Guy Carrara, le cirque...encore

Guy Carrara est cofondateur et codirecteur artistique d'Archaos, compagnie fondatrice du cirque contemporain implantée à Marseille. Alors que Cirque en Capitales a constituer le premier temps fort de Marseille Provence 2013, Guy Carrara nous éclaire sur son parcours, son rôle dans cette année Capitale et la vision qui l'en a.

Pouvez-vous avant tout présenter votre parcours. Comment êtes-vous devenu un homme de cirque?

Au départ je n'aimais pas le cirque. J'étais un homme de l'écrit, de l'abstrait, du théâtre. Mais ces formes m'ont rapidement confronté à la barrière de la langue, des frontières. J'ai donc cherché un langage plus universel, et je me suis intéressé au langage du corps. Mais là non plus je ne me suis pas tout de suite dirigé vers le cirque : j'ai d'abord pensé à la danse, ou au théâtre de rue. Ce sont ces recherches qui m'ont amené à rencontrer des artistes de cirque. Et j'ai été fasciné : par leur autodiscipline, par le travail qu'ils fournissent pendant des années pour quelques applaudissements – un artiste de cirque ne sera jamais une star. Mais surtout par le langage du corps avec lequel ils s'expriment, l'engagement de leur corps, ce qu'ils lui font subir. Le vieillissement de l'artiste de cirque est d'ailleurs particulier, leur corps ne ressemble à aucun autre.

Comment est né Archaos ?

Nous avons été parmi les tous premiers à vouloir raconter avec les codes du cirque des choses, des histoires qui n'avaient pas pour habitude d'être abordées au cirque. Des sujets universels, comme on peut en voir dans le théâtre ou dans la danse. Avec Pierre Bidon nous avons donc cofondé Archaos en 1986. Le succès a été fulgurant. En trois ans Archaos est devenu le plus gros cirque d'Europe : nos deux spectacles en tournée dans le monde entier généraient 10 millions d'euros de billetterie directe. Sur les routes notre convoi était long de 5km.

Et Archaos aujourd'hui ?

Aujourd'hui Archaos se définit comme un projet artistique élargi. On offre un lieu de résidence, d'accompagnement et de transmission aux compagnies, ainsi qu'un espace approprié d’entraînement aux artistes individuels. Il est très important qu'il y ait des lieux pour les artistes, et il est primordial que des artistes s'impliquent pour cela, nous ne pouvons laisser cela aux seuls administrateurs. C'est dans cette optique qu'est né en 2001 le CREAC (centre de recherche européen des arts du cirque). Et évidemment Archaos reste une compagnie qui continue à proposer de nouvelles représentations et créations.

Un mot sur le Pôle Cirque Méditerranée ?

Le Pôle National des Arts du Cirque Méditerranée fait partie des douze pôles nationaux des Arts du Cirque labellisés par le Ministère de la Culture et de la Communication. C'est le seul pôle constitué de deux structures associées : le CREAC et Théâtre Europe à la Seyne-sur-Mer. Théâtre Europe a crée en 2000 le festival international de cirque contemporain Janvier dans les Étoiles. La complémentarité des deux structures permet de mutualiser les moyens : techniques, communication, résidence d'artistes … D'autant que le CREAC dispose d'un bâtiment dur et Théâtre Europe d'un chapiteau, répondant ainsi à toutes les attentes des artistes.Une telle cohésion n'est possible que grâce à la complicité du CREAC et de Théâtre Europe qui travaillent ensemble depuis une douzaine d'années déjà, notamment dans l'accompagnement de jeunes projets en recherche de moyens.

Cirque en Capitales a marqué le premier temps fort de Marseille Provence 2013. Comment est né l’événement ?

Nous avons proposé en 2007 à Bernard Latarjet (ndlr, alors directeur général de MP 2013) une biennale international des Arts du Cirque. Ce gros projet a été validé dans le cadre de la candidature pour un budget de 10 millions d'euros. Il a intéressé les organisateurs dans la mesure où toutes les capitales européennes de la culture doivent proposer un événement novateur, quelque chose qui n'a pas été fait auparavant. Quand le jury européen est venu à Marseille juste avant la décision finale, il a visité trois lieux d'artistes, dont le CREAC. C'est l'acte fondateur de l'événement d'aujourd'hui.

La Biennale du cirque a débuté en tant que Cirque en Capitales. Comment s'est elle retrouvé à ouvrir les festivités ? Et était-ce davantage une pression ou une opportunité ?

Cela s'est fait naturellement. MP 2013 avait envie de le faire assez tôt. Et puis Janvier dans les Étoiles, ainsi que le festival Les Élancés à Istres, existaient déjà depuis plusieurs années. Donc plutôt que de déplacer ces manifestions on a collé la programmation autour. Par ailleurs ce n'est pas facile de commencer, d'essuyer les plâtres, car tout le monde est en retard. Donc cela ne gênait personne que le cirque commence. C'était plutôt une opportunité d'être programmé à ce moment-là parce qu'on sentait que les gens étaient enthousiastes, impatients de voir de la culture, du spectacle, surtout depuis le week-end d'ouverture. Et puis le fait d'être le premier temps fort scelle l'importance accordée au cirque.

Un événement tel que MP 2013 suscitent immanquablement attentes, espoirs, mais également des regrets chez les artistes. Pouvez-vous nous faire part des vôtres ?

Le regret c'est la confiance tardive accordée aux opérateurs locaux. Nous avons travaillé cinq ans sur ce projet, depuis 2007, mais la confiance accordée est bien plus récente. Et quand on organise un festival c'est difficile : maintenir les accords avec les artistes en ayant pas de contrat signé six mois avant c'est très compliqué. S'il y avait eu des décisions prises plus rapidement on aurait pu créer des compagnonnages à long terme qui n'ont finalement pas existé. Mais cela dit il y a toujours eu la volonté de la part de MP 2013 de faire quelque chose d'important sur le cirque. Pour nous et tous les autres opérateurs MP 2013 c'était l'espoir d'une mise en place d'une nouvelle politique culturelle.
La transformation de la ville a été très intéressante, il y a eu beaucoup d'investissements structurels, d'équipements, qui se sont faits.

Comment convaincre les collectivités de continuer à accompagner la culture ?

Le meilleur argument reste de faire complet, salle comble !

Pour aller plus loin

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !
Actualité

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !

Avec Archaos, dont la réputation n’est plus à faire lorsqu’il s’agit d’atteindre l’impossible dans l’éclectisme des écritures actuelles du cirque, l’émotion sera à la hauteur de l’engouement populaire.

Un foisonnant week-end d'ouverture pour la Biennale Internationale des Arts du Cirque
Actualité

Un foisonnant week-end d'ouverture pour la Biennale Internationale des Arts du Cirque

Spectacles, expositions, installations, ateliers acrobatiques et urbains alliant CIRQUE ET SPORT se mêlent pendant ces 2 jours foisonnants !

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste
Actualité

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste

De scènes en chapiteaux, Les Élancées fêtent leur 20e édition ! En associant le cirque et la danse contemporaine, l’acrobatie et la performance physique, les artistes ont tracé sur nos scènes de nouveaux paysages chorégraphiques et circassiens.

Agenda

Enfants

De passage en Provence avec toute votre marmaille ? Bienvenue dans l'agenda spécial enfants de Bouches-du-Rhône Tourisme. Des manifestations adaptées aux touts-petits comme aux ados.

Voir le guide Enfants

Spectacles

One man show au Dôme de Marseille, ballet au Pavillon Noir d'Aix-en-Provence ou spectacle aux Carrières de Lumières des Baux-de-Provence : toutes les infos pratiques.

Voir le guide Spectacles
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Un mois de cirque grâce à l'entre-deux Biennales

Un mois de cirque grâce à l'entre-deux Biennales

du 14 février au 17 mars 2018

Cette parenthèse entre deux « Biennale Internationale des Arts du Cirque » commence dès le premier jour des 7 mois de programmation de « MP18 Quel Amour !».

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste

Envolée de créativité aux Élancées, le Festival des Arts du Geste

du 12 au 25 février 2018

De scènes en chapiteaux, Les Élancées fêtent leur 20e édition ! En associant le cirque et la danse contemporaine, l’acrobatie et la performance physique, les artistes ont tracé sur nos scènes de nouveaux paysages chorégraphiques et circassiens.

Le phénomène Quartiers Nord

Le phénomène Quartiers Nord

Les 26 & 27 janvier 2018

Accrochez-vous, soirées anniversaire uniques en perspective ! Quartiers Nord est LE groupe de rock marseillais mythique et unique en son genre et fête ses 40 ans. Un nom légendaire, un pan de l’histoire de Marseille.

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Yom, capter une énergie qui touche au sacré

Le clarinettiste et compositeur Yom, accompagné du quatuor à cordes IXI*, a joué à Trets en octobre 2017, «Illuminations», une composition qui réfracte plusieurs grandes traditions musicales pour essayer de faire résonner en nous de belles vibrations et nous amener vers la sagesse.

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Orianne O. l'expression de la liberté #5

Série Photographe

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Pierre-François Martin-Laval, un Gaston Lagaffe à Marseille

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène… À 49 ans, Pierre-François Martin-Laval surnommé “Pef” est un artiste complet, du comique burlesque au dramatique, de l’écriture à la mise en scène. Il dévoile les premières images de “Gaston Lagaffe” qui sortira en 2018 et qu’il a tenu à tourner à Marseille. Revenu vivre dans sa ville natale, ce Marseillais ne boude pas les plaisirs de la mer et rêve d’y voir jouer ses propres créations théâtrales.

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Guillaume Ruoppolo, l'ombre et la lumière #4

Série Photographe

Photographe sous-marin, Guillaume Ruoppolo est avant tout un homme de la mer, amoureux de la Grande Bleue, qui voue une véritable passion pour les fonds marins et leurs habitants. Il livre une vision intimiste et insolite du monde aquatique.

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Serge Assier, l'obstination de la beauté #3

Série Photographe

Nous poursuivons notre découverte des photographes du territoire avec Serge Assier, dont le travail sur l’humain et sa collaboration avec les plus grands auteurs français en font un artiste incontournable.

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Les fulgurances d'Olivier Amsellem #2

Série Photographe

Photographe spécialisé en architecture et dans la mode, Olivier Amsellem a trouvé dans cet “art populaire” sa façon de s’exprimer, de raconter des histoires, de vivre tout simplement.

Soprano, la positive attitude

Soprano, la positive attitude

En pleine tournée “Everest” et après son concert mémorable en octobre au stade Orange Vélodrome, l’artiste marseillais, parmi les plus populaires de France, affiche ses ambitions et sa volonté de s’investir en faveur de la jeunesse, en organisant des grands événements culturels.

Tous les articles