Un partenariat prestigieux avec le Vatican

du 24 mars au 25 juin 2017

Publié le 27 mars 2017 Mis à jour le 9 avril 2019

Une première : le Département des Bouches-du-Rhône signe à Rome un partenariat exceptionnel avec le Vatican autour de leurs musées respectifs.

Il a semblé aux deux équipes, dont la complicité chaleureuse croît de jour en jour, que la première exposition devrait avoir une portée symbolique. Et quel plus bel exemple pouvait en être donné avec cet hommage à Césaire d’Arles, grand humaniste, grand saint, grand savant, qui en son temps fit le voyage depuis Arles et fut distingué à Rome par le pape Symmaque et à Ravenne par le roi Théodoric…

Entre Arles et Rome, des contacts très anciens

Statuette du Bon Pasteur, fragment retravaillé d’un grand sarcophage, env. 300, Musées du Vatican
Statuette du Bon Pasteur, fragment retravaillé d’un grand sarcophage, env. 300, Musées du Vatican

Notre belle petite cité provençale va en effet entretenir au long de son histoire antique une relation spéciale avec l’Urbs, au point qu’au IVe siècle le grand poète Ausone qualifiera Arles de Gallula Roma, la petite Rome des Gaules.

Ces liens privilégiés commencent dès l’époque des guerres civiles, moment où Jules César fait construire en 49 av. J.-C. dans les chantiers navals d’Arles, douze bateaux de guerre qui lui sont livrés dans le temps extraordinairement bref d’un mois, d’après les sources. Après sa victoire, César confisque les biens de Marseille et en attribue les terres à la toute nouvelle colonie d’Arelate, (sans doute en 45 av. J.-C.). Cette création administrative appelée « déduction » (installation d’une colonie sur un territoire conquis) permettait de récompenser les Arlésiens qui avaient fait le « bon choix », tout en châtiant les Marseillais favorables à Pompée.

Elle était aussi, comme le souligne le chercheur Pierre Gros, une solution pratique à un problème majeur de César à la fin des guerres civiles, celui de la démobilisation de ses fidèles soldats. C’est donc en partie pour leur donner des terres qu’il installa les vétérans de la VIe légion dans la nouvelle colonie, et procéda à une cadastration et à une mise en culture des terres de ce territoire exceptionnellement vaste.
La colonie nouvellement fondée jouissait du très envié statut de droit romain, synonyme d’avantages commerciaux et juridiques, alors que les cités voisines (comme Avignon, Aix ou Nîmes) répondait au droit latin moins favorable.
En raison des troubles liés à l’assassinat de César en mars 44 av. J.-C., peu de temps après la fondation, c’est seulement sous son fils adoptif Octave (devenu Auguste en 27 av. J.-C.) qu’ont débuté les travaux de la nouvelle colonie, baptisée Colonia Julia Paterna Arelate Sextanorum. Avec le théâtre et le forum aux décors marmoréens très précoces pour la Gaule, on comprend le souci qu’avait le pouvoir en place de faire d’Arles une vitrine de la romanisation.

Il n’est pas innocent non plus qu’Arles conserve la seule copie du bouclier votif offert à Auguste par le Sénat et le peuple romain, hommage solennel décerné à ses vertus civiques. L’original, sans doute en bronze doré, était exposé dans la Curie romaine tandis que celui d’Arles, érigé en 26 av. J.-C., ornait le forum. Sa présence est parfois liée à la venue d’Auguste à Arles, ce qui n’est pas sûr, mais elle donne un signe rare des liens politiques liant la petite Rome à la grande.

La suite est plus conforme à ce que l’on connaît dans d’autres cités gauloises avec la parure urbaine qui se complète de thermes, d’un cirque, de quartiers périphériques et de nécropoles… L’essor de la ville et de ses habitants dure au moins jusqu’au milieu du IIIe siècle, avant des destructions massives, parfois violentes, dont l’interprétation demeure délicate et qui peuvent être datées des années 260 - 275.
Ces événements, quelles qu’en soient les causes, n’ont cependant pas longtemps affecté Arles, qui renoue avec Rome une relation privilégiée. Dès le début du IVe siècle, elle tient une place décisive dans la géopolitique de l’empire comme on peut le voir à la lecture des articles qui composent ce catalogue. Pour l’histoire chrétienne, la prospérité économique de la ville et son importance trouvent un éclatant témoignage avec la profusion et la qualité des sarcophages paléochrétiens découverts dans le sol arlésien, datables du troisième quart du IVe siècle. Le grand savant F. Benoit, pensait que cette floraison pouvait s’expliquer par le rôle politique joué par la cité rhodanienne à partir de Constantin.

Deux nécropoles chrétiennes étaient fondées à Arles, l’une sur le lieu du martyre de saint Genest, au faubourg de Trinquetaille, l’autre à l’emplacement de sa sépulture, aux Alyscamps. C’est de ces deux nécropoles, la seconde plus riche que la première, que proviennent les sarcophages chrétiens conservés au musée d’Arles. La plastique de ces sarcophages est essentiellement romaine, les plus anciens ayant été importés depuis les ateliers de l’Urbs et datant de l’époque constantinienne (313-337).
Cette prééminence et cette prospérité vont pousser les évêques arlésiens à revendiquer une autonomie vis-à-vis des cités voisines, qu’il s’agisse de Marseille ou de Vienne. Tout au long du Ve siècle, des évêques comme Hilaire ou Ravennius ont, avec plus ou moins de succès, lutté pour l’obtenir. La suprématie de l’Église arlésienne ne sera acquise cependant qu’en 513, quand l’évêque Césaire (502-542) reçoit, de la main du pape Symmaque, le pallium symbolique et le titre de vicaire pontifical : c’est tout l’objet de cette exposition.

Le Musée Départemental Arles Antique signe un partenariat avec le Vatican

Un partenariat fructueux

Fond d’une coupe en verre doré, ornée de Genesius et Lucas, env. 350-400 Musées du Vatican
Fond d’une coupe en verre doré, ornée de Genesius et Lucas, env. 350-400 Musées du Vatican

Ce sont ces liens, si étroits et si anciens, qui vont amener le musée du Vatican (plus exactement son département d’art chrétien, le Museo Pio Cristiano) et le musée départemental Arles antique, à souhaiter faire dialoguer leurs collections grâce à une convention de partenariat. Les deux établissements se proposent à travers elle de favoriser des actions diverses. Tout d’abord les prêts croisés d’oeuvres, tant leur proximité est grande : pour la première fois depuis l’Antiquité des sculptures funéraires issues du même atelier pourront être étudiées par les spécialistes côte à côte et admirées par le public.

Il s’agit aussi de favoriser les contacts entre spécialistes grâce à l’expertise en matière de restauration d’oeuvres, la réalisation de colloques et réunions scientifiques et leur aboutissement logique avec la réalisation de publications.
Les publics ne seront pas oubliés avec le développement d’actions culturelles, pédagogiques et médiatiques : la complémentarité est bienvenue entre un musée de capitale, recevant six millions de visiteurs, et un musée de province à la fréquentation moindre mais à l’expertise reconnue.
Enfin cette collaboration donnera lieu à l’organisation d’expositions temporaires communes ou séparées au sein des locaux du musée Pio Cristiano et de ceux du musée départemental Arles Antique.

Infos pratiques

Exposition : « Dilectissimo fratri Caesario Symmachus ». Entre Arles et Rome : les reliques de saint Césaire, trésor de la Gaule paléochrétienne

Lieu : Musée Pie chrétien, Musées du Vatican
Billet: gratuit et inclus dans le billet d’entrée des Musées
Horaire : comme l’horaire des Musées (de 9h.00 à 16h.00, fermeture à 18h.00)

N.B.: Entrée gratuite aux Musées du Vatican et à l’exposition le dernier dimanche du mois.
Horaire : 9h.00-14h.00, dernière entrée à 12h.30

Site du Musée départemental Arles antique

Pour aller plus loin

Musée départemental Arles antique
Lieu culturel

Musée départemental Arles antique

Arles

C'est dans un bâtiment contemporain, construit sur les restes du cirque romain par Henri Ciriani, que le musée départemental Arles antique, présente les collections archéologiques d'Arles (objets du quotidien, éléments d'architecture, mosaïques, sarcophages, maquettes...).La visite de ce lieu incontournable s'impose pour mieux comprendre l'évolution de la ville romaine. Le 5 octobre 2013 le musée départemental de l'Arles antique a ouvert au public une nouvelle aile de 800 mètres carrés qui accueille le chaland romain sorti du Rhône en 2010. Il s'agit d'un bateau à fond plat, long de 31 mètres, le mieux conservé au monde. Le bateau est présenté en situation de navigation, dans une fosse spécialement conçue, avec son mât de halage dressé, sa cargaison de pierres et divers objets. Le chaland Arles-Rhône 3 est désormais classé " trésor national ". Dans cette nouvelle aile 480 objets ont été installés pour mettre en place toute une muséographie autour de la navigation, du commerce fluviomaritime, du port et de ses métiers.

Les Alyscamps
Monument

Les Alyscamps

Arles

Dans l'Antiquité, les cimetières étaient toujours extérieurs à l'enceinte des cités et souvent implantés le long des grands axes routiers. Dès le début de l'Empire, tombes à incinération, sarcophages et mausolées s'égrenèrent aux abords de la Via Aurelia, constituant une vaste nécropole. L'allée des Alyscamps qui subsiste aujourd'hui a été aménagée par les religieux Minimes au XVIIIe siècle. En 1888, Van Gogh et Gauguin vinrent peindre dans ces romantiques " Champs Elysées " d'Arles. C'est à l'époque paléochrétienne que le cimetière prit une importance majeure avec l'inhumation du martyr saint Genest et la sépulture des premiers évêques d'Arles, abrités dans une chapelle bientôt entourée par un grand nombre de tombes pressées sur plusieurs rangs. Vers 1040 fut installé un prieuré sous le vocable de Saint-Honorat dépendant de l'abbaye Saint-Victor de Marseille. La nécropole devint une étape obligée du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle et les chansons de Gestes ne manquèrent pas d'y situer les combats de Charlemagne contre les Sarrasins, pour expliquer l'abondance des tombes. Dante immortalisa ce lieu dans son poème " L'enfer ". L'allée des Alyscamps qui subsiste aujourd'hui a été aménagée par les religieux Minimes au XVIIIe siècle. En 1888, Van Gogh et Gauguin vinrent peindre dans ces romantiques " Champs Elysées " d'Arles. Au Moyen Âge, ce site comportait de nombreux caveaux, chapelles et monuments funéraires. De ces constructions, peu de vestiges subsistent. Située à l'entrée du site, et accolée à l'église Saint-Césaire-le-Vieux, dont il ne reste que le porche roman, la chapelle Saint-Accurse fut bâtie en 1520, en expiation de la mort d' Accurse de la Tour, tué en duel par un autre noble arlésien. Plus loin à droite se dresse un monument imposant : il s'agit du monument des consuls, érigé au XVIIIe siècle en l'honneur des édiles municipaux morts lors de la peste de 1721. Peu après, sur la gauche, se trouve la chapelle funéraire de la famille des Porcelet, édifiée au XVIe siècle.

Agenda

Expositions en Provence

Expositions en Provence

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions en Provence
L'année du département

L'année du département

Musées, bibliothèques, archives : les lieux culturels départementaux proposent une riche programmation toute au long de l'année. A vos agendas !

Voir le guide L'année du département
Arles

Arles

Concerts, ferias, expos : ça bouge à Arles ! Toute l'année, festivals et animations ont lieu dans la cité antique, pour le plaisir du grand public.

Voir le guide Arles
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les Chants de Noël en Provence

Les Chants de Noël en Provence

du 4 au 23 décembre 2019

Pour cette 27e édition, 68 concerts gratuits d'une qualité exceptionnelle sont programmés et entraîneront le public dans des voyages musicaux autour du Flamenco, des chants corses, d'un Noël cosaque et arménien, du gospel et de concerts exceptionnels comme celui de Natasha St Pier et Vladimir Cosma.

L'Agenda du week-end

L'Agenda du week-end

du jeudi 14 au dimanche 17 novembre 2019

Besoin d'idées ? Retrouvez chaque mercredi, notre sélection de sorties pour le week-end, nos bons plans et nos coups de cœu

Des estampes de grands maîtres du Japon pour la première fois en France

Des estampes de grands maîtres du Japon pour la première fois en France

Du 8 novembre 2019 au 22 mars 2020

L’Hôtel de Caumont présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque Edo, à travers plus de 150 estampes ukiyo-e et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois. Pour la plupart issus de la collection de Georges Leskowicz, l’une des plus importantes collections d’estampes japonaises dans le monde.

La Nuit du Cirque

La Nuit du Cirque

Le 15 novembre 2019

Le 15 novembre, l'Europe entière vibrera d'ondes circassiennes, avec la première Nuit du cirque. À vivre, pour nous plonger dans l'âme du cirque d'aujourd'hui !

Le Jazz en Provence

Le Jazz en Provence

À l'occasion de Jazz sur la ville, l'événement musical incontournable de la fin de l'automne, découvrez l'histoire du Jazz en Provence. Le jazz est né il y a 100 ans. Il a rythmé et imprégné la Provence durablement grâce aux structures et festivals qui le font rayonner toute l'année.

Le sublime...Par hasard

Le sublime...Par hasard

Du 18 octobre au 23 février 2020

Les expositions à la Vieille Charité et à la Friche la Belle de Mai déroulent une typologie chronologique du hasard comme processus créatif à travers les plus importants courants et artistes de la seconde moitié du XIXème siècle à nos jours.

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Les expositions autour de Giono à Marseille et en Provence

Du 29 octobre 2019 au 24 mai 2020

Avec une des plus grande rétrospective consacrée à Jean Giono au Mucem, cette année ne néglige pas le fidèle Lucien Jacques qui sera à l’honneur au musée Regards de Provence, en face, ainsi que "sa" Provence. Une année qui mobilise tous les acteurs du cinéma, de la littérature, du spectacle vivant qui ont chacun « leur » Giono.

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

La Fête de la Science au Musée départemental Arles antique

Du 10 au 13 octobre 2019

Venez découvrir les faces cachées du musée départemental Arles antique, celle de la numérisation 3D, celle des techniques innovantes de conservation-restauration, celle des nouvelles technologies mises au service des chercheurs.

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Henri Person, naviguer en couleurs en Méditerranée

Du 5 octobre 2019 au 3 mai 2020

Le Musée Regards de Provence met à l’honneur le peintre Henri Person. La Méditerranée fût une source inépuisable d’inspirations pour cet artiste, enthousiasmé par le pointillisme et la quiétude des eaux du port de Saint-Tropez.

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol, un territoire ancré dans ses traditions

Nicolas Pagnol gère depuis 2004 l’ oeuvre de son grand-père et en assure la restauration et la promotion pour les prochaines générations.

(Re)Découvrez le Port antique de la plus ancienne ville de France : Marseille

(Re)Découvrez le Port antique de la plus ancienne ville de France : Marseille

Renaissance d'un site archéologique

Avec sa requalification, le site du Port antique de Marseille est entré dans une nouvelle phase de sa très longue histoire.

Fiesta des Suds, le bonheur à la carte !

Fiesta des Suds, le bonheur à la carte !

Du 10 au 12 octobre 2019

La Fiesta des Suds renouvelle la promesse d’un festival sans égal, avec ses divas magistrales et ses pépites musicales, ses bombes scéniques et son décor féérique, ses déambulations festives nourries de l’appel du large et des parfums d’Ailleurs.