La Navette

Le biscuit marseillais que l'on bénit !

Mis à jour le 2 février 2021
Par Cécile Cau

So food so good est le blog d'une journaliste culinaire qui aborde la cuisine la plus créative comme une culture, sous tous ses angles. Cécile Cau vous parle des restaurants qu’elle aime, vous livre ses recettes préférées et des petits secrets d’infos régulièrement glanées auprès des chefs qu’elle côtoie régulièrement http://www.sofoodsogood.com/

L’aimer ou la détester, c’est être ou ne pas être marseillais. Billet d'humeur, croquant et savoureux, sur cette spécialité marseillaise.

La navette, c’est un peu comme les enfants : à chacun la sienne. Il existe presqu’autant de navettes que d’âmes boulangères. Bien-sûr, il y a celle du fameux Four des Navettes qui a désormais passé l’autre rive du Vieux-Port en ouvrant un 2e magasin aux Docks. Sa plus récente remplaçante, les Navettes des Accoules, embaume les abords du Panier à toutes les heures du jour. Il y a la bio, rustique et charnue, de la Maison Michel. Ou celle des dimanches, remplie d’oranges confites, de Mandonato qui en sort une plaque chaude toutes les demi-heures.

Brioché ou sec, un sablé à plusieurs visages

L'approche.

Difficile pour un non marseillais de comprendre ce petit gâteau sec en forme de barquette. D’aspect, on n’est pas loin du nonos pour chien. De taille, on oscille entre trop encombrant ou trop miniature. De couleur, on dirait un gâteau malade. Une sorte de cookie qui refuserait de brunir dans le four. De goût, un effet plâtre garanti. Certains, dont je suis, ont mis des années à se laisser amadouer par cette spécialité marseillaise tant célébrée.

Le pastis, check ; les aliboffis, check aussi; alors pourquoi pas les navettes ? Car «_qui ne saute pas (le pas de la navette), n’est pas marseillais_». Avec le temps et les essais, j’ai fini par me laisser amadouer. Fourbe, profitant de la visite de parisiens, j’ai tenté de leur fourguer maintes fois de nouveaux spécimens. Quitte à me faire quelques ennemis. J’ai parcouru la ville à bicyclette, à la recherche de la meilleure navette. Je me suis retrouvée d’abord à l’aéroport, avec la navette express, puis au Frioul, avec L’If express navette et enfin, à l’Estaque, par la navette. Tant mieux, échappant aux biscuits, je me rattrapais sur les chichis ! A force de rouler, j’ai forcé mon palais à s’attendrir. Des navettes en tout genre : petites, surdimensionnées, dures, souples, briochées, ultra sèches. Un à un, ces gâteaux trop secs ont atterri dans ma bouche qui semblait d’emblée refuser de s’ouvrir, comme sous l’assaut d’un médicament sans enrobage. Comme ces cachets, c’était pourtant pour mon bien… D’ailleurs, à l’approche du fameux Four de la rue Sainte, mon nez pavlovien commence à frétiller, mon contre cœur à me chavirer, mon caractère à s’adoucir et finalement, incroyable, mon pas à s’accélérer! L’odeur !

Le croc.

A chaque fois, c’est ce fumet confortable et rassurant de fleur d’oranger qui me trahit. Comme ce fumet artificiel de chocolat distillé perfidement dans le métro parisien jusqu’au petit pain chaud, mais industriel, celui de la navette vous mène droit au but. Et là, devant ces tas de biscottes, impossible de résister. « Heu, je vais en prendre… un p’tit peu ; le minimum s’il vous plait ». Alors que devant vous, on a fait la queue pour les navettes ! Je sors alors, mi-heureuse mi-honteuse, avec mon petit sachet en papier. Et je garde pour un peu plus loin le plaisir de l’ouvrir. Quand j’aurai perdu l’effluve boulangère, alors, rouvrir le sac me mettra du baume au cœur. Invariablement, je n’attends pas beaucoup. J’ouvre et je me sens rassérénée par ce parfum si méditerranéen. Puis, je scrute ces navettes en me demandant ce qu’ont fait les Marseillais pour mériter ça. Mais même quand je les ai achetées pour d’autres, je finis par craquer. Je croque dans la pâtisserie, c’est sec, je regoûte, c’est parfumé, peu sucré, je termine, c’est bon ! En trempouillant dans un café, j’arrive hardiment à la fin du paquet. Comme je ne serai sans doute jamais marseillaise, mes versions préférées restent les briochées qui se rapprochent beaucoup de la pogne de Romans ou de la mouna oranaise. Les yeux fermés, on pourrait s’y tromper. Les yeux ouverts, pas de doute. Deux gros trognons et un petit pain maladroit comme façonné par des enfants ; la navette, même délicieusement briochée, reste la navette.

Autres articles

3 marchés à faire à Aubagne

3 marchés à faire à Aubagne

Faire ses commissions et acheter ses santons

De passage à Aubagne, ne manquez pas ses marchés typiques de la Provence. Des paysans aux artisans, découvrez-y les talents de la ville de Pagnol.

Deuxième service pour Sauve ton Resto

Deuxième service pour Sauve ton Resto

Suivez le food truck sur les routes du département

"Sauve ton resto" remet le couvert jusqu'à la réouverture des restaurants. Cette fois c'est un food truck qui sillonne les Bouches-du-Rhône pour permettre aux restaurants locaux de faire de la vente à emporter. Bon ap' !

Planète Mazz, le brunch trois étoiles à emporter

Planète Mazz, le brunch trois étoiles à emporter

Des chefs de renom s'invitent dans le food truck d'Alexandre Mazzia

Alexandre Mazzia sait trouver les bonnes associations : dans ses assiettes… et en cuisine ! Dès le 28 mars, le brunch se prépare à 4 mains dans son foodtruck installé dans le 8e arrondissement de Marseille.

Quand l’opération « Sauve ton resto » inspire Arles & Allauch

Quand l’opération « Sauve ton resto » inspire Arles & Allauch

La dégustation continue

La Grande Tournée des Chefs dans le cadre de "Sauve ton resto" a fait des petits. Retrouvez de bons plats mijotés par les chefs d'Allauch et Arles à emporter !

Les rêveries d’une bergère philosophe

Les rêveries d’une bergère philosophe

Rencontre avec Mathilde Sainjon à Saint-Rémy-de-Provence

Et si une promenade bucolique nourrie de réflexions philosophiques se transformait en métier ? Mathilde Sainjon, bergère entre Le Dévoluy et Saint-Rémy-de-Provence nous enseigne l’art de protéger le vivant.

Le guide ultime pour consommer local dans les Alpilles

Le guide ultime pour consommer local dans les Alpilles

Produits locaux, de saison et de qualité à deux pas de chez vous

D’Aureille à Barbentane, en passant par Eyragues ou Maillane, le "consommer local" est à l’honneur dans les Alpilles.

Un marché paysan et artisanal chez Bière Academy

Un marché paysan et artisanal chez Bière Academy

Ce dimanche 28 février 2021

Ce dimanche 28 février, ne manquez pas la 6ème édition du marché artisanal et paysan de Bière Academy à Marseille.
Un rendez-vous locavore à ne pas manquer.

Cinq adresses où passer la St Valentin en Provence

Cinq adresses où passer la St Valentin en Provence

Nuitée romantique et dîner servi en chambre pour un dépaysement total

Un week-end en amoureux sous le soleil de la Provence, dans un cadre idyllique et romantique Cette année, faites une pause et célébrez la St Valentin à l’hôtel. Et pour changer du traditionnel repas au restaurant, cette année, le dîner sera servi en chambre.

Des menus de chefs à emporter pour la Saint Valentin

Des menus de chefs à emporter pour la Saint Valentin

Quels menus pour un dîner romantique de Saint Valentin ?

Cette année, Covid ou pas, les chefs de Provence mettent les petits plats dans les grands pour offrir à tous les amoureux de Provence, une belle Saint Valentin. Découvrez notre sélection d'adresses pour commander votre dîner romantique à emporter ou en livraison pour impressionner votre dulcinée ou votre chéri.

Il était une fois, les Knipping à Beaudinard, Aubagne

Il était une fois, les Knipping à Beaudinard, Aubagne

Les mains dans une terre chargée d'histoires

A Aubagne, avec une vue surplombante sur le Garlaban et les autres massifs environnants, se trouve la plaine de Beaudinard. L’agriculture a toujours rythmé la vie de ce hameau authentique. Rencontre avec Bruno et Jean Knipping pour qui le maraîchage est une histoire de famille.

Au Nord Pinus, la tradition du marché ressuscitée

Au Nord Pinus, la tradition du marché ressuscitée

Une épicerie de choc pour un Pop-Up so chic !

Au Moyen Âge, la place du Forum abritait un marché aux légumes, fruits et plantes médicinales. Aujourd’hui c’est l'Épicerie au Nord Pinus, sous la direction d’Armand Arnal, chef de la Chassagnette, qui adapte l’esprit du marché médiéval à nos besoins.

Une troisième étoile Michelin pour AM par Alexandre Mazzia, à Marseille

Une troisième étoile Michelin pour AM par Alexandre Mazzia, à Marseille

Palmarès

Le restaurant fait partie des 4 lauréats des Bouches-du-Rhône cette année.