Les Rencontres du 9ème art sortent des sentiers battus

du 1er avril au 28 mai 2017

Depuis 14 ans, les Rencontres du 9e Art défendent une programmation qui sort volontairement des sentiers battus pour donner à voir une scène graphique moins diffusée. Dans cet esprit, la nouvelle édition du festival propose, cette année encore, un très grand nombre de créations, découvertes et avant-premières autour de deux grands rendez-vous que sont les expositions et le week end BD.
Objectif de ce festival deux en un? Permettre au grand public de multiplier les échanges et moments de fêtes à la rencontre d’une sélection d’artistes internationaux. En attendant l’été prochain et l’ouverture de son propre lieu dédié… Un lieu 9 évidemment !

Les expos
1er avril - 28 mai 2017

Durant deux mois, les Rencontres du 9e Art proposent gratuitement aux visiteurs 10
expositions d’auteurs et d’illustrateurs parmi les plus surprenants de la scène actuelle. Créées ou co-produites pour l’occasion, ces expositions investissent toute la ville et permettent aux musées, galeries, écoles d’art, cafés et bibliothèques de devenir, l’espace de quelques semaines, les étapes atypiques d’un véritable parcours graphique.

Le week end BD
7, 8 et 9 avril 2017

Moment festif et convivial, le Week-end BD réunit autour de propositions fortes et inédites (rencontres, ateliers, projections, concerts...), un public d’aficionados et de lecteurs néophytes, plus de 50 auteurs internationaux et une centaine de professionnels du livre. Avec son plateau d’invités venus d’horizons variés, le Week-End BD, se place sous le signe de l’ouverture à l’international et propose un regard panoramique et subjectif sur le paysage éditorial contemporain.

Le site ici

Le jeu du Capitaine-Sans-Cœur

L'affiche de l'édition 2017 du festival se fait plurielle. Confiée à Simon Roussin, elle permet d'offrir, à travers les différents visuels proposés, les péripéties d'une famille d'aventuriers… qui se déclinent sous la forme d'un jeu inédit de cartes à collectionner. Une chasse au trésor en direction des plus jeunes (mais pas seulement) à découvrir chez les commerçants aixois.

Des affiches plurielles pour de nouveaux héros

En hélicoptère ou en kayak, au milieu de pyramides incas volantes, face à une panthère ailée ou à dos de bisons, ils sont cinq et affrontent les plus grands dangers. Toujours soudés, Rio, Eddie, Sinaloa, Pépé et Elvis vous embarquent à leurs côtés pour contrer le dangereux Vibora ! Créés par Simon Roussin, l'auteur de Prisonniers des Glaces sorti en 2016 aux éditions 2024, les différents visuels du festival vous invitent à un voyage extraordinaire en compagnie d'une tribu de héros tous plus hauts en couleur les uns que les autres. Dans des décors dignes d'un film, préparez-vous à vivre, avec eux, une grande aventure.

Une course poursuite en ville

Comme une aventure n'arrive jamais seule, nos héros s'invitent aussi en vitrine des boutiques aixoises ! Tous les personnages sont ainsi déclinés sous forme de cartes à jouer disponibles gratuitement chez les commerçants. Une véritable chasse au trésor à ciel ouvert pour constituer in fine le jeu inédit et collector du Capitaine-Sans-Cœur. Parcours piéton ouvert à tous, cette course poursuite permet également de visiter la cité aixoise en réalisant une boucle entre le centre ville historique d'Aix-en-Provence et le quartier des Allées Provençales. Pour se repérer, un plan-guide est disponible au bas de cette page, chez les commerçants participants, à l'Office de Tourisme et dans les lieux partenaires.

Découvrez prochainement le plan-guide avec les 27 étapes pour vous repérer et faciliter votre participation : ici

Le Manège Magique

du 1er avril au 23 avril 2017

Pour marquer le début des festivités, Le Manège Magique imaginé par Jean-Luc Courcoult de la troupe Royal de Luxe et conçu par François Delarozière de la compagnie La Machine s’installe durant trois semaines sur le cours Mirabeau. Une pièce unique pour convier les petits et les grands à un fabuleux voyage imaginaire.

Lundi-vendredi 15h-19h30
Samedi-dimanche 11h-13h et 15h-19h30
2€50 / le ticket et 10€ / les 6

Les expositions

10 lieux 10 expos 9 créations

Au coeur de la programmation, les expositions sont le fruit de créations, de coproductions ou de résidences, qui débordent parfois le champ de la bande dessinée pour glisser vers l'illustration jeunesse ou les expérimentations graphiques plus contemporaines. Ensemble, elles participent d’un parcours atypique et gratuit qui permet aux visiteurs de poser un regard nouveau sur les murs de la cité aixoise.

DAVE COOPER The Absence of Eddy Table

7 avril - 27 mai

Dave Cooper is back ! Le génie aux ambiances oniriques est de retour.
Multi-instrumentiste passé maître dans l’art de faire bouger les lignes, le génial Dave Cooper s’invite aux Rencontres du 9e Art et fête, à nos côtés, son grand retour en France. Avec la sortie du film, déjà multi-récompensé, The Absence of Eddy Table, sa venue s’accompagne d’une exposition exclusive.

Avec pour fans absolus Guillermo del Toro et David Cronenberg (qui rédigent les préfaces de ses livres), Dave Cooper a su créer un univers singulier. Savant mélange de tout ce qui bouillonne dans la tête de Dave, l’imagerie de Cooper ne laisse personne indifférent. Entre innocence enfantine, humiliation adolescente, désirs dodelinants et obsessions carnassières, son style fait l’unanimité chez ses pairs (Robert Crumb en tête) et surprend toujours le spectateur. Difficile en effet de savoir si ce sont ses rêves ou ses cauchemars qui l’inspirent le plus.

Avec humilité, il préfère jouer des contradictions avec un insensé sens de la composition.
Génie des ambiances oniriques, poétiques et malsaines, les traits profondément organiques de Cooper se révèlent diablement efficaces. Ils ont la capacité de se rendre inexplicablement vivants à l’oeil, mais aussi l’étrange pouvoir de faire surgir, chez celui qui regarde, le flot continu de ses propres images intérieures… Or c’est là que le vertige commence, car en réactivant subrepticement les peurs de l’enfance, Dave Cooper rend le visiteur délicieusement incertain. Indécis, ce dernier arpente son univers décalé, la pupille immensément dilatée… et finit par comprendre le tour de force de Cooper : l’artiste a fait de lui son personnage.

Cité du Livre - Galerie Zola
Mardi-samedi 10h-18h30
Exposition réservée à un public averti

"C’est sans doute une tentative de traduire en miroir l’ambiguïté de la réalité. Les jolies choses ne sont pas toujours synonymes de bonnes choses. Les vilaines ne signifient pas forcément le danger. " Dave Cooper

BASTOKALYPSE - M.S. Bastian et Isabelle L.

7 avril - 20 Mai

Présenté pour la première fois en France, Bastokalypse est un projet monumental.
Installée à la Fondation Vasarely, l’exposition présente une immense fresque composée de 32 tableaux qui forment un panorama en noir et blanc d’une longueur totale de 52 mètres. Une vision unique, fantasmée et créée par deux artistes suisses, qui revisitent en mode ludique l’Apocalypse.

Bastokalypse est un objet graphique non imaginable, qui aura pris plus de 10 ans de recherches à M.S. Bastian et Isabelle L., ses deux créateurs. Entre une trivialité affichée et une exigence assumée, Bastokalypse est un arc d’images, sans début ni fin, truffé de références artistiques et historiques.
Or face à une proposition qui sollicite tant le regard, une question se pose : comment être en mesure de l’appréhender ? Curieusement et après expérimentation, la meilleure méthode reste… le pas à pas, en longeant l’oeuvre, dans une forme d’immersion qui rappelle la narration d’une bande dessinée. Et petit à petit, l’immensité s’efface. Entre art classique, art tribal, art modeste, récits mythologiques, cinéma d’épouvante et histoire contemporaine, les références se bousculent.
Or si certaines se découvrent très explicitement (Gustave Doré, Goya, Walt Disney, Picasso, James Ensor, Posada ou Hokusai), d’autres viennent presque automatiquement à l’esprit, bien que les artistes aient intentionnellement renoncé à les utiliser. C’est là, toute la subtilité de Bastokalypse qui, en faisant appel aux images enterrées dans notre mémoire collective, réussit à nous prendre par la main pour nous faire entrer dans une autre fin du monde…

Fondation Vasarely
Tous les jours 10h-18h / Jours fériés inclus
L’accès aux autres expositions et salles de la Fondation Vasarely est payant.

Apéro Rencontre : Vendredi 7 avril 19h

PIERRE LA POLICE Thémistecle - Les praticiens de l'infernal

7 avril - 20 Mai

À l’occasion du retour des célèbres Praticiens de l’Infernal dans les bacs, l’iconoclaste Pierre La Police est aux manettes de l’exposition consacrée à sa célèbre série. L’artiste hors norme en profite pour rendre un vibrant hommage aux origines de ces super-héros un brin mauviettes. Une exposition entre absurde et non sens, qui détourne à l’envie tous les stéréotypes de la culture populaire…

Les frères Thémistecle accompagnés de leur acolyte Fongor Fonzym sont sur Aix ! Qui ? Piqure de rappel pour les novices : Fongor Fonzym est un être un peu spécial qui ne fait pas la différence entre les lipides et les protides, ce qui explique l’hyperpigmentation de sa peau et la présence de sa membrane épithéliale. Chris et Félicien Thémistecle sont, quant à eux, des mutants qui aiment sortir en jupe et sont porteurs de nombreux microbes. Accessoirement, ils pratiquent les sports de contact, l’alcool et la viande. Vous avez du mal à suivre ? Pas de panique, car quel que soit l’endroit du monde où la vilénie opère, Fongor et les deux jumeaux gréco-romains potelés sont là pour faire face à toutes les catastrophes… à moins qu’ils n’en soient à l’origine.

Match retour sur Aix à l’occasion de la parution, aux éditions Cornélius, des nouvelles aventures des Praticiens de l’Infernal. Après une première exposition parisienne en galerie chez Arts Factory, Pierre La Police met un nez éparpillé dans sa célèbre saga et nous propose, à partir de dessins originaux, archives, travaux numériques, projections et walldrawings inédits, une toute nouvelle scénographie inspirée. Avec de nouvelles pièces au compteur, l’exposition version aixoise laisse la part belle aux origines de ces célèbres mutants barrés, nés d’une minuscule photo découpée dans un magazine télé. L’opportunité de (re)découvrir une oeuvre bien allumée qui flirte à la frontière de la bande dessinée et de l’art contemporain.

Musée des tapisseries
Tous les jours sauf le mardi
Jusqu'au 14 avril 10h-12h30 et 13h30-17h
A partir du 15 avril 10h-12h30 et 13h30-18h
Fermé le 1er mai

Vernissage : Samedi 8 avril 19h
Nuit des musées : Samedi 20 mai 20h-Minuit

JOCHEN GERNER - RG

1er avril - 28 mai

Jochen Gerner s’installe dans l’atelier du peintre Cézanne pour y déconstruire la palette de l’auteur de bande dessinée, Hergé. Une mise en abyme au cours de laquelle l’artiste nous propose une relecture graphique surprenante des aventures de Tintin. Ou comment redécouvrir littéralement le célèbre reporter belge par le petit bout de la lorgnette…

À partir de son travail exécuté pour le livre RG dans lequel il tente de montrer comment une prédominance de couleurs chez Hergé a gouverné la composition, les formes et les thématiques de chacun des 22 albums de la série, Jochen Gerner décrypte la ligne claire de l’artiste et nous invite à une immersion inédite dans l’univers graphique de Tintin.

La méthode défendue par l’artiste est simple : s’approcher au plus près de l’oeuvre d’Hergé pour en observer tous les détails, du texte jusqu’à la trame. Ainsi, par un effet de loupe à la manière d’un entomologiste, l’artiste relève un nouveau vocabulaire, priorité nécessaire à l’éclosion d’une histoire parallèle. Un travail de fourmi donc, mais en forme d’hommage. L’ensemble des originaux présentés à l’Atelier de Cézanne donne naissance à un poème visuel et théorique surprenant, qui poursuit l’oeuvre d’Hergé sans la dénaturer, avec un soupçon d’ironie parfois.

Atelier Cézanne
Tous les jours 10h-12h30 et 14h-18h
L'accés à l'exposition permanente de l'Atelier de Cézanne est payant.

Apéro Rencontre : Samedi 8 avril 11h

"Au fond chez Hergé, ce n’est pas tant le dessin que j’aime que l’imbrication avec le texte." Jochen Gerner

JAKOB HINRICHS

7 avril - 28 mai

Auteur d’adaptations BD unanimement saluées par la critique, Jakob Hinrichs n’est pas seulement un illustrateur de talent, mais aussi un chercheur qui ausculte, défriche, déchiffre ses inspirations pour en saisir les motifs, les récurrences et les errances à réinterpréter. Quand Jakob trime, les adaptations trinquent mais il donne naissance à une première exposition française.

Quand Jakob Hinrichs était enfant, il voulait être explorateur. Armé d’une paire de jumelles et d’un verre grossissant pour observer l’infiniment petit, Jakob s’imaginait décrire, dans le détail, les espèces inconnues de zones inexplorées du globe… De ce souci de précision curieuse est sans doute né le soin particulier que Jakob porte à ses travaux. Que ce soit dans les thèmes traités (les affres de la création, l’addiction, le doute, l’inconscient), les auteurs adaptés (Vladimir Maïakowski, Hans Fallada, Arthur Schnitzler, Dieu), ou les techniques inspirées (de George Grosz à Raymond Pettibon) utilisées, Jakob Hinrichs ne choisit jamais la facilité pour toucher le public…

Sous ses traits à la Frans Masereel, les aplats de couleurs épousent l’âpreté du texte mais bousculent sa forme pour mieux restituer la violence de la vie moderne qui contraint et b(r)oie ses héros. Jakob Hinrichs n’illustre pas le texte original. Il le transpose, le modernise, le ré-agence, quitte à le faire voyager dans le temps. Dans son adaptation du livre Nouvelle de rêve, d’Arthur Schnitzler aux éditions Le Nouvel Attila, Jakob prend le parti d’installer le récit au coeur d’une Vienne contemporaine, alors que l’histoire originale, parue en 1926, prend place au début du siècle. À la lecture, ce choix sonne pourtant comme une évidence. Pourquoi ? Parce que Jakob a l’intelligence graphique de mettre en lumière la modernité des auteurs qu’il choisit…, même lorsque que la proposition initiale vient de son éditeur. Lorsque ce dernier lui suggère par exemple d’adapter Le Buveur (Der Trinker), le roman à l’origine du film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick, Jakob patine. Il n’arrive pas à appréhender le basculement du personnage principal dans l’alcoolisme.

Alors Jakob cherche, multiplie les sources et décortique la vie tourmentée de son auteur, Rudolf Ditzen alias Hans Fallada. À l’arrivée, Hans Fallada, vie et mort du buveur est une oeuvre hybride et unique, un abîme où se mèlent et se mélangent la descente en enfer du héros et les démons de son auteur en perdition. Quand Jakob trime, l’adaptation trinque, et le lecteur voit double pour son plus grand plaisir.

Proposée en partenariat avec le Centre Franco-allemand de Provence, l’exposition Jakob Hinrichs offre pour la première fois en France un large aperçu du talent de l’artiste à travers les nombreux dessins préparatoires, esquisses et planches originales de ses adaptations, mais aussi des travaux personnels et des projets restés inédits dans l’hexagone, comme sa très belle contribution à l’ouvrage collectif A Graphic Cosmogony. L’idée de Jakob : revisiter - rien de moins - le mythe de la création du monde… en 7 pages évidemment.

Galerie Office du Tourisme
Tous les jours 8h30-19h
Dimanche et jours fériés 10h-13h et 14h-18h
Fermé le 1er mai

Apéro Rencontre : Dimanche 9 avril 11h

AKISSI Marguerite Abouet & Mathieu Sapin

7 avril - 13 Mai

Akissi est une petite fille intrépide. Elle aime bien faire gâte-gâte mais pas trop recevoir de kokota. Elle adore par contre manger des crottes de biques au coco ou des clé-clé. Si vous avez du mal à savoir de quoi on parle, il est grand temps de vous plonger dans l’exposition sur les aventures d’Akissi. Des histoires à la Tom-Tom et Nana en forme de scénettes pleines de malice pour découvrir, dès l’âge de 6 ans, la vie d’un quartier d’Abidjan.

Akissi est la championne du monde des bêtises. Avec son copain Edmond, elle n’en fait qu’à sa tête. Un jour, elle veut lancer un sort à son maitre d’école pour se venger d’une punition. Le lendemain, elle veut attraper des poux pour que sa maman cesse de la coiffer. Pendant ce temps là, les chats du quartier la poursuivent pour lui voler son poisson, tandis que son petit singe Boubou manque de finir à la casserole. La vie n’est pas de tout repos à Yogoupon, mais pas de panique, car la toute jeune Akissi sait se sortir de toutes les situations… ou presque.

Avec déjà sept albums au compteur et plus de 100 000 exemplaires vendus, Akissi, la petite soeur spirituelle d’Aya de Yogoupon, n’a rien à envier à son aînée. Née de la rencontre entre la plume de Marguerite Abouet et le joli trait de Mathieu Sapin, la série d’Akissi ne raconte rien de moins que les souvenirs d’enfance de son auteur. « Contrairement à Aya où les personnages sont fictifs, ceux d’Akissi sont réels. Les bêtises qu’elle fait sont les miennes» note Marguerite. Avec Akissi, point de cliché donc… mais une envie de faire partager de petites histoires à la dimension souvent universelle.

Préparez-vous, Akissi investit le coin jeunesse de la bibliothèque Méjanes avec la furieuse envie de vous faire découvrir son univers. Entre Spectreman le super héros qu’adore tant son copain Edmond et la recette des clé-clé, les fameux bijoux à croquer, Akissi va vous en faire voir de toutes les couleurs dans un espace à sa hauteur. L’occasion de proposer aux plus jeunes des jeux et des activités spécialement imaginées par Akissi pour l’exposition…

Bibliothèque Méjanes
Mardi-samedi 10h-19h

NINE ANTICO C’est où l’irak ?

7 avril - 29 avril

L’exposition Nine Antico parle des filles… mais sur une bande son rock. Quand Nine interroge la féminité ou la séduction de ses héroïnes à travers les poses lascives de ses héroïnes et un graphisme inspiré de pop culture, c’est pour mieux subvertir son univers en y introduisant une bonne dose d’ironie et de distance. « Nicolas, tu aimes le regarder. Et lui, il aime que tu sois là à apprécier ce qu’il fait. Pendant ce temps, toi, tu ne fais rien.»

Il y a les bandes dessinées de filles sur les filles pour les filles… et puis il y a Nine Antico. À vue de nez, les personnages féminins de ses albums semblent avoir l’âge, les fréquentations et les conversations des premières, mais la comparaison s’arrête là. Si Nine parlent de nanas, les considérations qu’elles leur prêtent - parfois malgré elles - les font évoluer à des années-lumière de tout stéréotype. Plus surement, Nine Antico joue avec, en donnant le sentiment au lecteur de travailler ses personnages comme on grave les deux faces d’une même pièce (de musique). Face A, une forme de légèreté un peu lisse, que son trait souligne de manière presque onirique. Face B, un revers de la médaille plus sombre qui révèle les errances et paradoxes de ses protagonistes…

Face A : « Plus j’en rajoute, plus il en manque ». Que ce soit en noir et blanc ou en couleurs, les images en simple de Nine suggèrent plus qu’elles n’assènent. Elles sont suaves et, dans des décors à l’économie, s’imposent en lucarnes avec une évidence non formulée. Les visages aussi sont doux…, mais eux, ne disent pas tout. Réussir à évoquer les choses sans les dessiner, c’est l’adage que s’est fixée Nine : « Dans la vie, rien n’est tout blanc ou tout noir. Sans fermer un visage, juste avec l’expression du nez ou des yeux, on dit souvent beaucoup plus ». Pas culottée, en face A, Nine avance à pas feutrés…

Face B : « Les stars des bahuts d’aujourd’hui sont les loosers de demain ». Il n’y a pas de monnaie de singe chez Nine, mais un souci en b-side de tirer au plus juste des portraits féminins - qu’il s’agisse de trentenaires parisiennes, de pin-up, d’actrice porno ou de groupies américaines - avec une part égale d’affection et de non-complaisance. Toujours documentés, les albums de Nine Antico ne racontent pas d’histoire. Ils donnent à lire des fables. De ces récits elliptiques de souvenirs de lycées, de premiers baisers échangés, de ruptures consommées ou de fans déjantés, émerge donc toujours un arrière-plan lancinant que la musique réverbère en écho prémonitoire : les ingénues s’engluent dans les normes avant d’être englouties dans la levée des interdits…, pour souvent mieux renaître.

Galerie ESDAC
Mardi-samedi 15h-19h
Ouverture exceptionnelle dimanche 9 avril 15h-19h

Apéro Rencontre : Jeudi 6 avril 18h30

MANUEL La Manufacture #Manuel

1er avril - 12 mai

À la fois nom du concept d’un ambitieux travail expérimental qui bouscule la narration en bande dessinée et pseudonyme derrière lequel son créateur s’efface, Manuel ouvre sa manufacture dans l’enceinte de Seconde Nature. En somme, quand Manuel fabrique Manuel, Manuel est au service de Manuel et… non l’inverse.

À l’origine, Manuel est une fabuleuse série abstraite et structurée de dessins qui ressemble de près à un jeu d’arcade, et de loin à deux célèbres séries d’animation qui ont durablement marqué son créateur : La Linea, imaginée par Osvaldo Cavandoli et Cocoshaker de Jean-Charles Meunier. Or comme l’indique son titre, Manuel est entièrement réalisé à la main. Dans Manuel, Manuel est donc le manuel de Manuel… mais pas seulement. Manuel est aussi le manuel de Manuel, car chez Manuel, le dessin est toujours l’étape première du processus de création et la finalité de la réflexion qui l’accompagne. Réduire volontairement a minima le nombre de dimensions dans son dessin pour ne composer qu’à partir de segments horizontaux et verticaux, tel est le parti pris réfléchi que Manuel utilise pour développer avec Manuel, une autre acuité du regard. Mais quand Manuel est sérieux… Manuel est très décalé, car en cherchant une expressivité nouvelle à travers les contraintes formelles et intuitives que Manuel s’impose, Manuel renouvèle les codes de la narration et nous invite souvent à rire de peu… mais pas de rien.

À la croisée des genres, l’exposition Manuel, est la preuve vivante que l’expérimentation et l’exigence formelle en bande dessinée, ne sont nullement incompatibles avec une narration ludique et accessible au plus grand nombre. Avec une mise en scène en forme de chaînes de montage, la manufacture Manuel créée spécialement pour les Rencontres du 9e Art, s’inspire du travail en noir et blanc de Manuel et se construit comme une expérience originale pour les visiteurs. Proposé en partenariat avec l’association Seconde Nature, qui favorise le développement des expressions artistiques numériques, l’événement s’inscrit dans la découverte de nouvelles écritures et la volonté de donner à vivre au public de nouvelles expériences esthétiques, autour de la thématique choisie cette année : la narration.

Seconde Nature
Mercredi-samedi 14h-18h
Ouverture exceptionnelle dimanche 9 avril 14h-18h

Apéro Rencontre : Vendredi 31 Mars 18h

MARCO TÓXICO

7 avril - 22 avril

Illustrateur bolivien corrosif, Marco Tóxico s’amuse de son époque pour développer un univers halluciné et déjanté. Avec un dessin en forme d’écriture automatique, il revendique, comme marque de fabrique, le choix de ne donner de cohérence à ses travaux… qu’au fur et à mesure de leur avancement. L’exposition qu’il crée avec le festival lui permet de balayer pour la première fois depuis quinze ans sa prolifique production.

« L’art est frontal. À partir du moment, où son propos ou sa forme sont attendus, c’est là que le danger guette… » Marco Tóxico

Avec son trait spontané volontairement revendiqué et ses aplats de couleurs intenses surlignés d’un trait noir appuyé, le dessin de Marco Tóxico est comme lui… sans compromis. Coloré à l’extrême, contrasté au possible, l’univers graphique de l’artiste est un savant collage de films étranges, de chansons bizarres et d’une agoraphobie chronique que seuls les habitants de grandes villes comme La Paz peuvent ressentir. Marco et ses traits sont comme ça. Ils ne trichent pas. Acides, souvent monstrueux - au sens premier du terme - le dessin de Marco sait se jouer des peurs ancrées dans l’imaginaire populaire pour dépeindre, non sans humour, le grotesque de nos sociétés… « Ce qui est vraiment intéressant et assez rare chez Marco Tóxico par rapport à d’autres artistes sud-américains, fascinés par la bande dessinée américaine ou japonaise, c'est sa soif d'explorer sa propre culture populaire » raconte Raphaël Barban du festival Formula Bula. Et effectivement, avec une réactivité folle, Marco fonce et pioche l’inspiration partout où elle se trouve : dans le flux médiatique, le folklore religieux local autant que dans les poèmes de Mario Santiago Papasquiaro, les chansons d’Arturo Meza ou les peintures de Rufino Tamayo. Un seul mot d’ordre : tout digérer pour produire encore et encore…

Présentée en partenariat avec l’école Intuit.Lab, qui oeuvre dans le domaine du design graphique et de la communication visuelle, l’exposition Marco Tóxico propose, pour la première fois en France, de parcourir les différents axes de travail de l’artiste. Entre La vida güele a mierda où Marco se mettait lui-même en scène et son travail d’affichiste aujourd’hui remarqué sur la scène internationale, l’exposition parcourt quinze années d’une production parmi les plus denses d’Amérique du Sud. Point d’orgue de l’événement, la présence de Marco Tóxico, qui anime durant une semaine un workshop à l’attention des élèves de l’école et propose un atelier de production d'une édition originale en tirage limité durant le festival.

École Intuit Lab
Lundi-vendredi 8h30-18h
Samedi 10h-13h et 14h-18h
Ouverture exceptionnelle dimanche 9 avril 14h-18h

Apéro Rencontre : Samedi 8 avril 19h

JULIEN ROSA

1er avril - 29 avril

Pendant plus de dix ans, Julien Rosa a travaillé pour l’illustration jeunesse, avant de s’amuser à détourner les albums à colorier des enfants… pour leurs parents. En 2017, il termine une série de dessins sur bloc-notes, commencée dix ans plus tôt. L’occasion, pour le festival, de lui consacrer une exposition fleuve.

Le temps est très présent dans le travail de Julien Rosa. Pour autant, Julien ne l’interroge jamais. Il prend juste celui dont il a besoin. 10 ans pour travailler son trait dans l’illustration jeunesse. Le temps de grandir, pourrait-on dire. Pas complètement, car il y a le temps du détournement ensuite. Avec ses cahiers de coloriage arrangés pour les grands, Julien reste la tête dans les nuages, mais nous fait voir sa palette. En partant d’une matrice, l’artiste joue la malice et surprend plastiquement : aérographe, pastel gras, crayon ou stylo à bille pour variations d'intensité chromatique sur Mickey extatiques… l’opportunité de saisir que, chez Rosa, l’outil utilisé n’est jamais sacralisé. Il ne sert que l’intention fantasmagorique.
Techniques ajustées, Julien Rosa continue d’explorer. Tenté par le format imposé, il se fixe un rendez-vous quotidien sur une scène de 9 cm de longueur pour autant de hauteur. Dans ce temps suspendu, supposé contraint, Julien note des blocs, mais n’y bloque pas ses notes. Il ne chôme pas, il s’absorbe pour construire une plaine de jeu fantasmée. Un « je » singulier, sans précis précieux, qui détourne à l’envie sa grammaire, pour y construire son abécédaire.

Galerie Vincent Becker
Mercredi-vendredi 15h-19h
Samedi 10h-12h30 et 15h-19h

Apéro Rencontre : Samedi 1er avril 19h

Pour aller plus loin

07 avril au 27 mai
Dave Cooper - The absence of Eddy Table
Exposition

Dave Cooper - The absence of Eddy Table

Aix en Provence

Multi-instrumentiste passé maître dans l'art de faire bouger les lignes, le génial Dave Cooper fête à Aix-en-Provence, son grand retour en France, dans le cadre du Festival de bande dessinée (BD). Avec une exposition autour du film The Absence of Eddy Table, l'artiste canadien, qui a pour…

07 avril au 29 avril
Nine Antico - C'est où l'Irak ?
Exposition

Nine Antico - C'est où l'Irak ?

Aix en Provence

Quand Nine Antico interroge la féminité ou les stratégies de séduction de ses héroïnes à travers un graphisme inspiré de pop culture, c'est pour mieux bousculer son univers en y introduisant une bonne dose d'ironie et de distance. "Nicolas, tu aimes le regarder. Et lui, il aime que tu…

07 avril au 13 mai
Akissi - Marguerite Abouet et Mathieu Sapin
Exposition

Akissi - Marguerite Abouet et Mathieu Sapin

Aix en Provence

Dans le cadre du Festival de bande dessinée (BD), Akissi investit le coin lecture de la bibliothèque Méjanes. Entre Spectreman le super héros qu'adore tant son copain Edmond et la recette des clé-clé, les fameux bijoux à croquer, Akissi va vous en faire voir de toutes les couleurs dans un…

07 avril au 28 mai
Jakob Hinrichs
Exposition

Jakob Hinrichs

Aix en Provence

Auteur d'adaptations fouillées, les travaux de Jakob Hinrichs ne sont pas sans rappeler Otto Dix pour la déconstruction cubiste ou Oskar Kokoschka pour l'explosion de couleurs sur aplat de noir. Que ce soit dans les thèmes traités (les affres de la création, l'addiction, le doute,…

07 avril au 20 mai
Bastokalypse - M. S. Bastian et Isabelle L.
Exposition

Bastokalypse - M. S. Bastian et Isabelle L.

Aix en Provence

Dans le cadre du Festival de bande dessinée (BD) et présenté pour la première fois en France, Bastokalypse est un immense panorama en noir et blanc d'une longueur totale de 52 mètres qui aura nécessité plus de dix ans de recherches à ses deux créateurs suisses, M.S. Bastian et Isabelle…

07 avril au 20 mai
Pierre La Police - Thémistecle
Exposition

Pierre La Police - Thémistecle

Aix en Provence

Spécialiste de l'absurde et du non-sens, l'artiste Pierre La Police prend les commandes de l'exposition consacrée à sa série culte Les Praticiens de l'Infernal et en profite pour rendre un vibrant hommage aux origines de ces super-héros un brin mauviettes. Une exposition qui détourne, pour…

01 avril au 28 mai
Jochen Gerner - RG
Exposition

Jochen Gerner - RG

Aix en Provence

Dans le cadre du Festival de bande dessinée (BD), Jochen Gerner s'installe dans l'atelier du peintre Cézanne pour y déconstruire la palette de l'auteur Hergé. Une mise en abîme au cours de laquelle l'artiste nous propose une relecture graphique et une immersion surprenante dans les aventures…

01 avril au 12 mai
Manuel – La Manufacture #Manuel
Exposition

Manuel – La Manufacture #Manuel

Aix en Provence

Manuel désigne tout à la fois le nom du concept d'un travail expérimental entièrement réalisé à la main et le pseudonyme derrière lequel son créateur s'efface. Pendant le Festival de bande dessinée (BD), Manuel devient aussi une manufacture qui ouvre dans l'enceinte de Seconde Nature.…

01 avril au 29 avril
Julien Rosa
Exposition

Julien Rosa

Aix en Provence

Pendant plus de dix ans, Julien Rosa a travaillé pour l'illustration jeunesse, avant de s'amuser à détourner les albums à colorier des enfants... pour leurs parents. En 2017, il termine une série de dessins sur bloc-notes, commencée dix ans plus tôt. L'occasion d'une première exposition…

Agenda

Aix-en-Provence

Vous partez en séjour du côté d'Aix en Provence ? Consultez l'agenda culturel pour trouver des idées de sorties et les événements à ne pas manquer à Aix !

Voir le guide Aix-en-Provence

Enfants

Le mercredi après-midi ou pendant les vacances scolaires, il y a toujours quelque chose à faire avec les enfants en Provence ! Suivez le guide des manifestations adaptées aux touts-petits comme aux ados.

Voir le guide Enfants

Gratuit

Que faire en Provence pour zéro €uro ? Retrouvez dans cet agenda les meilleurs bons plans pour se cultiver et se divertir gratuitement dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Gratuit
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Parcours d'Art Contemporain à Arles

Parcours d'Art Contemporain à Arles

Un réseau de 17 lieux, fédérés autour d’une même idée : Arles EST [aussi] un territoire pour l’art contemporain !

Êtes vous Sm'art ?

Êtes vous Sm'art ?

11 au 15 mai 2017

Vivre avec des artistes des instants rares et se laisser séduire par des oeuvres uniques, tels sont les objectifs de ce salon d'art contemporain.

« Rêvons la ville » : Quand des élèves de troisième font leur musée

« Rêvons la ville » : Quand des élèves de troisième font leur musée

6 avril au 9 juin 2017

Des élèves du collège Versailles de Marseille ont tenté d'imaginer la ville idéale.

Avec "Beautiful Africa", visitez l'Afrique à la Galerie du 5ème

Avec "Beautiful Africa", visitez l'Afrique à la Galerie du 5ème

8 avril au 10 juin 2017

L'Afrique envahit la Galerie du 5ème à Marseille. 9 jeunes artistes prometteurs sont chargés de la ballade, non sans apporter à chaque fois leur regard critique sur la situation actuelle.

Anne Marie Filaire, la possibilité des images

Anne Marie Filaire, la possibilité des images

4 mars au 29 mai 2017

Anne-Marie Filaire construit depuis plus de vingt ans une oeuvre dense, engagée, rigoureuse, monumentale. Attentive aux cicatrices d’un temps infini qui a fait ravage, elle prélève les signes en quête d’indices inscrits en creux.

Sisley l'impressionniste du paysage

Sisley l'impressionniste du paysage

10 juin au 15 octobre 2017

Une soixantaine d’oeuvres, dont certaines ont rarement été présentées au public, sont réunies pour cette exposition qui parcourt les différentes étapes de l’oeuvre de Sisley à travers les lieux de prédilection du peintre.

Une maison de verre et de lumière

Une maison de verre et de lumière

du 17 mars au 24 septembre 2017

Pour célébrer ses trente ans d’existence à Marseille, le Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques est invité à venir habiter les salles du musée Cantini.

Un partenariat prestigieux avec le Vatican

Un partenariat prestigieux avec le Vatican

du 24 mars au 25 juin 2017

Une première : le Département des Bouches-du-Rhône signe à Rome un partenariat exceptionnel avec le Vatican autour de leurs musées respectifs.

Vies d'ordures : dis moi ce que tu jettes, je te dirai ce que tu es

Vies d'ordures : dis moi ce que tu jettes, je te dirai ce que tu es

du 22 mars au 14 août 2017

L’expo Vies d’ordures. De l’économie des déchets invite à un voyage autour de la Méditerranée, à la découverte des technologies, des objets recyclés et surtout à la rencontre des personnes qui gèrent nos déchets, en vivent et souvent les subissent.

Le Nord fait le mur à Marseille

Le Nord fait le mur à Marseille

à partir du 9 mars 2017

Expositions mobiles éphémères. Abécédaire de Marseille, grand projet participatif ayant impliqué une cinquantaine de structures des quartiers nord de Marseille et plus de 1 000 habitants.

Skunk Dog l'énergie brute

Skunk Dog l'énergie brute

L’artiste marseillais Skunk Dog livre une peinture électrique, inspirée par sa culture punk-rock, et s’expose désormais à Paris et à l’international.

Tous les articles