Dans la cuisine de Mireille : les pieds paquets

Les pieds paquets n'auront plus de secret !

Publié le 16 janvier 2019 Mis à jour le 16 janvier 2019

Aujourd’hui on va dans la cuisine de Mireille, qui va partager avec nous sa recette familiale de pieds paquets !

Oui mais les pieds paquets c’est quoi ?
Tout d’abord il faut savoir que les pieds paquets sont une spécialité Marseillaise qui date du XIXème siècle ! Comme la plupart des plats traditionnels, c’était un plat courant, que les ouvriers mangeaient pour se donner de la force, un peu comme les ragoûts ou autres plats en sauce…

Ce plat est donc constitué, comme le veut son nom : de pieds de mouton et de paquets.
Les paquets sont confectionnés avec de la panse de mouton (ou d’agneau) dans laquelle on met du petit salé, de l’ail et du persil. Puis on ferme le tout, on roule et on ferme avec la technique dite de « la boutonnière » !

La recette des pieds et paquets par Mireille ! Miam !

Mireille, qui est originaire de Marseille, plus précisément du quartier d’Endoume, tient cette recette de sa mère, qui la tenait elle-même de sa mère ! Mireille voue un « culte » pour le livre de recettes « la cuisinière provençale », plus communément appelé « le Reboul », du nom de son auteur. Sa recette diffère un peu du Reboul, même si les bases sont les mêmes.

Allez hop, on passe aux choses sérieuses, on attaque la recette !

  • 3 paquets et 1 pied par personne
  • 1 gros oignon coupé en dés
  • 2 ou 3 gousses d’ail
  • 3 tomates
  • 2 belles tranches de petit salé
  • 1 ou 2 feuilles de laurier
  • poivre noir moulu et en grains
  • sel
  • 1,5 litres de vin blanc sec
  • 3 ou 4 clous de girofle
  • pommes de terre
  • huile de tournesol
  • Pieds et paquets

Voici la recette des pieds et paquets pour 8 /10 personnes soit 32 paquets et 11 pieds

ETAPE 1
Confection des paquets :
Si on veut faire soi même les paquets, il faut aller chez un tripier et demander de la panse de mouton pour faire des paquets. Il vous les coupera en carré, à la bonne taille.
Dans le carré de panse, on dispose du petit salé, de l’ail et du persil.
On pratique une incision dans un des angles de la panse, on la roule et on la ferme avec la technoque de la « boutonnière » (voir la vidéo)
Mais comme le dit Mireille : c’est quand même plus simple de les acheter tout faits ahahaha !

ETAPE 2
Le fond de sauce :

C’est une étape très importante ! La réussite du plat dépend entièrement de la réussite du fond de sauce !!!

ETAPE 3
On fait roussir les oignons, et quand ils deviennent transparents ou rajoute le petit salé coupé en dés.
Quand tout a bien « fondu » on rajoute l’ail, et les tomates en dés.

ETAPE 4
On fait tout cuire à feu vif, jusqu’à ce que ça forme une « purée » et que l’eau des tomates se soit bien évaporée.
On rajoute le poivre en grains et moulu (un creux de main), le sel, le laurier, les clous de girofle.

ETAPE 5
On ajoute un peu de vin blanc (une moitié de bouteille) et on dispose les pieds au fond de la marmite. Puis on rajoute les paquets par dessus.
On rajoute le vin blanc jusqu’à ce qu’il recouvre le tout (on peut aussi rajouter un verre d’eau au cas ou).

ETAPE 6
Quand ça commence à glouglouter, comme dit Mireille (bouillir), on passe à feu doux ! idéalement avec une plaque sur le feu pour mieux diffuser la chaleur uniformément, et on laisse cuir au minimum 7 heures en vérifiant de temps en temps.
Si on trouve qu’il y a trop de bouillon au bout des 7 heures, on continue la cuisson.

Comme le dit si bien Mireille, les pieds paquets, c’est comme tous les plats en sauce : c’est meilleur le lendemain ! Du coup on laisse notre plat tranquille pendant la nuit et le lendemain on continue à faire cuire pendant 2 heures en fonction de la consistance.

Il n’y a plus qu’à servir les pieds paquets avec des pommes de terre vapeur, et à se régaler !!!

Bon appétit !

Par Anaïs et Pedro
Par Anaïs et Pedro

On est Anaïs et Pedro, on aime plein de choses comme les USA, le Japon, les pizzas, Motörhead, la cuisine Vietnamienne et le karaoké… Sur notre blog on parle des endroits qu'on aime sur Marseille et ailleurs, de nos voyages, et on organise aussi des soirées très drôles de temps en temps.

Anaïs et Pedro

Autres articles

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

Green food à Marseille : nos adresses vegan et végétarienne

2019, sera green ou ne sera pas !

Et si « manger bon et sain » devenez notre bonne résolution à tous ! Découvrez ci-dessous nos lieux pour manger bien, bon, local et sans viande.

MPG 2019

MPG 2019

Une année de la gastronomie en Provence

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

La figue

La figue

Francis, au pied de son arbre, vivait heureux

La figue de Provence invite à la damnation quand elle est cueillie mûre à point sur l’arbre, on peut aussi en parsemer un plateau et la laisser sécher 3 jours au soleil pour en manger tout l’hiver. Juste frais, ouvert et posé sur la pâte à tarte, en confiture bien sûr, ce fruit en mode sucré est un délice.

Le coing

Le coing

Petites histoires sur un fruit bonne pâte

Il est jaune comme un soleil et chaleureux comme un feu de cheminée en hiver… Le coing n’est pas très beau mais a su se faire aimer des Provençaux.

La tomate

La tomate

En sauce ou en salade, pour rougir de plaisir

Ne pas avoir le bac n’empêche pas de réussir sa vie. Et c’est pareil pour la tomate qui a raté son arrivée en Occident mais est devenue, après bien des péripéties, la star des menus Provençaux. Au plus elle est charnue, joufflue voire fessue, au plus elle a la cote.

L’amande

L’amande

A la (re)conquête de la Provence

Peut-on résister à l’amande ? On les déguste fraîches ou séchées, entières, grillées, effilées, pilées voire en crème ou en lait !

La courge

La courge

Le nouvel eldorado des gastronomes

Elle avait disparu des étals et puis, peut-être un effet collatéral de l’importation de la fête d’Halloween en France ? -, la courge a fait son grand retour sur nos marchés depuis une bonne dizaine d’années. Derrière ce nom générique, se cachent les cucurbitacées : potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...

Les fruits confits de Provence

Les fruits confits de Provence

Un péché gourmand

Depuis toujours, la Provence est reconnue pour ses fruits confits. Au début du 16ème siècle, notre région est alors assez pauvre. Pourtant les fruits y poussent en abondance, mais de grandes quantités se perdent chaque année. Nostradamus a alors l’idée de les conserver dans le sucre…

Brousses et fromages de chèvres

Brousses et fromages de chèvres

La spécialité fromagère des Bouches-du-Rhône

Pas de lait de vaches dans les Bouches du Rhône ou très peu. Ici, la chèvre est la reine. Et ne cherchez pas, vous ne trouverez pas d’autres spécialités fromagères dans le département que le fromage de chèvre.

L'ail

L'ail

Tout commence par une gousse écrasée

L’ail est inévitable dans la cuisine provençale. Comme le thym ou l’huile d’olive, c’est plutôt un préambule à chaque recette. Dans la marmite, un filet d’huile, un oignon et une gousse d’ail écrasée.

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Pompe, gibassié ou fougasse de Provence

Tout savoir et acheter les pains plats et brioches de Provence

En Provence, le pain, comme beaucoup d’autres choses, n’est pas comme ailleurs (comprendre dans le Nord). Ici on mange la Fougasse, le gibassié ou la pompe. Souvent à Noël mais parfois toute l’année, à la fleur d’oranger ou à l’anis, au dessert ou à l’apéro… Top de nos meilleures adresses.

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Nos adresses pour manger au coin de la cheminée

Ambiance chaleureuse autour du feu

Quand l’hiver frissonne, nous rêvons tous d’une soirée au coin de la cheminée. Et, quoi de plus réconfortant que la chaleur d’un feu de cheminée associée à un bon repas accompagné d’un verre de vin ?