La Poutargue

Joyau couleur d’ambre pêché sur les rives de Martigues

Publié le 18 avril 2017 Mis à jour le 24 janvier 2019

S’il est une spécialité ancrée un peu partout sur le bassin méditerranéen, c’est bien la boutargue. Non, non, il n’y a pas d’erreur, c’est bien de boutargue qu’il s’agit, une poche d’oeufs de poisson salée et séchée, que l’on recueille avec grand soin quand les femelles sont pleines. Boutargue ou poutargue, avec un b selon qu’on « parle à la provençale », avec un p pour une prononciation à la parisienne, peu importe, tout le monde se comprend. Amateurs de sensations marines, iodées et salées, vous allez adorer.

Jour de pêche dans le port de Martigues

Etape du séchage de la poutargue.

Issue en Provence du Mugil Cephalus, plus communément dénommé le mulet, la boutargue est un plaisir dont les Egyptiens dans l’Antiquité raffolaient déjà. Aujourd’hui, on la savoure de la Turquie au Portugal, de l’Algérie aux rivages grecs, où elle entre parfois dans la composition du tarama.
Les premières traces de la présence de boutargue dans la gastronomie française remontent au XVIe siècle dans les récits que Rabelais écrit des festins de Pantagruel et Gargantua. Dès le début du XVIIe siècle, Henri IV régnant encore sur le royaume, un médecin évoque « les oeufs de mulets salés et séchés comme un produit qui donne soif ». En 1770, le "Dictionnaire portatif de commerce" explique avec force détails « qu'il s'en fait à 8 lieus de Marseille, dans un lieu nommé Martegue ».

Désormais, la période de pêche est réglementée afin de lutter contre la raréfaction des mulets qui désertent la Méditerranée au profit de poissons d’importation, généralement des mulets de Mauritanie. Du 1er juillet à la fin du mois de février suivant, les pêcheurs capturent les poissons lorsqu’ils quittent l’étang de Berre pour rejoindre la mer, au moyen de filets horizontaux. Les femelles sont alors séparées du groupe et feront l’objet de manipulations qui, pour être faciles, n’en sont pas moins très délicates. L’opération consiste à récupérer les poches d’oeufs sans jamais déchirer la membrane qui les protège, en conservant un morceau de chair côté queue du poisson, le pècou en provençal, qui servira à suspendre la boutargue lors du séchage ou du fumage...

La vraie boutargue se compose de deux poches qui ne doivent jamais être séparées : on les rince à l’eau douce pour les nettoyer avant la mise au sel. De cette opération dépendra leur bonne conservation. Quelque 6 à 8 heures plus tard, les poches d’oeufs ont perdu le tiers de leur poids du fait de leur déshydration. Placées sur des claies de bois, en plein air, les boutargues vont mûrir en plein soleil, les arômes et saveurs se concentrer, le produit gagner en intensité. Dernière étape, et non des moindres, on les suspend encore quelques jours afin de fixer définitivement leur saveur.

nettoyage des poches d'oeufs de mulets

"L’opération consiste à récupérer les poches d’oeufs sans jamais déchirer la membrane qui les protège..." (photo Saveurs des Calanques)

A l’achat surveillez bien la couleur miellée de votre boutargue ; à l’ambre des premiers jours, succède une couleur de plus en plus foncée avec le temps jusqu’à devenir noire. Comme le bon vin, la boutargue se bonifie au fil des mois. De fabrication artisanale, elle est présentée dans sa peau naturelle ; les industriels, pour la protéger des manipulations, la plongent dans de la paraffine alimentaire qui les préserve de toute oxydation à l’air. Veillez toute fois à ce que cette couche blanche soit la plus fine possible, si votre boutargue est vendue au poids...

Conservation de la poutargue dans la cire

Pour mieux préserver les qualités gustatives de la poutargue, vous la trouverez, très souvent, enrobée d'une fine couche de cire alimentaire (photo J.Vandal)

Le nombre de pêcheurs et de « faiseurs » de boutargue a fondu comme neige au soleil et de la vingtaine d’artisans qui faisaient les beaux jours de cette spécialité martégale, ne restent aujourd’hui que trois entreprises familiales cultivant le souvenir de gestes artisanaux. Coupée en fines tranches pour en révéler toutes les nuances, la boutargue sera débarrassée de son éventuelle gangue de cire. On la déguste posée telle quelle sur une tartine de pain beurré, on la râpe sur quelques tagliatelles ou en brouillade à la façon d’une truffe. Avec la même dévotion qu’une ostie, on la savoure à l’apéritif avec un verre de vin blanc des côtes de Provence à moins qu’une préparation en risotto ait votre préférence. Un jour de mistral, au détour d’une ruelle dans le Vieux-Martigues, vous entendrez le mistral porter les noms de Lepra ou Ortiz. Deux familles de pêcheurs, parmi les dernières, à porter un bien bel héritage...

« Très jeune, il mangeait de la boutargue, œufs de mulet séchés, délicieux mais au goût un peu fort. Il était heureux, Yves ! » de Yves Taïeb
La poutargue

A la façon d’une carte postale, le Grand Pastis vous raconte la Provence gourmande. Pierre Psaltis fait partager sa conception de la gastronomie, de la plus simple à la plus sophistiquée, présente ses recettes goûtées et approuvées, débouche les meilleures bouteilles et vous invite au restaurant. Un concentré d’actualité avec l’accent.
Pierre Psaltis

Le Grand Pastis

Pour aller plus loin

La Sardine
En faire des tartines sur la sardine

La Sardine

Le tout petit poisson bleu d'été typique de la grande bleue jouit d'autant de légendes que de préparations. Certains la mettent en boite. Dans le sud on l'aime comme Ordralfabétix : fraîche !

Les produits du terroir en Provence
Olives, riz de Camargue, brousse, ail, poutargue...

Les produits du terroir en Provence

Découvrez les produits du terroir provençal et ses saveurs, de l’apéro jusqu’aux gourmandises, tous issus d’un territoire riche en paysages et en produits d’exception…sous l’or du soleil !

L'Oursin
Plongeon dans l’iode garanti

L'Oursin

Selon Marcel Pagnol, «si l'on jugeait les choses sur les apparences, personne n'aurait jamais voulu manger un oursin ». Et pourtant... un bout de pain, une lichette de beurre, une langue dessus, et le plongeon dans l’iode est garanti.

Autres articles

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.