LE TANDEM INÉDIT PICASSO - PICABIA, HISTOIRE DE PEINTURE

Lecture 3 min

Publiée le lun 19/02/2018 - 01:00 / mis à jour le lun 02/08/2021 - 02:00

L’exposition Picasso Picabia. Histoire de peinture, présentée au musée Granet, du 9 juin au 23 septembre 2018, dans le cadre des manifestations Picasso Méditerranée rassemble pour la première fois des œuvres exceptionnelles de deux figures phares de la modernité, moins antagonistes qu’il ne semble de prime abord.

Unis par des origines méridionales communes, l’Espagnol Pablo Picasso (1881-1973) et le Français de père hispano-cubain Francis Picabia (1879-1953), furent plus proches que ce que l’histoire en a retenu – et cela, pour une raison au moins : goûtant la même liberté d’expérimentation en art, leurs carrières respectives, pour différentes qu’elles soient, ne furent qu’une longue rupture avec l’idée même de style – cette soi-disant marque « unique » du créateur dans l’art occidental. Avec Picasso et Picabia, les métamorphoses de soi sont érigées en mode de vie. « Un peintre, disait Picasso, ne doit jamais faire que ce que les gens attendent de lui. Le pire ennemi d’un peintre, c’est le style ». Picasso et Picabia ne firent effectivement jamais ce que l’on attendait d’eux.

Dans une éphémère feuille dada intitulée La Pomme de Pins, Picabia affirmait en 1922 : Picasso est le seul peintre que j'aime. Une exposition portant sur Picasso et Picabia pourrait commencer avec ce constat en forme de déclaration d'amour : Picabia aimerait Picasso. S'agit-il là d'une nouvelle illustration de la force d'attraction et de l'influence prépondérante de Picasso sur un artiste du XXe siècle ? Cette exposition suggère que l'affaire est plus compliquée : car la déclaration d'amour à Picasso est à relier aux innombrables saillies et pastiches du dadaïste à son encontre.

Première exposition à vouloir confronter l'art de Picasso et de Picabia, cette manifestation entend proposer au public un tandem inédit de l'histoire de la peinture au XXe siècle.

 

C’est à l’image de ce foisonnement formel que se déploie, en près de 110 œuvres, l’exposition Picasso Picabia. Histoire de peinture. Celle-ci s’appuie sur une sélection de peintures, de dessins, de photographies et d’archives issus de collections publiques et privées, françaises et internationales. Constituée par des ensembles remarquables, réunis à la fois chronologiquement et de manière thématique, l’exposition se concentre sur des moments clés de leurs parcours. À l’impossible mission d’être exhaustif, Picasso Picabia propose plutôt, du fait de l’extrême richesse de leurs carrières, une traversée de l’histoire des mouvements artistiques du 20e siècle.

Grâce à des œuvres étonnamment « jumelles » ou révélant au contraire des oppositions irréconciliables – à l’image exacte de leur relation –, l’exposition s’ouvre sur les débuts du cubisme vers 1907, puis s’empare de l’abstraction orphique, de l’esthétique du readymade et de la machine, du rôle de la photographie, du dessin néo-classique, du surréalisme, ou du recours, dans les années 1930 et 1940, à des expressions plastiques aussi opposées que le furent leurs sympathies politiques respectives. L’exposition se clôt sur des œuvres réalisées durant la décennie de leur disparition – en 1953 pour Picabia et quelque vingt ans plus tard, en 1973 pour Picasso.

Image
Tauromachie 1912
Tauromachie 1912

Portant sur cinquante années d'une production artistique foisonnante et ininterrompue, Picasso-Picabia privilégie autant des chefs-d'oeuvre que des réalisations plus méconnues parfois, des deux artistes d'ascendance espagnole. Cette histoire de peinture, faite d'oppositions, de rivalités, mais aussi de troublantes ressemblances entend mettre en lumière des pratiques et des courants picturaux fondateurs de la modernité : cubisme et orphisme, machines dada et classicisme ingresque, "surréalisme monstre" du milieu des années 1920 dans le sud de la France, portraits féminins des années 30, ou bien encore l'usage essentiel de la photographie. Œuvrant avec la même liberté, Picasso aurait pu se qualifier comme le faisait Picabia "d'artiste en tous genres", et qui l'un comme l'autre, auront changé le destin de la peinture dans le siècle.

Articles les + lus