Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

En avril prochain, le film “Gaston Lagaffe” que vous avez adapté et réalisé sortira sur les écrans. C’est un projet important pour vous ?

Pierre-François Martin-Laval : Le film sortira précisément le 4 avril 2018. Ce projet sur lequel je travaille depuis quatre ans me tient à coeur. C’est le film que je n’ai pas le droit de rater. Parce qu’André Franquin, l’auteur-dessinateur de Gaston Lagaffe, c’est un grand, un gag-man. Je me sens proche de lui parce que je suis aussi un gag man. L’écriture du film a été un véritable challenge pour moi. Elle m’a demandé un gros travail. Dans la bande dessinée, il n’y a pas de scénario, il n’y a pas d’histoires, j’ai dû donc écrire le scénario.

Gaston Lagaffe

Gaston Lagaffe

Pourquoi le tournage du film à Marseille et à Martigues vous tenait tant à coeur ?

C’est ma première réalisation à Marseille. J’ai dû me battre pour ça. C’est important pour moi de travailler dans ma ville, de faire descendre mes films ici. Outre le fait de me rapprocher de ma famille, j’avais également envie de prouver que l’on peut tourner loin de Paris. Au printemps dernier, durant trois mois, nous avons tourné à Marseille du côté des Docks à la Joliette et dans les studios très professionnels de Provence Studios à Martigues dirigés par Olivier Marchetti. Une équipe de 100 personnes a travaillé sur ce tournage. Et elle a eu un bon accueil. C’est chouette !

Dans le film “Mon poussin”, vous êtes aux côtés d’Isabelle Nanty. Quelle complicité existe-t-il avec elle ?

Isabelle Nanty a été mon professeur de théâtre au cours Florent lorsque je suis arrivé de Marseille. C’est mon amie, mon metteur en scène. Je l’ai mise en scène et elle a joué dans tous mes films. Je ne peux pas me passer d’elle ! Elle et Dominique Farrugia ont changé mon destin (Dominique Farrugia décide en 1996 de produire à la télévision la troupe des Robins des Bois).

Pierre-François Martin-Laval et Isabelle Nanty dans Mon Poussin

La Grosse Emission - Sofia Aram, Pierre-François Martin-Laval...

Après plus de 20 ans de carrière, comment vous sentez-vous en tant qu’acteur ?

On doit progresser tout le temps. Dans mon dernier film “Mon poussin”, j’ai eu à tourner des scènes d’amour avec Isabelle Nanty. Et curieusement, c’était plus compliqué car Isabelle est comme ma soeur, on est tellement complices. C’était pareil pour l’une des scènes où je devais sauter à l’élastique. Je l’ai fait mais c’était terrible cette sensation suicidaire. Pourtant, je suis casse-cou mais je préfère sauter du rocher du Péron sur la corniche à Marseille en pleine mer comme le font les gamins marseillais !

Vous êtes attaché au théâtre. Envisagez-vous des projets dans votre ville natale ?

C’est mon rêve ! J’ai en projet une création théâtrale à Marseille et à Aix-en-Provence. Mais c’est encore au stade de l’étude.

Dans la série télé “Disparue” diffusée en 2015, vous incarniez le rôle d’un père qui part à la recherche de sa fille disparue. C’est une série très noire. Un rôle dramatique après avoir joué des comédies, c’était une volonté ?

J’ai été longtemps frustré de ne pouvoir m’essayer à un rôle dramatique car j’ai toujours su que j’en avais la capacité. J’étais convaincu de pouvoir le faire, même si sur le tournage, j’ai beaucoup douté. C’est un investissement très différent de la comédie parce qu’on joue une histoire qui peut être vraie, celle de voir sa fille disparaître. Du coup, on est obligé de donner de sa personne. C’est un rôle qui ne supporte pas la tricherie et dans lequel je n’avais pas le droit de ne pas être sincère. Dans une comédie, c’est une autre approche. On est à fond pendant le tournage, mais avant et après, on peut être plus léger. Avec ce rôle, j’ai assouvi cette frustration et ça m’a comblé.

Film RRRrrrr !!!

Les Robins des Bois

Comment êtes-vous venu à la comédie ?

Depuis tout petit, je voulais être clown. Mes parents ont été formidables. Ils m’ont dit, passe ton bac d’abord ! C’était la condition. Ensuite, je suis parti à Paris, j’ai appris au cours Florent puis nous avons formé la troupe des Robins des Bois. Mais j’ai toujours amusé la galerie, à l’école, au collège… Ça vient de mon père, je crois. Il cherchait toujours à faire rire. C’est un atavisme. Mais en réalité, je suis très timide et réservé avec les personnes que je ne connais pas.

Après avoir quitté Marseille il y a plus de 20 ans, vous y êtes maintenant installé. Pourquoi ce retour ?

Je ne suis jamais vraiment parti. Je ne pouvais pas rester plus de deux mois à Paris sans y redescendre. Il y a eu un moment où je me suis dit que Paris ça ne pouvait plus continuer. À Paris, je suis malheureux. Il y a deux ans, j’ai tout lâché et je me suis réellement installé ici. J’ai tiré provisoirement un trait sur le théâtre pour descendre à Marseille. Ça demande des sacrifices. J’essaie de passer le plus de temps possible ici. Je fais des allers-retours Marseille-Paris dans la journée. L’idée, c’est d’emmener mes filles à l’école le matin et de revenir le soir.

Spamalot à Bobino par Pierre-François Martin-Laval

Spamalot à Bobino par Pierre-François Martin-Laval

Comment les gens d’ici vous abordent ils ?

D’abord, peu de gens savent que je suis Marseillais. Au début, ça me vexait parce que je suis susceptible. Mais je n’ai pas l’accent comme mon ami Patrick Bosso, donc naturellement je ne vends pas Marseille. Ensuite, ici, l’approche est différente. On ne me reconnaît pas forcément et ça me va bien parce que je ne trouve pas de plaisir à être regardé, à être écouté. Et puis, ici, les stars, sont d’abord et avant tout les Marseillais !

Vos lieux préférés ici ?

J’aime la mer. J’ai un bateau au Vieux-Port. J’aime ma ville. Et naturellement, les Calanques, autant à pied qu’en bateau. Dans les deux cas, elles offrent des points de vue différents. J’emmène mes amis du Nord aux Goudes. Ça fait aimer Marseille qui souffre encore d’une certaine réputation. Dans l’arrière-pays, j’apprécie les sentiers du Garlaban et de Sainte-Victoire où j’ai failli décéder avec mon frère quand j’avais 5 ans après un roulé-boulé où je me suis retrouvé les deux pieds dans le vide ! Et puis, mon père nous lisait Pagnol, alors j’aime ses paysages comme à la Treille. Enfin, un truc ne m’a jamais lassé : c’est d’être en moto sur la Corniche à Marseille !

Votre prochain projet cinéma?

En ce moment, j’écris mon prochain film “Un roi clandestin” dont le tournage est prévu en 2018 pour une sortie en 2019. Il s’agit de l’histoire vraie de Fahim Mohammad, un jeune clandestin de 9 ans qui a dû quitter le Bangladesh et qui a atterri par erreur à Créteil pour devenir en très peu de temps champion de France d’échecs alors qu’il était sans papiers. Aujourd’hui, c’est un adolescent et je l’ai rencontré pour le film. Ensuite, j’aimerais me remettre à la création pure. Être devant la page blanche…

Propos recueillis par Pascale Hulot

De "Pouf" à "Gaston Lagaffe", en passant par "Mon poussin"

Né à Marseille en 1968, Pierre-François Martin-Laval “monte à la capitale”, après son bac, pour étudier l’art de la comédie au cours Florent. C’est là, dans les cours dispensés par Isabelle Nanty, qu’il rencontre ses compères (Marina Foïs, Elise Larnicol, Maurice Bathélémy, Jean-Paul Rouve et Pascal Vincent) avec lesquels il formera la troupe des Robins des Bois.

Tour à tour, Pouf le Cascadeur, Commissaire Van Loc, Monsieur Merdocu, Maître Marcadet, Madame Marcadet, Professeur Cigalon, il affine son talent burlesque, son penchant naturel de clown, mais également l’art de la mise en scène. La pièce des Robins des Bois sera jouée des centaines de fois à Paris avant qu’en 1996, Dominique Farrugia programme les sketches sur la chaîne Comédie dans la “Grosse Émission” puis sur Canal Plus dans “Nulle Part ailleurs”.

Tout en poursuivant sa carrière d’acteur, Pef entame une carrière de réalisateur avec les films “Essaye-moi ” en 2006 et “King Guillaume” en 2009. Très inspiré par les Monty Python, il met en scène la comédie musicale “Spamalot” en 2010, et joue dans les vacances de Ducobu en 2012. En 2013, il met en scène “Les profs”, “ça m’a propulsé, dit-il, ce film a été le plus gros carton cinéma de l’année”, et la suite “Les Profs 2” en 2015, l’année où il joue dans la série télé “Disparue”, dans laquelle le rôle dramatique qu’il endosse lui offrira une nouvelle corde à son arc. Cet été, il était à l’affiche du film de Frédéric Forestier “Mon poussin”.

Agenda

Projections - Cinéma

Et si on se faisait une toile sous les étoiles de Provence ? Listes les salles de cinéma et projections en plein air dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Projections - Cinéma

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille

Théâtre

Comédie, pièce classique ou théâtre contemporain : les scènes de Provence accueillent 1001 spectacles à applaudir en famille.

Voir le guide Théâtre
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI*, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Série Photographe

Photographe sous-marin, Guillaume Ruoppolo est avant tout un homme de la mer, amoureux de la Grande Bleue, qui voue une véritable passion pour les fonds marins et leurs habitants. Il livre une vision intimiste et insolite du monde aquatique.

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Série Photographe

Nous poursuivons notre découverte des photographes du territoire avec Serge Assier, dont le travail sur l’humain et sa collaboration avec les plus grands auteurs français en font un artiste incontournable.

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Série Photographe

Photographe spécialisé en architecture et dans la mode, Olivier Amsellem a trouvé dans cet “art populaire” sa façon de s’exprimer, de raconter des histoires, de vivre tout simplement.

Soprano, la positive attitude

Soprano, la positive attitude

En pleine tournée “Everest” et après son concert mémorable en octobre au stade Orange Vélodrome, l’artiste marseillais, parmi les plus populaires de France, affiche ses ambitions et sa volonté de s’investir en faveur de la jeunesse, en organisant des grands événements culturels.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch est une plateforme de streaming musical réservée aux labels indépendants. Afin de favoriser leurs rémunérations, une application a été créée. Le service est disponible de manière physique dans des lieux culturels. Avec plus de 2,5 M de titres disponibles, la plateforme compte sur un catalogue d'ores et déjà bien fourni.

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait, l'un des fondateurs du projet de la Friche Belle de Mai est allé à la rencontre des acteurs qui ont fondé et développé le lieu culturel marseillais.

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, 84 ans, a accordé une interview exclusive à Accents de Provence, à son domicile parisien, pour évoquer “Marseille fête Belmondo”. Une rétrospective inédite organisée au Château de la Buzine, de juillet à novembre, en hommage à sa carrière et à celle de son père, Paul, grande figure de la sculpture française.

Tous les articles