La richesse musicale d'Ahamada Smis

Entre les Comores et Marseille, Ahamada Smis trace un trait d’union musical atypique.
Inspiré de la culture Hip-Hop, Rap, mais aussi des musiques traditionnelles comoriennes, il sort un nouvel album «Origines», pour lequel il a parcouru les îles de l’océan indien.
Après «Etre», Ahamada Smis nous emporte à la source de sa musique avec ce nouvel opus.

Comment la musique s’est imposée à vous ? Quel est le point de départ ?

J’ai vécu aux Comores jusqu’à l’âge de 10 ans, çà fait 30 ans que je vis à Marseille, et la musique traditionnelle des Comores a bercée mon enfance. J’ai écouté différentes musique d’Afrique notamment la rumba congolaise. Et quand je suis arrivée en France j’ai découvert d’autres musiques très diverses, la pop, le jazz et surtout la culture Hip-Hop au début des années 90. Pour moi c’était plus qu’une musique, c’était une culture. Dans laquelle on retrouve le graff, le DJing, la danse, le style vestimentaire et le rap. C’est aussi la première musique dans laquelle on nous donne la parole. Moi je viens d’une culture orale, où la parole a une très grande importance. C’est pour cela que je me suis retrouvé naturellement en train d’écrire en française. Voilà comment j’ai commencé à faire du Hip-Hop.
J’ai ensuite arrêté la musique pendant six ans, parce que la musique au départ c’était un hobby. J’ai appris un métier qui m’a permis de mettre de l’argent de côté pour ouvrir ma structure et reprendre la musique pour en faire mon métier enfin.

Parlez nous du projet « Origines ».

J'ai réalisé le projet Origines en itinérance. Je suis allé puiser à la source des musiques traditionnelles des Comores.
J’ai évolué dans la culture Hip-Hop, j’ai samplé du Jazz, de la soul, mais à un moment donné je me suis dit que pour être meilleur dans ma musique il fallait que j’aille chercher dans la richesse de la musique de ma culture. C’est comme çà qu’est né le projet « Origines ».

Qu’est-ce qui vous a motivé pour mettre ce projet en place ?

Culturellement, j’ai voulu mettre une lumière sur la communauté Comorienne qui est très présente à Marseille. Nous représentons 10% de la population Marseillaise, mais en même temps nous sommes invisibles. Invisibles car nous nous pensons pauvres, nous ne nous rendons pas compte que notre richesse c’est la musique.
J’ai vraiment eu envie d’aller à la source de cette culture et de cette musique, avec un studio mobile nous avons fait des résidences de créations sur l’archipel des Comores, à La Réunion, à Zanzibar, à Dar es Salaam. L’idée c’était d’aller voir d’où vient la musique Comorienne.

J’ai travaillé avec une trentaine de musiciens. On avait 10 jours : en 10 jours on devait créer, enregistrer et faire un concert. Après j’ai fait venir deux artistes de l’océan indien pour jouer des instruments traditionnels.
Sur scène il y a Mohamed Issa Matona qui vient de Zanzibar et qui m’accompagne au oud et au violon, et Soubi qui vient des Comores et qui joue du gaboussi et du dzenzé. A tout çà je rajoute de la basse et de la batterie, et avec mon phrasé rapé, slamé, on arrive à un style Afro-beat comorien.

Propos recueillis par Mireille Jauffret.

L’album « Origines » sortira le 12 novembre 2013.

Autres articles

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

Ambiance camp de base polaire à l'Inuit festival

Ambiance camp de base polaire à l'Inuit festival

Les 2 et 3 février 2018

L’Inuit, festival électro investi Marseille avec une idée originale : faire la fête, en plein air, au coeur de l’hiver. Pour l’occasion l’esplanade du J4 sera plongée dans un décor de camp de base polaire.

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

du 9 au 25 février 2018

Dès février, trois spectacles vont sillonner six lieux culturels phocéens avec treize représentations ! À découvrir sans limite de curiosité ni d'émerveillements.

Les Suds en hiver, première édition

Les Suds en hiver, première édition

du 17 au 24 février 2018

Au coeur de la saison "calme et fraîche" Les Suds, à Arles deviennent Les Suds, en hiver, et se déploient sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette .

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Pour les enfants de la Timone, tous au festival [Hope]project

Pour les enfants de la Timone, tous au festival [Hope]project

le 24 janvier 2018

La totalité des bénéfices de ce concert caritatif sera reversée au [HOPE] project, pour mettre en oeuvre la rénovation du 1er étage du Pôle Pédiatrique de l’Hôpital de la Timone.

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

Jeudi 25 & Vend 26 janvier 2018

Venez découvrir en live ceux qui feront la scène de demain. 8 groupes PACA (+ 1 groupe corse) ont été sélectionnés sur écoute par un jury de professionnels et se présenteront sur scène pour une ultime étape en sélection live.

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI*, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Série Photographe

Photographe sous-marin, Guillaume Ruoppolo est avant tout un homme de la mer, amoureux de la Grande Bleue, qui voue une véritable passion pour les fonds marins et leurs habitants. Il livre une vision intimiste et insolite du monde aquatique.

Tous les articles