13 musées à découvrir dans le département !

Avec plus d’une trentaine de musées répertoriés, le département des Bouches-du-Rhône est l’un des territoires les plus riches en matière de culture. Les propositions culturelles ne manquent pas, que ce soient les amateurs d’art, d’Histoire ou même de mode, vous devriez trouver votre bonheur dans ce guide.

Comment ne pas débuter notre voyage par l’imposant MuCEM? Véritable phare lorsque les croisiéristes arrivent dans la cité phocéenne, son architecture recherchée cache des expositions de grande qualité. Renouvelée tous les deux ans, l’exposition permanente du musée est une galerie de la méditerranée répertoriant une grande quantité d’objets datant de l’Antiquité. Le musée a également accueilli les œuvres des plus grands, tels que Picasso. Érigé pour être un témoin de la culture et l’art méditerranéen le MuCEM, a permis au Département de changer de dimension culturelle, entraînant avec lui un grand nombre d’acteurs culturels.

La vieille Charité

Le MuCEM

Grâce à la locomotive MP 2013, la Vieille Charité a su également saisir l’occasion de se développer. Plus qu’un musée, la Vieille Charité est une véritable invitation à la détente et à l’évasion. Un voyage dans le temps qui s’agrémente d’autant de petites escales détentes ou culturelles. Outre les expositions permanentes et temporaires des musées, le centre compte un cinéma, une librairie, un bar restaurant et un centre de poésie. Il y a également de quoi faire entre le Musée d’Archéologie Méditerranéenne et le Musée des Arts Africains, Océaniens et Amérindiens. Les deux musées retracent les origines de notre civilisation à travers les vestiges égyptiens issus des fouilles archéologiques dans la région, mais également grâce aux masques africains et mexicains récoltés par le musée.

Des châteaux en guise de musées

Marseille et ses alentours sont imprégnés de la trace laissée par Marcel Pagnol. Sur les hauteurs du quartier de St-Menet, le château de la Buzine règne en maître sur le vallon. Cet édifice datant du XIXe siècle est connu pour être le symbole du roman « Le château de ma mère » de Pagnol. Après sa restauration en 2001, il abrite aujourd’hui un cinéma de 350 places avec balcon et orchestre et un espace bibliothèque-vidéothèque équipé d’écrans tactiles, qui possède des ouvrages spécialisés sur le cinéma, des images d’archives, des documents. Des espaces d'exposition dédiés au cinéma sont également accessibles.

Le château de la Buzine

Le château Borély

La Buzine n’est pas le seul château à avoir été reconverti en musée. Niché au fond du parc du même nom, le château Borély est une demeure emblématique de l’aristocratie marseillaise du XVIIIème siècle. Le musée demeurera à cet endroit jusqu’en 1989 où il déménagera à la Vieille Charité. Après une période durant laquelle la demeure est un lieu d’exposition temporaire, elle est fermée au public en 2003, avant d'être rouverte avec l'étiquette Musée des Arts décoratifs, de Faïence et de la Mode. Les murs de la bâtisse protègent un magnifique salon doré, avec vue sur le parc Borély. On peut aussi y retrouver des faïences du XVIIIe en montant l’imposant escalier de la demeure. La mode est également à l’honneur, cet art contemporain est représenté par les vêtements d’époque ou le plus souvent par la présentation de nouvelles créations par de talentueux jeunes créateurs

Pour ce qui est de l’art contemporain, la ville de Marseille a consacré un musée attitré à cette nouvelle forme d’art qui a réussi à séduire plus d’un collectionneur. Forte de presque huit cents œuvres, la collection du [MAC] s'appuie sur celle du musée Cantini qui fut scindée en deux lors de la création du [MAC] en 1994. Sur cette rupture s'élabora la césure dans les collections marseillaises donnant naissance à celle du [MAC]. Arborant fièrement dans sa première salle le pouce en or de César, le [MAC] rend compte ainsi de l'essentiel de la production de la seconde moitié du XXème siècle et du début du XXIème. Elle est constituée d'œuvres d'une grande qualité qu'il s'agisse de celles des Nouveaux Réalistes, de Support Surface, de l'Arte Povera, du Land Art ou encore du mouvement Fluxus.

Le Département rend hommage à ses origines

Orpheline d’un vrai musée d’Histoire retraçant le parcours de la ville. Marseille s’est doté en 2013 d’un musée interactif de grande qualité. La découverte du site du Port Antique en 1983 était une merveilleuse occasion de donner un nouveau souffle à ce musée en perte de vitesse. Aujourd’hui, il est le musée le plus complet lorsque l’on veut mieux connaître la ville et ses habitants. Ce qui frappe surtout c’est l’utilisation du multimédia et du numérique tout au long de la visite. Le rôle du multimédia au sein du musée d’Histoire de Marseille est ambitieux et novateur. Il ajoute une dimension de médiation à la traditionnelle présentation des œuvres, des documents et des objets.

Le Musée d’Histoire de Marseille

Le Chaland Arles Rhône 3

Les sols et mers du Département sont riches en découvertes inattendues. Les explorateurs ont entre autres remonté des eaux un buste de César sculpté de son vivant mais aussi un chaland quasi complet. Ces deux pièces inestimables sont exposées dans le musée Départemental de l’Arles Antique. Juxtaposé au bord du Rhône, il recense toutes les remontées sous-marines et archéologiques réalisés dans le département. Il ne se contente pas de présenter des objets datant de l’antiquité, même si ces derniers sont les plus nombreux, le musée explore les coutumes des premiers hommes jusqu’au Arles des années 200.

Le buste de César

Une salle du Camp des Mines

Pour ne jamais oublier d’où l’on vient, il faut parfois affronter ses plus sombres démons. C’est la mission qu’a été confiée au musée du Camp des Milles. Il est un lieu en France encore debout qui incarne, hélas on ne peut mieux, l’engrenage mortel des intolérances durant la dernière guerre : l’ancienne tuilerie des Milles, près d’Aix-en-Provence. À peine la guerre déclarée, en septembre 1939, l’État y regroupe les “sujets ennemis” résidant sur le territoire. Sans tenir compte du fait que ces Allemands sont pratiquement tous des antifascistes réfugiés en France. Le lieu est intact, il a été aménagé de façon à se rendre compte des conditions de vie à l’intérieur du camp mais rend compte également du contexte historique dans lequel le lieu s’insérait. Les témoignages d’époque recensés permettent de donner plus de profondeur à la visite qui nous immerge à l’intérieur de cette période sombre de l’Humanité.

La peinture l’une des forces culturelles du Département

La Provence a été une terre d’inspiration des plus grands peintres de notre histoire. Cézanne, Van Gogh, Renoir ou encore Dufy ont tous posé leurs pinceaux sur nos paysages méditerranéens. Pour leur rendre hommage, les villes du Département ont érigé des musées dignes de ce nom pour accueillir les œuvres tant appréciées de ces artistes hors normes. Dans le quartier Mazzarin, on retrouve près de la chapelle des Pénitents, le musée Granet. L’un des deux musées principaux de la ville expose des peintures datant de la Renaissance au XXe siècle. Renforcé par la collection Planque, le musée est devenu une référence lorsque l’on parle de l’art en Provence. Son alter égo est également dans le centre ville.

L' Hôtel Caumont

Portrait de Zola par Cézanne

Dégradé par le temps et les âges, l’Hôtel de Caumont connaît depuis 2015 une deuxième vie. Restauré comme s’il venait d’être construit, l’édifice du XVIIe siècle a vécu des épreuves agitées avant de devenir l’un des lieux culturels les plus visités de Provence. Avec deux expositions temporaires par an, le musée mise sur la qualité de ses œuvres et non la quantité. L’hôtel de Caumont n’est pas un musée, c’est un espace de vie et de repos dans lequel des œuvres sont exposées. Les salles d’exposition sont à l’étage de la bâtisse laissant tout le RDC et le jardin à l’air libre où le passage de chaque porte est une nouvelle aventure historique. Là est la force de Caumont, peu importe l’artiste exposé, la venue au musée est déjà réussie par la visite du lieu. Côté expositions, le musée a déjà accueilli les travaux de Turner, Sisley et une exposition dédiée à Marylin Monroe.

Marseille a également misé sur les peintures et l’art provençal avec son musée des Beaux-Arts. Le plus ancien musée de la ville, a trouvé une seconde jeunesse en 2014. Les collections permanentes du musée sont représentatives de près de 4 siècles d’histoire de l’art du XVIème au XIXème siècle et s’articulent autour de deux thèmes principaux: l’art en Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles et l’école française du XIXème siècle avec l’influence toujours constante de l’ambiance du midi. La présentation de l’art en Provence aux XVIIème et XVIIIème siècles est l’une des originalités du musée. Les œuvres de Louis Finson, Jean Daret, Nicolas Mignard ou Françoise Duparc, rappellent combien notre région a été un foyer artistique dynamique qui durant deux siècles a attiré les artistes de l’Europe du Nord et du Sud.

Une salle du musée de la Légion Étrangère

Il n’y a pas que l’art qui compte

Un musée ne sert pas qu’à présenter des œuvres ou des courants artistiques. Il permet également de rendre hommage à des lieux ou organisations. C’est la mission principale du musée de la légion étrangère. Collé à la caserne des légionnaires dans la ville d’Aubagne, le musée est d’abord un lieu de mémoire qui raconte l’Histoire légionnaire. Le cœur du musée est sa collection d’uniformes et de d’équipements portés sur le front par les légionnaires. Cette section de l’armé française est une des plus prestigieuse, un musée de ce type est unique en France.

Pour notre dernière escale culturelle, on se retrouve dans les chaudes et humides terres camarguaises. C'est au Mas du Pont de Rousty que le Parc naturel régional de Camargue a installé le Musée de la Camargue. Récemment rénové dans une logique de développement durable, c’est dans une bergerie que le musée a été installé. Pièces historiques, installations interactives, ludiques, sonores, vidéos et œuvres d’art contemporaines invitent petits et grands à surfer entre passé, présent et futur dans une Camargue remplie de surprises loin des clichés véhiculés.

Fabien Cassar

Pour aller plus loin

Le Préau des Accoules, Un musée pour les enfants
Dossier

Le Préau des Accoules, Un musée pour les enfants

Situé dans l'ancienne salle de l'Académie de Marseille, le Préau des Accoules propose chaque année deux expositions thématiques pour jeune public.

Le musée Réattu, entre photographies et peintures
Dossier

Le musée Réattu, entre photographies et peintures

Le musée arlésien rend hommage au peintre Jacques Réattu avec un musée dédié au peintre provençal. La photographie a également une place importante dans un musée associé aux rencontres photographiques d'Arles

Le musée Yves Brayer règne sur les Baux-de-Provence
Dossier

Le musée Yves Brayer règne sur les Baux-de-Provence

Ouvert en 1991, le musée Yves Brayer rassemble une centaine d'huiles, d'aquarelles et de dessins qui donnent un panorama général de l'œuvre de l'artiste.

Agenda

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions

L'année du département

Musées, bibliothèques, archives : les lieux culturels départementaux proposent une riche programmation toute au long de l'année. A vos agendas !

Voir le guide L'année du département
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

Les couleurs de Laurent Corvaisier

Les couleurs de Laurent Corvaisier

du 7 novembre 2017 au 27 janvier 2018

Le centre d’art Les Pénitents Noirs d’Aubagne donne carte blanche au plasticien Laurent Corvaisier. Il y présente plus d’une centaine d’oeuvres, pour l’essentiel des grands formats.

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Friche Belle de Mai et le Goethe- Institut à Marseille déploient une ample exposition et de multiples propositions autour de la notion de travail, largement mise en jeu dans l’oeuvre de l’artiste Harun Farocki.

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

jusqu'au 10 juin 2018

Chaque 1er dimanche du mois, un concert est offert dans un musée de Marseille.

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

du 25 novembre 2017 au 18 février 2018

20 photographes proposent un témoignage vibrant de la vie du pays et de sa scène photographique, marquée historiquement par l’impact et le quasi monopole du photojournalisme.

Cézanne, enfin chez lui, at home

Cézanne, enfin chez lui, at home

du 20 octobre 2017 au 1er avril 2018

Cézanne chez lui, chez nous. At home. Quoi de plus naturel, de plus évident. Et pourtant…Né ici, mais reconnu ailleurs comme ce monstre sacré de la peinture moderne, Paul Cézanne, que l’on a surnommé le « Maître d’Aix », était surtout, au tournant du XXe siècle à Aix-en-Provence, le paria, l’incompris, le méprisé.

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Du 18 novembre 2017 au 11 mars 2018

Sur plus de 500 m2, le public peut découvrir de façon chonologique près de 180 oeuvres qui présentent le parcours de Tal Coat. De ses début figuratifs à sa période qu’on dit « abstraite » après son séjour en pays d’Aix (1943 à 1956) où son travail évolue considérablement à la lumière de Provence.

Drôles de Noëls féérique à Arles

Drôles de Noëls féérique à Arles

du 22 au 24 décembre 2017

Trois jours de festival et un rendez-vous familial, original et populaire unique où la magie et l'humour se mélangent harmonieusement pour offrir aux visiteurs des moments festifs avant le grand soir du réveillon. Plus de 50 rendez-vous gratuits avec 15 compagnies professionnelles.

My Fair Lady à l'Opéra pour les fêtes de fin d'année

My Fair Lady à l'Opéra pour les fêtes de fin d'année

du 30 décembre au 7 janvier 2018

Que ce soit pour passer la soirée de la St Sylvestre ou débuter l'année en beauté, quoi de mieux qu'une des plus connues des comédies musicales !

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Rendez-vous à Sirènes et midi net

Lieux publics vous invite tous les premiers mercredis du mois à midi devant l'Opéra de Marseille.

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Du 24 novembre 2017 au 11 mars 2018

L’exposition Botero, dialogue avec Picasso présente la riche production du maître colombien sous un angle inédit qui explore ses affinités artistiques avec Pablo Picasso.

Laterna Magica s'éparpille aux quatre coins de Marseille

Laterna Magica s'éparpille aux quatre coins de Marseille

du 8 au 17 décembre 2017

Une vingtaine de lieux complices accueillent expositions, projections, spectacles, rencontres et ateliers. Ouvrez l'oeil, de la Plaine à Sormiou, de Belsunce à Aix-en-Provence, il se passe tout un tas de choses, petites ou grandes !

Tous les articles