Yazid Oulab, ouvrier de l'art contemporain

Yazid Oulab est un artiste Algérien qui vit et travaille à Marseille. Il expose ses oeuvres jusqu'au 1er septembre 2013 au FRAC (Fonds Régional d'Art Contemporain) pour ce qu'il appelle sa première exposition monographique.
Teinté de poésie, ses oeuvres parlent du travail et de la pensée. Elles les mélangent, les entrelacent pour nous faire comprendre la vie de l'artiste et son cheminement. Plus que des objets, ce sont des questionnements sur la vie, la religion, la famille, les origines.

Qu’est-ce qui caractérise votre travail ?

Mon travail a plusieurs aspects : la poésie, l’écriture, l’outil du travail et l’outil de la réflexion et de la pensée. Avec ces moyens ou ces médiums, j’essaye de dialoguer, de faire dialoguer l’outil du travail avec l’outil de la pensée et de l’écriture. Cette réflexion se traduit à la fois par l’objet et par le dessin.
Pour moi, le dessin est très important parce que c’est vraiment l’expression première, et le premier geste qui traduit la pensée, fidèlement pour raconter des histoires. Les histoires elles peuvent être autour d’un mot, d’une poésie, autour d’un mythe.

La première chose que j’ai essayé de faire c'est réfléchir sur ce qu’est un travail artistique, un plasticien, avec quel matériau il travaille, quelle est sa préoccupation « d’où je viens, qui je suis », j’ai écrit ces questionnements noir sur blanc et j’ai commencé à répondre avec cette petite biographie, pour comprendre qui je suis, d’où je viens et où je vais, et pourquoi je me retrouve à faire des objets.

Quel est votre point de départ ?

C’est vraiment quand je suis sorti de l’école de Luminy que j’ai commencé à réfléchir sur le statut d’artiste, sa proposition et son inscription dans une Histoire de l’art et ce qu’il peut apporter.
Comment l’artiste peut-il réfléchir, à la manière des anciens qui nous ont déjà tracé la route.

Quand on commence à poser des questions, on prend les mots qui viennent pour échafauder une idée. Donc je me suis dit, maintenant il faudrait que j’échafaude une idée de l’art, un concept. Je viens d’une culture très riche : dans le théâtre, dans la poésie, dans son côté spirituel et par le geste, le comportement, la vie sociale.

J’ai constaté que l’art d’une manière générale en Afrique du Nord n’a pas été réfléchi et pensé selon une réflexion personnelle. Nos ainés avaient uniquement le souci de traiter l’espace de l’expression dans un aspect visuel. Et il n’y avait pas de réflexion sur la technique. Je me suis heurté à un vide, mais comme je pensais toujours à échafauder un concept, j’ai pensé au lieu le plus propice pour exploiter le vide : le désert. A ce moment-là que j’ai fait ma première installation : un échafaudage dans le désert. Juste le temps de réfléchir sur cette construction, construction de la pensée du geste.

Les premiers Algériens sont venus en France en tant qu’ouvriers, ils ont contribué à la construction de ce pays. J’ai pris comme socle, un outil de travail : l’échafaudage qui se dresse par paliers et je l’ai installé dans le désert le temps de répondre à mes préoccupations. L’échafaudage est normalement adossé à une façade, comme à une culture. Pour moi la façade est comme une architecture déjà présente mais qu’il faut embellir, ravaler. Sur cet échafaudage, dressé par lui-même en face d’une dune dans le désert, la façade existe intérieurement dans la pensée. L’idée donc de ravaler la pensée, lui donner une structure et l’inscrire dans une construction. C’est le point de départ de tout mon travail.

Après j’ai continué à poser des questions mais du côté culturel. Nous avons une culture arabo-berbère : le Berbère est ancré dans les signes et le côté arabe est ancré dans le Coran et l’Islam. C’est en regardant la façon de vivre de mes grands-parents, leur façon très simple de pratiquer l’islam, que je me suis posé la question suivante « Qui m’a donné la vie et comment ? ». Le premier questionnement a concerné mes parents : « Qui est mon père, qui est ma mère ? ». Mon père était un ouvrier accompli et ma mère était plongée dans les arts, poésie, musique, théâtre… Les deux m’ont transmis leurs savoirs par l’intermédiaire de mes grands-mères avec lesquelles j’ai grandi.

L’un m’a appris le goût de faire et l’autre, le goût de la poésie. Pour symboliser cette union, j’ai trouvé que le clou pouvait me servir de lien, d’accroche, entre mon histoire passée et de mon histoire d’aujourd’hui. Et en même temps, le clou vient de l’écriture cunéiforme, c’est donc vraiment l’objet qui va à la fois symboliser l’écriture et le travail.

Le clou est très important dans mon travail. On le voit dans l’exposition au FRAC, où il est exposé dans toute sa dimension. Il peut mesurer 1cm, et il peut mesurer jusqu’à 3 mètre 50.

Il me sert également à matérialiser la religion musulmane. Si je devais la condenser dans un seul geste dynamique, je dirais que c’est une descente, puisqu’on dit que le Coran est descendu. Ce geste m’a permis de me poser des questions par rapport à l’outil très simple de la construction : le fil à plomb.
Avant d’élever un mur droit, il faut d’abord faire tomber le fil à plomb. Tous mes objets et créations, tournent autour de cet échafaudage de la pensée. Pour cela j’emprunte des gestes de l’ouvrier et de l’artisan et j’essaye de leur donner ma dimension poétique et culturelle à travers le temps pendant lequel je me suis formé intellectuellement.

Vous utilisez de très nombreuses techniques, ce choix est-il important ?

Les supports et les médiums sont très importants. Je choisis un matériau qui va répondre à l’idée que j’ai envie de faire passer. Un médium plutôt qu’un autre pourra vraiment traduire la pensée juste.
Par exemple la contemplation : j’ai fait une vidéo dans laquelle je pose la question «Qu’est-ce qu’un dessin ?» Comment l’être humain a-t-il contemplé la nature pour y trouver l’idée du dessin? J’ai trouvé que si on regarde un bâton d’encens, lorsque s’élève la fumée, on peut voir la ligne, la courbe et le cercle, qui sont les fondements même du dessin. Dans la vidéo, il y a quatre bâtons d’encens dont les volutes évoluent dans un genre de chant poétique.

De toute façon pour moi la sculpture, la peinture se font avec le premier geste. Le sculpteur va prendre le marteau et le burin pour casser. Ce geste justement je l’ai matérialisé en dessin en prenant un marteau, symbolisant le travail, et le fusain, symbolisant le dessin. Avec le marteau je suis venu taper sur le fusain, à la manière d’un sculpteur pour dessiner des montagnes. Avec toujours l’idée de l’artisan qui dessine, en transformant un geste ancestral, en le sublimant pour en faire une œuvre d’art. Finalement je ne crée rien du tout, je ne fais qu’emprunter des choses.

Vos œuvres tournent-elles autour d’un même thème ?

Toutes mes œuvres symbolisent le lien : ce qui rattache l’être humain au monde. Le lien entre l’éducation et ce que l’on est par la suite, comment l’homme devient le traducteur d’un geste naturel.

L’artiste essaye toujours de se surprendre et de s’émerveiller. S’il n’arrive pas à s’émerveiller de son travail, il reste mécontent. Le but est de faire une œuvre qui va transporter par la joie et qui en même temps va informer. Ce côté enfantin permet à l’artiste de mélanger des techniques, de casser des tabous.

C’est important d’exposer à Marseille pour votre première exposition « en solo » ?

C’est très symbolique pour moi. Enfin ma ville, la ville où j’ai commencé à vraiment réfléchir, me donne le moyen de partager tout ce que j’ai élaboré depuis 10 ans, avec les Marseillais et les autres.

Autres articles

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

Les couleurs de Laurent Corvaisier

Les couleurs de Laurent Corvaisier

du 7 novembre 2017 au 27 janvier 2018

Le centre d’art Les Pénitents Noirs d’Aubagne donne carte blanche au plasticien Laurent Corvaisier. Il y présente plus d’une centaine d’oeuvres, pour l’essentiel des grands formats.

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Friche Belle de Mai et le Goethe- Institut à Marseille déploient une ample exposition et de multiples propositions autour de la notion de travail, largement mise en jeu dans l’oeuvre de l’artiste Harun Farocki.

Soprano, la positive attitude

Soprano, la positive attitude

En pleine tournée “Everest” et après son concert mémorable en octobre au stade Orange Vélodrome, l’artiste marseillais, parmi les plus populaires de France, affiche ses ambitions et sa volonté de s’investir en faveur de la jeunesse, en organisant des grands événements culturels.

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

du 25 novembre 2017 au 18 février 2018

20 photographes proposent un témoignage vibrant de la vie du pays et de sa scène photographique, marquée historiquement par l’impact et le quasi monopole du photojournalisme.

Cézanne, enfin chez lui, at home

Cézanne, enfin chez lui, at home

du 20 octobre 2017 au 1er avril 2018

Cézanne chez lui, chez nous. At home. Quoi de plus naturel, de plus évident. Et pourtant…Né ici, mais reconnu ailleurs comme ce monstre sacré de la peinture moderne, Paul Cézanne, que l’on a surnommé le « Maître d’Aix », était surtout, au tournant du XXe siècle à Aix-en-Provence, le paria, l’incompris, le méprisé.

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Du 18 novembre 2017 au 11 mars 2018

Sur plus de 500 m2, le public peut découvrir de façon chonologique près de 180 oeuvres qui présentent le parcours de Tal Coat. De ses début figuratifs à sa période qu’on dit « abstraite » après son séjour en pays d’Aix (1943 à 1956) où son travail évolue considérablement à la lumière de Provence.

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Du 24 novembre 2017 au 11 mars 2018

L’exposition Botero, dialogue avec Picasso présente la riche production du maître colombien sous un angle inédit qui explore ses affinités artistiques avec Pablo Picasso.

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

du 7 octobre 2017 au 2 avril 2018

En présentant de jeunes artistes en vis-à-vis de l’oeuvre de Vincent van Gogh, de l’art et du goût populaires, l’exposition « La Vie simple – Simplement la vie » met au jour les fantasmes et idées reçues d’un modèle de vie attrayant et romantisé.

Le Monde tel qu'il va...au J1

Le Monde tel qu'il va...au J1

du 1er novembre 2017 au 7 janvier 2018

Le MJ1 et les Rencontres d’Arles prolongent l’été avec huit expositions photos en entrée libre.

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

7 octobre 2017 au 7 janvier 2018

Cette exposition constitue la plus importante monographie jamais consacrée à ce peintre aussi rare que singulier dans le paysage artistique provençal du XVIIIe siècle et propose de redécouvrir ses oeuvres les plus célèbres en regard de peintures qui n’ont, pour certaines, jamais été exposées au public.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch est une plateforme de streaming musical réservée aux labels indépendants. Afin de favoriser leurs rémunérations, une application a été créée. Le service est disponible de manière physique dans des lieux culturels. Avec plus de 2,5 M de titres disponibles, la plateforme compte sur un catalogue d'ores et déjà bien fourni.

Tous les articles