Rencontre avec le Photographe-Marcheur Eric Bourret

My Provence Culture est allé à la rencontre du photographe-marcheur Eric Bourret qui photographie des paysages depuis plus de vingt ans. Une démarche artistique qui le conduit à arpenter les montagnes des Alpes, la chaîne Himalayenne et le littoral du sud de la France. C’est donc tout naturellement que le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône lui a proposé de travailler sur les paysages du département. Eric Bourret a ainsi photographié durant trois hivers les montagnes des Alpilles, de la Sainte Victoire et de la Sainte Baume. Une exposition que vous avez pu découvrir cet été aux Archives Départementales d’Aix-en-Provence et à l'occasion du festival A-Part dans les Alpilles.

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers la photographie de paysages ?

E.B : Marcher au paysage, c’est l’enjeu même du travail. En fait, sa singularité consiste en de longues marches durant plusieurs jours ou plusieurs semaines, sur des territoires dits « naturels ». Espace de moyenne ou haute montagne et littoral. J'arpente les grands espaces, sans relâche, depuis 25 ans. C’est à l’issue de ces traversées que la relation peut s’installer avec les paysages et qu'un projet photographique qui se produit via la marche se fait jour. L’un nourrissant l’autre.

Pouvez-vous nous présenter l’exposition "Le temps de la marche" ?

E.B : Cette exposition, comme l’indique son titre, est issue d’un travail que j’ai fait durant trois hivers sur les « montagnes » emblématiques des Bouches-du-Rhône à savoir les trois montagnes : le massif des Alpilles, le massif de la Sainte Baume et le massif de la Sainte Victoire. L' hiver, plusieurs fois par semaine, j’allais parcourir tout ou partie d'un massif privilégiant les zones de crêtes.
A l’origine c’est le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône qui m’a offert une carte blanche et m’a invité à travailler sur les paysages du département de mon choix. L'exposition a été labellisée Marseille Provence 2013 et un livre à été publié chez Fage édition.

Pourquoi avez-vous choisi de faire les photos l’hiver ?

E.B : Il y avait cette volonté de sortir de l'imagerie « qui colle à la peau » du paysage Méditerranéen. Chromie saturée, cigale....
Lorsque vous regardez les photographies, l'image-document nous renseigne sur la nature géologique et végétale du paysage Méditerranéen. A savoir des massifs calcaires avec une végétation basse de type rocailles. Cependant, le fait de travailler en hiver, à parcourir les lignes de crêtes, vous jouez avec l'intervention partielle de la neige, le brouillard, le mistral bien présent qui apporte cette netteté et cette chromie spécifique en période hivernale. « Descendu » au bleu délavé . Vous perturbez l’idée qu’on se fait de ces espaces et provoquez un ailleurs. Le paysage Méditerranéen dialogue avec « un autre » un ailleurs.
Certaines images renvoient aux Causses du Sud et au centre de la France, au Massif des Bauges en Savoie. Le paysage n'est plus circonscrit à un seul territoire. Il y est surtout question d’immensité. De souffle. Bien réel là haut, seul, en décembre, janvier, février.

Pouvez-vous nous décrire comment se passent vos séances photos et combien de temps elles durent ?

E.B : Mon travail est découpé en deux périodes distinctes. Une période liée à la marche et une période qui serait plutôt liée au recensement des images produites six mois ou un an avant. Les six mois dévolus à la prise de vue sont des périodes où je vais alterner des séances de marche dans les Alpes du Sud et du Nord, la chaîne Himalayenne, et le littoral du sud de la France. Les Calanques, les îles du Frioul, les montagnes de notre département et les forêts du Var sont également des terrains de jeu exceptionnels !
Si on essaie de se référer uniquement au travail présent aux Archives, j’ai découpé mon emploi du temps de la manière suivante : choix des périodes hivernales de novembre à février, arpentage de six à huit heures et retour à la nuit chez moi. Quand j’arrive au pied du massif, je fais ce que fait n’importe quel marcheur. Je vais aller tout en haut de la montagne et après je vais parcourir tout ou partie de la crête dans un sens ou en boucle. Je renouvèle l'opération une à trois fois par semaine, plusieurs fois par mois. En alternance avec le massif des Alpilles, de la Sainte Baume et le massif de la Sainte Victoire.
En un sens, j'effectue le trajet d'un randonneur mais de manière répétée afin de « frotter » mon œil-corps au motif et d’épuiser mon regard. En effet, une grande partie de ma vie est constituée de cette relation physique, intellectuelle et sensorielle avec le paysage. J’ai coutume à dire que je suis un piéton d’altitude. Je marche et enregistre le flux à l'aide d’une machine photographique. C’est dans la durée, mois et années que le travail peut apparaître. Les trois hivers qui correspondent à cette exposition représentent entre 800 et 1000 km à pied.

Quels sont les différents lieux que vous avez photographiés jusqu’à présent ?

E.B : Alpes du Sud, Alpes du Nord, chaîne himalayenne mais aussi Afrique du Sud, Asie du Sud Ouest, Europe du Nord.... Après j’ai également beaucoup travaillé sur les paysages préislamiques du proche et du Moyen Orient. Pendant six années je suis allé régulièrement sur les sites antiques en Jordanie, au Liban, en Syrie et au Yémen. J'ai fait trente jours d'affilés uniquement sur le site de Pétra ... Les Bédouins voulaient m’embaucher comme guide Français !
Là je reviens d’Islande donc les paysages et lumières du grand nord m’attirent aussi. Vous vous nourrissez des paysages que vous traversez et c’est cette expérience au paysage qui vous modifie et vous constitue également. C’est dans cette relation amoureuse que vous entretenez avec le paysage que votre travail se met en place.

Autres articles

Jack London nous raconte les mers du sud

Jack London nous raconte les mers du sud

Du 8 septembre au 7 janvier 2018

L’auteur américain Jack London était un véritable aventurier des mers. Afin de découvrir ses plus belles découvertes rapportées de ses voyages en mers du sud, la Vieille Charité lui consacre une exposition sur son périple dans les îles du pacifique à bord de son voilier le Snark

Art–O–Rama, Des galeries internationales invitées à Marseille

Art–O–Rama, Des galeries internationales invitées à Marseille

Du 25 août au 10 septembre 2017

Cette année encore, Art-O-Rama réunit les galeries du monde entier pour un salon de l’art contemporain qui met en valeur de jeunes artistes internationaux. En plus, de cette exposition, l’événement se poursuit pendant quinze jours dans les musées de Marseille et à La Friche de la Belle de Mai.

Marseille Résonnance, l’égalité sous toutes ses formes

Marseille Résonnance, l’égalité sous toutes ses formes

Du 25 août au 4 septembre 2017

Chaque année, « Marseille Résonance » questionne et met en dialogue les mythes et réalités de la cité phocéenne. Pour cette édition, le Mucem interroge la notion d’égalité, employée de nos jours mécaniquement sans toujours refléter une réalité.

13 musées à découvrir dans le département !

13 musées à découvrir dans le département !

Le département des Bouches-du-Rhône n’est pas avare en proposition culturelle. My Provence Culture vous propose un petit guide des 13 musées immanquables lors de votre séjour dans le département.

L'Hôtel de Caumont, un lieu de grande classe

L'Hôtel de Caumont, un lieu de grande classe

Restauré en 2015, l’Hôtel Caumont loge désormais des œuvres d’arts en lieu et place des hauts dignitaires qui venaient visiter le quartier Mazarin. L’édifice du XVIIe siècle accueille les tableaux des peintres les plus célèbres dans un édifice qui est déjà en soi une œuvre d’art.

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Le musée arlésien rend hommage au peintre Jacques Réattu avec un musée dédié au peintre provençal. La photographie a également une place importante dans un musée associé aux rencontres photographiques d'Arles

Le Musée de la Camargue: Art, Nature et Société

Le Musée de la Camargue: Art, Nature et Société

Le Parc naturel régional de Camargue a pour vocation de protéger et faire vivre ce patrimoine naturel, culturel et humain pour construire l’avenir de ce territoire.

Le musée Yves Brayer règne sur les Baux-de-Provence

Le musée Yves Brayer règne sur les Baux-de-Provence

Ouvert en 1991, le musée Yves Brayer rassemble une centaine d'huiles, d'aquarelles et de dessins qui donnent un panorama général de l'œuvre de l'artiste.

Musée de la légion étrangère

Musée de la légion étrangère

Le musée de la Légion étrangère a pour objectif de rapprocher le mythe et la réalité, d’entrer dans le secret du légionnaire.

Le Musée Granet, Gloire à l'Art

Le Musée Granet, Gloire à l'Art

Embelli et agrandi, le musée Granet a fait peau neuve en 2013. Sa vocation est désormais de s’ouvrir à toutes formes d’expression des arts plastiques, depuis les sculptures celto-ligures jusqu’à l’art contemporain.

Le Musée départemental d’Arles Antique renoue avec ses origines romaines

Le Musée départemental d’Arles Antique renoue avec ses origines romaines

C'est dans un bâtiment contemporain, construit sur les restes du cirque romain par Henri Ciriani, que le Musée Départemental Arles antique, présente les collections archéologiques d'Arles. La visite de ce lieu incontournable s'impose pour mieux comprendre l'évolution de la ville romaine.

Arelate célèbre les 30 ans du festival de Peplum d’Arles

Arelate célèbre les 30 ans du festival de Peplum d’Arles

Du 21 au 27 août 2017

Le festival «Arelate, journées romaines d’Arles» animera fin août l’antique cité d’Arles et cherchera à rassembler à nouveau un large public autour de ce patrimoine historique unique.

Tous les articles