2019, ce nouveau dépôt de douze exceptionnelles oeuvres proche-orientales et phénico-puniques, selectionnées avec Hélène Le Meaux (Louvre), dote le musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille d’un continuum historique et géographique pour mieux rendre compte des dernières recherches et hypothèses émises par les archéologues.

Les cinq stèles provenant du cimetière punique de Carthage, ainsi que les briques et tablettes inscrites de Mésopotamie, offriront aux visiteurs un exemple inédit dans un musée d'archéologie français, des tout débuts de l'écriture, et des rites funéraires phénico-puniques.

La qualité exceptionnelle de ce dépôt participe à une nouvelle réflexion sur les liens entre toutes les civilisations du bassin méditerranéen.

Trente-sept mille oeuvres dont le Louvre a la responsabilité sont actuellement
déposées en région. Vingt-deux objets des collections de ce département, provenant principalement des fouilles des années 1898-1909 réalisées par Jacques de Morgan à Suse, au sud ouest de l’Iran, y ont en effet été déposés : le magnifique lion en faïence, le relief aux sphinx, les céramiques peintes, briques inscrites et clous de fondation contribuent à retracer l’histoire de la ville de Suse. Jacques de Morgan s’est installé à Marseille à la fin de sa vie et a légué également quelques objets directement au musée archéologique de Marseille.

Amphore étrusque îles d'Hyères © N.Ammirati

Dépôt du DRASSM - Assemblage bloc de verre antique- flacon antique et contemporain ( CIRVA). ©Camille beguin

Le dépôt du DRASSM

Le Département des recherches d'archéologie subaquatique et sous-marine est un partenaire complice et bienveillant des Musées de Marseille, notamment avec le musée d’Histoire et celui d’archéologie, depuis de nombreuses années.

Avec cet important dépôt au musée d’archéologie méditerranéenne, c'est une collaboration scientifique et technique qui se pérennise pour mieux représenter le thème "Mare-Nostrum".

Le dépôt de trois nouvelles amphores, de bouchons, de lingots de cuivre et d'étain, tous issus d'épaves marseillaises ou corses, permet désormais de mieux illustrer les échanges commerciaux qui ont eu lieu dans le bassin méditerranéen : ces amphores, destinées au stockage et au transport du vin ou de l’huile, font écho à la vaisselle de table exposée ; les lingots illustrent les techniques d'alliages cuivreux et le transport des matières premières presque exclusivement par bateau.

Le département Egyptologie du musée d’archéologie méditerranéenne

De l’Égypte au Proche Orient, la richesse des collections.
Installé depuis 1989 au sein du Centre de la Vieille Charité à Marseille, le musée d’Archéologie méditerranéenne constitue un lieu de visite remarquable. Détenteur dans ses collections d'oeuvres souvent exceptionnelles, le musée offre un vaste panorama de l’art des civilisations du pourtour méditerranéen et Proche-Orient.

Le musée d’Archéologie méditerranéenne, c’est donc également une importante collection d’antiquités égyptiennes. La scénographie du lieu évoque celle des temples et tombeaux égyptiens, et contribue au dépaysement du visiteur : cinq espaces se succèdent, permettant d’appréhender les collections sous différents éclairages thématiques.

En 1861, la Ville de Marseille fit l’acquisition de la collection du docteur Antoine Barthélémy Clôt, passionné d’égyptologie, honoré du titre honorifique de Bey par l’Égypte.
Des pièces uniques au monde comme les quatre stèles orientées du général Kasa, seul ensemble complet connu à ce jour, y sont exposées.
Une autre pièce majeure est la table funéraire du scribe de la Place de la Vérité Qenherkhepechef. Le caractère exceptionnel de cette table dite de “Clôt Bey” tient aux trente-quatre cartouches royaux associés aux offrandes.
Egalement le bas relief daté du règne de Ptolémée VIII Évergète II, l’arrière grand père de la grande Cléopâtre, provenant de la rive orientale de Thèbes, plus précisément du “temple de l’est” de Karnak, figurant la déesse Mout coiffée du pschent, main droite levée en un geste de protection. Ce beau linteau, dont nous ne possédons qu’une partie, se partage les faveurs de musées prestigieux, tels que Le Louvre et Berlin.
Des objets de la vie quotidienne égyptienne viennent également compléter cette collection, ainsi que de magnifiques sarcophages, stèles funéraires polychromes et momies.

Le Musée d’Archéologie Méditerranéenne de Marseille (le MAM) expose la seconde collection de France d’égyptologie, après celle du musée du Louvre.

Infos pratiques

Infos pratiques

Musée d’Archéologie Méditerranéenne – CENTRE DE LA VIEILLE CHARITÉ 13002 Marseille
HORAIRES : 9h30 à 18h du mardi au dimanche
Fermeture hebdomadaire le lundi (sauf Pâques et Pentecôte) et 1er janvier, 1er mai,
1er et 11 novembre, 25 et 26 décembre
Accès gratuit dans les musées le 1er dimanche du mois
TARIFS : Collections permanentes : 6 € / 3 € tarif réduit
PASS MUSEES : 45 € / 35 € tarif réduit - individuel et nominatif - validité : 1 an

Découvrir

Pour aller plus loin

Un Musée d'Histoire pour un patrimoine vivant

Un Musée d'Histoire pour un patrimoine vivant

Partez à la découvert des origines de la ville de Marseille avec le nouveau musée d'Histoire de la ville qui retrace le parcours tumultueux amenant la mutation de Massalia au Marseille d'aujourd'hui.

La Vieille Charité: Un édifice rempli d'histoire

La Vieille Charité: Un édifice rempli d'histoire

Lieu emblématique du Vieux Marseille, la Vieille Charité se trouve naturellement au cœur du Panier, noyau historique de la ville. L’ensemble contient en outre pas moins de musées, la moindre des choses pour un lieu chargé d’histoire comme celui-ci.

Le Chaland Arles Rhône 3, un trésor national

Le Chaland Arles Rhône 3, un trésor national

En 2004, une équipe d'archéologue sort une embarcation romaine dans un état impeccable. Six ans plus tard, le chaland est exposé dans un musée pour ce qui est encore aujourd'hui l'une des plus belles pièces remontés des eaux provençales.

Agenda

Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
MUSÉES

MUSÉES

Voir
13 musées à découvrir dans le département !

13 musées à découvrir dans le département !

Le département des Bouches-du-Rhône n’est pas avare en proposition culturelle. My Provence Culture vous propose un petit guide des 13 musées immanquables lors de votre séjour dans le département.

Voir le guide 13 musées à découvrir dans le département !
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Bons plans : visiter des expositions gratuitement

Bons plans : visiter des expositions gratuitement

Aller au musée sans dépenser d'argent, c'est possible. Pléthore d’endroits ouvrent de temps à autres leurs portes sans demander de ticket d'entrée. Découvrez quand !

Des estampes de grands maîtres du Japon pour la première fois en France

Des estampes de grands maîtres du Japon pour la première fois en France

Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020

L’Hôtel de Caumont présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque Edo, à travers plus de 150 estampes ukiyo-e et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois. Pour la plupart issus de la collection de Georges Leskowicz, l’une des plus importantes collections d’estampes japonaises dans le monde.

La Nuit du Cirque

La Nuit du Cirque

Le 15 novembre 2019

Le 15 novembre, l'Europe entière vibrera d'ondes circassiennes, avec la première Nuit du cirque. À vivre, pour nous plonger dans l'âme du cirque d'aujourd'hui !

Le Jazz en Provence

Le Jazz en Provence

À l'occasion de Jazz sur la ville, l'événement musical incontournable de la fin de l'automne, découvrez l'histoire du Jazz en Provence. Le jazz est né il y a 100 ans. Il a rythmé et imprégné la Provence durablement grâce aux structures et festivals qui le font rayonner toute l'année.

Le sublime...Par hasard

Le sublime...Par hasard

Du 18 octobre au 23 février 2020

Les expositions à la Vieille Charité et à la Friche la Belle de Mai déroulent une typologie chronologique du hasard comme processus créatif à travers les plus importants courants et artistes de la seconde moitié du XIXème siècle à nos jours.

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Du 29 octobre 2019 au 24 mai 2020

Avec une des plus grande rétrospective consacrée à Jean Giono au Mucem, cette année ne néglige pas le fidèle Lucien Jacques qui sera à l’honneur au musée Regards de Provence, en face, ainsi que "sa" Provence. Une année qui mobilise tous les acteurs du cinéma, de la littérature, du spectacle vivant qui ont chacun « leur » Giono.

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

Du 10 au 13 octobre 2019

Venez découvrir les faces cachées du musée départemental Arles antique, celle de la numérisation 3D, celle des techniques innovantes de conservation-restauration, celle des nouvelles technologies mises au service des chercheurs.

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Du 5 octobre 2019 au 3 mai 2020

Le Musée Regards de Provence met à l’honneur le peintre Henri Person. La Méditerranée fût une source inépuisable d’inspirations pour cet artiste, enthousiasmé par le pointillisme et la quiétude des eaux du port de Saint-Tropez.

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol gère depuis 2004 l’ oeuvre de son grand-père et en assure la restauration et la promotion pour les prochaines générations.

(Re)Découvrez le Port antique de la plus ancienne ville de France : Marseille

(Re)Découvrez le Port antique de la plus ancienne ville de France : Marseille

Renaissance d'un site archéologique

Avec sa requalification, le site du Port antique de Marseille est entré dans une nouvelle phase de sa très longue histoire.

Fiesta des Suds, le bonheur à la carte !

Fiesta des Suds, le bonheur à la carte !

Du 10 au 12 octobre 2019

La Fiesta des Suds renouvelle la promesse d’un festival sans égal, avec ses divas magistrales et ses pépites musicales, ses bombes scéniques et son décor féérique, ses déambulations festives nourries de l’appel du large et des parfums d’Ailleurs.

Satire à vue à l'Estaque !

Satire à vue à l'Estaque !

du 23 au 29 septembre 2019

Le Festival International de la caricature, du Dessin de Presse et de la satire de l'Estaque accueillera pour la 8e année 45 dessinateurs, expositions, projections et bien sûr de nombreux échanges et débats.