Guy Carrara, le cirque...encore

Guy Carrara est cofondateur et codirecteur artistique d'Archaos, compagnie fondatrice du cirque contemporain implantée à Marseille. Alors que Cirque en Capitales a constituer le premier temps fort de Marseille Provence 2013, Guy Carrara nous éclaire sur son parcours, son rôle dans cette année Capitale et la vision qui l'en a.

Pouvez-vous avant tout présenter votre parcours. Comment êtes-vous devenu un homme de cirque?

Au départ je n'aimais pas le cirque. J'étais un homme de l'écrit, de l'abstrait, du théâtre. Mais ces formes m'ont rapidement confronté à la barrière de la langue, des frontières. J'ai donc cherché un langage plus universel, et je me suis intéressé au langage du corps. Mais là non plus je ne me suis pas tout de suite dirigé vers le cirque : j'ai d'abord pensé à la danse, ou au théâtre de rue. Ce sont ces recherches qui m'ont amené à rencontrer des artistes de cirque. Et j'ai été fasciné : par leur autodiscipline, par le travail qu'ils fournissent pendant des années pour quelques applaudissements – un artiste de cirque ne sera jamais une star. Mais surtout par le langage du corps avec lequel ils s'expriment, l'engagement de leur corps, ce qu'ils lui font subir. Le vieillissement de l'artiste de cirque est d'ailleurs particulier, leur corps ne ressemble à aucun autre.

Comment est né Archaos ?

Nous avons été parmi les tous premiers à vouloir raconter avec les codes du cirque des choses, des histoires qui n'avaient pas pour habitude d'être abordées au cirque. Des sujets universels, comme on peut en voir dans le théâtre ou dans la danse. Avec Pierre Bidon nous avons donc cofondé Archaos en 1986. Le succès a été fulgurant. En trois ans Archaos est devenu le plus gros cirque d'Europe : nos deux spectacles en tournée dans le monde entier généraient 10 millions d'euros de billetterie directe. Sur les routes notre convoi était long de 5km.

Et Archaos aujourd'hui ?

Aujourd'hui Archaos se définit comme un projet artistique élargi. On offre un lieu de résidence, d'accompagnement et de transmission aux compagnies, ainsi qu'un espace approprié d’entraînement aux artistes individuels. Il est très important qu'il y ait des lieux pour les artistes, et il est primordial que des artistes s'impliquent pour cela, nous ne pouvons laisser cela aux seuls administrateurs. C'est dans cette optique qu'est né en 2001 le CREAC (centre de recherche européen des arts du cirque). Et évidemment Archaos reste une compagnie qui continue à proposer de nouvelles représentations et créations.

Un mot sur le Pôle Cirque Méditerranée ?

Le Pôle National des Arts du Cirque Méditerranée fait partie des douze pôles nationaux des Arts du Cirque labellisés par le Ministère de la Culture et de la Communication. C'est le seul pôle constitué de deux structures associées : le CREAC et Théâtre Europe à la Seyne-sur-Mer. Théâtre Europe a crée en 2000 le festival international de cirque contemporain Janvier dans les Étoiles. La complémentarité des deux structures permet de mutualiser les moyens : techniques, communication, résidence d'artistes … D'autant que le CREAC dispose d'un bâtiment dur et Théâtre Europe d'un chapiteau, répondant ainsi à toutes les attentes des artistes.Une telle cohésion n'est possible que grâce à la complicité du CREAC et de Théâtre Europe qui travaillent ensemble depuis une douzaine d'années déjà, notamment dans l'accompagnement de jeunes projets en recherche de moyens.

Cirque en Capitales a marqué le premier temps fort de Marseille Provence 2013. Comment est né l’événement ?

Nous avons proposé en 2007 à Bernard Latarjet (ndlr, alors directeur général de MP 2013) une biennale international des Arts du Cirque. Ce gros projet a été validé dans le cadre de la candidature pour un budget de 10 millions d'euros. Il a intéressé les organisateurs dans la mesure où toutes les capitales européennes de la culture doivent proposer un événement novateur, quelque chose qui n'a pas été fait auparavant. Quand le jury européen est venu à Marseille juste avant la décision finale, il a visité trois lieux d'artistes, dont le CREAC. C'est l'acte fondateur de l'événement d'aujourd'hui.

La Biennale du cirque a débuté en tant que Cirque en Capitales. Comment s'est elle retrouvé à ouvrir les festivités ? Et était-ce davantage une pression ou une opportunité ?

Cela s'est fait naturellement. MP 2013 avait envie de le faire assez tôt. Et puis Janvier dans les Étoiles, ainsi que le festival Les Élancés à Istres, existaient déjà depuis plusieurs années. Donc plutôt que de déplacer ces manifestions on a collé la programmation autour. Par ailleurs ce n'est pas facile de commencer, d'essuyer les plâtres, car tout le monde est en retard. Donc cela ne gênait personne que le cirque commence. C'était plutôt une opportunité d'être programmé à ce moment-là parce qu'on sentait que les gens étaient enthousiastes, impatients de voir de la culture, du spectacle, surtout depuis le week-end d'ouverture. Et puis le fait d'être le premier temps fort scelle l'importance accordée au cirque.

Un événement tel que MP 2013 suscitent immanquablement attentes, espoirs, mais également des regrets chez les artistes. Pouvez-vous nous faire part des vôtres ?

Le regret c'est la confiance tardive accordée aux opérateurs locaux. Nous avons travaillé cinq ans sur ce projet, depuis 2007, mais la confiance accordée est bien plus récente. Et quand on organise un festival c'est difficile : maintenir les accords avec les artistes en ayant pas de contrat signé six mois avant c'est très compliqué. S'il y avait eu des décisions prises plus rapidement on aurait pu créer des compagnonnages à long terme qui n'ont finalement pas existé. Mais cela dit il y a toujours eu la volonté de la part de MP 2013 de faire quelque chose d'important sur le cirque. Pour nous et tous les autres opérateurs MP 2013 c'était l'espoir d'une mise en place d'une nouvelle politique culturelle.
La transformation de la ville a été très intéressante, il y a eu beaucoup d'investissements structurels, d'équipements, qui se sont faits.

Comment convaincre les collectivités de continuer à accompagner la culture ?

Le meilleur argument reste de faire complet, salle comble !

Pour aller plus loin

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !
Actualité

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !

Avec Archaos, dont la réputation n’est plus à faire lorsqu’il s’agit d’atteindre l’impossible dans l’éclectisme des écritures actuelles du cirque, l’émotion sera à la hauteur de l’engouement populaire.

Un foisonnant week-end d'ouverture pour la Biennale Internationale des Arts du Cirque
Actualité

Un foisonnant week-end d'ouverture pour la Biennale Internationale des Arts du Cirque

Spectacles, expositions, installations, ateliers acrobatiques et urbains alliant CIRQUE ET SPORT se mêlent pendant ces 2 jours foisonnants !

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste
Actualité

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste

Mêlant danse et arts circassiens, ce festival destiné à un large public s’est imposé parmi les événements culturels de notre région. Sa programmation est ouverte à la jeune création comme aux artistes de renom.

Agenda

Enfants

De passage en Provence avec toute votre marmaille ? Bienvenue dans l'agenda spécial enfants de Bouches-du-Rhône Tourisme. Des manifestations adaptées aux touts-petits comme aux ados.

Voir le guide Enfants

Spectacles

One man show au Dôme de Marseille, ballet au Pavillon Noir d'Aix-en-Provence ou spectacle aux Carrières de Lumières des Baux-de-Provence : toutes les infos pratiques.

Voir le guide Spectacles
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Soprano, la positive attitude

Soprano, la positive attitude

En pleine tournée “Everest” et après son concert mémorable en octobre au stade Orange Vélodrome, l’artiste marseillais, parmi les plus populaires de France, affiche ses ambitions et sa volonté de s’investir en faveur de la jeunesse, en organisant des grands événements culturels.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch la plateforme de streaming dédiée aux indépendants.

1D Touch est une plateforme de streaming musical réservée aux labels indépendants. Afin de favoriser leurs rémunérations, une application a été créée. Le service est disponible de manière physique dans des lieux culturels. Avec plus de 2,5 M de titres disponibles, la plateforme compte sur un catalogue d'ores et déjà bien fourni.

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait, l'un des fondateurs du projet de la Friche Belle de Mai est allé à la rencontre des acteurs qui ont fondé et développé le lieu culturel marseillais.

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, 84 ans, a accordé une interview exclusive à Accents de Provence, à son domicile parisien, pour évoquer “Marseille fête Belmondo”. Une rétrospective inédite organisée au Château de la Buzine, de juillet à novembre, en hommage à sa carrière et à celle de son père, Paul, grande figure de la sculpture française.

La Méthode, groupe de rap engagé

La Méthode, groupe de rap engagé

A l'occasion de la sortie de leur nouveau clip aux allures de Breaking Bad "Le Produit", BZA, Fred et Pak Dj’een, tous trois membre du groupe de rap marseillais La Méthode, reviennent sur leur musique engagée. Rencontre.

Kid Francescoli, amoureux transi

Kid Francescoli, amoureux transi

Alors qu’il vient de livrer « Play Me Again », son quatrième album, Kid Francescoli est à l’affiche du festival Marsatac au côté de M Oizo ou Nicolas Jaar. Quelques jours avant de fouler la scène du Parc Chanot, il se confiait, dans son studio rue Paradis, sur sa musique pop, ses amours et ses inspirations. Rencontre avec cet artiste Marseillais qui tire son nom du célèbre joueur de foot.

Ahmad Jamal, Marseille mon amour

Ahmad Jamal, Marseille mon amour

Le célèbre musicien de jazz Ahmad Jamal déclare sa flamme à la cité phocéenne dans son nouvel album « Marseille ». Deux concerts en compagnie de Adb Al Malik et Mina Agossi sont prévus à l’Opéra les 12 et 13 juin.

Andréa Ferreol l’ambassadrice du Sud

Andréa Ferreol l’ambassadrice du Sud

Actrice entière et bonne vivante, la comédienne de «La Grande Bouffe» est une femme du sud qui ne perd jamais une occasion pour exprimer son amour de la Provence et surtout l’attachement qu’elle porte à Aix sa ville natale.

Uèi : Ballade électronique en Occitanie

Uèi : Ballade électronique en Occitanie

Uéi, quatuor marseillais et montpelliérain, fait la part belle aux textes militants et ce dans la plus grande tradition de chant occitan. Avec leurs percussions électroniques et leurs mélodies poétiques, ils transforment leur live en véritable cérémonie tribale.

Onefoot, du jazz futuriste made in Marseille

Onefoot, du jazz futuriste made in Marseille

En à peine trois ans, le trio originaire de Marseille est déjà adoubé par les plus prestigieux festivals de Jazz.

Juan Carmona, l’une des plus belles guitares du Flamenco

Juan Carmona, l’une des plus belles guitares du Flamenco

Au croisement entre modernité musicale et traditions flamencas les plus anciennes
et les plus vivantes d’Andalousie, Juan Carmona est un novateur, un des maillons les plus vaillants de
sa génération.

Skunk Dog l'énergie brute

Skunk Dog l'énergie brute

L’artiste marseillais Skunk Dog livre une peinture électrique, inspirée par sa culture punk-rock, et s’expose désormais à Paris et à l’international.

Tous les articles