Ouverture du Centre photographique Marseille

à partir du 23 novembre 2018

Publié le 20 novembre 2018 Mis à jour le 7 décembre 2018

Un lieu d’envergure pour la photographie à Marseille

Le Centre Photographique Marseille inaugure, le 23 novembre 2018 à deux pas de la place de la Joliette à Marseille, un lieu dédié à la photographie, qui associe formes artistiques et pratiques sociales.

Aujourd’hui tout le monde est photographe, et l‘ambition du Centre Photographique Marseille est de présenter, d’initier, de clarifier, de faire découvrir, de faire pratiquer, de surprendre... pour mieux connaître la place de la photographie dans notre société actuelle.

Fierté et émotions pour Erick Gudimard, le directeur, qui ouvre ici le premier lieu dédié à la photo sous toutes ses formes depuis 10 ans en France ! Expositions, ateliers de pratiques amateurs, éducation à l’image à destination de la jeunesse, installation numérique, vidéo, documentaire, oeuvres participatives, écritures transmédias, graphisme… Ce lieu arty et convivial a pour vocation la monstration, l’expérimentation, l’hybridation, le partage, la découverte, l’éducation, la formation, le divertissement, mais également d’accompagner les publics dans leur découverte de la photographie et d’aider au développement des initiatives autour de la photographie.

Aujourd'hui les nombreux festivals (Les Rencontres d'Arles, la Photographie Marseille, la Nuit de l'Instant ou le salon Polyptyque) ainsi que la seule école nationale de la photographie de France, font de notre département un pôle attractif et majeur de la Photographie.

Architecte du projet du centre photographique : Myriam Burnaz Image : Louis Rampal - Architecte et infographiste

La programmation est essentiellement axée sur la photographie contemporaine. Avec l’oeuvre et l’image photographique comme supports, le CPM prend en compte les mutations, usages et innovations, et les étroites relations qu’elles entretiennent avec les autres pratiques artistiques.
Ces évolutions amènent à porter aujourd’hui une ambition autour de l’image photographique qui se veut originale et innovante ; originale car elle se développe autant sur les formes artistiques que sur les pratiques sociales ; innovante car elle s’appuie sur un principe de co-construction active et dans une logique de développement de réseaux et de partenariats.

Un lieu nouveau mais une histoire ancienne. Avant de devenir le Centre Photographique Marseille en 2018, l’association Les Ateliers de l’Image proposaient déjà tout au long de l’année des actions artistiques et pédagogiques en photographie à Marseille et ses alentours.
Installée au coeur du Panier pendant 22 ans, l’association s’est appuyée sur un travail régulier avec des artistes locaux et internationaux pour développer des actions artistiques autour de la photographie contemporaine et accessibles au grand public. Ils ont créé un pôle d’éducation à l’image photographique luttant pour l’accès à l’éducation et à la culture, en mettant à contribution les artistes de la région.
Le Centre Photographique Marseille se nourrit des nombreuses actions déjà engagées par Les Ateliers de l’Image, que ce soit avec les établissements scolaires, les partenaires sociaux, les acteurs du monde éducatif, social ou économique.

Die for you, Monique Deregibus, courtesy of the artist.

série Land of enchantment, 1989-1999, Monique Deregibus, courtesy of the artist.

Ses activités

Une programmation artistique exigeante : expositions, programmation parallèle, évènements ponctuels accompagnés de conférences, projections, rencontres...
Des événements récurrents tels que le Festival La Nuit de l’Instant et le Salon Polyptyque.
Des ateliers d’éducation à l’image à destination du jeune public ou des adultes amateurs.
Des formations et masterclass à la pratique photographique, aux images et aux nouveaux médias à destination des amateurs et professionnels.
Des visites particulières organisées pour le public du Centre (visites chantées, dansées, augmentées, créatives, pique-nique...).
Un centre de ressources et de documentation comprenant un millier d’ouvrages et des équipements informatiques et multimédia
Des outils pédagogiques à destinations de différents publics pour accéder au savoir et à la compréhension de la pratique photographique.

Monique Deregibus

Architecte du projet du centre photographique : Myriam Burnaz Image : Louis Rampal - Architecte et infographiste

L'inauguration du Centre

L'exposition inaugurale invite Monique Deregibus,artiste marseillaise, à présenter son travail Hypothèse du Regard, variations discontinues et greffes instables. Des tirages saisis pendant dix ans dans les déserts du Nouveau-Mexique.
Et en parallèle, Philippe Terrier-Hermann et la jeune réalisatrice marocaine Randa Maroufi présentent respectivement leur film La possibilité d’un rêve, des hommes en trop, une île (témoignages de clandestins en visio-conférence avec cinq femmes), et Stand-by Office (long plan-séquence, dans les couloirs et les pièces d’un immeuble de bureaux où perçoit des gestes quotidiens et parfois inhabituels et étonnants).

Lors du week-end inaugural, on retrouvera des projections de ces artistes au FRAC, grand partenaire du projet.

À partir de 2019, les accrochages proposeront parfois des expositions personnelles, comme le travail de Jean-Louis Garnell (artiste majeur de la photographie française actuelle) ou des artistes plus jeunes comme Cédrick Eymenier dès février prochain avec son travail en mode improvisé, mais également des projets collectifs. L’espace sera divisé en plusieurs expositions parallèles. Des cycles de dix semaines d’exposition succèderont à d’autres, plus courts qui permettront d'accueillir des propositions ponctuelles.

Bassin de Galisteo, Nouveau-Mexique, Etats-Unis 1989-2017 ©Monique Deregibus X4

L'exposition

du 24 novembre 2018 au 27 janvier 2019

Hypothèse du Regard, variations discontinues et greffes instables de Monique Deregibus, artiste vivant à Marseille à la réputation internationale, permet de revisiter le travail photographique du Nouveau Mexique montré en une arborescence temporelle. 10 années de prise de vues 1989/1999 au cours desquelles des variations minimales ont pu être enregistrées telle une partition de musique répétitive. Paysages désertiques en noir et blanc, répétition jusqu'à l'usure, 10 ans de déplacements décidés pour toujours faire (presque) la même image !
"C'est dans ce désert que la bombe atomique a été inventé et testé en 1945 et les sociétés indiennes rayées de la carte. Je fais se rencontrer la surface de l'image et la réalité. Opposition du papier lisse de la photo avec l'histoire violente qui a été vécu là et qui fait de ce désert le lieu de ma fascination pour l'image."

Ces photos isolées, disparates, contrevenantes, ressorties des différents corpus, viendront problématiser le calme apparent des paysages en un accrochage particulier qui ne laissera pas le regardeur tranquille et viendra heurter à certains moments son désir de contemplation et de compréhension. Ces images inviteront donc à la ponctuation d'un monde contemporain haché, livré aux affres des guerres et des intempéries, des catastrophes humaines et de la folie des hommes.

Vernissage le vendredi 23 novembre à 19h
De 14h à 19h
Du mercredi au samedi
Le mardi sur rendez-vous pour les groupes

Ouvertures exceptionnelles
Les dimanches 25.11.2018 et 27.01.2019

©Philippe Terrier-Hermann

Stand-by Offiice, Randa Maroufin courtesy of the artist.

Programmation parallèle

La possibilité d’un rêve, des hommes en trop, une île, de Philippe Terrier-Hermann. Installation vidéo, 62’, 2017. En collaboration avec le sociologue Smaïn Laacher.
Une île, la Sicile, un espace métaphorique et symbolique. A l’image d’un tribunal octroyant un droit au sol à des corps en apesanteur, cinq figures féminines récoltent en visio-conférence les témoignages de clandestins. Ces récits en disent long sur l’impérieuse nécessité, même en situation de détresse et de grande dépossession, de retrouver des gestes familiers, ceux qui encadraient naguère les pratiques routinières : cultiver la terre, récolter, cuisiner, chanter, se rencontrer... Le lieu de rencontre, une île, leur permettra par un retour à la terre, à la simplicité des gestes et des sentiments, de se retrouver dans des habitudes que le voyage a brisées. Car même quand on n’a plus rien il reste encore soi.

Stand-by Office, de Randa MaroufiInstallation video, 13’20’’, 2017.En collaboration avec «We Are Here*» group.
« Vie de cadre » en « cadre de vie ». Un groupe de personnes dans un environnement de bureau. Des gestes quotidiens de travail sont observés dans tout le bâtiment. Rien ne semble être déplacé. La caméra circule continuellement et change progressivement notre perception de cet espace. On se pose la question: qu’est ce que signifie ce bureau pour ce groupe de personnes? We Are Here est un groupe de réfugiés à Amsterdam qui ne reçoit aucun logement fourni par le gouvernement, mais ne peut pas non plus travailler. Le groupe a décidé de rendre visible la situation inhumaine qu’ils doivent vivre, en ne se cachant plus, mais en montrant la situation des réfugiés qui sont «en dehors de la loi» aux Pays-Bas.

LE PARK Randa Maroufi

Terrier-Hermann. Stephanie Sokolinski and Marshall Bell

Autour de l’exposition

Rencontre et projections
au plateau multimédia du Frac PACA
le samedi 24 novembre 2018.
14h : Projection du film The Park de Randa Maroufi, suivi d’une discussion avec Nicolas Feodoroff. Une lente déambulation dans un parc d’attraction abandonné au coeur de Casablanca.
15h : Rencontre débat avec Zahia Rahmani et Monique Deregibus autour de son exposition
17h : Projection du film de Philippe Terrier-Hermann The American Tetralogy et Performance chantée d’Edward Barrow. La Californie est revisitée à travers des souvenirs de cinéma incarnés par la présence même d’acteurs et d’actrices célèbres. Une mise en scène de la réalité qui interroge la fictionnalité du cinéma.

Débat/conférence
au Centre Photographique Marseille
le samedi 26 janvier 2019
11h : Conférence/débat avec Marie Hélène Brousse, psychanalyste et auteur du livre « La maison Chypre » avec Etienne Copeaux, un livre des éditions Filigranes, récemment paru le 01.03.2018.

Infos pratiques

Infos pratiques

CENTRE PHOTOGRAPHIQUE MARSEILLE
74 rue de la Joliette 13002 Marseille

04 91 90 46 76

Fermeture exceptionnelle
Du 23.12.2018 au 02.01.2019

Découvrir

Pour aller plus loin

FRAC (Fonds régional d'art contemporain)

FRAC (Fonds régional d'art contemporain)

Créé à l’instar des autres Frac, le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, aura passé trente ans au cœur du quartier du Panier à l’ombre de la Vieille Charité pour s'installer dans un nouveau bâtiment en mars 2013 dans le quartier de la Joliette.
Le Fonds Régional d’Art Contemporain a pour vocation la constitution et la diffusion d’une collection d’art contemporain, la programmation et la réalisation d’expositions temporaires, de programmes de rencontres/conférences et d’éditions, ainsi que l’organisation d’actions de sensibilisation et de formation pour des publics divers (scolaires, étudiants, adultes).
Le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur a engagé depuis plus de vingt ans un important travail de prospection et de soutien à la jeune création qui lui permet aujourd’hui de disposer d’une collection représentative des grandes tendances de la création contemporaine au niveau international.

Le regard engagé de La France vue d'ici
du 13 novembre 2018 au 10 février 2019

Le regard engagé de La France vue d'ici

Née en 2014 pour dresser un état des lieux photographique de la France jusqu’en 2017, ce projet ambitieux vise à répondre à la nécessité de témoigner visuellement des mutations de la société française. Porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et Mediapart, elle regroupe 26 photographes, 4 journalistes et 46 reportages.

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation
du 14 novembre 2018 au 4 mars 2019

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

La nouvelle exposition du Mucem s’attache à dresser le portrait d’un homme, Georges Henri Rivière, qui incarne à lui seul certains des aspects les plus marquants de la culture au XXe siècle.

Agenda

Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Top des petites Expos

Top des petites Expos

NOVEMBRE 2018

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.

Voir le guide Top des petites Expos
l'agenda culturel de My Provence Culture

l'agenda culturel de My Provence Culture

Tous les événements culturels des musées et sites départementaux sont sur myprovence :

Voir le guide l'agenda culturel de My Provence Culture
Tout l'agenda culturel

Autres articles

(UNE NUIT)...d'inondation !

(UNE NUIT)...d'inondation !

22 & 23 février 2019

Une aventure artistique durant 17h, créée par La Folie Kilomètre, autour de l'inondation.

Mars en Baroque dans l'Atelier du Musicien

Mars en Baroque dans l'Atelier du Musicien

du 26 février au 31 mars 2019

Le festival Mars en Baroque, nous dévoile cette année les secrets de fabrication de la musique baroque en plongeant au coeur de «l’Atelier du Musicien» des génies de cette musique.

Que faire pendant les vacances de Février ?

Que faire pendant les vacances de Février ?

Du samedi 9 au dimanche 24 février 2018

Que faire pendant ces vacances d'hiver ? Comment distraire nos bouts de choux et nous évader sans partir forcément au ski, trouver des activités qui plaisent aux petits comme aux grands? Notre département recèle de lieux culturels à (re)découvrir de manières originales...on y va !

Les histoires de Sophie Calle

Les histoires de Sophie Calle

du 26 janvier au 22 avril 2019

Les histoires de Sophie Calle sont inclassables. Par cette nouvelle forme originale d’expositions, les musées de Marseille créent un parcours muséal inédit dans la ville.

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Mercredi 6 février 2019

Lieux publics vous invite tous les premiers mercredis du mois à midi devant l'Opéra de Marseille.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

FÉVRIER 2019

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.

Top des petites Expos

Top des petites Expos

FÉVRIER 2019

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.

Top des spectacles de Danse

Top des spectacles de Danse

FÉVRIER 2019

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles de danse à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des pièces de Théâtre

Top des pièces de Théâtre

FÉVRIER 2019

Découvrez chaque mois notre sélection de pièces de théâtre, de spectacles dans des lieux insolites à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des petits Concerts

Top des petits Concerts

FÉVRIER 2019

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts à ne pas rater. Pas de têtes d'affiches, ni de festivals (sauf les soirées gratuites) mais nos coups de cœur, nos incontournables, nos artistes émergents préférés et des idées de soirée originales.

Les expos à ne pas rater en 2019

Les expos à ne pas rater en 2019

Hasard, modernité, écologie et gastronomie : des expos dans l'air du temps

En 2019, de grands artistes seront encore à l'honneur dans toute la Provence. Dubuffet et Giono, Van Gogh, les chefs d’œuvre du Guggenheim présentés pour la première fois en France, Fabienne Verdier et Man Ray entre autres. Deux parcours dédiés à un artiste, Sophie Calle et Erwin Wurm, vous amèneront d'un musée marseillais à l'autre. Et MPG 2019, l'année de la gastronomie en Provence nous promet de belles échappées artistiques avec des expositions qui célébreront l’art populaire de la cuisine provençale.