Cézanne, enfin chez lui, at home

du 20 octobre 2017 au 1er avril 2018

À la maison, tout naturellement

le musée Granet d’Aix-en-Provence présente une exposition tout à fait originale qui retrace le «retour» des oeuvres de Cézanne dans les collections aixoises, depuis la mort du Maître d’Aix en 1906 jusqu’à nos jours. Cézanne chez lui, chez nous. At home. Quoi de plus naturel, de plus évident. Et pourtant… Cette exposition est comme une réparation, le récit d’un lien filial renoué, celui d’une quête, celle d’une ville qui n’a pas fini de payer sa dette à son enfant prodige.

Paul Cézanne Les Baigneuses, v.1895 Huile sur toile, 29 x 45 cm Dépôt du musée d'Orsay au musée Granet, 1984 Photo H. Maertens

Né ici, mais reconnu ailleurs comme ce monstre sacré de la peinture moderne, Paul Cézanne, que l’on a surnommé le « Maître d’Aix », était surtout, au tournant du XXe siècle à Aix-en-Provence, le paria, l’incompris, le méprisé. Même son vieil ami d’enfance, Émile Zola le moquera. On le sait, « Nul n’est prophète en son pays ». Mais peu de pays doivent autant à un seul. Le monde entier des amateurs d’art connaît aujourd’hui Aix et Sainte-Victoire, grâce à Paul Cézanne.

L’idée d’une telle exposition est apparue avec le prêt au musée Granet d’une oeuvre inestimable de la Fondation Henry et Rose Pearlman, Vue vers la route du Tholonet près de Chateau Noir, 1900 – 1904. Cette oeuvre de la fin de la vie du peintre va être exposée pour un an au musée Granet, par la Fondation de ce selfmade man américain, amoureux de Cézanne, qui a constitué tout au long de sa vie un ensemble important d’oeuvre du Maître d’Aix.

Prodigieuse entreprise, locale et universelle tout à la fois, fondatrice s’il en est. L’oeuvre de Paul Cézanne a inspiré des générations de peintres, d’artistes et fait du bien à tant d’âmes à travers le monde. Mais à sa mort, alors que les grands musées de toute l’Europe présentent son travail, acquièrent ses oeuvres… à Aix, nul tableau de Cézanne dans le Musée de la ville et bien peu d’hommages.

L’exposition se développe sur près de 200 m2. Elle fait la part belle aux oeuvres du peintre contenues dans la collection permanente mais aussi à des oeuvres rarement montrées au public pour des raisons de conservation, telle la magnifique aquarelle « Usines à l’Estaque », ou encore des objets ayant appartenu à Cézanne (pot à gingembre, palette du peintre, le paravent retouché, des pinceaux, l’horloge comtoise...).

Cette exposition retrace l’histoire du rejet de l’artiste par sa ville natale : « moi vivant aucun Cézanne n’entrera au musée » s’est ainsi exclamé vers 1900 Henri Pontier, le conservateur de l’époque, et démontre au fil des 40 oeuvres et objets exposés, comment la ville d’Aix - ville sans Cézanne - et ses conservateurs successifs ont reconquis, sur un mode parfois rédemptoire, le titre de « ville de Cézanne » en ramenant peu à peu Cézanne at home !

Paul Cézanne Usines à l'Estaque, 1869 Aquarelle, 16,1 x 31,3 cm Musée Granet, Aix-en-Provence

Cézanne

Cézanne at home

Aix-en-Provence, la « Belle endormie » du XIXe siècle aurait pu s’éveiller sous l’intensité du regard de ce peintre à nul autre pareil. Elle était restée assoupie et indifférente, ni hautaine, ni cruelle, seulement indifférente à cet amant singulier qui ne cessera dès lors de lui manquer. Lui restaient sa modeste tombe familiale au cimetière Saint-Pierre où elle vint rapidement célébrer un modeste culte et, comme elliptique consolation les motifs du peintre, presqu’inchangés aux portes
de la cité.

De l’extérieur, misérable de n’avoir pas reconnu cet amant formidable, elle était stigmatisée, elle était la « ville sans Cézanne » et l’expiation fut longue, le chemin aussi, afin de pouvoir prétendre un jour à être la « ville de Cézanne ».
À leur manière, les collections cézanniennes d’Aix témoignent de cette quête, de cette reconquête toujours inachevée, dont le parcours de l’exposition se veut révélateur. Le principe chronologique choisi ne suit pas le déroulement de l’oeuvre de l’artiste de ses débuts à ses dernières années, mais comment s’est constitué cette collection aixoise remise dans son contexte, de la petite ville de 30.000 habitants que connut Cézanne, aux 140.000 habitants de la ville d’aujourd’hui.

Paul Cézanne Vue du Jas de Bouffan, 1875-1876 Huile sur toile, 44,5 x 59 cm Paris, musée d’Orsay, dépôt au musée Granet, Aix-en-Provence, donation de Philippe Meyer, 2000 © RMN-Grand Palais – Photos Mathieu Rabeau

N. Ammirati

Cézanne au musée Granet

Plus d’un siècle après sa mort, les oeuvres de Cézanne reviennent peu à peu dans « son » musée...

Vers 1900, Henri Pontier, directeur de l’École de dessin et conservateur du musée d’Aix se serait exclamé : « Moi vivant, aucun Cézanne n’entrera au musée !

C’était de fait bien mal commencer !
Vollard, le marchand de l’artiste à partir de 1895, raconte, caustique et sarcastique, dans ses Mémoires comment il put acheter à Aix nombre tableaux pour une bouchée de pain et comment une toile, oubliée pendant la transaction méfiante avec ces aixois qui se croyaient roublards, lui avait été envoyée par la fenêtre, c’était bien mal continuer !

La Société des Amis des Arts obtint de Cézanne en 1895 et 1902 d’accrocher, très mal dit-on, à ses cimaises quatre oeuvres et d’inviter le peintre au banquet traditionnel auquel il assiste tranquillement jusqu’à ce que l’on glorifie Bouguereau, alors il tape du poing sur la table et quitte l’assemblée avec fracas.

Nonobstant, Cézanne eut aussi à Aix ses partisans, jeunes et ouverts aux idées nouvelles qui accompagnèrent ses dernières années et qui, au moment de sa mort feront entendre leur voix : «Je voudrais que la Ville d’Aix se souvint de Cézanne dont les toiles sont à Paris au musée du Luxembourg, à Berlin, dans les principales collections d’Europe et dont ni Aix, ni Marseille ne possèdent la moindre esquisse. Il y aurait là un hommage tardif et si juste à rendre à la mémoire d’un peintre dont la renommée ne fait que grandir…» ainsi s’exprime « Sextius le Salyen », Edouard Aude, le conservateur de la bibliothèque Méjanes.

En 1921, un jeune amoureux de la Provence, il prit d’ailleurs le pseudonyme de Marcel Provence, achète à Paul Cézanne fils, l’atelier des Lauves pour le conserver pieusement en mémoire du maître. À Paris, avant la disparition de l’artiste, le ministre sollicité, avait refusé la Légion d’honneur au peintre qu’il aurait voulu remettre à n’importe qui, mais pas à lui. En 1907, le conservateur du musée du Luxembourg, le « musée national d’art contemporain » de l’époque était venu au Jas de Bouffan et avait déclaré sans intérêt les peintures murales du grand salon, refusant la proposition de don que lui faisait le nouveau propriétaire de l’ancien domaine familial des Cézanne.
En 1922, par défaut, la ville d’Aix décide de donner le nom d’avenue Paul Cézanne au « chemin vicinal ordinaire n° 14 », tout en constatant : «Si le musée d’Aix ne possède aucun tableau de Cézanne, ses tableaux sont dans tous les musées des capitales d’Europe, dans toutes les grandes collections…»

Paul Cézanne Académie d'homme nu Fusain, 61,5 x 74,8 com Musée Granet, Aix-en-Provence

l’atelier des Lauves

De dons en dépôts

Ainsi, le dessin d’académie réalisé par le jeune Cézanne en 1862 et retrouvé dans les archives de l’École gratuite de dessin d’Aix attenante alors au musée, fut exposé presqu’en même temps qu’une somptueuse aquarelle des dernières années, don généreux de Lord Ivor Spencer Churchill en 1939, trente trois ans après la mort du peintre. Fragile présence qui ne se trouvera consolidée que dix ans plus tard par le legs non moins généreux de l’américain Charles Bain Hoyt, avec deux aquarelles, elles aussi superbes des années 1900-1906. Dès sa nomination en 1947, le nouveau jeune conservateur du musée d’Aix veut créer une « salle Cézanne et ses amis ».

Dans cette première période, peu d’acquisitions de la part du musée (lettres autographes, gravures, documents), faute de moyens, mais des dons de dessins et de gravures à l’initiative de James Lord, de John Rewald, qui est en train de devenir le spécialiste mondial de Cézanne après la disparition de Lionello Venturi, l’auteur du premier catalogue raisonné de l’artiste édité en 1936.

En 1949, le musée d’Aix, qui a besoin de se distinguer d’autres musées locaux nouvellement créés, prend le titre de « Musée Granet », et pour cause, trop peu de Cézanne sont alors présents sur ses cimaises. Un Suisse, vient à la fin des années 40 et au début de la décennie suivante, marcher dans les pas de Cézanne, « faire du Cézanne sur nature » (Cézanne disait qu’il voulait faire du Poussin sur nature) dans un petit village blotti au pied de la montagne Sainte-Victoire, à Puyloubier. Il s’agit de Jean Planque qui expose au musée Granet une de ses oeuvres en 1951 dans une exposition d’été intitulée « Les Peintres de la montagne Sainte-Victoire ».

Paul Cézanne La montagne Sainte-Victoire vue des Lauves, 1901-1906 Aquarelle et crayon sur papier vélin, 29,8 x 46,2 cm Oeuvres de la collection de la Fondation Jean et Suzanne Planque, mise en dépôt au musée Granet Photos Luc Chessex

Petit dessin recto-verso avec un portrait d’Achille Emperaire

À partir des années 50, les collections s'enrichissent davantage

Un coup d’accélérateur sera donné en 1954 avec l’achat de l’atelier des Lauves, le «Pavillon Cézanne», par un groupe d’américains et le désir d’y voir des originaux du peintre augmenter de manière substantielle le fonds documentaire et les objets, « reliques cézanniennes » contenues dans l’atelier, conservées par Marcel Provence et reclassées par John Rewald avant son ouverture au public. Gaston Bernheim de Villers donne une aquarelle, Rose dans un vase (vers 1890), Otto Wertheiner, un dessin, Après-midi à Naples, John Rewald, un autre dessin, La Conversation, la galeriste aixois Lucien Blanc, un petit dessin recto-verso avec un portrait d’Achille Emperaire. La première oeuvre peinte achetée par la ville d’Aix le sera en 1976, soit soixante-dix après la mort du peintre, c’est une petite aquarelle et gouache sur carton datée de 1869, Usines à l’Estaque.

À plusieurs reprises durant ces années, des demandes sont faites à l’État, émanant de particuliers ou des instances municipales, afin de pouvoir mettre en dépôt des oeuvres de Cézanne au musée Granet. Plusieurs ministres de la culture successifs promettent officiellement, dans l’euphorie des soirées estivales du Festival d’Art lyrique, le retour prochain à Aix du fils « prodige », sans plus de succès. Enfin, en 1984, une première tranche de travaux de rénovation du musée achevée, Jack Lang, ministre de la culture, fait déposer à long terme huit peintures à l’huile de Cézanne.

Cézanne

Paul Cézanne À la Tour de César Huile sur papier, 19 x 30 cm Musée Granet, Aix-en-Provence

Deux ans plus tard, à l’occasion d’un prêt pour la première exposition Cézanne à Aix et soucieux de ne voir que trop peu d’oeuvres de lui au musée, il propose à Louis Malbos, le conservateur de l’époque, la mise en dépôt pour un an au moins, en fait le prêt sera de deux années entières, de deux aquarelles de sa collection. Il écrit alors généreusement au conservateur : « L’action que vous avez personnellement entreprise, et qui a heureusement déjà porté ses fruits, pour rendre plus présent l’oeuvre de Cézanne dans Aix, m’engage à vous offrir de déposer en prêt, pour une durée d’au moins une année, les deux aquarelles que je possède du maître d’Aix. […] je ne vous demande aucune assurance afin que l’économie ainsi réalisée puisse vous permettre un tout petit peu de réaliser vos beaux projets… »

Paul Cézanne Nature morte, sucrier, poires et tasse bleue, vers 1865 Huile sur toile, 30 x 41 cm Dépôt du musée d'Orsay au musée Granet, 1984 Photo musée Granet

Paul Cézanne Autoportrait au chevalet 50 x 34, 5 cm Musée Granet, Aix-en-Provence

L'apport majeur de la donation Meyer et du dêpôt Planque

La majeure donation faite à l’Etat par Philippe Meyer en 2000, une des plus belles dans toute l’histoire des musées français d’après Françoise Cachin, alors Directeur des musées de France, vient enrichir le musée Granet, à la demande expresse du donateur, de plus de soixante dix oeuvres (Chardin, Guardi, Léger, Picasso, Balthus, Klee, Mondrian, Tal-Coat, Giacometti, de Staël, parmi d’autres) dont deux Cézanne.
Une peinture à l’huile est un paysage des alentours de la propriété du Jas de Bouffan réalisée vers 1875-76, période de transition entre la période « impressionniste » de Cézanne et sa période de maturité à partir des années 1880.
La Route tournante près d’Aix est une aquarelle augmentant somptueusement le fonds des oeuvres graphiques des dernières années du peintre conservées au musée.

En 2005, la fondation Silva Casa offre en don une peinture recto-verso dont la face représente Le Bassin du Jas de Bouffan, qui ne peut être attribué à Cézanne bien que figurant sous forme photographique dans une exposition organisée par Ambroise Vollard. À l’occasion d’une restauration récente sous une toile de rentoilage ont été découvert trois études, un baigneur, une nature morte aux poires et un paysage reconnus par certains spécialistes comme pouvant être de la main du peintre. Cette exposition sera l’occasion d’en juger de nouveau.

Paul Cézanne Portrait d'Émile Zola, vers 1862-1864 Huile sur toile, 25,8 x 20,8 cm Achat de la Communauté du Pays d'Aix, 2010 Photo D.R.

La Route tournante près d’Aix

Depuis 2006, la dernière palette de Cézanne est déposée au musée par Philippe Cézanne son arrière petit-fils. À la même époque, le musée d’Orsay a mis en dépôt le Buste en plâtre de Cézanne par un de ses amis d’enfance et de jeunesse, proche de Zola aussi, le sculpteur Philippe Solari. En 2009, le musée s’est porté acquéreur d’une des grandes lithographies réalisées par Cézanne à la fin de sa vie pour son marchand Ambroise Vollard. La lithographie de 1896-97 reprend en fait une peinture de vingt ans antérieure représentant deux thèmes majeurs de l’artiste rarement associés, celui de la montagne Sainte-Victoire et des Baigneurs : Les Baigneurs grande planche. Suite au prêt pour l’exposition Picasso Cézanne en 2009 de deux oeuvres de la fondation Jean et Suzanne Planque, dès l’année suivante une convention est signée pour une mise en dépôt pour quinze ans de cette remarquable collection suisse qui compte, notamment plus de quinze Picasso, mais aussi deux très importantes aquarelles des dernières années de Cézanne, Environs d’Aix (vers 1902) et La Montagne Sainte-Victoire vue des Lauves (1901- 1906).

En 2011, le portrait d’Emile Zola par Cézanne est acquis par le musée. Cet achat conséquent réalisé avec l’aide des Amis du musée Granet, permet d’aborder une autre facette de l’histoire cézannienne, celle de l’amitié entre l’écrivain et le Maître d’Aix. Suivent toute une série d’acqusitions comme une plaque gravée, la palette du peintre ainsi que des boîtes d’aquarelle. La documentation sur Cézanne s’est également enrichie après l’acquisition d’archives familiales récentes.

Henry et Rose Pearlman

Paul Cézanne Vue vers la route du Tholonet près de Château Noir, 1900–1904 Huile sur toile, 101.6 x 81.3 cm Fondation Henry et Rose Pearlman Prêts de longue durée au Princeton University Art Museum, États-Unis

Vue vers la route du Tholonet », un dépôt d’une année de la Fondation Henry et Rose Pearlman

Vue vers la route du Tholonet près du Château Noir, ce chef-d’oeuvre de la fin de la vie de Cézanne, daté entre 1900 et 1904, est inspiré d’un motif sur ce qui était à l’époque le chemin menant au petit village du Tholonet, non loin de la montagne Sainte-Victoire.

Inachevée comme nombre des tableaux de cette période, cette peinture pourtant à part entière n’a rien d’une esquisse ou d’une toile non aboutie. Selon la célèbre formule de Renoir qui s’enthousiasmait pour le génie de son ami Cézanne dont il disait qu’il ne pouvait pas poser deux touches sur une toile sans que « ça fasse bien » et après la magnifique exposition « Cézanne: finished-unfinished » (au Kunstforum de Vienne et au Kunsthaus de Zürich en 2000), on ne saurait douter de l’importance de la leçon cézannienne en ce domaine et tout particulièrement auprès de la jeune génération qui lui succéda, les Picasso, Braque et autre Matisse…

Le tableau de la collection Pearlman est un grand format pour Cézanne qui, hormis les trois Grandes Baigneuses, préféra des dimensions plus modestes. Dans ce tableau ambitieux, qui se résume à de simples maisons et arbres sur un fond de collines, la peinture et le dessin semblent se disputer la suprématie, ce qui n’est qu’une apparence puisque Cézanne disait plus on peint, plus on dessine et que les deux étaient absolument indissociables dans son esprit.

Charles Camoin - Autoportrait avec palette

Les lettres de Charles Camoin

Les lettres de Charles Camoin

A la suite de l’exposition Camoin dans sa lumière, au musée Granet durant l’été 2016, la fille de l’artiste a souhaité enrichir les collections du musée par le don exceptionnel et très généreux de six lettres autographes de Cézanne s’échelonnant de 1902 à 1904, soit la période pendant laquelle le jeune peintre marseillais, ami de Matisse et de Marquet, sera un proche du Maître d’Aix qu’il viendra voir d’abord en tant que soldat faisant son service militaire à Aix, puis comme un de ses fervents admirateurs jusqu’à sa mort en 1906. Cet ensemble de lettres, en cours d’acquisition, vient rejoindre une première correspondance de Cézanne donnée par Charles Camoin en 1951, lorsque le musée avait pu acquérir son autoportrait en militaire peint en 1901. Ces manuscrits précieux sont intégralement présentés dans l’exposition Cézanne at home.

Nouvelles technologies, réalité virtuelle et 3D autour du Jas de Bouffan

Dans la perspective de la transformation numérique du musée Granet, en avant première, le musée Granet en collaboration avec la société Wanadev, présente une création, un dispositif de réalité virtuelle. Il s’agit d’une immersion virtuelle en 3D dans le grand salon (qui ne sera pas accessible au public pendant la durée des travaux) de la bastide dans son état actuel mis en abyme avec celui du lieu à l’époque de la jeunesse de Cézanne lorsqu’il recouvre les murs de ses peintures.

Il s’agit de reconstituer cet ensemble disparu, in situ, ou presque, en vertu de la réalité virtuelle, en retranscrivant grandeur nature le caractère monumental de ce décor peint à l’huile à même le plâtre de la pièce la plus importante de la bastide grâce à un casque de réalité virtuelle. A partir des lieux dans leur état actuel, une interactivité est alors proposée au visiteur qui peut reconstituer un des panneaux peints, Le Baigneur au rocher, en rassemblant les trois fragments proposés, ce qui déclenche alors la reconstitution de la totalité des décors sur les trois murs principaux du grand salon que le visiteur peut alors découvrir tels que Cézanne les avait réalisés entre 1865 et 1870.

Infos pratiques

Musée Granet
Place Saint-Jean de Malte 13100 Aix-en-Provence

HORAIRES
Site musée Granet, place Saint- Jean de Malte et site « Granet XXe, collection Jean Planque »
Ouverts du mardi au dimanche : de 12h à 18h
Fermeture hebdomadaire lelundi.
Fermetures annuelles les 1erjanvier, 1er mai et 25 décembre.

DROITS D’ENTRÉE
Inclus dans le droit d’entrée au musée Granet, site St-Jean de Malte et site Granet XXe, collection Jean Planque.
Tarif plein : 5,5 €
Tarif réduit : 4,5 €,

INFORMATIONS
Tél. : +33 (0)4 42 52 88 32
museegranet-aixenprovence.fr

Pour aller plus loin

Atelier de Cézanne
Musée

Atelier de Cézanne

Aix en Provence

L'Atelier des Lauves est un véritable lieu de mémoire, marqué de l'empreinte de Cézanne. Il permet de découvrir les objets familiers du peintre et ses préférences artistiques. Le 1er septembre 1902, Cézanne s'installe dans son grand atelier à la campagne. Il travaillera là tous les…

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne
Actualité

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Sur plus de 500 m2, le public peut découvrir de façon chonologique près de 180 oeuvres qui présentent le parcours de Tal Coat. De ses début figuratifs à sa période qu’on dit « abstraite » après son séjour en pays d’Aix (1943 à 1956) où son travail évolue considérablement à la lumière de Provence.

Musée Granet
Musée

Musée Granet

Aix en Provence

Inauguré en 1838, le musée Granet est l'un des plus importants musées de la région, labellisé "musée de France". C'est une institution de la Ville d'Aix-en-Provence. Celui-ci propose un parcours se développant sur plus de 4000 m², privilégiant le fonds des peintures et des sculptures.…

Agenda

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions

Aix-en-Provence

Vous partez en séjour du côté d'Aix en Provence ? Consultez l'agenda culturel pour trouver des idées de sorties et les événements à ne pas manquer à Aix !

Voir le guide Aix-en-Provence
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Les villes et leurs Connectivités en Méditerranée à parcourir au Mucem

Exposition semi-permanente Galerie de la Méditerranée

Quatre ans après l’ouverture de la Galerie de la Méditerranée, le Mucem achève la refonte totale de la seconde section avec la mise en place d’une présentation inédite sur les cités en Méditerranée et leurs connexions.

Les couleurs de Laurent Corvaisier

Les couleurs de Laurent Corvaisier

du 7 novembre 2017 au 27 janvier 2018

Le centre d’art Les Pénitents Noirs d’Aubagne donne carte blanche au plasticien Laurent Corvaisier. Il y présente plus d’une centaine d’oeuvres, pour l’essentiel des grands formats.

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Harun Farocki-Empathie et notion de travail

Du 25 novembre 2017 au 18 mars 2018

La Friche Belle de Mai et le Goethe- Institut à Marseille déploient une ample exposition et de multiples propositions autour de la notion de travail, largement mise en jeu dans l’oeuvre de l’artiste Harun Farocki.

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

Ikbal/Arrivées, regard croisé sur l’Algérie contemporaine

du 25 novembre 2017 au 18 février 2018

20 photographes proposent un témoignage vibrant de la vie du pays et de sa scène photographique, marquée historiquement par l’impact et le quasi monopole du photojournalisme.

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Tal Coat, un breton dans la lumière de Cézanne

Du 18 novembre 2017 au 11 mars 2018

Sur plus de 500 m2, le public peut découvrir de façon chonologique près de 180 oeuvres qui présentent le parcours de Tal Coat. De ses début figuratifs à sa période qu’on dit « abstraite » après son séjour en pays d’Aix (1943 à 1956) où son travail évolue considérablement à la lumière de Provence.

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Botero dialogue avec Picasso, entre fascination et regard subjectif sur la réalité

Du 24 novembre 2017 au 11 mars 2018

L’exposition Botero, dialogue avec Picasso présente la riche production du maître colombien sous un angle inédit qui explore ses affinités artistiques avec Pablo Picasso.

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

Fantasmes et idées reçues d'une Vie simple

du 7 octobre 2017 au 2 avril 2018

En présentant de jeunes artistes en vis-à-vis de l’oeuvre de Vincent van Gogh, de l’art et du goût populaires, l’exposition « La Vie simple – Simplement la vie » met au jour les fantasmes et idées reçues d’un modèle de vie attrayant et romantisé.

Le Monde tel qu'il va...au J1

Le Monde tel qu'il va...au J1

du 1er novembre 2017 au 7 janvier 2018

Le MJ1 et les Rencontres d’Arles prolongent l’été avec huit expositions photos en entrée libre.

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

Antoine Raspal, témoin de la vie de ses contemporains

7 octobre 2017 au 7 janvier 2018

Cette exposition constitue la plus importante monographie jamais consacrée à ce peintre aussi rare que singulier dans le paysage artistique provençal du XVIIIe siècle et propose de redécouvrir ses oeuvres les plus célèbres en regard de peintures qui n’ont, pour certaines, jamais été exposées au public.

Un Mucem complétement foot !

Un Mucem complétement foot !

Du 11 octobre 2017 au 4 février 2018

Nuit vernie le 1er décembre !
Le foot, un phénomène mondial qui touche toutes les classes de la société, d'Istanbul à Marseille, de Madrid à Alger... Nous sommes foot présente au MuCEM plus de 300 oeuvres pour poser notre regard sur la culture footballistique en Méditerranée. 

Arlatensis, le rêve d’un artiste

Arlatensis, le rêve d’un artiste

Du 16 septembre au 7 janvier 2018

Le musée Réattu redonne vie à une trentaine d’œuvres en restauration depuis les années 80 avec l’exposition Arlatensis, le rêve d’un artiste.

13 lieux insolites à visiter pour les journées du patrimoine

13 lieux insolites à visiter pour les journées du patrimoine

Du 16 au 17 septembre 2017

Le week-end du 16 et 17 septembre 2017, comme chaque année environ 17 000 sites publics ou privés seront ouverts au public en France. My Provence Culture vous a sélectionné 13 lieux ou activités insolites à découvrir gratuitement.

Tous les articles