Marseille Jazz des cinq continents, une édition 2021 durable et responsable

Lecture 3 min

Publiée le mer 23/06/2021 - 02:00 / mis à jour le mer 30/06/2021 - 02:00

Après une annulation l’an dernier, les organisateurs « ont essayé de se donner toutes les chances de faire le festival dans des moments d’incertitudes très prononcés », explique Hugues Kieffer, directeur du festival. Du palais Longchamp au théâtre Sylvain, en passant par la Vieille Charité, venez vibrer en musique avec Marseille Jazz des cinq continents.

Le pari des jauges restreintes et du « tout assis » semble payer. L’incertitude du début quant à la faisabilité du festival commence peu à peu à se dissiper, au grand plaisir des organisateurs. Marseille Jazz des cinq continents, festival locavore, engagé et éco-responsable, accueille cette année des artistes français et internationaux pour le plaisir de tous les amateurs de jazz.

« Une programmation très solide, très ouverte et très riche »

De l’incontournable Thomas Dutronc et sa guitare, présentant son nouvel album « Frenchy », aux rois du multi-genre de Morcheeba, venus tout droit de Londres, la programmation de Marseille Jazz se veut diverse et ouverte à tous. Le festival se lance le jeudi 8 juillet avec le projet « What A Wonderful World », un spectacle basé sur la musique de Louis Armstrong, totalement créé et incarné par et pour les élèves du département des Bouches-du-Rhône. Malo Mazurié, spécialiste du répertoire d’Armstrong, a été sollicité pour écrire les arrangements et mener cet orchestre local. Le 10 juillet, c’est le pianiste cubain Harold López-Nussa Trio qui transportera le public avec ses notes de jazz afro-cubain, reggaeton ou encore songo.

Pour les fans de musique locale, le groupe Deluxe et leurs célèbres moustaches sera aux commandes le 20 juillet au théâtre Sylvain. Originaires d’Aix-en-Provence, les musiciens et leur chanteuse Liliboy offriront au public un spectacle au caractère bien trempé. Le 21 juillet, retrouvez la star en tête d’affiche Ibrahim Maalouf et sa trompette pour sa première fois au théâtre Sylvain. L’étonnant métissage des genres mis en place par l’artiste dans son nouvel album « S 3 N S » saura subjuguer le public. Enfin, c’est la jeune Kimberose et sa spontanéité déroutante qui viendra clôturer le festival le 25 juillet avec son univers soul et funk.

Image
Marseille Jazz
Concert dans les jardins du Palais Longchamp (c) LAURA DAUPIN

Un festival innovant et éco-responsable

Déjà engagés en 2019 par la charte signée avec Provence Tourisme pour rendre le festival locavore et favoriser les circuits courts, Marseille Jazz continue à œuvrer pour protéger au mieux l’environnement. Bien que l’instauration de restaurants sur place ne soit pas réalisable au vu des règles sanitaires, des foodtrucks devraient être présents au palais Longchamp et au théâtre Sylvain. Système de consigne avec ecocup, couverts en cartons ou en bambou et gourdes pour tous les artistes et les techniciens, les organisateurs s’engagent à réduire considérablement l’utilisation d’emballages plastique à usage unique : « un bon déchet est un déchet qu’on ne crée pas », insiste Hugues Kieffer.

Marseille Jazz continue sa démarche éco-responsable en prolongeant sa collaboration avec AREMACS pour sensibiliser au tri sélectif tout au long du festival. La mise en place d’un parcours d’eau et de toilettes sèches depuis de nombreuses années renforcent encore cette volonté de rendre le festival le plus vert possible. Côté billetterie, l’intégralité de la vente de billets se fait en ligne et l’impression papier a été réduite de 2/3 cette année pour favoriser les publications dématérialisées via les réseaux sociaux. Tout le reste est traité avec du papier aux normes vertes et recyclables. Tous ces éléments amènent à une concrétisation prochaine avec l’obtention de la norme ISO, norme spéciale pour les organisateurs d’événements prouvant la poursuite sur le long terme de démarches éco-responsables.

Articles les + lus