La Navette

Le biscuit marseillais que l'on bénit !

Publié le 2 décembre 2015 Mis à jour le 20 juillet 2018

L’aimer ou la détester, c’est être ou ne pas être marseillais.

La navette, c’est un peu comme les enfants : à chacun la sienne. Il existe presqu’autant de navettes que d’âmes boulangères. Bien sûr, il y celle du fameux Four des Navettes qui a désormais passé l’autre rive du Vieux-Port en ouvrant un 2e magasin aux Docks. Sa plus récente remplaçante, les Navettes des Acoules, embaume les abords du Panier à toutes les heures du jour. Il y a la bio, rustique et charnue, de la Maison Michel. Ou celle des dimanches, remplie d’oranges confites, de Mandonato qui en sort une plaque chaude toutes les demi-heures.

Brioché ou sec, un sablé à plusieurs visages

Difficile pour un non marseillais de comprendre ce petit gâteau sec en forme de barquette. D’aspect, on n’est pas loin du nonos pour chien. De taille, on oscille entre trop encombrant ou trop miniature. De couleur, on dirait un gâteau malade. Une sorte de cookie qui refuserait de brunir dans le four. De goût, un effet plâtre garanti. Certains, dont je suis, ont mis des années à se laisser amadouer par cette spécialité marseillaise tant célébrée.

Le pastis, check ; les aliboffis, check aussi; alors pourquoi pas les navettes ? Car «qui ne saute pas (le pas de la navette), n’est pas marseillais». Avec le temps et les essais, j’ai fini par me laisser amadouer. Fourbe, profitant de la visite de parisiens, j’ai tenté de leur fourguer maintes fois de nouveaux spécimens. Quitte à me faire quelques ennemis. J’ai parcouru la ville à bicyclette, à la recherche de la meilleure navette. Je me suis retrouvée d’abord à l’aéroport, avec la navette express, puis au Frioul, avec L’If express navette et enfin, à l’Estaque, par la navette. Tant mieux, échappant aux biscuits, je me rattrapais sur les chichis ! A force de rouler, j’ai forcé mon palais à s’attendrir. Des navettes en tout genre : petites, surdimensionnées, dures, souples, briochées, ultra sèches. Un à un, ces gâteaux trop secs ont atterri dans ma bouche qui semblait d’emblée refuser de s’ouvrir, comme sous l’assaut d’un médicament sans enrobage. Comme ces cachets, c’était pourtant pour mon bien… D’ailleurs, à l’approche du fameux Four de la rue Sainte, mon nez pavlovien commence à frétiller, mon contre cœur à me chavirer, mon caractère à s’adoucir et finalement, incroyable, mon pas à s’accélérer! L’odeur ! A chaque fois, c’est ce fumet confortable et rassurant de fleur d’oranger qui me trahit. Comme ce fumet artificiel de chocolat distillé perfidement dans le métro parisien jusqu’au petit pain chaud, mais industriel, celui de la navette vous mène droit au but. Et là, devant ces tas de biscottes, impossible de résister. « Heu, je vais en prendre… un p’tit peu ; le minimum s’il vous plait ». Alors que devant vous, on a fait la queue pour les navettes ! Je sors alors, mi-heureuse mi-honteuse, avec mon petit sachet en papier. Et je garde pour un peu plus loin le plaisir de l’ouvrir. Quand j’aurai perdu l’effluve boulangère, alors, rouvrir le sac me mettra du baume au cœur. Invariablement, je n’attends pas beaucoup. J’ouvre et je me sens rassérénée par ce parfum si méditerranéen. Puis, je scrute ces navettes en me demandant ce qu’ont fait les Marseillais pour mériter ça. Mais même quand je les ai achetées pour d’autres, je finis par craquer. Je croque dans la pâtisserie, c’est sec, je regoûte, c’est parfumé, peu sucré, je termine, c’est bon ! En trempouillant dans un café, j’arrive hardiment à la fin du paquet. Comme je ne serai sans doute jamais marseillaise, mes versions préférées restent les briochées qui se rapprochent beaucoup de la pogne de Romans ou de la mouna oranaise. Les yeux fermés, on pourrait s’y tromper. Les yeux ouverts, pas de doute. Deux gros trognons et un petit pain maladroit comme façonné par des enfants ; la navette, même délicieusement briochée, reste la navette.

So food so good est le blog d'une journaliste culinaire qui aborde la cuisine la plus créative comme une culture, sous tous ses angles. Cécile Cau vous parle des restaurants qu’elle aime, vous livre ses recettes préférées et des petits secrets d’infos régulièrement glanées auprès des chefs qu’elle côtoie régulièrement.
Cécile Cau

http://www.sofoodsogood.com/

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?