Quel amour d’enfant, ces petits Marseillais !

23 novembre 2017 au 28 avril 2018

"Quel amour d'enfant !" retrace la vie des enfants à Marseille depuis 1881 jusqu’à 1968.
L’évolution de leur place dans la famille et dans la société sert de fil rouge à cette exposition qui mêle documents d’archives, écrits et iconographiques, issus des fonds publics et privés des Archives municipales, et objets prêtés par le Musée d’histoire de Marseille, le Musée de la Moto, le Mucem, l’association du Patrimoine médical et divers prêteurs privés.

Avec l’aide d’Ann Carol et Isabelle Renaudet (Université d’Aix-Marseille), commissaires scientifiques de cette rétrospective, et sous la direction de Sylvie Clair, conservateur du Patrimoine et directeur des Archives de Marseille, l’équipe des Archives municipales proposent un parcours évocateur, ludique et coloré dans la vie des petits Marseillais, depuis l’établissement de l’instruction primaire obligatoire en 1882 jusqu’à la « révolution » de 1968, tant dans le cercle familial que dans l’espace public.

Fontaine d’Albert photographes Guy Fraissinet [janvier 1906] tirage original

En sept thèmes (naître, nourrir, soigner et protéger, à l’école, au travail, jouer et lire), l’exposition évoque, grâce à plus de 240 documents (écrits, photographies, dessins, objets, films et témoignages sonores), la vie d’Adrienne, Adèle, Jeanine, Jean, Guy et les autres.

Cette exposition montre l'émergence du concept d’ «enfance» : Comment l’enfant est considéré en tant qu’individu et en tant que membre d’une famille, d’un groupe, de la société.
Comment l’individualité et la personnalité de l’enfant se construit grâce à l’éducation et aux rencontres, comment elle s’affirme par son appartenance à des groupes, des cercles de plus en plus larges, tandis que l’autonomie et la liberté ainsi acquise font passer l’individu du stade enfantin à celui d’adulte.

Adèle, Adrienne, Jeannine, Sylvie, Charles, Guy, Jean et les autres, sont autant de figures dont le public suivra l’évolution, la vie quotidienne à Marseille dans une société en pleine mutation, en particulier en ce qui concerne la reconnaissance du statut de l’enfant et sa place dans la société, ainsi que sa représentation, depuis l’établissement de la scolarité primaire obligatoire (loi Jules Ferry, 1881) jusqu’à la « révolution » sociétale de mai 1968.

André Chevrot (1901 – 1991) Colette pleurant dans les bras de sa soeur Jeanine 1934 photographie stéréoscopique positive sur plaque de verre

Anonyme Garçon sur sa bicyclette tirage moderne d’après une photographie négative sur plaque de verre

Et l’enfant vient au monde…

L’expression résume à elle seule le propos de cette exposition. Certes, le nouveau né est un individu à part entière. Mais en entrant dans la vie, il entre aussi en société.
Sa venue au monde l’inscrit dans une série d’appartenances successives et plus ou moins emboitées : la famille, le quartier, la paroisse, les camarades de classe et de jeu, la ville, et même la nation. Cette dualité l’enrichit au fil du temps. L’éducation familiale, tout autant que les rencontres, construisent son individualité et sa personnalité, tandis que par son insertion dans des cercles de plus en plus larges, l’enfant acquiert une autonomie et une liberté de plus en plus grande, ce qui le fera passer du stade enfantin à celui d’adulte.

Adèle, Adrienne, Jeannine, Sylvie, Charles, Guy, Jean et les autres sont autant de figures dont nous suivons l’évolution et la vie quotidienne à Marseille, dans une société en pleine mutation. En un siècle, entre les lois rendant l’école obligatoire (Jules Ferry, 1881-1882) et la « révolution sociétale de mai 1968 », les représentations de l’enfance, la reconnaissance du statut des enfants et leur place dans la société changent profondément.

Naître

Louis Sciarli
Enfant mis en
couveuse
(décembre
1952)
négatif souple
Louis Sciarli Enfant mis en couveuse (décembre 1952) négatif souple

La naissance marque l’entrée de l’enfant dans sa famille et dans la société.
Contrairement à aujourd’hui, de nombreuses naissances sont des « accidents », car les couples ne disposent pas de moyens contraceptifs fiables : la naissance peut donc être prévue et voulue, ou imprévue et redoutée, occasions de réjouissances ou d’inquiétudes, de fêtes ou de chagrins. Événement privé, vécu chez soi ou, de plus en plus au XXe siècle, à l’hôpital, elle prend une dimension publique par l’inscription dans les registres de l’état civil, où les actes de naissance mentionnent la filiation, et par la confection et la diffusion de faire-part. Des rites profanes ou religieux marquent publiquement le début de l’existence sociale de l’enfant.

Nourrir

Marcel de Renzis (1910 - 1998)
Portrait d’un jeune garçon en train de goûter
[années 1950]
tirage original
Marcel de Renzis (1910 - 1998) Portrait d’un jeune garçon en train de goûter [années 1950] tirage original

Nourrir l’enfant conditionne sa santé et parfois même sa survie. Au XIXe siècle, la mortalité infantile est souvent causée par une alimentation défectueuse et corrompue, et notamment par l’emploi de lait animal contaminé ou de bouillies indigestes. Dans un contexte de peur de la dépopulation, les médecins s’immiscent avec autorité dans ce qui était auparavant l’affaire des seules femmes, et accusent les mauvaises mères de mal nourrir leurs enfants, notamment en les confiant à des nourrices mercenaires, et d’aggraver ainsi la mortalité infantile. Si seul l’allaitement maternel trouve grâce à leurs yeux, il leur faut aussi tenir compte des réalités sociales et notamment du travail des mères, qui le rend impossible.
Des solutions alternatives sont développées. Les découvertes de Pasteur permettent de stériliser le lait et les biberons et de réhabiliter l’allaitement artificiel, les industries agroalimentaires fournissent des farines lactées et des aliments infantiles de qualité. Grâce à l’initiative privée puis à la puissance publique, des crèches et des ouvroirs accueillent les tout-petits, offrant les conditions d’un contrôle sanitaire accru des enfants et de leur alimentation.

Soigner et protéger

Anonyme
L’apprentissage de la
marche
[vers 1900]
photographie
stéréoscopique négative
sur plaque de verre
Anonyme L’apprentissage de la marche [vers 1900] photographie stéréoscopique négative sur plaque de verre

Du XIXe au XXe siècle, la naissance, la croissance et l'état de santé de l’enfant font l’objet d’une surveillance médicale grandissante, avec comme enjeu la réduction de la mortalité infantile. La dépopulation, vécue comme un « péril national » depuis la défaite de 1870 contre la puissante et populeuse Allemagne, conduit l'Etat à mettre en place une véritable politique de suivi sanitaire de la petite enfance et d'assistance sociale.

Les maternités hospitalières sont réaménagées selon les normes de l’hygiène pasteurienne, et des dispensaires sont ouverts pour compléter la médicalisation de la société auprès des plus pauvres. Grâce à l'émergence de la pédiatrie et de la puériculture, aux progrès de la vaccination contre les maladies infectieuses infantiles comme la variole ou la diphtérie, véritables fléaux dans les couches populaires, le combat contre la mortalité infantile (et celle des mères en couches) est conduit victorieusement, puisque le taux de décès avant un an passe de 22 % en 1860 à 11 % en 1920 puis à 6% en 1935.

Cette politique nationale est aussi conduite à Marseille avec l'ouverture de la maternité de l'hôpital public de la Conception dès 1864, où le professeur Léon Astros dirige le premier service de pédiatrie de la ville en 1902. Les initiatives privées dans ce domaine ne sont pas en reste : de nombreuses sociétés de bienfaisance et de charité laïques, comme la Société de protection de l’enfance fondée en 1873, ou religieuses, comme les oeuvres de l’abbé Fouque (fondateur de l’hôpital Saint-Joseph, de l’orphelinat de Saints-Anges, etc.), oeuvrent pour le bienêtre des petits Marseillais, en particulier ceux des classes populaires, tant du point de vue physique que moral.

À l’école

Marcel de Renzis
École de filles de la rue de l’Evêché :
Le cours de mathématiques
[années 1950]
tirage original
Marcel de Renzis École de filles de la rue de l’Evêché : Le cours de mathématiques [années 1950] tirage original

La loi du 16 juin 1881 instaure la gratuité de l’école publique et celle du 28 mars 1882 l’obligation pour tous les enfants, garçons et filles, de fréquenter l’école de 6 à 13 ans. Désormais, l’enfance est « rallongée » et protégée : l’entrée dans le monde du travail est repoussée à 13 ans. Ces deux lois, avec celle sur la laïcisation progressive du personnel enseignant des écoles publiques (loi du 30 octobre 1886), fondent l'école républicaine, publique et laïque où tous les enfants apprennent à lire, écrire, compter et devenir de futurs citoyens.

La population de Marseille ne cesse de croître : elle passe de 360 000 habitants en 1881 à 491 000 en 1901, 636 000 en 1946 et 778 000 en 1962. À côté des écoles « libres », souvent tenues par des religieux, il faut accueillir en nombre dans les écoles publiques ces masses d’enfants, dont une forte proportion est issue de l’immigration. C'est ainsi que le paysage de chaque quartier va être marqué par les bâtiments des écoles primaires élémentaires et maternelles, de type « Ferry » (par exemple la Major), puis « Front populaire » (par exemple Saint-Pierre, Malpassé) et enfin « Egger » dans les années 1950 (du nom de l'architecte René Egger, par exemple La Rose).

L'accueil public de la petite enfance s'organise lui aussi : le décret du 9 novembre 1923 stipule que « les crèches ont pour objet de garder les enfants bien portants en bas âge pendant le travail de leur mère. Les enfants y reçoivent jusqu'à ce qu'ils aient accompli leur troisième année, les soins hygiéniques et moraux qu'exige leur âge ». Ainsi, à Marseille, s'il existait déjà des « salles d'asile » pour les petits, la première crèche municipale ouvre à Vauban en 1901, offrant 45 places. L'offre municipale s'enrichit au cours des années jusqu'à atteindre 290 places en 1957 et 570 en 1968, avec un personnel spécialisé de mieux en mieux formé.

cireurs à Marseille

Henri Para (1870-1948) Enfants sur le Vieux-Port photographie stéréoscopique positive sur plaque de verre

Au travail

Dans les sociétés rurales traditionnelles, l’enfant est une force de travail au sein de la cellule familiale, où il est employé selon ses forces. L’industrialisation au XIXe siècle se fait sur la même logique, et de nombreux enfants sont embauchés dans les fabriques ou dans les ateliers ; c’est une main d’oeuvre docile et peu coûteuse. Dans un contexte libéral, l’Etat intervient a minima pour les protéger : alors que l’instruction primaire n’est pas obligatoire, seule la loi du 22 mars 1841 pose des limites à leur exploitation : elle interdit d’employer des enfants de moins de 8 ans dans des manufactures, usines et ateliers à moteur mécanique ou feu continu, de même qu’elle limite le temps de travail des 8-12 ans à 8 heures maximum par jour, entrecoupées de temps de repos ; elle prohibe aussi le travail de nuit pour les moins de 13 ans et le travail le dimanche et les jours fériés pour les moins de 16 ans. Mais ces dispositions ne concernent que la grande industrie.

Dans le dernier quart du siècle, les choses changent : la IIIe République se donne pour mission de protéger la santé des futurs citoyens et de les éduquer en bons républicains ; elle s’en donne aussi les moyens en intervenant dans la réglementation du travail. La loi du 19 mai 1874 proclame la primauté de l'instruction primaire sur les exigences du travail : ainsi, l’âge minimum légal pour travailler est repoussé de 8 à 12 ans pour permettre aux jeunes salariés d’avoir une instruction primaire correcte. Les lois scolaires de Jules Ferry (1881- 1882), en rendant l’école primaire gratuite et obligatoire jusqu’à 13 ans (14 ans en 1936, 16 ans en 1959), parachèvent le processus et rendent en théorie le travail des enfants impossible.

Mais l’application des lois sur le terrain n’est pas toujours effective : à Marseille, si les grandes industries traditionnelles (huileries, savonneries, raffineries de sucre) sont peu utilisatrices de la main d’oeuvre enfantine, cette dernière demeure bien employée dans les filatures, verrerie, entreprises de construction mécanique et fabriques de tuiles de la ville et sa banlieue, ainsi que dans les « petits » métiers de la rue et de service, qui échappent complètement à la législation, de même que certaines organisations charitables, qui sous couvert d’apprentissage et formation, font travailler trop durement et gratuitement leurs recrues. Il faut attendre le XXeme siècle pour voir l’article 9 de la Déclaration des droits de l’enfant (promulguée le 20 novembre 1959 par l’O.N.U.) proclamer, parmi d’autres dispositions, l’obligation d’un âge minimum approprié pour travailler et surtout la primauté absolue de la santé et de l’éducation de l’enfant.

Edouard Laugier (1863- vers 1950) Le jeu de croquet à la campagne « la Marie » aux Olives [vers 1900] photographie stéréoscopique négative sur plaque de verre

Édouard Cornet (1861-1930) Fernand Weill jouant avec sa fille Emilienne [1903-1905] photographie négative sur plaque de verre

Jouer

Jouer, pour l’enfant, est primordial : par le jeu, et avec les jouets, il prend du plaisir, mais surtout il expérimente ses capacités motrices et intellectuelles, découvre son environnement et interagit avec les autres individus. Jouer est donc un facteur essentiel de son développement et de son intégration dans la société, fonction reconnue seulement à partir des années 1950.

Si certains jeux et jouets paraissent universels et éternels (faire la course, exercer son adresse avec un quelconque jouet, construire une cabane, s’occuper de sa poupée, etc.), ils évoluent pourtant en même temps que la conception qu’on se fait de l’enfant et de la place qu’on lui donne : jeux d’intérieur ou d’extérieur, jeux et jouets individuels ou jeux de groupes et jeux de société, jeux et jouets d’imagination, d’imitation, de construction, de motricité, d’adresse, etc., tous sont des miroirs de l’enfant et surtout de la société dans laquelle il évolue.

Avant l’ère de leur fabrication industrielle à grande échelle, les jouets peuvent être un marqueur social : si les principes d’un jeu ne changent pas, en revanche le jouet est plus ou moins élaboré, complexe… et onéreux, suivant la classe sociale de son petit propriétaire. Le vélo, par exemple, et a fortiori, la voiture à pédales, sont l’apanage des enfants d’une classe sociale plus favorisée.

Enfin, les jeux et jouets, parfois issus d’une longue tradition (comme les dés, les rondes et comptines), peuvent être porteurs d’inscription dans un rôle sexué ou être des rites de passage : avoir sa première poupée et s’en occuper, c’est préfigurer son futur rôle de mère ; enfourcher son premier vélo, c’est avoir la possibilité d’explorer, d’agrandir son espace vital, en toute indépendance.

Semaine de Suzette

Jules Verne

Lire

Les livres pour enfants existent depuis le XVIIIeme siècle, ; mais c’est la scolarisation massive de la fin du XIX siècle, en parachevant l’alphabétisation de tous les petits Français, qui favorise la pratique de la lecture comme loisir. Les petits lecteurs ont alors le choix entre les romans au succès jamais démenti d’auteurs français tels que la Comtesse de Ségur, Michel Zévaco ou Jules Verne, et ceux, récemment traduits comme Olivier Twist (1841), Les quatre filles du Docteur March (1868), L’Ile au Trésor (1885), Pinocchio (1902), Nils Holgersson (1912), Le livre de la Jungle (1913).

L’essor concomitant d’éditeurs spécialisés tels Hetzel et son Magasin d’éducation et de récréation (fondé en 1864) ou Hachette et sa Semaine des enfants (fondé en 1857), Gautier-Languereau et sa Semaine de Suzette (1905), complète sous la forme très populaire du feuilleton ce panel déjà conséquent. Les supports et modes de lecture se diversifient aussi avec l’invention de l’album illustré et bientôt de la bande dessinée : La famille Fenouillard (1889), Bécassine (1905), Les pieds nickelés (1908), le Journal de Spirou (1938), Tintin (1946). Les éditeurs cherchent à fidéliser leur public enfantin avec la création de collections spécialement dédiées, comme Hachette avec La Bibliothèque Rose en 1856 et la Bibliothèque Verte en 1923, ou les Editions GP avec La Bibliothèque Rouge et Or en 1947. Ils diversifient leurs sujets, depuis le roman jusqu’au documentaire, le but affiché étant d’instruire tout en divertissant.

Peter Rabbit de Beatrix Potter
Peter Rabbit de Beatrix Potter

Au panthéon des héros des lectures enfantines se bousculent alors des animaux humanisés (Peter Rabbit de Beatrix Potter, 1902, Gédéon le Canard, de Benjamin Rabier, 1923, Mickey Mouse, de Walt Disney, 1930, Babar l’éléphant de Jean de Brunhoff, 1931, …), ou des enfants auxquels ils peuvent s’identifier : la Sophie des Malheurs de Sophie, de la Comtesse de Ségur (1858), le Lebrac de La guerre des boutons de Pergaud (1912) ou le Jim Hawkins de L’île au trésor de Stevenson (1885). Dans un mélange de romanesque, de fiction merveilleuse et de réalité documentaire, ces livres aident les enfants à intégrer les codes et les connaissances utiles pour leur passage à l’âge adulte. Cette entreprise d’éducation au sens large se lit par exemple dans la célébrissime série du Club des cinq d’Enid Blyton, publiée en France à partir de 1955.

Au panthéon des héros des lectures enfantines se bousculent alors des animaux humanisés (Peter Rabbit de Beatrix Potter, 1902, Gédéon le Canard, de Benjamin Rabier, 1923, Mickey Mouse, de Walt Disney, 1930, Babar l’éléphant de Jean de Brunhoff, 1931, …), ou des enfants auxquels ils peuvent s’identifier : la Sophie des Malheurs de Sophie, de la Comtesse de Ségur (1858), le Lebrac de La guerre des boutons de Pergaud (1912) ou le Jim Hawkins de L’île au trésor de Stevenson (1885). Dans un mélange de romanesque, de fiction merveilleuse et de réalité documentaire, ces livres aident les enfants à intégrer les codes et les connaissances utiles pour leur passage à l’âge adulte. Cette entreprise d’éducation au sens large se lit par exemple dans la célébrissime série du Club des cinq d’Enid Blyton, publiée en France à partir de 1955.

Autour de l’exposition

Visites commentées (durée: 1 h) : les mardis et samedis à 14 h 30 (pour les individuels) et jeudis à 14 h 30

Contes et atelier de fabrication de figurines pour théâtre d’ombres (durée 1 h 30, à partir de 6 ans) :
les samedis à 15 h 30 : 25 novembre, 09 décembre 2017 et 10 février, 14 avril 2018 (sur réservation au 04. 91. 55. 33. 75).

Projections : « Graines au vent », « La Récréation » et « Des lapins dans la tête », courts-métrages de Paul Carpita : les samedis à 15 h 30 : 02 décembre 2017 et 17 mars 2018.

Présentation d’objet (relatif au baptême et à l’allaitement) par Jacques Delenne :
les mercredis de 14 h 30 à 16 h 30 : 06 décembre 2017, 17 janvier et 07 mars 2018.

Et toujours … l’Atelier de moulage de sceaux (durée : 1 h) :
à partir de 6 ans (enfants accompagnés), sur réservation au 04. 91. 55. 33. 75 :
les mercredis à 14 h 00 : 13 décembre 2017, 17 janvier, 07 février, 07 mars et 18 avril 2018

Infos pratiques

Archives municipales de Marseille
10 rue Clovis-Hugues (3ème arrondissement)

http://archives.marseille.fr

Horaires : du mardi au vendredi 9 h – 12 h / 13 h à 17 h et le samedi de 14 h à 18 h
Fermé les dimanches, lundis et jours fériés, ainsi que les 23, 26 et 30 décembre.

Pour aller plus loin

MP2018, que l'amour soit avec vous !
Dossier

MP2018, que l'amour soit avec vous !

Evénément majeur de la saison, MP 2018 Quel Amour ! va rythmer l'année culturelle en Provence. Avec un programme étendu sur 7 mois, l'amour est au rendez-vous cette année, et vous allez adorez !

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !
Dossier

13 expos à ne pas rater en 2018 en Provence !

La programmation des expositions 2018 est pour le moins alléchante ! Picasso sera à l'honneur, cette année, dans toute la Provence. Entre MP2018 Quel amour et les 150 ans du musée Réattu, l’année 2018 promet de belles échappées artistiques. Tous à vos agendas!

Les vacances scolaires en Provence
Blog

Les vacances scolaires en Provence

Une sélection d’activités, de sorties, de visites, d’ateliers pour les minots ou toute la famille pour bien préparer les vacances scolaires en Provence.

Agenda

Les rendez-vous de MP2018

Vous avez aimé MP2013 ? MP2018 est le nouveau rendez-vous festif et culturel de l'année 2018.

Voir le guide Les rendez-vous de MP2018

Enfants

De passage en Provence avec toute votre marmaille ? Bienvenue dans l'agenda spécial enfants de Bouches-du-Rhône Tourisme. Des manifestations adaptées aux touts-petits comme aux ados.

Voir le guide Enfants

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les enfants ouvrent le bal de MP2018 quel amour !

Les enfants ouvrent le bal de MP2018 quel amour !

du 14 au 15 février 2018

Le 14 et le 15 février 2018, MP2018 inaugure ses 7 mois de programmation avec deux journées de fête placées sous le signe de la jeunesse.

Que faire pendant ces vacances de Février ? La sélection My Provence Culture

Que faire pendant ces vacances de Février ? La sélection My Provence Culture

Du samedi 24 février au dimanche 11 mars 2018

Que faire pendant ces vacances d'hiver ? Comment distraire nos bouts de choux et nous évader sans partir forcément au ski, trouver des activités qui plaisent aux petits comme aux grands? Notre département recèle de lieux culturels à (re)découvrir de manières originales...on y va !

Etang d'Arts, fête et développement durable

Etang d'Arts, fête et développement durable

Les 19 & 20 mai 2018

Depuis 20 ans., le festival Etang d'Arts met à l'honneur la culture marseillaise avec passion, établissant l'art comme vecteur de sensibilisation au développement durable et à l'économie solidaire.

Culture et Éducation, de concert pour C'est Sud !

Culture et Éducation, de concert pour C'est Sud !

du 18 au 20 mai 2018

"C’est Sud !", c'est 30 spectacles et propositions artistiques gratuits, dispersés en 12 lieux différents d’Aix-en-Provence à chaque week-end de Pentecôte.

Suivez l’Étoile du Nord, elle vous guidera !

Suivez l’Étoile du Nord, elle vous guidera !

le 21 avril 2018

L’Étoile du Nord est une fête pour tous les habitants de Marseille. Quand Marseille perd le nord elle se divise et se fait âpre. Lorsque Marseille chante le Nord, qu’elle le célèbre, le danse et le met en partage, alors elle s’unife et s’apaise.

Hors les vignes, le rendez-vous des saveurs

Hors les vignes, le rendez-vous des saveurs

le 14 avril 2018

Hors les vignes, le rendez-vous des saveurs des goûts et de la création. Une rencontre festive et unique avec les sens. C’est 9 trios mis en scène durant un journée : 9 chefs, 9 artistes et 9 vignerons.

Saint-Mauront, je vous aime, une journée d'amour et de poésie

Saint-Mauront, je vous aime, une journée d'amour et de poésie

le 14 avril 2018

L’Art de vivre, KLAP Maison pour la Danse, Les Pas Perdus, Les Têtes de l’art et le Théâtre Toursky s’associent pour imaginer et concevoir une journée d’amour et de poésie dans leur quartier de résidence et de travail, le quartier de Saint-Mauront. Découvrez le potentiel sensible et la poésie du quotidien de ce quartier avec des propositions artistiques autour du thème de l’amour : danse, théâtre, arts plastiques et visuels …

Le collège au musée

Le collège au musée

Du 28 Mars au 7 Avril 2018

La rencontre de l'art et de l'éducation, c'est du sérieux pour les collèges Jean ZAY de Rousset et Font d'Aurumy à Fuveau avec le Musée d'Art Contemporain de Châteauneuf le Rouge!
Cette année encore, les connaissances acquises et les expérimentations artistiques des élèves, sont présentées avec plusieurs médiums, pour une exposition de leurs créations au Mac Arteum pendant dix jours.

Toute la richesse des cultures tsiganes au Latcho Divano

Toute la richesse des cultures tsiganes au Latcho Divano

du 23 mars au 8 avril 2018

Le festival Latcho Divano s'attache plus que jamais à faire vivre le dialogue entre Roms et Gadjés en explorant la richesse et la multiplicité des cultures tsiganes.

Êtes vous prêt pour la grande lessive?

Êtes vous prêt pour la grande lessive?

le jeudi 29 mars

C'est en fait la plus importante manifestation d’art participatif au monde : à ce jour, « La Grande Lessive » a rassemblé 10 millions de participants dans plus de 100 pays sur les cinq continents ! La Grande Lessive est une installation artistique éphémère faite par tous tout autour de la Terre, au moyen de réalisations plastiques de format A4 suspendues à des fils tendus dans des espaces publics ou privés à l’aide de pinces à linge.

Les Rencontres du Cinéma Sud Américain de Marseille

Les Rencontres du Cinéma Sud Américain de Marseille

du 23 au 31 mars 2018

Ces films ont en commun la mise en avant de l’humanité des personnages et de leurs histoires. La tension dramatique pose toujours la question de comment résoudre les conflits : seuls ou ensemble ?

Voir le monde avec les yeux des autres à la Biennale des écritures du réel

Voir le monde avec les yeux des autres à la Biennale des écritures du réel

du 17 mars au 13 avril 2018

Cinq axes rythmeront cette Biennale : "Continent Jeunesse" auquel participent près d’une centaine d’adolescents de Marseille, "Auteurs face au réel", "Dans le vif du sujet" sur les questions de radicalisation et de rupture affective et sociale, "Europe quel Théâtre" et "L’expérience Gatti", hommage au poète décédé il y aura bientôt un an.

Tous les articles