Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée. Ouvert sur le large, il dessine un horizon où les deux rives de la Méditerranée ont rendez-vous. Jamais aucun musée dans le monde n’avait été consacré aux cultures de la Méditerranée pourtant si fertiles d’un point de vue historique et civilisationnel.

Pénétrant dans les galeries thématiques du Mucem, le public peut découvrir, sur 1600m2, l’espace méditerranéen, une mer baignée par trois continents - l’Asie, l’Europe et l’Afrique - qui, depuis le néolithique, constitue une scène où se rencontrent les hommes, les sociétés, les cultures et les religions.

Partant de cette perspective pour comprendre l’événement que fut la bataille de Lépante, Fernand Braudel dégage les différents temps des sociétés : le temps long de la structure, le temps de la conjoncture et celui de l’histoire immédiate. Saisies dans cette perspective, les collections cessent d’être le reflet d’identités régionales pour devenir les témoins des grands mouvements économiques, politiques et spirituels qui se sont rencontrés tantôt pacifiquement et tantôt violemment sur la scène de la Méditerranée.

Mais le MuCEM est aussi tourné vers les problématiques du monde contemporain. La programmation culturelle rythmera cette ambition. Chaque année, le musée présentera deux grandes expositions tem- poraires (sur 1500 m2) et deux expositions de taille moyenne (sur 500 m2) ainsi que des colloques, des films de fiction ou documentaires, des spectacles, qui traiteront des grandes questions de l’actualité du bassin méditerranéen. Il s’agit ainsi de faire exister une véritable cité culturelle ouverte aux grands débats et notamment:

Questions de mémoires, à travers les relations du monde méditerranéen à l’ensemble européen, singulièrement l’héritage colonial. De nombreux nœuds de mémoire affleurent et mobilisent des groupes ou des communautés autour de conflits du passé qui trouvent une profonde résonance dans le présent...

Questions d’appartenance et de culture au quotidien, dans la relation aux héritages du passé et aux formes du présent. Ainsi par exemple des régimes alimentaires, liés ou non à des appartenances religieuses, des façons d’habiter ou de se vêtir, des relations entre pudeur et impudeur, mais aussi des controverses sur le voile ou la burqa.

Questions artistiques, intellectuelles. La scène méditerranéenne contemporaine témoigne de la vitalité de ces sociétés. Les outils numériques et les créations n’ont plus de secret pour ces jeunes générations connectées au monde, comme en témoignent les nouveaux acteurs du « printemps arabe » à Tunis, au Caire, à Beyrouth ou à Casablanca. Le domaine des images, fixes ou animées, les nouvelles écritures, plastiques, musicales et littéraires, concernent de près un musée de civilisations en prise avec le temps du monde.

La Méditerranée retrouve une place centrale au plan international. Elle est sur l’agenda politique et s’affirme comme un des lieux où s’écrit l’histoire du monde. Alors que les sociétés civiles et les acteurs culturels sont en mouvement, le MuCEM doit s’affirmer comme l’un des interlocuteurs privilégiés de ces nouveaux acteurs, un lieu hospitalier pour ces formes culturelles qui émergent et pour ces œuvres qui s’affirment, un lieu ouvert aux questions de mémoires, pour contribuer à les dénouer, un lieu à l’écoute des cultures au quotidien, pour mieux les présenter, mieux les faire connaître et ainsi mieux se comprendre.

C’est à travers ces initiatives et ces priorités que le MuCEM peut s’affirmer comme un grand projet culturel pour la Méditerranée.

Une visite en trois temps, riche en découvertes et en émerveillements

Trois sites, trois ambiances, des propositions démultipliées et surprenantes sur un ensemble de 40 000 m2 : le MuCEM est un vrai musée du XXIème siècle, capable d’attirer des publics divers par une palette très large d’activités. On peut voyager à travers ses expositions majeures, dans les galeries du nouveau musée, mais aussi profiter d’une lecture, d’un concert, de débats d’idées, de projections cinématographiques... ou simplement goûter l’ambiance de la ville en se promenant dans les jardins méditerranéens du Fort Saint-Jean réhabilité. Le MuCEM constituera un lieu de vie, ouvert à tous, bien au-delà de ses incontournables expositions événements.

Fort Saint-Jean: 15 000 m2
J4: 15 000 m2
CCR (Centre de conservation et de ressources) :10 000m2

Le nouveau musée construit sur l’ancien môle portuaire J4 par l’architecte Rudy Ricciotti est le coeur du MuCEM. Un lieu dédié à la découverte des étapes majeures des civilisations méditerranéennes, traitant de thématiques aussi marquantes que l’invention des dieux, les trésors de la route des épices, les visions de Jérusalem, le banquet des citoyens ou le cabinet des sept merveilles du monde.

D’une architecture d’avant-garde, le public passera ensuite aux arcades et salles voutées cachées dans les entrailles de pierre du Fort Saint-Jean, monument historique da- tant du XIIème siècle. En empruntant une passerelle haute, jetée au dessus de la mer, il profitera de panoramas spectaculaires et invisibles jusqu’alors. Ici le visiteur pourra déambuler dans un nouveau jardin méditerranéen et s’émerveiller aux richesses des collections d’arts et traditions populaires du MuCEM.

Un troisième site situé dans le quartier de la Belle de Mai, non loin de la gare Saint-Charles, abritera le Centre de conservation et de ressources(CCR), conçu par l’architecte Corinne Vezzoni. Lieu de conser- vation des collections, le CCR sera également l’occasion de faire visiter les coulisses du musée. Il accueillera un espace évoquant l’histoire du musée, ouvert lui-aussi au public.

Entre ville et mer, sur l’ancien môle portuaire J4, le bâtiment de 15 500 m2 comporte 3 600 m2 d’espaces d’exposition, un espace dédié aux enfants, un auditorium de 335 places pour la présentation de conférences, de spectacles, de concerts, de cycles de cinéma, une librairie, un restaurant doté d’une terrasse panoramique et les “coulisses” indispensables à un équipement de ce type : ateliers, lieux de stockage, bureaux, etc.

Deux grands plateaux d'exposition

Le bâtiment du J4 accueille les grandes expositions du MuCEM sur deux niveaux :

AU NIVEAU 1 : 1 600 m2 pour la Galerie de la Méditerranée
Elle sera consacrée aux singularités du monde méditerranéen dans sa diversité et sa complexité. Cette galerie thématique sera modulable dans sa présentation et sera amenée à se transformer dans le moyen terme (tous les 3 à 5 ans).

AU NIVEAU 2 : 2 000 m2 d’espaces d’expositions temporaires
La flexibilité des espaces permet de donner à chaque exposition la surface qui lui convient, entre 300 m2 et 2 000 m2.

Le parti pris conceptuel du projet architectural de Rudy Ricciotti

Vues, mer, soleil, minéralité sont instrumentés par un programme devenu fédératif et cognitif. Tout d’abord un carré parfait de 72 mètres de côté, il s’agit d’un plan classique, latin, sous le contrôle de Pythagore. Dans ce carré, un autre inscrit de 52 mètres de côté, comprenant les salles d’exposition et de conférences identifiées comme étant le cœur du musée.

Autour, dessous et dessus se trouvent les espaces servants. Mais entre le cœur et les espaces servants, des vides contournent entièrement le carré central et forment des espaces de liaison. Davantage intéressé par la vue vers le fort, vers la mer ou vers le port, le visiteur culturellement distrait

choisira ce parcours. Le long de deux rampes entrelacées, il plongera alors dans l’imaginaire de la tour de Babel ou d’une ziggourat afin de gravir jusqu’au toit et jusqu’au fort Saint-Jean.Cette faille périphérique sera une respiration démuséifiante sous l’odeur de l’iode par la proximité des douves d’eau de mer afin de chasser les doutes que l’on pourrait avoir quant à l’usage de l’histoire de nos civilisations. Le MuCEM sera une casbah verticale.

Le choix tectonique d’un béton d’exception issu des dernières recherches de l’industrie française réduisant les dimensions jusqu’à n’être plus que la peau et les os, affirmera une écriture minérale sous les hauts remparts du fort Saint-Jean. Un seul matériau à la couleur de poussière mate écrasée par la lumière, hors la vue des brillances et consumérismes technologiques, fera l’éloge du dense et du fragile. Le MuCEM se reconnaîtra évanescent dans un paysage de pierre et orientaliste par ses ombres sur la figure. Au ciel franchissant la darse un tapis volant navigue vers le fort.

L'éclairage du bâtiment par Yann Kersalé

Pour Yann Kersalé le MuCEM doit être une caisse de résonnance culturelle de la Méditerranée, animée par la mer. Cet édifice de nuit, devient mémoire des Bleus : une transition entre toutes les cultures qu’il expose en son sein, et cette mer mythique à fort caractère. Une pulsation perpétuelle de lumière qui fait frissonner ses façades de dentelle. La mer est là, incrustée dans les murs pour affirmer son importance dans la conception des expositions intérieures.

La nuit, le MuCEM restitue la vibration méditerranéenne sous la forme d’une installation de lumière colorée. La mise en lumière imaginée par Yann Kersalé met en scène l’ensemble des façades du bâtiment, lui donnant ainsi une visibilité maritime et terrestre, agissant comme un signal dans la nuit. Les façades Sud et Ouest sont la matrice du projet, la lumière y joue le rôle de multiples peaux présentes dans un camaïeu de bleu et de turquoise, donnant l’impression d’un frisson aquatique. Ce projet artistique a bénéficié du 1% artistique.

Fabien Cassar

Informations pratiques

7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille

Billetterie et Visites guidées sur : billetterie.mucem.org

Le Mucem est ouvert tous les jours sauf le mardi
Fermeture exceptionnelle les 1er mai et 25 décembre
Du 2 novembre au 30 avril 11h—18h
Du 2 mai au 7 juillet 11h—19h
Du 8 juillet au 3 septembre 10h—20h
Du 4 septembre au 1er novembre 11h—19h

Nocturne du 2 mai au 28 août le vendredi jusqu'à 22h

Dernière entrée dans les salles 45 minutes avant la fermeture des expositions.
Fermeture des salles d'exposition 15 minutes avant la fermeture du site

Pour aller plus loin

Le CCR, les coulisses du MuCEM
Dossier

Le CCR, les coulisses du MuCEM

Pour stocker ses nombreuses collections, le MuCEM dispose d'un Centre de conservation (CCR) situé dans le quartier de la Belle de Mai. Avec plus de 250 000 objets, c'est une conséquente base de donnée qui a été constituée.

Le Fort Saint-Jean, Gardien de la culture Méditerraneenne
Dossier

Le Fort Saint-Jean, Gardien de la culture Méditerraneenne

À l’entrée du port de Marseille, en aplomb au-dessus du môle J4, le fort Saint-Jean devient un espace d’exposition pour les collections permanentes. Il accueille également des manifestations temporaires, tout en proposant au visiteur un parcours dans un jardin méditerranéen.

La Vieille Charité: Un édifice rempli d'histoire
Dossier

La Vieille Charité: Un édifice rempli d'histoire

Lieu emblématique du Vieux Marseille, la Vieille Charité se trouve naturellement au cœur du Panier, noyau historique de la ville. L’ensemble contient en outre pas moins de musées, la moindre des choses pour un lieu chargé d’histoire comme celui-ci.

Agenda

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Ambiance camp de base polaire à l'Inuit festival

Ambiance camp de base polaire à l'Inuit festival

Les 2 et 3 février 2018

L’Inuit, festival électro investi Marseille avec une idée originale : faire la fête, en plein air, au coeur de l’hiver. Pour l’occasion l’esplanade du J4 sera plongée dans un décor de camp de base polaire.

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

Éveiller les curiosités avec de Grandes Musiques pour Petites Oreilles

du 9 au 25 février 2018

Dès février, trois spectacles vont sillonner six lieux culturels phocéens avec treize représentations ! À découvrir sans limite de curiosité ni d'émerveillements.

Quel Amour !? Quel parcours?

Quel Amour !? Quel parcours?

du 10 mai au 31 août 2018

Imaginée comme deux parcours entrelacés, l'exposition invite le public à choisir son entrée, éventuellement en se séparant provisoirement de la personne qui l'accompagne...Photographies, installations, vidéos, sculptures et peintures explorent l’imminence du sentiment.

Cartes blanches à JR et à Korakrit Arunanondchai au J1

Cartes blanches à JR et à Korakrit Arunanondchai au J1

du 14 mars au 13 mai 2018

MP2018 investit le J1 et propose des cartes blanches à deux artistes contemporains d’envergure internationale, JR et à Korakrit Arunanondchai, pour des expositions spécialement imaginées pour l’évènement.

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux et la rénovation du Museon Arlaten

Michel Bertreux est architecte et assure pour l’agence Tetrarc la maîtrise d’œuvre du chantier de rénovation du Museon Arlaten. Son objectif, poursuivre un mouvement qui prend presque chair dans la pierre du musée.

Les Âmes Offensées ou dire la continuité des mondes

Les Âmes Offensées ou dire la continuité des mondes

du 25 janvier au 3 février 2018

Globetrotter sensible et curieux, Philippe Geslin rapporte, de ses terrains lointains, des carnets de notes, des photos, témoins éloquents de ses observations et rencontres. Ici, le récit de l’ethnologue chez les Inuits, les Soussou et les Massaï, entre en résonance avec l’univers visuel et sonore de Macha Makeïeff.

« De quoi bruit le monde ? » réponse au festival Parallèle

« De quoi bruit le monde ? » réponse au festival Parallèle

du 26 janvier au 3 février 2018

Parallèle 8, c’est une programmation de théâtre, danse et performance. Rendez-vous annuel entre artistes de la nouvelle génération et spectateurs curieux.

Pour les enfants de la Timone, tous au festival [Hope]project

Pour les enfants de la Timone, tous au festival [Hope]project

le 24 janvier 2018

La totalité des bénéfices de ce concert caritatif sera reversée au [HOPE] project, pour mettre en oeuvre la rénovation du 1er étage du Pôle Pédiatrique de l’Hôpital de la Timone.

Du Travail, Temps 2 : Travailler / Œuvrer

Du Travail, Temps 2 : Travailler / Œuvrer

Du 12 janvier au 8 février

2018 à la Friche s'ouvre avec Travailler/Œuvrer, un cycle d'événements autour des questions que pose le travail aujourd'hui, convoquant le cinéma, les sciences sociales, la philosophie et bien d'autres disciplines artistiques.

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

Jeudi 25 & Vend 26 janvier 2018

Venez découvrir en live ceux qui feront la scène de demain. 8 groupes PACA (+ 1 groupe corse) ont été sélectionnés sur écoute par un jury de professionnels et se présenteront sur scène pour une ultime étape en sélection live.

Les voyages aux 4 coins du globe d'André Maire

Les voyages aux 4 coins du globe d'André Maire

du 16 décembre 2017 au 27 mai 2018

Le Musée Regards de Provence met à l’honneur le peintre et dessinateur André Maire (1898-1984), insatiable voyageur dont l’œuvre prolifique rend compte de près d’un siècle de pérégrinations aux quatre coins du globe.

La vie en Roman-Photo au Mucem

La vie en Roman-Photo au Mucem

du 13 décembre 2017 au 23 avril 2018

A travers plus de 300 objets (revues, photographies originales, maquettes, films…), l’exposition retrace une époque, ses rêves et ses peurs, et met en avant de petits chefs-d’oeuvre totalement inédits.

Tous les articles