Les herbes de Provence

Les parfums retrouvés de nos garrigues

Publié le 13 mars 2017 Mis à jour le 20 juillet 2018

Lorsque Gilbert Bécaud chantait les marchés de Provence, lorsqu’il évoquait les parfums de fenouil et de mer, de Midi rimant avec céleri, la Provence de 1957 ignorait qu’elle s’apprêtait à donner naissance à l’un de ses plus emblématiques trésors dont la réputation a largement dépassé les frontières du Rhône ! Les herbes de Provence, puisque c’est d’elles qu’il s’agit, sont nées au cœur des années 1960, dans l’esprit de quelques cerveaux talentueux du marketing qui ont eu l’idée géniale de commercialiser un mélange d’herbes sobrement estampillé : « herbes de Provence ». A l’origine, il s’agit simplement de cueillir à la main dans la garrigue, des contreforts du Garlaban aux vallons de Sainte-Victoire, du thym, du romarin, un peu de sarriette et de les mélanger à de l’origan.

Gage de soleil et de vacances, ce mélange d’herbes aromatiques va connaître un succès inespéré apportant à quantité de plats des saveurs d’été, de vacances et d’évasion.

Origan

Origan

Romarin en fleur dans la garrigue

Romarin en fleur dans la garrigue

Stressez la plante, elle vous le rendra bien !

C’est au milieu de la rocaille provençale que le Thymus vulgaris s’épanouit au mieux : stressé par la pénurie d’eau et la sécheresse rémanente en Provence, le thym et ses coreligionnaires fabriquent d’importantes quantités d’huile essentielle pour se protéger du manque d’eau. Forts de ce constat et souhaitant anoblier les herbes les plus humbles, une cinquantaine de paysans ont décidé de produire en respectant les critères imposés par le cahier des charges d’un nouveau Label Rouge. Comme un juge de paix, la coopérative de Trets dans les Bouches-du-Rhône, fédère ces bonnes volontés.

Promenade dans la garrigue

Promenade dans la garrigue

Des herbes de Provence fraîches sur les marchés

Acheter ses herbes de Provence fraîches sur les marchés

Pour se prévaloir de la fameuse estampille, les paysans provençaux doivent assoiffer leurs champs et produire des herbes de Provence avec une teneur en huiles essentielles deux fois supérieure aux herbes non labellisées. Seules seront commercialisées les feuilles débarrassées de leurs “bûchettes”, sortes de petites branches sans intérêt, et propres, sans poussière, terre ni gravats. Signe ultime du soin apporté à ces herbes aromatiques labellisées, les feuilles feront l’objet d’un minimum de manipulations manuelles pour éviter toute dispersion de leurs arômes avant d’être saupoudrées dans la marmite du consommateur.

Désormais, le fameux mélange “herbes de Provence”, reprend des couleurs. Un beau vert bouteille, un vert bronze, un vert argenté, toute la gamme des verts qui suinte des plantes lorsque le soleil brûle les collines au mois d’août. Pour le cuisinier ou le simple gourmet, acheter des herbes de Provence portant un Label Rouge est devenu gage de qualité, l’assurance d’être rassuré sur l’objet de son achat : 27% de sarriette, de romarin et d’origan auxquels s’ajoutent 19% de thym. Ni plus, ni moins.

Préparation de la ratatouille

Pour parfumer votre ratatouille, n'oubliez surtout pas le thym (photo H.Laroux)

Où les trouver ?

Les ramasser demande un peu de soin : munissez-vous d’un panier en osier et d’un sécateur que vous aurez bien nettoyé avant de randonner. Récoltez uniquement les quantités dont vous aurez besoin en prenant soin de ne jamais déraciner les plants, en veillant à toujours laisser de jeunes pousses pour garantir le bon développement de la plante. De retour à la maison, étalez vos herbes sur un plan de travail propre, retirez les branchages, feuilles et autres cailloux qui n’ont rien de comestible. Laissez sécher une quinzaine de jours et entreposez dans des boîtes en fer ou des bocaux.

Sur un gigot ou un carré d’agneau en croûte d’herbes, un gratin de pommes de terre ou une ratatouille, le mélange “herbes de Provence” revêt toute sa dimension, surtout s’il fait écho à une préparation à base de tomates. Les adeptes de l’association terre-mer en raffolent sur un poisson grillé : le loup, la daurade et les rougets à la sauce tomate et à l’origan en sont un vibrant témoignage. Du fait de leur concentration, il suffit de saupoudrer les herbes avec parcimonie. Un filet d’huile d’olive et un peu de fleur de sel de Camargue en plus, suffiront à transformer le plus banal des cuistots en maître queux de renom.

Lors de votre prochaine balade dans le massif des Alpilles, ou sur les collines qui dominent La Ciotat, vous regarderez ces petites brindilles tordues et convulsées avec respect. Comme un bonsaï qui aurait grandi dans la pierraille, ces pousses de thym ou de romarin font l’objet d’enjeux majeurs. Elles incarnent toute notre gastronomie…

«Il dit qu'il va cultiver des lotantiques ! Des lotantiques partout ! Qu'est-ce que c'est?
Ça doit être une plante qui pousse dans les livres...»
Marcel Pagnol, « L’eau des collines »

A la façon d’une carte postale, le Grand Pastis vous raconte la Provence gourmande. Pierre Psaltis fait partager sa conception de la gastronomie, de la plus simple à la plus sophistiquée, présente ses recettes goûtées et approuvées, débouche les meilleures bouteilles et vous invite au restaurant. Un concentré d’actualité avec l’accent.
Pierre Psaltis

Le Grand Pastis

Pour aller plus loin

L'Olive
Aux herbes, en huile, en savon...

L'Olive

Dans le sud, la cuisine est toujours bien huilée. Anchoïade, tapenade, aïgo boulido, canard aux olives, les déclinaisons culinaires de ce petit fruit sont nombreuses. Le sud met de l'huile à toutes les sauces.

Le tour des Alpilles, villages, découvertes et olives

Le tour des Alpilles, villages, découvertes et olives

Pour faire le tour des Alpilles, il vous faudra prendre le chrono tant ce coin est riche.L’olive sera à la fête  : plusieurs domaines vous attendent pour des visites et dégustations. Pour le déjeuner, attablez-vous dans une ancienne bergerie, le Patio, 100 % terroir. A la manufacture des Olivades, le tissu provençal sera à l’honneur. Belle promenade entre Aureille, Orgon et la fromagerie Chiari. Pour finir à Saint-Rémy par une douceur de grande qualité chez le confiseur Lilamand. Prêt ? Go !

Marchés de Provence
Retrouvez les parfums du matin, de la mer, du midi sur les marchés de Provence

Marchés de Provence

"Il y a tout au long des marchés de Provence, qui sentent, le matin, la mer et le Midi, des parfums de fenouil, melons et céleris, avec dans leur milieu, quelques gosses qui dansent" G. Bécaud

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?