Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.*

On vous connaissait en super-héros bouleversant énergiquement les codes de la musique traditionnelle Klezmer. Cette fois-ci vous nous revenez avec une œuvre à forte connotation spirituelle. Que se passe-t-il dans votre rapport aux traditions ?

Yom : « On trouve aux quatre coins du monde une foule de traditions qui utilisent les instruments les plus divers, l’incantation, la transe pour s’adresser par la musique aux esprits. Sans être moi-même religieux, je constate que depuis quelques temps les pièces que j’adore jouer ont quelque chose d’ancestralement sacré. Côtoyer le sacré dans la musique, c’est aussi donner du sens à ce que l’on joue, ne pas se contenter de divertir le public ».

D’où vient le klezmer?

« La musique Klezmer trouve son origine chez les juifs d’Europe de l’Est et d’Europe centrale. C’est une musique de fête, sans paroles. On y cherche à retrouver sur un instrument l’expressivité de la voix. Cette musique était évidemment influencée par les traditions musicales locales. Le klezmer hongrois était différent du klezmer crétois ou turc. Avant la seconde guerre mondiale, avant la Shoah, il y avait environ 10 000 musiciens klezmer en Europe. Et cette musique a failli mourir… à moins qu’elle ne soit morte avant de ressusciter. Dans les années 70, une quarantaine de personnes, principalement des américains, sont en effet parties à la recherche de cette culture engloutie, retrouvant de vieilles partitions… Ils ont suscité un véritable revival. Mais les seuls enregistrements dont on disposait alors remontait aux années 20-30 et avaient été réalisés aux Etats-Unis par des émigrés. Cette musique a failli mourir : il ne faut donc pas la laisser figée, bloquée dans le passé. Il faut la faire évoluer, la confronter à d’autres univers ».

Justement comment vous situez-vous aujourd’hui par rapport à la tradition klezmer ?

« Mon éducation s’est déroulée dans une atmosphère totalement athée. Je faisais de la clarinette au Conservatoire, point. Mais le jour où j’ai joué, presque par hasard, avec l’Orient Express Moving Shnorers, la musique Klezmer m’a submergé et m’a instantanément fait découvrir ma voie. Elle m’a offert une identité sur un plateau. Ceci dit, je n’ai jamais pensé rester cantonné à cet univers : il y avait déjà d’autres formes en moi. Pour y accéder, j’ai du en quelque sorte me « délabelliser » : s’il y a toujours dans ma musique une influence, une vibration klezmer, j’explore ma propre voie, sans me dire que je dois sans cesse faire plaisir à mes ancêtres. Si je peux aujourd’hui me libérer de la sorte, c’est aussi parce que j’ai poussé à fond la connaissance de cette tradition. Plus je connais celle-ci, moins je ressens de culpabilité à m’en éloigner un peu. Car je trouve en elle de quoi m’autoriser à trouver ailleurs ce qui nous unit. »

Pourquoi vous associez-vous au quatuor à cordes IXI ?

« La musique klezmer habite mon corps, jusqu’au niveau cellulaire. Mais avec Illuminations, pour la première fois, je réalise un projet qui n’est pas en rapport direct avec les ancêtres. Je n’aurais sans doute pas pu le faire avant. Avec cette composition je me confronte à la culture classique et à la musique savante occidentale. Je touche aussi au jazz et à sa culture de l’improvisation. Le quatuor IXI, familier de Bach, Messiaen ou Pergolèse, est l’incarnation parfaite de tout cela : c’est un magnifique quatuor à cordes et ses musiciens font également chacun partie de diverses formations de jazz. Avec eux, il y aura toujours une part de liberté, une place pour l’improvisation. Nous nous retrouvons tous sur l’idée que la musique doit évoluer avec les musiciens qui la jouent. »

« Illuminations » résonne comme une quête. Où essayez-vous d’amener votre musique ?

« Wang Li, musicien chinois avec lequel j’ai travaillé sur un précédent projet, estime que l’on peut résumer tout l’univers en un seul son. Cela peut sembler bien abstrait mais avec le Quatuor IXI nous creusons le son et le rapport à la matière. Les cordes frottées, le grain obtenu par les archets sur les cordes…nous avons recherché une fusion organique des quatre sons du quatuor, au point qu’il est presque impossible de distinguer ce qui vient du violon ou du violoncelle. Nous obtenons une vibration unique, qui renvoie au spirituel, qui nous élève. Nous atteignons une autre forme de réalité. Nous essayons de capter une énergie qui touche au sacré. Dans la philosophie bouddhiste, arriver à l’illumination, c’est arriver à la sagesse. »

Pour en savoir plus : Yom.fr
Propos recueillis par J.-M. Amitrano

Agenda

Concert - Opéra

Des opéras de Marseille aux concerts lyriques au Grand Théâtre de Provence, retrouvez la liste des concerts et opéras des Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Concert - Opéra

L'année du département

Musées, bibliothèques, archives : les lieux culturels départementaux proposent une riche programmation toute au long de l'année. A vos agendas !

Voir le guide L'année du département
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Série Photographe

Photographe sous-marin, Guillaume Ruoppolo est avant tout un homme de la mer, amoureux de la Grande Bleue, qui voue une véritable passion pour les fonds marins et leurs habitants. Il livre une vision intimiste et insolite du monde aquatique.

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Série Photographe

Nous poursuivons notre découverte des photographes du territoire avec Serge Assier, dont le travail sur l’humain et sa collaboration avec les plus grands auteurs français en font un artiste incontournable.

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Série Photographe

Photographe spécialisé en architecture et dans la mode, Olivier Amsellem a trouvé dans cet “art populaire” sa façon de s’exprimer, de raconter des histoires, de vivre tout simplement.

Soprano, la positive attitude

Soprano, la positive attitude

En pleine tournée “Everest” et après son concert mémorable en octobre au stade Orange Vélodrome, l’artiste marseillais, parmi les plus populaires de France, affiche ses ambitions et sa volonté de s’investir en faveur de la jeunesse, en organisant des grands événements culturels.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch est une plateforme de streaming musical réservée aux labels indépendants. Afin de favoriser leurs rémunérations, une application a été créée. Le service est disponible de manière physique dans des lieux culturels. Avec plus de 2,5 M de titres disponibles, la plateforme compte sur un catalogue d'ores et déjà bien fourni.

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait, l'un des fondateurs du projet de la Friche Belle de Mai est allé à la rencontre des acteurs qui ont fondé et développé le lieu culturel marseillais.

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, 84 ans, a accordé une interview exclusive à Accents de Provence, à son domicile parisien, pour évoquer “Marseille fête Belmondo”. Une rétrospective inédite organisée au Château de la Buzine, de juillet à novembre, en hommage à sa carrière et à celle de son père, Paul, grande figure de la sculpture française.

La Méthode, groupe de rap engagé

La Méthode, groupe de rap engagé

A l'occasion de la sortie de leur nouveau clip aux allures de Breaking Bad "Le Produit", BZA, Fred et Pak Dj’een, tous trois membre du groupe de rap marseillais La Méthode, reviennent sur leur musique engagée. Rencontre.

Tous les articles