Le Musée départemental d’Arles Antique renoue avec ses origines romaines

L’inépuisable richesse des monuments que livre le sol de la ville d’Arles est sans doute l’un des facteurs qui a éveillé très tôt la curiosité et l’intérêt de toute une population. Arlésiens, voyageurs, érudits multiplient les regards autour de ces vestiges parfois mystérieux qui ponctuent le quotidien des uns, le souvenir où les dissertations savantes des autres. Dès le XVIe siècle, amateurs, curieux, antiquaires arlésiens constituent de véritables cabinets de curiosité.

En 1614, s’organise à la « Maison commune » la première présentation d’une collection publique d’antiquités. La conscience patrimoniale publique s’affirme au XVIIe siècle, lorsqu’un arrêté ordonne que le produit de toute découverte soit déposé en ce lieu. La construction de l’Hôtel de ville offrit un espace d’exposition privilégié dans le hall d’entrée qui abrita la première collection publique de la ville, augmentée de trouvailles mais aussi d’acquisitions parmi lesquelles le torse de Mithra, en 1723. C’est ainsi que des œuvres majeures, aujourd’hui exposées au musée, telles l’autel de la Bonne Déesse (1758) ou la statue de Médée ont été préservées.

Une extension obligatoire

Par ailleurs, des « jardins d’antiquités » s’organisent en musée de plein air. C’est le cas de la « maison aux deux colonnes » construite à l’emplacement du théâtre et dont l’accès au public sera toujours protégé, mais aussi du célèbre site des Alyscamps où le Père Minime Etienne Dumont, créa dès 1784, un véritable Museum. Les collections s’enrichissant au gré des découvertes et réhabilitations, c’est en 1826 que l’ensemble des antiquités fut transporté dans l’église Sainte Anne. En 1936, le manque d'espace conduit à l'annexion de la chapelle des Jésuites : les collections païennes et chrétiennes sont arbitrairement dissociées. La création d'une institution muséale adaptée les réunit en 1995 au sein du musée de l'Arles antique. En 1968, le conservateur des Musées d'Arles, Jean-Maurice Rouquette, élabore le projet d'un nouveau musée destiné à réunir l'ensemble des collections archéologiques arlésiennes en un seul lieu.

Un site historique

Le projet du musée alors élaboré envisage de réunir des services complémentaires: en plus du service de la conservation et du service des publics, un atelier de restauration de mosaïques ainsi qu'un laboratoire d'archéologie sont prévus. Le nouveau musée devait autoriser le dépôt dans de bonnes conditions de l'ensemble du mobilier archéologique arlésien et la présentation des collections dans toute leur diversité.

Le choix de l'implantation de l'établissement, guidé ainsi par le besoin d'espace, s'est porté sur la périphérie sud-ouest de la ville, site retenu déjà dans l'Antiquité pour l'édification du cirque, bâtiment de spectacles ordinairement situé extra-muros en raison de ses vastes dimensions. La nouvelle localisation permet ainsi au musée de marquer l'entrée urbaine, celui-ci étant visible depuis l'une des grandes artères de circulation, et surtout d'entretenir un dialogue avec le centre historique par la proximité immédiate des vestiges du monument antique.

A la fin du Néolithique, la pratique des inhumations collectives se généralise mais alors que l'habitat reste constitué de matériaux légers et périssables, certaines tombes construites en dur atteignent des proportions monumentales.

Ainsi, les célèbres monuments de Fontvieille, connus sous le nom « d' hypogées d'Arles » comptent-ils parmi les plus grandes tombes mégalithiques d'Europe. Au nombre de quatre, ces hypogées creusés dans le rocher et signalés en surface par des tumulus de terre de forme circulaire, sont constitués de longues chambres funéraires, recouvertes de sept à huit dalles selon la taille.

Fouillées, ces tombes ont livré un mobilier varié témoignant d'une utilisation au néolithique comme au chalcolithique: des haches en pierre polie, des éléments de parure mais aussi deux vases campaniformes à décor au peigne, une perle et une plaquette en or perforée, un poignard en cuivre.

Aux origines de la cité romaine

Les textes anciens rapportent deux noms successifs pour la cité pré-romaine : Theline et Arelate. Theline serait un terme d'origine grecque signifiant « La Nourricière » et Arelate, plus d'origine celtique, « L'habitat près des Marais ». Ces deux appelations montrent que la cité fut en contact avec des cultures différentes.

La céramique d'origine grecque retrouvée à Arles confirme les relations existantes, notamment avec les commerçants grecs de Massalia.

Quelques indices archéologiques, comme un certain type de vaisselle, révèlent l'accentuation de la culture indigène dans la vie quotidienne.

La colonie romaine d'Arles, fondée en 46 av. J.-C., se dote sous Auguste d'un premier plan d'urbanisme, caractérisé par un système de quadrillage dans lequel s'inscrivent les monuments publics.
Les rues sont organisées autour de deux axes principaux, le cardo (nord-sud) et le decumanus (est-ouest).
Le forum, centre politique et religieux, le théâtre ainsi qu'une enceinte donnent ainsi à la ville l'aspect d'une cité romaine.

A la fin du Ier siècle, l'enceinte est en partie démolie afin de permettre la construction de l'amphithéâtre.
Vers 150, le cirque romain est érigé le long du Rhône, à l'extérieur des murailles.

Des maquettes plus vraies que nature

Les collections du Musée départemental de l'Arles antiques sont organisées autour de dix maquettes, qui facilitent la mise en contexte du mobilier archéologique découvert dans certains grands sites.

Elles présentent: Arles au IVe siècle, des monuments disparus mais aussi certains dont l’état de conservation rend difficile l’interprétation.

Que ce soit des monuments en partie démontés ou non accessibles

Si des détails demeurent obscurs, une grande rigueur scientifique a permis aux deux maquettistes d'intégrer au réalisme de leurs maquettes les découvertes archéologiques récentes.

C'est par des expositions de ce genre que le musée a gagné ses lettres de noblesses en devenant l'une des références du genre antique.

Fabien Cassar

Infos pratiques

Musée Départemental Arles Antiques
Presqu'île du cirque romain
BP205 - 13635 Cedex Arles
Tél: +33 (0)4 13 31 51 03

Musée ouvert tous les jours de 10 à 18h
FERMÉ LE MARDI et Fermeture : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre

Entrée plein tarif : 8 € ( Expos temporaires + collection permanentes )
Entrée tarif réduit : 5 €
Gratuit tous les 1er dimanche du mois

Pour aller plus loin

Le Chaland Arles Rhône 3, un trésor national
Dossier

Le Chaland Arles Rhône 3, un trésor national

En 2004, une équipe d'archéologue sort une embarcation romaine dans un état impeccable. Six ans plus tard, le chaland est exposé dans un musée pour ce qui est encore aujourd'hui l'une des plus belles pièces remontés des eaux provençales.

Le musée Réattu, entre photographies et peintures
Dossier

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Le musée arlésien rend hommage au peintre Jacques Réattu avec un musée dédié au peintre provençal. La photographie a également une place importante dans un musée associé aux rencontres photographiques d'Arles

Arles
Guide

Arles

Intensité des férias, majesté des vestiges antiques traversés par le Rhône : évadez-vous le temps d'un séjour dans la cité qui a tant inspiré Van Gogh.

Agenda

Arles

Concerts, ferias, expos : ça bouge à Arles ! Toute l'année, festivals et animations ont lieu dans la cité antique, pour le plaisir du grand public.

Voir le guide Arles

L'année du département

Musées, bibliothèques, archives : les lieux culturels départementaux proposent une riche programmation toute au long de l'année. A vos agendas !

Voir le guide L'année du département
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

Les couleurs de Laurent Corvaisier

Les couleurs de Laurent Corvaisier

du 7 novembre 2017 au 27 janvier 2018

Le centre d’art Les Pénitents Noirs d’Aubagne donne carte blanche au plasticien Laurent Corvaisier. Il y présente plus d’une centaine d’oeuvres, pour l’essentiel des grands formats.

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Friche Belle de Mai et le Goethe- Institut à Marseille déploient une ample exposition et de multiples propositions autour de la notion de travail, largement mise en jeu dans l’oeuvre de l’artiste Harun Farocki.

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

jusqu'au 10 juin 2018

Chaque 1er dimanche du mois, un concert est offert dans un musée de Marseille.

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

du 25 novembre 2017 au 18 février 2018

20 photographes proposent un témoignage vibrant de la vie du pays et de sa scène photographique, marquée historiquement par l’impact et le quasi monopole du photojournalisme.

Cézanne, enfin chez lui, at home

Cézanne, enfin chez lui, at home

du 20 octobre 2017 au 1er avril 2018

Cézanne chez lui, chez nous. At home. Quoi de plus naturel, de plus évident. Et pourtant…Né ici, mais reconnu ailleurs comme ce monstre sacré de la peinture moderne, Paul Cézanne, que l’on a surnommé le « Maître d’Aix », était surtout, au tournant du XXe siècle à Aix-en-Provence, le paria, l’incompris, le méprisé.

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Du 18 novembre 2017 au 11 mars 2018

Sur plus de 500 m2, le public peut découvrir de façon chonologique près de 180 oeuvres qui présentent le parcours de Tal Coat. De ses début figuratifs à sa période qu’on dit « abstraite » après son séjour en pays d’Aix (1943 à 1956) où son travail évolue considérablement à la lumière de Provence.

Drôles de Noëls féérique à Arles

Drôles de Noëls féérique à Arles

du 22 au 24 décembre 2017

Trois jours de festival et un rendez-vous familial, original et populaire unique où la magie et l'humour se mélangent harmonieusement pour offrir aux visiteurs des moments festifs avant le grand soir du réveillon. Plus de 50 rendez-vous gratuits avec 15 compagnies professionnelles.

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Du 24 novembre 2017 au 11 mars 2018

L’exposition Botero, dialogue avec Picasso présente la riche production du maître colombien sous un angle inédit qui explore ses affinités artistiques avec Pablo Picasso.

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

du 7 octobre 2017 au 2 avril 2018

En présentant de jeunes artistes en vis-à-vis de l’oeuvre de Vincent van Gogh, de l’art et du goût populaires, l’exposition « La Vie simple – Simplement la vie » met au jour les fantasmes et idées reçues d’un modèle de vie attrayant et romantisé.

Le Monde tel qu'il va...au J1

Le Monde tel qu'il va...au J1

du 1er novembre 2017 au 7 janvier 2018

Le MJ1 et les Rencontres d’Arles prolongent l’été avec huit expositions photos en entrée libre.

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

7 octobre 2017 au 7 janvier 2018

Cette exposition constitue la plus importante monographie jamais consacrée à ce peintre aussi rare que singulier dans le paysage artistique provençal du XVIIIe siècle et propose de redécouvrir ses oeuvres les plus célèbres en regard de peintures qui n’ont, pour certaines, jamais été exposées au public.

Tous les articles