Jean-Paul Belmondo, une vraie histoire avec Marseille

Jean-Paul Belmondo, 84 ans, a accordé une interview exclusive à Accents de Provence, à son domicile parisien, pour évoquer “Marseille fête Belmondo”. Une rétrospective inédite organisée au Château de la Buzine, de juillet à novembre, en hommage à sa carrière et à celle de son père, Paul, grande figure de la sculpture française.

Sur le canapé, dans le salon lumineux d’un hôtel particulier, l’acteur Charles Gérard, l’ami de toujours, dévore les premières pages du quotidien L’Equipe. Jean-Paul Belmondo est assis à côté de lui, dans un grand fauteuil, avec ce sourire immense, dont il ne se sépare jamais. La gouaille n’est plus la même, mais «L’homme de Rio” se raconte avec une incroyable vivacité. D’un regard, il vous replonge dans ses plus belles aventures, dans ses plus belles histoires, celles qui l’ont porté sur le sommet du 7e art. Avec une simplicité et une gentillesse rares, la légende du cinéma français évoque ses passions, son rapport au cinéma, sa relation avec l’autre monstre sacré, Alain Delon et son désir de faire revivre la mémoire de son père.

Le musée Paul Belmondo consacré à l’oeuvre de votre père a ouvert à Boulogne-Billancourt il y a déjà 6 ans. Pourquoi ce projet vous tenait-il à coeur ?

Jean-Paul Belmondo : Nous nous sommes battus durant des années avec ma soeur Muriel et mon frère Alain pour que ce musée voie le jour, afin que l’oeuvre de notre père puisse être découverte par le plus grand nombre. On nous a longtemps promis beaucoup de choses, sans que cela ne se concrétise. L’ouverture de ce musée a été pour nous une immense fierté afin de pouvoir rendre hommage à notre père.

Le 30 juin prochain la ville de Marseille organise l’événement “Marseille fête Belmondo”. Quel lien avez-vous avec Marseille ?

J.-P. B. : J’ai une vraie histoire avec cette ville. J’ai tourné mon premier film à Marseille, avec un petit rôle. ça s’appelait “Drôle de dimanche”. Je me souviens, je descendais au Grand Hôtel Noailles, avec Arletty, Danièle Darrieux et Bourvil. On faisait la fête (rires) ! Et puis, il y a eu sept films tournés à Marseille, comme “Le Marginal”, “Un nommé La Rocca” et “Borsalino”. La première scène de “A bout de souffle”, c’était sur le Vieux-Port, ça laisse des traces. J’ai aussi fait des tournées en tant que comédien avec Galabru et Annie Girardot, mais je ne me souviens plus dans quel théâtre on avait joué… Mon père aussi avait ses habitudes là-bas, il venait souvent.

Votre père était un des grands sculpteurs français. Que vous a-t-il légué qui a compté dans votre carrière d’acteur ?

J.-P. B.: Mon père, comme ma mère d’ailleurs, m’ont d’abord appris la volonté, la persévérance. Dans le cinéma, on ne voulait pas de moi au début, mais j’y suis arrivé !

Comment expliquez-vous qu’aujourd’hui, vous restez l’acteur français le plus populaire ?

J.-P. B. : J’en sais rien (rire) ! Je crois qu’il n’y a pas de raison. C’est le naturel qui fait la différence. Et si je connaissais la recette, si je vous disais quel est mon secret, ce ne serait plus naturel d’ailleurs ! La popularité que j’ai acquise, je ne m’en suis rendu compte qu’il y a peu de temps. Je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est la relation avec le public qui a construit ça. Cet amour-là, il est venu en fin de carrière et j’en suis très content !

On vous a vu très ému, récemment, lors de l’hommage qui vous a été rendu à la cérémonie des César. Qu’est ce qui vous apporte les plus grandes émotions aujourd’hui ?

J.-P. B. : C’est le public qui me porte beaucoup. Quand je vois des gens s’arrêter dans la rue, pour moi, ça me fait chaud au coeur. À 84 ans, cela me touche toujours autant. Et puis il y a les enfants et les petits enfants. Ça, c’est de l’émotion pure.

Vous ne vous êtes jamais engagé politiquement, à la différence d’autres acteurs. Pourquoi ?

J.-P. B. : Les acteurs jouent pour tout le monde. Je vote, j’ai mes opinions, mais je trouve que nous ne sommes pas dans notre rôle en nous engageant. Encore une fois, on joue pour tous les publics. On ne peut pas faire des clans quand les gens viennent vous voir au cinéma. Je pense que ça énerve les spectateurs quand on prend position.

Vous connaissez Marseille et sa région depuis plus de soixante ans. Comment analysez-vous leur évolution ?

J.-P. B. : Je crois d’abord qu’il y a moins de gangsters, non (rires) ? Oui, c’est plus calme. Mais il y a toujours cette vie, cette gaieté, malgré les drames qui peuvent toujours se produire. Vous n’avez pas eu d’attentat. C’est terrible de vivre ça. J’étais à Nice, le 14 juillet dernier, comment peut-on s’attendre à ça ?

Quels sont les acteurs que vous appréciez et dans lesquels vous vous retrouvez ?

J.-P. B. : Il y a de bons jeunes. Je pense à Jean Dujardin, à Albert Dupontel et à Guillaume Canet, j’aime cette génération. Ils ont envie de faire les choses eux-mêmes, ça me ressemble. Les trois sont venus me voir, on a discuté gentiment. Les acteurs français sont bons. Ce sont les scripts qui ne sont pas au niveau. Tourner avec Verneuil, passer aussi facilement du classique à la comédie, c’était extraordinaire.

Avec quels réalisateurs ou quels acteurs avez-vous aimé tourner ?

J.-P. B. : D’abord avec Georges Lautner, Jacques Deray, Philippe de Brocca et Henri Verneuil, on s’entendait vraiment bien. Jean-Luc Godard aussi, mais il était différent au début, il faisait vivre les personnages. Après, celui qui reste, c’est Jean Gabin. On n’a fait qu’un film ensemble, “Un singe en hiver”. Au départ, quand on ne se connaissait pas bien, il disait sur les plateaux : “Faites moi un jambon-salade”. Après, c’était plutôt : “Je vais prendre un petit whisky”. Il en prenait quelques autres... C’était le bon temps…

Pourriez-vous tourner dans un nouveau film ?

J.-P. B. : Un acteur ne doit jamais dire : “C’est la fin”, alors ce n’est pas fini. Si on me propose un film sur 14-18, dans un rôle de Poilu, je prends (rires) ! Mais je baigne toujours dans le monde du cinéma, je vois des films, des acteurs.

Vous êtes toujours ami avec Alain Delon ?

J.-P. B. : Oui, je le vois assez souvent, il n’y a pas d’animosité entre nous. Il m’a offert cette sculpture, là. C’est l’artiste qui a réalisé le christ rédempteur à Rio (il se tourne vers la cheminée et montre un bronze représentant un boxeur à genoux). C’est Georges Carpentier, au 4e round, contre Jack Dempsey. Un combat historique. Moi, je lui ai donné un tableau de Vlaminck. Je pense qu’il n’a pas perdu au change. En fait, il est content de ma réussite et je suis content de la sienne (rires) !

Propos recueillis par Romain Luongo

Pour aller plus loin

La Buzine Maison des Cinématographies de la Méditerranée
Cinéma

La Buzine Maison des Cinématographies de la Méditerranée

Marseille

Le Château de La Buzine est situé au cœur d’un vallon entre Saint-Menet et les Camoins, dans le 11ème arrondissement de Marseille. C’est à Henry de Buzens, noble propriétaire du domaine au XVII ème siècle, que le domaine doit son nom. Marcel Pagnol achète La Buzine en 1941. Son…

Le château de la Buzine célèbre Belmondo
Actualité

Le château de la Buzine célèbre Belmondo

Première mondiale, le Château de la Buzine accueille l’exposition « Il Bel Mondo di Belmondo » consacrée à la vie de Jean-Paul Belmondo, le célèbre acteur français passionné de photographies.

Où voir des films en plein air en Provence?
Dossier

Où voir des films en plein air en Provence?

Ah l'été, son soleil, sa chaleur. Avec un temps pareil, pas question de s'enfermer dans une salle de ciné. Fort heureusement, des associations organisent des séances en plein air dans tous le département. L'occasion de découvrir des chefs d’œuvres du 7ème art comme des films méconnus.

Agenda

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille

Projections - Cinéma

Et si on se faisait une toile sous les étoiles de Provence ? Listes les salles de cinéma et projections en plein air dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Projections - Cinéma
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Picasso, Voyages imaginaires sans frontières

Picasso, Voyages imaginaires sans frontières

du 16 février au 24 juin 2018

Au Centre de la Vieille Charité, l’exposition Picasso, voyages imaginaires présente un ensemble remarquable d’oeuvres retraçant les souvenirs de voyages et les itinéraires fictifs de Picasso. Au Mucem, Picasso et les Ballets russes, entre Italie et Espagne examine les liens privilégiés qu’entretient Picasso avec les arts et traditions populaires.

The Nature of Love, un incubateur d’amour numérique!

The Nature of Love, un incubateur d’amour numérique!

du 14 février au 1er septembre 2018

Pourriez-vous tomber amoureux d’une intelligence artificielle ? Un ordinateur pourrait-il savoir ce que vous ressentez ? Charles Sandison, dans sa dernière oeuvre monumentale d’art lumineux créée spécialement pour le centre d’art Les Pénitents Noirs, tente de répondre à certaines de ces questions. Un incubateur d’amour numérique !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

La programmation des expositions 2018 est pour le moins alléchante ! Picasso sera à l'honneur, cette année, dans toute la Provence. Entre MP2018 Quel amour et les 150 ans du musée Réattu, l’année 2018 promet de belles échappées artistiques. Tous à vos agendas!

Jeunes Générations ou les acteurs d’un monde en devenir

Jeunes Générations ou les acteurs d’un monde en devenir

du 18 février au 3 juin 2018

L’exposition « Jeunes-Générations », proposée par La Friche la Belle de Mai, pour MP2018, réunit près de 140 oeuvres pour donner une vision nouvelle et originale de la jeunesse en France aujourd’hui. Ces photographies constituent un exceptionnel corpus documentaire, qui met en lumière les acteurs d’un monde en devenir et témoigne de la diversité des territoires et de la vitalité de la création contemporaine.

Chacun Sa muse...pendant MP2018

Chacun Sa muse...pendant MP2018

Du 10 février au 26 août 2018

Dans le cadre de MP2018 Quel Amour !, le Musée Regards de Provence propose de mettre en lumière et en regard des œuvres de peintres, sculpteurs modernes et contemporains, de photographes et vidéaste, qui ont été inspirées par leur relation avec leur modèle, muse, femme, diva.

L'expérience immersive Picasso et les maîtres espagnols

L'expérience immersive Picasso et les maîtres espagnols

du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019

Les Carrières de Lumières des Baux-de-Provence présentent leur nouvelle exposition numérique et immersive : Picasso et les maîtres espagnols. Les chefs-d’oeuvre numérisés de Picasso, Goya ou encore Sorolla, dialogueront en musique sur les immenses surfaces calcaires des Carrières pour MP2018.

Que je t'aime, la mode offre son coeur

Que je t'aime, la mode offre son coeur

du 17 février au 17 mai 2018

A travers les modèles haute couture et prêt-à-porter des collections du musée, la mode offre son coeur pour MP2018 et le visiteur succombe à ses charmes un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

Picasso Cuisine, expériences culinaires au musée

Picasso Cuisine, expériences culinaires au musée

du 16 février au 24 juin 2018

Repas nocturnes dans la chapelle, visites-dégustées dans les galeries, rencontre et soirée festive de décrochage dans la cour du musée, sont autant de rendez-vous MP2018 et d’expériences culinaires qui engagent un dialogue entre art et cuisine.

L’amour de A à Z, un abécédaire des collections

L’amour de A à Z, un abécédaire des collections

du 14 février au 27 août 2018

À partir de février 2018, le Mucem dédie un nouvel espace à la présentation de ses collections : située au fort Saint-Jean, la « salle des collections » interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois.

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Caroline Giraud-Rachet, l'art et la matière

Série Photographe

En détournant notre regard des objets et des lieux vers leurs détails, Caroline Giraud-Rachet, photographe marseillaise, nous montre qu’il n’est pas utile de tout voir pour comprendre.

Quel Amour !? Quel parcours?

Quel Amour !? Quel parcours?

du 10 mai au 31 août 2018

Imaginée comme deux parcours entrelacés, l'exposition invite le public à choisir son entrée, éventuellement en se séparant provisoirement de la personne qui l'accompagne...Photographies, installations, vidéos, sculptures et peintures explorent l’imminence du sentiment.

Cartes blanches à JR et à Korakrit Arunanondchai au J1

Cartes blanches à JR et à Korakrit Arunanondchai au J1

du 14 mars au 13 mai 2018

MP2018 investit le J1 et propose des cartes blanches à deux artistes contemporains d’envergure internationale, JR et à Korakrit Arunanondchai, pour des expositions spécialement imaginées pour l’évènement.

Tous les articles