Une envie d'humanité au Festival Parallèle

du 24 au 29 janvier 2017

Publié le 13 janvier 2017

De la vibration des marges

Parallèle, septième édition, vous propose de découvrir le travail d’artistes de la nouvelle génération, venant d’horizons disciplinaires et géographiques multiples : Grèce, Liban, Brésil, Allemagne, Suisse, Italie, Syrie, Pays- Bas, France, Angleterre, Lettonie.

Parce qu’il est essentiel d’envisager notre relation à l’autre de manière sensible - parce qu’une lecture poétique du réel et la création de souvenirs communs sont des moyens puissants de créer de nouvelles perspectives - parce que nous devons bien résister au désir latent et mortifère de définir tout et chacun à l’aune d’un sexe, d’une nationalité, d’une provenance, d’une situation, d’une identité simplifiée - parce qu’une culture mettant en valeur la multiplicité et la complexité du monde n’est pas un luxe, mais une nécessité impérieuse - tout sera ici, portes grandes ouvertes, mis en jeu, en gestes et en paroles par une génération qui réinvente continuellement son langage, ses moyens de créer, ses ressources et leurs modalités de partage.

Bande annonce festival Parallèle —7

Il y aura de l’accident et de l’instable, il y a aura du déplacement et de la rencontre.
Les spectateurs voyageront d'un théâtre à l'autre lors d'une même soirée.

Tout cela sera activé et mis en partage dans la programmation elle-même, comme au cours d’ateliers, exercices de regard critique avec lycéens et étudiants, rencontre professionnelle, temps de réflexion publique, projets collectifs... Ça se fera donc avec vous, d’où que vous veniez, vous serez les bienvenus !

Et rendez-vous est donné tous les jours à Montévidéo, lieu de convivialité du festival, où artistes et public pourront se retrouver l’après-midi et la plupart des soirs de représentations devant un immense écran et l'installation vidéo Thirst de Voldemàrs Johansons, véritable expérience onirique de confrontation avec la nature indomptable.

Apologies_4_5_Myrto_Apostolidou
Apologies_4_5_Myrto_Apostolidou

Tout commencera avec un pot d'ouverture le mardi 24 à 18h devant le Théâtre du Gymnase, juste avant la 1ère création personnelle de Katerina Andreou, A Kind of Fierce, un solo de danse énergique qui parle de la contrainte pour créer la liberté.
La Grèce sera à l'honneur lors de cette soirée car juste après, direction les Bernardines, pour découvrir Apologies 4&5 du Vasistas Theatre Groupe, procès atypique et choeur polyphonique au centre de la dramaturgie.

Tiphaine_Raffier_Dans_le_nom_Simon_Gosselin
Tiphaine_Raffier_Dans_le_nom_Simon_Gosselin

Le lendemain, mercredi 25, on continue avec Tiphaine Raffier et la mise en espace de son texte "Dans le nom" à la Criée qui coup de coeur oblige, vient d'en faire leur artiste associé !
Et on termine la soirée à Montévidéo avec le 3ème volet du tryptique de Volmir Cordeiro "Rue", une retranscription physique des poèmes de Brecht.

Grand mal
Grand mal

La performance d'Anne Lise Le Gac et d'Élie Ortis, le jeudi 26, explore les arts visuels et le geste performatif. Ça commence avec une collecte de vidéos de danses amateurs trouvées sur internet. Cette collection est devenue une conversation entre eux qui s'appelle "Grand mal" et qui n'a pas de fin. Leur travail parle de la solitude qui peut malgré tout procurer beaucoup de bien-être.

Marion_Siefert_2_ou_3_choses_que_je_sais_de_vous_Matthieu Bareyre
Marion_Siefert_2_ou_3_choses_que_je_sais_de_vous_Matthieu Bareyre

Soirée d'interactivité et de déambulation du Théâtre de La Cité au Théâtre du Gymnase puis aux Bernardines le vendredi 27.
Nous partirons à la découverte du travail sur les écritures du réel de l'Association Wagons Libres avec Sancha Iché, qui a traqué comment se situait notre positionnement sur l'échiquier politique.
Des interviews de grands patrons qui décrivent leurs adversaires politiques aux entretiens avec des migrants, elle travaille l'histoire avec les outils de la fiction et de la scène.
Autant de pistes par lesquelles "Droite/Gauche" scrute l'orientation physique et politique d'un corps dans les espaces qu'il traverse.
À ne pas rater ce soir là, "2 ou 3 choses que je sais de vous" de Marion Siéfert qui promet de nous surprendre. Le spectacle est toujours différent selon où il est joué. Marion crée le temps de la représentation une communauté éphémère à partir de son travail sur les réseaux sociaux.
Et pour finir, Maxime Kurvers charge des comédiens de se saisir des possibilités d'inventions ouvertes par ses consignes. Une expérience qui englobe aussi le spectateur.

Michele_Rizzo_Higher_Alwin_Poiana
Michele_Rizzo_Higher_Alwin_Poiana

Le samedi 28 on passe la soirée au Merlan avec Émilie Charriot et son "King Kong Théorie", manifeste coup de poing sur la féminité, tiré du livre de Virginie Despentes et les endroits d'oppression possibles. Un des succès du dernier Festival d'Avignon. Une mise en scène d'une grande douceur.
Et on enchaîne, bien sûr, pour finir en beauté, avec "Higher" de Michele Rizzo qui transpose l'ambiance envoûtante du clubbing sur le plateau du théâtre pour explorer le pouvoir cathartique de la danse.

Mithkal_Alzghair_Deplacement_Tanz_im_August_Laura_Giesdorf
Mithkal_Alzghair_Deplacement_Tanz_im_August_Laura_Giesdorf

Le dimanche 29, dernier jour du festival, nous entraîne, dans le cadre des Dimanches de la Canebière, organisés par la Mairie des 1er et 7ème arrond, dans le monde du Détachement international du Muerto Coco. La poésie contemporaine, une affaire d’initiés ? Dans leur caravane, Raphaëlle Bouvier et Maxime Potard envoient valdinguer les clichés. Sans cérémonie, ils donnent à entendre le meilleur des poètes d’aujourd’hui. Pulsé, scandé ou susurré, le verbe trouve une extension naturelle dans l’univers sonore développé pour chaque texte.

Les Lectures [z]électroniques en Caravane Sonore
12h Lecture 1 - 13h Lecture 2 - 14h Lecture 3 - 15h Lecture 4
Une lecture électronique, c’est un spectacle de 20 min, de la poésie contemporaine et sonore, du texte parlé-chanté-scandé et de la musique avec des jouets électroniques colorés. Un succès du festival l'année dernière.

ICI la Canebière
16h30 Faculté de droite et de science politique
Sur la Canebière on marche, on écoute, on écrit « Ici » et on prolonge la phrase, on enregistre sons, mots et conversations avec une boisson chaude, et avec tout ça Muerto Coco fabrique une carte postale sonore d’environ 10 min, à envoyer en mp3 à grand- mère, ou à son correspondant étranger, quelqu’un qui ne connaît pas trop la Canebière...

Votre cerveau doit apparaître
20h Théâtre de l’Oeuvre
Des lycéens de Limoges ont écrit de la poésie, des poètes ont écrit de la poésie, une jeune femme a mélangé et accroché tout ça sur des fils tendus, et elle va vous les lire, avec son ami le pianiste du futur. 35 min

Et pour clôturer le festival, direction les Bernardines, pour découvrir la chorégraphie tout en "déplacements" de Mithkal Alzghair. Entre danse traditionnelle syrienne et corps en exil.

Une promesse de festival riche en partage et émotions qui n'est qu'une fenêtre de visibilité, que le temps fort d'un travail à l'année effectué par Lou Colombani et son association KOMM'N'ACT qui suit ainsi des artistes depuis le tout début de leur développement artistique jusqu'à l'ultime accomplissement qu'est la diffusion de leurs spectacles.
Un festival qui remplit notre envie d'humanité en ces temps perturbés et notre besoin de se réchauffer...les corps et les âmes.

Detachement_International_du_Muerto_Coco_Damien_Chamcirkian

Informations Pratiques

Le festival Parallèle propose un PASS FESTIVAL donnant accès au tarif réduit pour l’ensemble des spectacles de la programmation. Il est nominatif et coûte 15 €.
Chaque réservation s’effectue auprès des lieux partenaires.
Les pass festival se réservent auprès du festival par mail à : reservation@festivalparallele.com ou par téléphone : +33 (0)4 91 11 19 33

Plus d'infos

Pour aller plus loin

Théâtre du Gymnase
Lieu culturel

Théâtre du Gymnase

Marseille

Le Théâtre du Gymnase est l'une des principales scènes culturelles de Marseille : il accueille chaque année une programmation nationale et internationale variée, associant théâtre, musique et danse. Son directeur Dominique Bluzet dirige également le Théâtre du Jeu de Paume, Le Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence, et les Bernardines. Théâtre à l'italienne de 695 places. Le Gymnase a fêté son bicentenaire en 2004. Le Théâtre des Bernardines rejoint l'aventure des ''Théâtres'' à partir de la saison 2015-2016, venant s'associer ainsi à la programmation du théâtre du Gymnase à Marseille, du théâtre du Jeu de Paume et du Grand Théâtre de Provence à Aix. Un projet, Quatre Théâtres. Une aventure ancrée dans la métrople Aix-Marseille-Provence, où chaque structure raconte son quartier, sa ville, son histoire et son évolution. Près de 2700 fauteuils : théâtre, musique, danse, humour, jazz, jeune public.

La Canebière
Site

La Canebière

Marseille

La Canebière est ouverte en 1666 lors de l'agrandissement de la ville ordonné par Louis XIV. Son nom vient du provençal "Canebe", chanvre, qui perpétue le souvenir des cordiers installés ici depuis le Moyen-Age. Mais ce n'est qu'avec le départ du Grand Arsenal à la fin du XVIIIe siècle que la Canebière est prolongée jusqu'au port et que de beaux immeubles y sont construits. Le Second Empire et l'expansion coloniale bouleversent la ville : de grandes percées sont ouvertes, de riches bâtiments sont construits, un nouveau port est créé. La Canebière connaîtra ses heures de gloire sous la Troisième République grâce à l'intense activité intellectuelle et commerçante régnant dans les cafés, grands hôtels et grands magasins. La Canebière acquiert une réputation internationale et devient très vite un lieu-symbole de Marseille et de son port. Ce n'est, officellement, qu'en 1928 que la Canebière s'étendra du Vieux-Port jusqu'à l'église des Réformés englobant ainsi la rue Noailles et les allées de Meilhan. Certains immeubles sont classés Monument Historique. Un des premiers grands cafés installés sur la Canebière, le café turc (à l'emplacement actuel de l'Office du Tourisme et des Congrès) est dès 1850, le passage obligé des voyageurs pour l'Orient. Un salon à l'orientale ouvrait sur la rue Prince de Beauvau. Au centre de la salle principale donnant sur la Canebière, trônait une fontaine monumentale surmontée d'une horloge à quatre cadrans. Symbole de l'ouverture de Marseille sur le monde, elle marquait à la fois l'heure turque, chinoise, arabe et européenne. Son décor fastueux et son ambiance ont été souvent évoqués dans la littérature. Le café turc disparut au lendemain de la Première Guerre Mondiale. La rue Beauvau fut ouverte en 1785 sur les terrains de l'Arsenal des Galères, elle porte le nom d'un gouverneur de Provence. Elle fut l'une des premières rues de Marseille équipées de trottoirs. A noter au numéro 4 l'Hôtel Beauvau qui hébergea Lamartine en 1832 ainsi que George Sand et Frédéric Chopin en 1835. L'Opéra. Les Marseillais ont toujours été des amateurs de théâtre et d'opéra. Plusieurs salles de spectacle furent d'ailleurs construites en divers points de la ville pour répondre à cet engouement local. Mais il faudra attendre la vente des terrains de l'Arsenal des Galères en 1781 pour permettre la construction du Grand Théâtre (une des clauses de l'acte de vente stipulait l'obligation de construire un opéra selon le principe de la concession à perpétuité). L'ensemble des terrains est cédé par le Ministère de la Marine à la ville qui les revend trois ans plus tard à une Compagnie dirigée par le génois Rapalli. Il procède à la construction d'immeubles qui vont donner lieu à d'extraordinaires flambées de prix. Tout le quartier va dès lors s'organiser autour de cette vaste parcelle et les rues seront dédiées au théâtre et à la musique (Corneille, Molière, Lully ...) ainsi qu'aux grands représentants de la Royauté en Provence. Le Grand Théâtre, inauguré en 1787, était l'oeuvre de l'architecte Benard. De style néo-classique, il l'avait conçu comme un temple de la musique et de la danse. En 1919, un incendie détruisit entièrement la salle et la scène seuls furent conservés les murs maîtres, la colonnade ionique et la façade principale en pierre de taille. L'architecte Gaston Castel associé à Raymond Ebrard fût désigné pour reconstruire l'opéra de 1921 à 1924 dans un style Art Déco. L'idée de Castel fût d'ouvrir ce chantier à une pléiade de créateurs et de techniciens qui vont intervenir dans tous les domaines : peinture, sculpture, mosaïque, ferronnerie. Sur la façade, on peut voir les quatre allégoriques de Sartorio ainsi que la phrase inscrite sur la corniche supérieure : " L'Art reçoit la Beauté d'Aphrodite, le rythme d'Apollon, l'équilibre de Pallas, et doit à Dionysos le mouvement et la vie ". Dans la salle surmontant le cadre de la scène " la naissance de la beauté " réalisée par Antoine Bourdelle, en stuc rouge sur fond or dans le grand foyer, deux superbes vases spécialement conçus pour ce vaste espace par la manufacture de Sèvres et le décor plafonnant de Carrera illustrant dans des tons acidulés le mythe d'Orphée et d'Eurydice. L'originalité du bâtiment est d'avoir réussi à mêler le style néo-classique du XVIIIe siècle et le style Art Déco du XXe siècle. Les grands hôtels Une des plus belles réalisations est sans aucun doute l'ancien Hôtel du Louvre et de la Paix de l'architecte Pot occupé aujourd'hui par le magasin C&A. La façade offre aux visiteurs une entrée monumentale encadrée par quatre opulentes cariatides représentant les quatre continents (l'Europe, l'Asie, l'Amérique et l'Afrique). Cet hôtel était classé parmi les hôtels de première classe et avait 250 chambres, 20 salons et 2 salles de restaurants. Il fonctionne jusqu'en 1941 où il est réquisitionné et acheté par la Marine Nationale, puis occupé par la Kriegsmarine. Après la guerre et jusqu'en 1977 la Marine revient, installe ses bureaux, utilise les salles de réception pour les manifestations officielles, le mess des officiers... Le décor est alors tel qu'il était sous le Second Empire. En 1980, après 3 ans d'abandon et de dégradations, le bâtiment est vendu les architectes ne garderont que les façades, l'escalier et deux salons classés Monuments Historiques et en 1984 le magasin C&A ouvre ses portes. À l'intérieur, à gauche l'escalier est toujours visible et au fond du magasin des portes banales dissimulent ces deux magnifiques salons, témoins de l'époque fastueuse du Grand Hôtel du Louvre et de la Paix. C'est dans cet hôtel qu'en 1896, eut lieu la première représentation cinématographique des frères Lumière à Marseille "Entrée en gare de La Ciotat". L'Hôtel Noailles fut édifié par l'architecte Bérengier en 1865. C'est un très beau bâtiment, beaucoup plus sobre dans son architecture que le Louvre et Paix, avec un avant-corps central surmonté d'un fronton triangulaire. La façade est rythmée par l'alternance de frontons triangulaires et curvilignes. C'était autrefois un hôtel très luxueux et jusqu'en 1979 les grands de ce monde, qu'ils soient artistes ou hommes politiques, "descendaient" au Noailles. Tous les hôtels de la rue Noailles étaient d'ailleurs si réputés qu'une rubrique quotidienne leur était consacrée dans le journal. Aujourd'hui transformé en commissariat, le Noailles reste néanmoins une adresse prestigieuse. Les allées de Meilhan L'agrandissement de 1666 prévoyait la création d'une promenade publique au-delà des remparts. Les travaux ne furent achevés qu'en 1775 grâce à l'intendant de Provence, Sénac de Meilhan. Ces allées étaient alors réputées pour leurs guinguettes où les jeunes gens venaient s'amuser et danser. Le style des immeubles est très différent de celui de la Canebière et de la rue Noailles et ils datent pour la plupart de la fin du XVIIIe siècle. On retrouve d'ailleurs le type du "3 fenêtres marseillais" que l'on rencontrera plus loin sur le boulevard Longchamp. C'est sur cette partie de La Canebière que se tenait la foire aux santons. Elle est l'une des traditions les plus vivantes et les plus populaires de Marseille. Les origines de la foire aux santons remontent au lendemain de la Révolution et en font la plus vieille foire aux santons de Provence. La foire aux santons de Marseille est ouverte chaque année du dernier dimanche de novembre au 31 décembre. Son inauguration s'effectue, au son des tambourins et en présence d'une foule joyeuse, à l'issue de la messe des santonniers célébrée en provençal, en l'église Saint-Vincent de Paul les Réformés. Le kiosque à musique Le kiosque à musique en métal remplace depuis 1911 un kiosque en bois plus ancien. Une fontaine Wallace, que l'on retrouvera dans le parc Longchamp, a été mise en place ici dans les années 1930. Le Monument aux Mobiles Il a été érigé ici en 1894 en souvenir des soldats marseillais morts pendant la guerre de 1870. On reconnaît la France Armée avec à ses pieds les vaillants soldats. Le Monument aux Mobiles est le point de départ des manifestations qui descendent la Canebière vers le Vieux-Port, puis souvent se dirigent vers l'Hôtel de Ville ou vers la préfecture selon la nature des doléances ! Mais c'est aussi là que se forment les défilés, que ce soit pour le 14 juillet ou pour le carnaval quand les héros du jour pavoisent fièrement sur La Canebière, applaudis par la foule toujours prête à faire la fête ! Les Réformés Au XIVe siècle, les ermites de Saint Augustin s'installent à l'emplacement de l'église Saint-Ferréol les Augustins, située sur le Vieux-Port. Au XVIe siècle, une réforme de leur culte s'organise les Augustins Déchaux bâtissent un autre couvent au-delà de la Canebière. Sous la Révolution, les moines sont dispersés. En 1803, une nouvelle paroisse est créée dans ce quartier dont la population augmente. Un prêtre de la Mission, congrégation fondée en 1625 par Saint-Vincent de Paul en devient le premier curé. La construction de la nouvelle église d'inspiration néo-gothique se fera selon les plans de l'architecte Reybaud. L'église est consacrée en 1888. En 1989, l'ASPRA est créée pour la sauvegarde de l'édifice. En 1998, un carillon de quatre cloches est enfin placé dans l'une des deux flèches. Leur hauteur, 69 mètres au-dessus du sol de la crypte donne une idée des dimensions imposantes de l'église. À l'intérieur, les vitraux réalisés par Didron évoquent les principales scènes de la bible et les saints de Provence. Les fonts baptismaux, le maître autel en marbre, lapis-lazuli, onyx, bronze doré orné d'émaux, la chaire en bois sculpté, l'autel en marbre réalisé en 1999 avec l'ancienne table de communion, le Christ du Saint Suaire du sculpteur marseillais Botinelly.

Agenda

Théâtre

Théâtre

Comédie, pièce classique ou théâtre contemporain : les scènes de Provence accueillent 1001 spectacles à applaudir en famille.

Voir le guide Théâtre
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Chroniques des imaginaires numériques

Chroniques des imaginaires numériques

du 8 novembre au 15 décembre 2018

Pendant plus d'un mois, Chroniques, biennale des imaginaires numériques, s’installe à Aix-en-Provence et Marseille. Événement international dédié à la création contemporaine à l’ère numérique, Chroniques invite connaisseurs, curieux ou néophytes à explorer les voies de la Lévitation

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Novembre 2018

De nombreuses manifestations sont organisés en Provence pour commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918.

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

du 1er novembre 2018 au 24 mars 2019

L'Hôtel de Caumont à Aix présente une dimension inexplorée de l’œuvre de Marc Chagall, célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps. L’exposition, consacrée à la 2ème partie de sa carrière met en lumière son renouvellement artistique et révèle chaque étape de création de son œuvre à partir de l’année 1948 jusqu’à son décès, en 1985.

3 écomusées à visiter en Provence

3 écomusées à visiter en Provence

Mieux comprendre son territoire

Parce qu’il est important de savoir où on met les pieds quand on est en vacances et où l’on vit quand on est résident, visitez les 3 écomusées que nous avons dans les Bouches-du-Rhône.

C'est gratuit ! Les Tops du mois

C'est gratuit ! Les Tops du mois

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles, festivals gratuits à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top spectacles pour Enfants

Top spectacles pour Enfants

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles ou propositions pour enfants, à passer en famille et à ne pas rater ! Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de sorties originales.

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.

Top des petites Expos

Top des petites Expos

NOVEMBRE 2018

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.

Top des spectacles de Danse

Top des spectacles de Danse

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles de danse à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des pièces de Théâtre

Top des pièces de Théâtre

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de pièces de théâtre, de spectacles dans des lieux insolites à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top des petits Concerts

Top des petits Concerts

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts à ne pas rater. Pas de têtes d'affiches, ni de festivals (sauf les soirées gratuites) mais nos coups de cœur, nos incontournables, nos artistes émergents préférés et des idées de soirée originales.

Jazz sur la Ville rythme notre automne

Jazz sur la Ville rythme notre automne

5 novembre au 2 décembre 2018

Jazz sur la Ville cette année représente 80 événements dont une partie en entrée libre et fêtera les 100 ans du jazz.