Rencontre avec le Photographe-Marcheur Eric Bourret #1

Série Photographe

My Provence Culture est allé à la rencontre du photographe-marcheur Eric Bourret qui photographie des paysages depuis plus de vingt ans. Une démarche artistique qui le conduit à arpenter les montagnes des Alpes, la chaîne Himalayenne et le littoral du sud de la France. C’est donc tout naturellement que le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône lui a proposé de travailler sur les paysages du département. Eric Bourret a ainsi photographié durant trois hivers les montagnes des Alpilles, de la Sainte Victoire et de la Sainte Baume. Une exposition que vous avez pu découvrir aux Archives Départementales d’Aix-en-Provence et au festival A-Part dans les Alpilles en 2013.

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers la photographie de paysages ?

E.B : Marcher au paysage, c’est l’enjeu même du travail. En fait, sa singularité consiste en de longues marches durant plusieurs jours ou plusieurs semaines, sur des territoires dits « naturels ». Espace de moyenne ou haute montagne et littoral. J'arpente les grands espaces, sans relâche, depuis 25 ans. C’est à l’issue de ces traversées que la relation peut s’installer avec les paysages et qu'un projet photographique qui se produit via la marche se fait jour. L’un nourrissant l’autre.

Pouvez-vous nous présenter l’exposition "Le temps de la marche" ?

E.B : Cette exposition, comme l’indique son titre, est issue d’un travail que j’ai fait durant trois hivers sur les « montagnes » emblématiques des Bouches-du-Rhône à savoir les trois montagnes : le massif des Alpilles, le massif de la Sainte Baume et le massif de la Sainte Victoire. L' hiver, plusieurs fois par semaine, j’allais parcourir tout ou partie d'un massif privilégiant les zones de crêtes.
A l’origine c’est le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône qui m’a offert une carte blanche et m’a invité à travailler sur les paysages du département de mon choix. L'exposition a été labellisée Marseille Provence 2013 et un livre à été publié chez Fage édition.

Pourquoi avez-vous choisi de faire les photos l’hiver ?

E.B : Il y avait cette volonté de sortir de l'imagerie « qui colle à la peau » du paysage Méditerranéen. Chromie saturée, cigale....
Lorsque vous regardez les photographies, l'image-document nous renseigne sur la nature géologique et végétale du paysage Méditerranéen. A savoir des massifs calcaires avec une végétation basse de type rocailles. Cependant, le fait de travailler en hiver, à parcourir les lignes de crêtes, vous jouez avec l'intervention partielle de la neige, le brouillard, le mistral bien présent qui apporte cette netteté et cette chromie spécifique en période hivernale. « Descendu » au bleu délavé . Vous perturbez l’idée qu’on se fait de ces espaces et provoquez un ailleurs. Le paysage Méditerranéen dialogue avec « un autre » un ailleurs.
Certaines images renvoient aux Causses du Sud et au centre de la France, au Massif des Bauges en Savoie. Le paysage n'est plus circonscrit à un seul territoire. Il y est surtout question d’immensité. De souffle. Bien réel là haut, seul, en décembre, janvier, février.

Pouvez-vous nous décrire comment se passent vos séances photos et combien de temps elles durent ?

E.B : Mon travail est découpé en deux périodes distinctes. Une période liée à la marche et une période qui serait plutôt liée au recensement des images produites six mois ou un an avant. Les six mois dévolus à la prise de vue sont des périodes où je vais alterner des séances de marche dans les Alpes du Sud et du Nord, la chaîne Himalayenne, et le littoral du sud de la France. Les Calanques, les îles du Frioul, les montagnes de notre département et les forêts du Var sont également des terrains de jeu exceptionnels !
Si on essaie de se référer uniquement au travail présent aux Archives, j’ai découpé mon emploi du temps de la manière suivante : choix des périodes hivernales de novembre à février, arpentage de six à huit heures et retour à la nuit chez moi. Quand j’arrive au pied du massif, je fais ce que fait n’importe quel marcheur. Je vais aller tout en haut de la montagne et après je vais parcourir tout ou partie de la crête dans un sens ou en boucle. Je renouvèle l'opération une à trois fois par semaine, plusieurs fois par mois. En alternance avec le massif des Alpilles, de la Sainte Baume et le massif de la Sainte Victoire.
En un sens, j'effectue le trajet d'un randonneur mais de manière répétée afin de « frotter » mon œil-corps au motif et d’épuiser mon regard. En effet, une grande partie de ma vie est constituée de cette relation physique, intellectuelle et sensorielle avec le paysage. J’ai coutume à dire que je suis un piéton d’altitude. Je marche et enregistre le flux à l'aide d’une machine photographique. C’est dans la durée, mois et années que le travail peut apparaître. Les trois hivers qui correspondent à cette exposition représentent entre 800 et 1000 km à pied.

Quels sont les différents lieux que vous avez photographiés jusqu’à présent ?

E.B : Alpes du Sud, Alpes du Nord, chaîne himalayenne mais aussi Afrique du Sud, Asie du Sud Ouest, Europe du Nord.... Après j’ai également beaucoup travaillé sur les paysages préislamiques du proche et du Moyen Orient. Pendant six années je suis allé régulièrement sur les sites antiques en Jordanie, au Liban, en Syrie et au Yémen. J'ai fait trente jours d'affilés uniquement sur le site de Pétra ... Les Bédouins voulaient m’embaucher comme guide Français !
Là je reviens d’Islande donc les paysages et lumières du grand nord m’attirent aussi. Vous vous nourrissez des paysages que vous traversez et c’est cette expérience au paysage qui vous modifie et vous constitue également. C’est dans cette relation amoureuse que vous entretenez avec le paysage que votre travail se met en place.

Autres articles

Soleil chaud, soleil tardif, Picasso et Van Gogh à la lumière de la Provence

Soleil chaud, soleil tardif, Picasso et Van Gogh à la lumière de la Provence

Du 21 avril 2018 au 28 octobre 2018

La Fondation Vincent van Gogh Arles propose une exposition thématique majeure s’intitulant « Soleil Chaud, Soleil Tardif », qui réunit des prêts exceptionnels d’œuvres de Vincent van Gogh et Pablo Picasso.

Le tandem inédit Picasso - Picabia, histoire de peinture

Le tandem inédit Picasso - Picabia, histoire de peinture

Du 9 juin au 23 septembre 2018

Première exposition à vouloir confronter l'art de Picasso et de Picabia, cette manifestation entend proposer au public, du Musée Granet, un tandem inédit de l'histoire de la peinture au XXe siècle.

6 occasions de voir Picasso en Provence

6 occasions de voir Picasso en Provence

jusqu' au 6 janvier 2019

En 2018, profitez d'une offre culturelle exceptionnelle et d'un parcours dans la création de Picasso en découvrant 6 expositions présentant un
ensemble remarquable de ses oeuvres. De la Vieille Charité à Marseille, en passant par le Mucem, l'Hôtel de Caumont, la Fondation Van Gogh et le Musée Granet jusqu'aux Carrières de Lumières, toute la Provence célèbre Picasso.

Picasso, Voyages imaginaires sans frontières

Picasso, Voyages imaginaires sans frontières

du 16 février au 24 juin 2018

Au Centre de la Vieille Charité, l’exposition Picasso, voyages imaginaires présente un ensemble remarquable d’oeuvres retraçant les souvenirs de voyages et les itinéraires fictifs de Picasso. Au Mucem, Picasso et les Ballets russes, entre Italie et Espagne examine les liens privilégiés qu’entretient Picasso avec les arts et traditions populaires.

The Nature of Love, un incubateur d’amour numérique!

The Nature of Love, un incubateur d’amour numérique!

du 14 février au 1er septembre 2018

Pourriez-vous tomber amoureux d’une intelligence artificielle ? Un ordinateur pourrait-il savoir ce que vous ressentez ? Charles Sandison, dans sa dernière oeuvre monumentale d’art lumineux créée spécialement pour le centre d’art Les Pénitents Noirs, tente de répondre à certaines de ces questions. Un incubateur d’amour numérique !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

La programmation des expositions 2018 est pour le moins alléchante ! Picasso sera à l'honneur, cette année, dans toute la Provence. Entre MP2018 Quel amour et les 150 ans du musée Réattu, l’année 2018 promet de belles échappées artistiques. Tous à vos agendas!

Jeunes Générations ou les acteurs d’un monde en devenir

Jeunes Générations ou les acteurs d’un monde en devenir

du 18 février au 3 juin 2018

L’exposition « Jeunes-Générations », proposée par La Friche la Belle de Mai, pour MP2018, réunit près de 140 oeuvres pour donner une vision nouvelle et originale de la jeunesse en France aujourd’hui. Ces photographies constituent un exceptionnel corpus documentaire, qui met en lumière les acteurs d’un monde en devenir et témoigne de la diversité des territoires et de la vitalité de la création contemporaine.

Chacun Sa muse...pendant MP2018

Chacun Sa muse...pendant MP2018

Du 10 février au 26 août 2018

Dans le cadre de MP2018 Quel Amour !, le Musée Regards de Provence propose de mettre en lumière et en regard des œuvres de peintres, sculpteurs modernes et contemporains, de photographes et vidéaste, qui ont été inspirées par leur relation avec leur modèle, muse, femme, diva.

L'expérience immersive Picasso et les maîtres espagnols

L'expérience immersive Picasso et les maîtres espagnols

du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019

Les Carrières de Lumières des Baux-de-Provence présentent leur nouvelle exposition numérique et immersive : Picasso et les maîtres espagnols. Les chefs-d’oeuvre numérisés de Picasso, Goya ou encore Sorolla, dialogueront en musique sur les immenses surfaces calcaires des Carrières pour MP2018.

Que je t'aime, la mode offre son coeur

Que je t'aime, la mode offre son coeur

du 17 février au 17 mai 2018

A travers les modèles haute couture et prêt-à-porter des collections du musée, la mode offre son coeur pour MP2018 et le visiteur succombe à ses charmes un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

Picasso Cuisine, expériences culinaires au musée

Picasso Cuisine, expériences culinaires au musée

du 16 février au 24 juin 2018

Repas nocturnes dans la chapelle, visites-dégustées dans les galeries, rencontre et soirée festive de décrochage dans la cour du musée, sont autant de rendez-vous MP2018 et d’expériences culinaires qui engagent un dialogue entre art et cuisine.

L’amour de A à Z, un abécédaire des collections

L’amour de A à Z, un abécédaire des collections

du 14 février au 27 août 2018

À partir de février 2018, le Mucem dédie un nouvel espace à la présentation de ses collections : située au fort Saint-Jean, la « salle des collections » interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois.

Tous les articles