Rencontre avec le Graffeur DEUZ

Propos recueillis par Mélanie Mangialetto

A l'occasion de sa participation au Paper'Art Project, nous sommes allés à la rencontre du graffeur DEUZ.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ? Depuis combien de temps faites-vous du graffiti et comment y êtes vous venu ?

Depuis ma plus tendre enfance, je suis passionné par le dessin. Très tôt je savais que c'était la voie que j'allais donner à ma vie.
La BD et les dessins animés ont été des sources d'inspiration pour moi.
Après le collège et quand il a fallu choisir son orientation, c'est tout naturellement que j'ai intégré en 1995, un bac d'arts appliqués sur Aix-en-Provence.
C'est à cette période que j'ai été largement inspiré par le graffiti et ses codes, j'ai donc essayé d'en faire, maladroitement mais il est clair que cette période a fortement influencé mon style graphique.

Est-ce que le fait d’être enseignant a eu une influence sur votre travail ?

Oui sûrement, mais je pense que l'inverse est bien plus évident. Le fait de peindre et d'avoir une activité artistique en dehors du métier d'enseignant est à la fois une bouffée d'oxygène, une façon d'exister artistiquement mais aussi un moyen de dynamiser ma pratique pédagogique.

Pourquoi choisir de faire des portraits ?

J'apprécie le travail du portrait car je trouve très intéressant le fait de représenter "l'autre".
Ce que j'apprécie le plus, au delà de toute ressemblance avec le sujet, c'est d'essayer de retranscrire son caractère, de traduire une émotion.
C'est un véritable dialogue graphique qui s'établit, un moment où l'on ressent les personnes, les visages, les caractères de manière particulière.
On peut ainsi voir au travers des modèles, comprendre leurs caractères et peut être une partie de leurs vies.

D’où tirez-vous votre inspiration et comment choisissez-vous vos modèles ?

Cela varie en fonction de mes envies. Cela peut être un coup de cœur sur une photo trouvée sur internet, ou bien en voyant un visage dans la rue ou encore en sollicitant les gens qui m'entourent. Ce qui est sûr c'est que je fais mes choix en fonction de mes coups de cœur.

Pouvez-vous nous parler de vos deux expositions à Aix-en-Provence et Puyricard, dans le cadre du Paper’Art Project ?

Le projet PAPER' ART est à l'initiative de l'association des galeries d'art d'Aix - GUDGI - dans le cadre de Marseille 2013. L'idée est de faire intervenir des artistes chaque mois sur la thématique du papier.
Pour ma part, j'ai choisi de travailler sur le thème "portraits en ville". Après avoir pris des photos d'aixois, j'ai réalisé leurs portraits sur du papier Kraft en y ajoutant un texte de leur composition sur la ville d'Aix. Ce projet a donné lieu à deux expositions à Aix-en-Provence et à Puyricard dans des espaces qui ont donné vie à ces portraits et aux différentes visions qu'ils pouvaient avoir sur Aix, tantôt critiques, tantôt admiratives, drôles pour certaines et mêmes poétiques parfois.

Lors de la démonstration à Aix-en-Provence le 20 juin, vous avez réalisé votre portrait à partir d’une photo prise sur votre téléphone. Procédez-vous toujours de cette manière ?

Non. Je fais souvent des live painting pour lesquels j'utilise des photos, le téléphone est un outil pratique pour avoir le modèle sur place, sans le faire poser. J'aime également travailler sur des dessins qui sortent de mon imagination dans un style BD ou bien sur de la caricature. Il est vrai que ce travail n'est pas celui que j'ai l'habitude de montrer au public.

Quels moyens graphiques utilisez-vous pour réaliser vos portraits ?

Je travaille énormément avec des Poscas (feutre remplis de peinture), l'aquarelle, le stylo bille, l’acrylique et la bombe aérosol.

Quels sont vos futurs projets ?

Il y a plein de projets .... Plusieurs expositions en cours de préparation sur la région, le projet "street art fever" avec des expositions à Hong Kong, la poursuite de mon travail sur la caricature, des rencontres artistiques, du live painting, la réalisation d'un recueil d’œuvres pour une édition ...
Il y a toujours les expositions en cours : Hall des antiquaires au marché aux puces à Marseille (infos ici), l'expo permanente galerie Undartground à Marseille et une expo à la galerie carré d'artistes, à Cologne.
Pour suivre toute l'actualité de Deuz, rendez-vous sur sa page Facebook.

Autres articles

Parcours d'Art Contemporain à Arles

Parcours d'Art Contemporain à Arles

Un réseau de 17 lieux, fédérés autour d’une même idée : Arles EST [aussi] un territoire pour l’art contemporain !

Êtes vous Sm'art ?

Êtes vous Sm'art ?

11 au 15 mai 2017

Vivre avec des artistes des instants rares et se laisser séduire par des oeuvres uniques, tels sont les objectifs de ce salon d'art contemporain.

« Rêvons la ville » : Quand des élèves de troisième font leur musée

« Rêvons la ville » : Quand des élèves de troisième font leur musée

6 avril au 9 juin 2017

Des élèves du collège Versailles de Marseille ont tenté d'imaginer la ville idéale.

Avec "Beautiful Africa", visitez l'Afrique à la Galerie du 5ème

Avec "Beautiful Africa", visitez l'Afrique à la Galerie du 5ème

8 avril au 10 juin 2017

L'Afrique envahit la Galerie du 5ème à Marseille. 9 jeunes artistes prometteurs sont chargés de la ballade, non sans apporter à chaque fois leur regard critique sur la situation actuelle.

Anne Marie Filaire, la possibilité des images

Anne Marie Filaire, la possibilité des images

4 mars au 29 mai 2017

Anne-Marie Filaire construit depuis plus de vingt ans une oeuvre dense, engagée, rigoureuse, monumentale. Attentive aux cicatrices d’un temps infini qui a fait ravage, elle prélève les signes en quête d’indices inscrits en creux.

Sisley l'impressionniste du paysage

Sisley l'impressionniste du paysage

10 juin au 15 octobre 2017

Une soixantaine d’oeuvres, dont certaines ont rarement été présentées au public, sont réunies pour cette exposition qui parcourt les différentes étapes de l’oeuvre de Sisley à travers les lieux de prédilection du peintre.

Une maison de verre et de lumière

Une maison de verre et de lumière

du 17 mars au 24 septembre 2017

Pour célébrer ses trente ans d’existence à Marseille, le Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques est invité à venir habiter les salles du musée Cantini.

Un partenariat prestigieux avec le Vatican

Un partenariat prestigieux avec le Vatican

du 24 mars au 25 juin 2017

Une première : le Département des Bouches-du-Rhône signe à Rome un partenariat exceptionnel avec le Vatican autour de leurs musées respectifs.

Les Rencontres du 9ème art sortent des sentiers battus

Les Rencontres du 9ème art sortent des sentiers battus

du 1er avril au 28 mai 2017

Durant deux mois, les Rencontres du 9e Art proposent gratuitement aux visiteurs 10 expositions d’auteurs et d’illustrateurs de Bandes Dessinées parmi les plus surprenants de la scène actuelle.

Vies d'ordures : dis moi ce que tu jettes, je te dirai ce que tu es

Vies d'ordures : dis moi ce que tu jettes, je te dirai ce que tu es

du 22 mars au 14 août 2017

L’expo Vies d’ordures. De l’économie des déchets invite à un voyage autour de la Méditerranée, à la découverte des technologies, des objets recyclés et surtout à la rencontre des personnes qui gèrent nos déchets, en vivent et souvent les subissent.

Le Nord fait le mur à Marseille

Le Nord fait le mur à Marseille

à partir du 9 mars 2017

Expositions mobiles éphémères. Abécédaire de Marseille, grand projet participatif ayant impliqué une cinquantaine de structures des quartiers nord de Marseille et plus de 1 000 habitants.

Skunk Dog l'énergie brute

Skunk Dog l'énergie brute

L’artiste marseillais Skunk Dog livre une peinture électrique, inspirée par sa culture punk-rock, et s’expose désormais à Paris et à l’international.

Tous les articles