Dans la cuisine de Simone

La soupe au pistou de Simone !

Publié le 22 août 2018 Mis à jour le 30 août 2018

Aujourd’hui on va à la rencontre de Simone, qui va nous préparer sa recette merveilleuse de la soupe au Pistou !
Simone, 91 ans, ne s’arrête jamais : quand elle n’est pas aux 4 coins du monde avec ses copines, elle s’occupe de son potager fantastique, fait du théâtre, du yoga, des randonnées... et quand elle trouve encore le temps, elle concocte de délicieux petits plats pour ses enfants, ses petits-enfants et ses arrières petits enfants !

On arrive dans la maison familiale, et on part dans son fameux potager cueillir tout ce qu’il nous faut pour préparer la soupe au pistou : tomates, basilic, haricots coco blancs, haricots coco rouges, courgettes, pommes de terre, oignons... elle a tout !
La soupe au pistou est une recette traditionnelle du sud qu’on mange exclusivement l’été et surtout en Août, son nom est un dérivé du verbe « pistarer » (broyer) et c’est un régal !

Cette recette Simone l’a apprise de sa tante qui l’a élevée et elle en a retenu tous les secrets... c’est ce qu’on va vous dévoiler maintenant !
Pour faire une bonne soupe au pistou, c’est pas compliqué mais il faut du temps !

Pour faire une bonne soupe au pistou, c’est pas compliqué mais il faut du temps !

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 1 oignon
  • 3 courgettes
  • 125g de coco blancs frais
  • 125g de coco rouges frais
  • Un grand bol d’haricots beurre (en vrai il fait des haricots plats mais on n’en avait pas)
  • 3 pommes de terre
  • 4 poignées de coquillettes
  • 3 tomates
  • 3 gousses d’ail
  • Un gros bouquet de basilic
  • De la mimolette
  • 3 carottes
  • Huile d’olive
  • Poivre et sel

Voici la recette de la soupe au pistou

ETAPE 1
On commence par tout préparer : (le mieux est d’avoir plein de petites mains pour aider !)

ETAPE 2
On écosse les haricots cocos, on coupes l’oignon en petits morceaux, les courgettes en 4 dans le sens de la longueur puis en morceaux d’environ 1,5 cm, les carottes en deux dans le sens de la longueur puis en morceaux d’1 cm, les pommes de terre en dés, on effeuille le basilic, on presse l’ail et on met tout ça de côté.

ETAPE 3
On met les tomates dans le l’eau bouillante pour pouvoir ensuite les peler plus facilement.

ETAPE 4
Dans un gros fait-tout on fait suer les oignons dans de l’huile d’olive 3-4 min, puis on y rajoute les carottes, on fait revenir 10 min.
On y rajoute les courgettes, les haricots et on couvre tout d’eau. On laisse mijoter 30 min.

ETAPE 5
Pendant ce temps on prépare la pommade :
Dans un mortier on met les tomates coupées en morceaux, l’ail, de l’huile d’olive, le basilic et on pilonne tout ça ! Ça sent déjà trop bon !!!

ETAPE 6
On rajoute les pommes de terre dans le fait-tout et on remet à mijoter 7 min.
On y met les coquillettes qu’on laisse cuire 7 min, puis on éteint le feu. Une fois que l’eau ne frémit plus: on rajoute la pommade et on mélange bien tout !

On laisse reposer et pendant ce temps on prend l’apéro !

Une fois qu’on est prêt on sert la soupe, on y met de la mimolette râpée et c’est la régalade !!!

Merci mamie Simone c’était MERVEILLEUX !

Et vous ? Partagez avec nous votre soupe au pistou avec le #myprovence ou sur notre page facebook Myprovence

Par Anaïs et Pedro
Par Anaïs et Pedro

On est Anaïs et Pedro, on aime plein de choses comme les USA, le Japon, les pizzas, Motörhead, la cuisine Vietnamienne et le karaoké… Sur notre blog on parle des endroits qu'on aime sur Marseille et ailleurs, de nos voyages, et on organise aussi des soirées très drôles de temps en temps.

Anaïs et Pedro

Autres articles

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice. Privilégiez toujours les figues bio vous les cuisinerez avec la peau sans problème… Canard, lapin, pintade sont les meilleurs amis de la figue aussi délicieuse en mode salé.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux. On peut même dire qu’une passion est née entre ce fruit aux formes irrégulières, ressemblant un peu à une poire rustique qu’on aurait cabossée, et ce peuple amateur de confitures, gelées et pâtes car le coing, c’est un peu tout ça, tantôt rouge comme un soleil couchant par jour de mistral en hiver, tantôt orange comme les feuilles des arbres lorsqu’on part en forêt chercher les champignons.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? La culture populaire ayant attribué à ce fruit la forme des yeux au regard irrésistible, il semble que non. Et si l’on est tous allergique aux amendes, nous sommes tous très friands en revanche de cette petite source de tant de bonheurs qui se plie à tous les caprices. On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée. Bien des recettes commencent ainsi, et se terminent en ratatouille, en daube ou en pieds-paquets.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Dans les coulisses de la récolte des olives Grossane

Une variété 100% provençale

Rencontre avec une petite olive typique de la vallée de Baux-de-Provence, la Grossane. Et ça se mange ?