Papet J et le 149 Band : l'occitanie en bande organisée

On ne présente plus Papet J ! Membre du Massilia Sound System depuis 1985 et acteur incontournable de la scène reggae provençale, il sera cet été au Vitrolles SUN Festival dans le parc de Fontblanche ! Accompagné du 149 Band, un groupe de niçois jouant en backing band, Papet J revisite son répertoire d’ordinaire plus électronique en y ajoutant des titres inédits. Toujours dans une ambiance festive et décontractée, Papet J et Max, le batteur du 149 Band nous livrent les détails de cette rencontre haute en couleur !

Parlez nous de votre association sur scène ?

Papet J : Je suis avec Massilia Sound System depuis 1985, et à ce jour j’ai eu envie de travailler aussi avec des musiciens et d’adapter mon répertoire. Je joue traditionnellement en Sound system c’est-à-dire avec soit des machines, soit des platines, en tout cas avec un DJ.
Jouer avec des musiciens ce n’est pas vraiment le style de Massilia au départ, même si on en a ajouté à nos machines au cours du temps. Avec 149 Band on intègre un Backing Band spécialisé dans le reggae en France : on est entouré de basse, batterie, guitare, clavier, percussions et cuivres. Ce n’est pas facile d’être avec un groupe, car il n’y a pas beaucoup de formation qui soit capable de bien jouer cette musique, dans l’esprit, avec le son et avec la culture qui va avec. Le 149 Band fait partie des ces rares groupes de musiciens capables de s’emparer de n’importe quel répertoire et de le mettre à leur main pour accompagner un chanteur.

Max, 149 Band : On accompagne Papet J car on l’a rencontré via notre label qui s’appelle 149 Record. Il est venu enregistrer un morceau chez nous à Nice il ya presque un an. A partir de là, le projet de monter une version live avec son répertoire s’est mis en place. C’est une belle rencontre. On a fait ensemble une série de dates estivales et on continue à travailler pour la rentrée dans l’optique de produire un disque avec six titres qui débouchera sur un album.

Est-ce important pour vous d’aller à la rencontre du public provençal ?

Papet J : C’est important d’aller à la rencontre de tous les publics. En l’occurrence quand c’est gratuit c’est le public qui vient à notre rencontre. Mais oui c’est important, car premièrement il n’y a aucune raison de ne pas jouer quelque par sauf si l’évènement a une connotation qui ne nous plait pas.
Après, bien sûr, je suis chez moi, c’est la Provence, c’est Marseille, Vitrolles… C’est bien d’aller jouer à l’autre bout du monde, mais il faut aussi réussir à « être prophète en son pays ». De plus, c’est très difficile de jouer près de chez soi, bien plus difficile que d’aller jouer loin. On est devant les siens et on a peur de mal faire. Le plus difficile c’est de jouer devant sa famille !

Etes-vous un défenseur de la culture provençale?

Papet J : Non, parce que la culture provençale, et plus largement la culture occitane, n’ont pas besoin d’être défendues. Elles se portent très bien. La culture provençale n’est simplement pas assez reconnue, mais c’est un problème qui vient de l’Etat Français.
Les artistes et les écrivains en langue d’oc sont très représentés. La littérature en langue d’oc à toujours été importante et régulièrement publiée. Pour la musique, avec Massilia Sound System nous nous sommes positionnés non pas en défenseurs mais en proposition. On a proposé cette culture à travers notre reggae et notre recherche de musiques traditionnelles. Nous ne défendons pas, nous proposons ! Mais il est vrai que nous avons un peu été des pionniers dans ce renouveau de l’utilisation de la langue occitane. Il y avait d’autres groupes avant nous, mais nous l’avons fait avec les musiques actuelles.
Et aujourd’hui, il y a des groupes de Rock qui chantent en occitan, du rap, etc. On en est fier !
Je pense que nous n’avons rien défendu, parce que défendre c’est garder quelque chose, et là, nous on a gagné quelque chose : on a attaqué, on n’a pas défendu !

Propos recueillis par Mireille Jauffret.

Voir la version vidéo de l'interview

Autres articles

Amour, amours pluriels à Mars en Baroque

Amour, amours pluriels à Mars en Baroque

du 9 au 31 mars 2018

Concerto Soave a décidé d’orienter la programmation du festival Mars en Baroque autour du thème de l’amour, thème choisi pour les événements de MP2018. Le festival alternera entre ces deux amours, d’opéra en motets, de cantates libertines en chants sacrés.

Jam sur la ville

Jam sur la ville

du 5 février à juin 2018

Tout au long de MP2018, des Jam sessions dans différentes villes, dans différents lieux, pour célébrer l’amour de la musique, l’urgence du partage et la nécessité de rassembler les musiciens de jazz, les mélomanes et les néophytes.

Temps Fort Hip-Hop en Provence

Temps Fort Hip-Hop en Provence

du 24 février au 5 mai 2018

Un parcours singulier dans la 2ème nation du hip-hop, c’est ce à quoi invite le temps fort hip-hop proposé par l’AMI et Radio Grenouille qui associent plus d’une vingtaine de partenaires pour ancrer sur le territoire un projet d’ampleur autour de cette culture.

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

Caravane musicale et l'amour pour itinérance

Caravane musicale et l'amour pour itinérance

de mai à juin 2018

Une Playlist idéale et une Caravane musicale nomade qui circule de villes en villages pour offrir des concerts gratuits en musiques actuelles.

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

du 9 au 25 février 2018

Dès février, trois spectacles vont sillonner six lieux culturels phocéens avec treize représentations ! À découvrir sans limite de curiosité ni d'émerveillements.

Les Suds en hiver, première édition

Les Suds en hiver, première édition

du 17 au 24 février 2018

Au coeur de la saison "calme et fraîche" Les Suds, à Arles deviennent Les Suds, en hiver, et se déploient sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette .

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI*, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

Tous les articles