Le songe de Charles-Eric Petit

Acteur, auteur et metteur en scène, Charles-Eric petit nous présente son dernier spectacle avec la compagnie L’Individu : Le songe d’une nuit d’été, d’après William Shakespeare.

Plus qu’une adaptation, le travail de la compagnie L’Individu autour ce cette pièce se décompose en cinq autres composantes : Perçu (variation autour du personnage de Puck créée aux Bancs Publics en janvier 2011) ; l’écriture de Journaux de création : une commande d’écriture de nouvelles à l’auteur-romancier Jérôme Lambert; les soirées Rencontre avec l’Individu et, plus récemment, Le(s) Visage(s) de Franck, ainsi que Le Quadrille amoché, qui s’inspire principalement des personnages du quadrille amoureux et des artisans du Songe d’une Nuit d’Eté.
Le Songe d’une Nuit d’Eté est indéniablement l’aboutissement de ce travail de réflexion et de recherche autour du texte de William Shakespeare, Charles-Eric Petit nous emmène en coulisse pour nous faire découvrir l’envers du décor…

Racontez nous l’histoire de ce projet, de ce spectacle.

Depuis 3 ans nous travaillons sur un projet qui s’appelle « Encore un songe », c’est le projet générique. L’idée était de prendre la pièce « Le songe d’une nuit d’été » comme œuvre de référence et de multiplier les regards dessus. Les regards d’écriture, de forme, il y a une première pièce qui s’appelle Le Quadrille amoché qui prend en compte dans l’histoire du Songe d’une nuit d’été, les artisans et le quadrille amoureux du Songe, ainsi que la biographie des individus eux-mêmes, c’est-à-dire les comédiens de la compagnie.
C’est l’écriture plurielle d’une œuvre mosaïque qui s’est terminée par cette réécriture et cette adaptation de la pièce. Les personnes qui auront pu assister aussi au Quadrille amoché ou aux différentes propositions, pourront retrouvées les personnages, des réminiscences et des motifs qui reviennent. C’est une œuvre composite et en mouvement.

Pourquoi avoir choisi Shakespeare et plus particulièrement Le Songe d’une nuit d’été ?

Quand nous avons terminé Notre Dallas, qui est le spectacle précédent, nous partions sur un nouveau projet d’écriture. On m’a conseillé de monter un classique, ce que je n’avais pas forcément envie de faire, mais on m’a surtout posé la question : « si tu devais monter un classique, quelle pièce choisirais-tu ? ». Je pensais au Parc de Botho Strauss qui est déjà une réécriture du Songe d’une nuit d’été. C’est à partir de là que je me suis replongé dans la pièce. Et c’est une pièce incroyable car elle permet à trois histoires de se tisser, de s’entremêler. On peut les décomposer, et c’est ce que nous avons fait.
Les travaux réalisés en amont de ce spectacle ne sont pas vraiment chacun une partie décomposée de la pièce, mais il s’agit plus d’une étude dramaturgique sur les différents éléments de la pièce.

Comment avez-vous organisé l’adaptation de la pièce ?

Plus qu’une adaptation, c’est une réécriture : le texte est différent. Mais la pièce est très fidèle à la dramaturgie de Shakespeare, on retrouve des situations et les personnages.
A l’origine les personnages sortaient d’un bois, dans mon adaptation, il y a un niveau de mise en abyme supplémentaire en faisant de cette forêt le théâtre lui-même. Il y a également un focus sur l’histoire du couple Oberon-Titania, notamment avec l’écriture d’un prologue et d’un épilogue qui n’existe pas dans la pièce de Shakespeare. Ici, ils sont comme les directeurs du théâtre où se déroule l’action, comme si le public arrivait chez eux.

Avez-vous eu peur des critiques liées à l’adaptation d’un auteur comme Shakespeare ?

Evidemment je pense que c’est un travail sur lequel on « m’attendait au tournant » si on peut dire. Mais il y a par exemple Jean-Louis Claret, un spécialiste shakespearien qui a lu la pièce et qui l’a trouvé extrêmement fidèle. Pour la réécriture de la pièce j’ai travaillé à partir de quatre traductions ainsi que le texte original. C’est un travail qui a duré deux ans.

Après le Songe, quels sont vos projets ?

Nous avons quatre représentations de prévues. Après on espère faire tourner ce spectacle et je pense que ça va se faire.
Ensuite ce qui est nouveau c’est que nous allons avoir des bureaux à la friche, et nous allons travailler avec plusieurs porteurs de projets dans l’équipe. C’est-à-dire que ce ne sera plus seulement moi. Ce sera toujours en dialogue, mais on fait évoluer la compagnie vers un système qui laisse la place au travail de tout un chacun. Il y a plusieurs axes : le rêve, la politique, l’Histoire…

Autres articles

I love classics et j'aime le théâtre !

I love classics et j'aime le théâtre !

du 13 mars au 19 mai 2018

Mariages, tromperies, passions tragiques, amour de la liberté, amitiés troubles ou désirs ardents. Le répertoire classique éclaire l’amour depuis des centaines d’années. À partir de la rentrée des vacances d’hiver, MP2018 vous donne rendez-vous sur les plateaux des théâtres du département.

Ecrire et jouer l’amour, petites formes théâtrales originales

Ecrire et jouer l’amour, petites formes théâtrales originales

du 14 février au 30 juin 2018

Cinq petites formes théâtrales originales sur le thème de l’Amour partent en tournée dans des lieux atypiques du territoire.

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

La Pastorale Maurel à Allauch, "Qu'es acò" ?

La Pastorale Maurel à Allauch, "Qu'es acò" ?

Les dimanches 14 & 21 et le samedi 27 janvier 2018

Avec ses personnages aussi pittoresques que cocasses, cette pièce écrite en 1844 par Antoine MAUREL, revisite les grands moments de la Nativité en Provence, du réveil des bergers à leur arrivée à l’étable devant l’enfant Jésus.

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI*, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Série Photographe

Photographe sous-marin, Guillaume Ruoppolo est avant tout un homme de la mer, amoureux de la Grande Bleue, qui voue une véritable passion pour les fonds marins et leurs habitants. Il livre une vision intimiste et insolite du monde aquatique.

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Série Photographe

Nous poursuivons notre découverte des photographes du territoire avec Serge Assier, dont le travail sur l’humain et sa collaboration avec les plus grands auteurs français en font un artiste incontournable.

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Série Photographe

Photographe spécialisé en architecture et dans la mode, Olivier Amsellem a trouvé dans cet “art populaire” sa façon de s’exprimer, de raconter des histoires, de vivre tout simplement.

Tous les articles