Un Mucem complétement foot !

Du 11 octobre 2017 au 4 février 2018

Mis à jour le 2 août 2021

Le foot, un phénomène mondial qui touche toutes les classes de la société, d'Istanbul à Marseille, de Madrid à Alger... Nous sommes foot présente plus de 400 oeuvres pour poser notre regard sur la culture footballistique en Méditerranée. Entretien avec Florent Molle et Gilles Perez, commissaires de l’exposition

Avec « Nous sommes foot », le Mucem fait le pari d’ouvrir son regard à la vibration de la ville qui l’accueille. Car Marseille vit au rythme du football. Elle respire foot. Elle déprime les lendemains de défaite, elle communie les soirs de victoire. Cette passion dit beaucoup de sa nature. À commencer par son côté éminemment populaire.
Grâce à plus de 400 oeuvres, objets, photos, installations et vidéos issus des collections du Mucem, de musées, de fédérations de football ou de collections privées et d’enquêtes collectes, le Mucem souhaite rendre hommage au football et à la culture populaire qui l’accompagne, en Méditerranée comme à Marseille, promue en 2017 au titre de capitale européenne du sport.

« Nous sommes Foot »… même si on n’a jamais tapé dans un ballon, même si on ne s’est jamais intéressé à ce sport ?

Florent Molle — C’est l’idée ! C’est peut-être un peu ambitieux, mais nous souhaitions suggérer avec ce titre provocateur que tout le monde est concerné par le football, et notamment aussi ceux qui détestent ce sport. On ne peut pas fermer les yeux sur le fait que le football est le sport le plus populaire du monde : faut-il rappeler que plus d’un milliard de téléspectateurs ont regardé la finale de la dernière Coupe du monde ? Si le football est si présent, c’est parce qu’il est bien plus qu’un simple sport. Plutôt que de parler du jeu lui-même, de ses règles et de son histoire, l’exposition révèle à quel point il est pertinent de regarder les sociétés de l’Europe et de la Méditerranée à travers un ballon. Tout au long du parcours, il est question de passion, de sentiment religieux, d’appartenance, de violence, de genre, de politique et d’économie…

Gilles Perez — Nous sommes tous foot ! Et on s’en amuse énormément dans l’exposition où, dès l’entrée, le visiteur doit passer par un « sas anti-foot » : un vestiaire où l’on va se débarrasser de ses vieux oripeaux, c’està- dire de toutes ses idées préconçues sur ce sport. Il s’agit de « se laver les idées », de redevenir le gamin qui regarde ses copains taper dans le ballon et partage avec son père l’enthousiasme d’une victoire… Nous sommes Foot, car le football est un sport universel. Quel que soit l’endroit du monde où l’on se trouve, il permet de rentrer en contact avec l’autre. Lorsque j’étais reporter de guerre, j’avais un « mot de passe » infaillible pour aborder civils ou militaires : « J’arrive de Marseille, la ville de Zidane. » Cela permettait tout de suite de lancer la conversation ! En Asie du Sud-Est, je demandais : « Vous êtes Arsenal, Chelsea ou Liverpool ? » En Espagne : « Vous êtes Real ou Barça ? » Le football est une culture commune à l’ensemble des peuples du monde.

© Geoffroy MATHIEU

En quoi le football est-il un sujet d’exposition pertinent pour le Mucem ?

F.M. — Pour un musée de société, évoquer le football est une évidence. Comme le rappelle le philosophe Jean-Claude Michéa, le football offre un reflet idéal pour comprendre toutes les contradictions de la société libérale moderne. C’est un sport populaire, mais aussi l’un des plus grands business au monde. C’est un sport basé sur la solidarité, mais il reflète aussi les inégalités, sociales ou de genre, présentes dans nos sociétés. C’est à la base un sport « amateur », mais c’est aujourd’hui l’un des éléments phares de notre société du spectacle. Le football est donc le reflet de nos sociétés contemporaines, où tout s’achète et tout se vend, même un joueur, ou un match !

G.P.— Faire une exposition sur le foot n’est pas chose évidente. Certains peuvent considérer que le football n’est qu’un épiphénomène, qu’il ne mérite pas d’entrer dans un musée… Notre souhait est de faire comprendre que ce sport nous renvoie sans cesse à une réalité sociétale et politique. Comme l’a souligné Florent, le foot est un polaroïd de nos sociétés et sa marchandisation croissante a travesti notre vision de ce sport, elle nous a fait oublier les émotions premières qu’il véhicule. Notre message est qu’il est nécessaire de revenir aux fondamentaux, de percevoir le foot comme un moment de partage. Avec cette idée utopique que le football est un bien commun nécessaire à la construction d’un bien commun des peuples : il faut donc s’élever contre les appropriations marchandes et financières des passions populaires.

Marionnette de Zinedine Zidane "Les Guignols de l'info" Canal + Première apparition dans l'émission du 26 mai 1995 © N.Ammirati

C’est justement pour « revenir aux fondamentaux » que vous êtes allés « sur le terrain », dans plusieurs pays méditerranéens, afin d’effectuer plusieurs campagnes d’enquêtes-collectes et ainsi de rencontrer ceux qui vivent cette passion au quotidien ?

F.M. — Il s’agissait en effet de montrer que le supportérisme est un loisir pratiqué par de nombreuses personnes. Il fallait prendre au sérieux cette « culture foot », la considérer comme un fait social, l’investiguer, la documenter, et collecter objets et témoignages. Quatre chercheurs (Abderrahim Bourkia, Christian Bromberger, Sébastien Louis et Ljiljana Zeljkovic) sont donc partis à la rencontre de supporters dans plusieurs pays (Algérie, Tunisie, Israël-Palestine, Bosnie-Herzégovine, Italie, France, Espagne).

Nous avons également contacté tous les groupes de Marseille, et puis nous nous sommes très vite rapprochés du Commando Ultra’ (CU 84) et de la « vieille garde », les anciens, les premiers à avoir initié ce type de supportérisme en France. Nous avons ainsi pu collecter des écharpes, des drapeaux, des banderoles, des stickers, des fanzines, des T-shirts, des photos… Tout ce qui représente la culture matérielle du supportérisme et du « mouvement ultra ». Parmi les pièces les plus remarquables, il y a cette caisse de klaxons, réalisée en 1972 par un groupe ultra italien (Ultras Latina 1972) dans laquelle étaient installées deux batteries de voiture, reliées à huit klaxons de Fiat 500 ! De quoi réveiller un stade ! Je citerai aussi la banderole des Ultras Verde Leone du Mouloudia Club d’Alger… Et les centaines de photographies réalisées sur le terrain. Dans le côté « hools », nous avons aussi collecté une barre de fer, utilisée par les supporters russes et les supporters anglais, à Marseille, rue Fort- Notre-Dame, pendant les bagarres qui se sont déclarées en marge de l’Euro 2016.

Dans le rapport qu’entretiennent les supporters avec leur passion pour le foot, y a-t-il une spécificité méditerranéenne… et marseillaise?

F.M. — Si spécificité méditerranéenne il y a, elle existe sans doute dans le mouvement ultra, ce mouvement de contre-culture qui s’est constitué dans les années 1960 en Italie et qui s’est diffusé très vite dans le reste de l’Europe. En France, la première association voit le jour à Marseille en 1984. Dès la fin des années 1990, le mouvement dépasse les frontières du continent européen pour se développer en Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Libye, en Égypte, en Israël et en Palestine.

G.P. — Il est vrai qu’à Marseille, le foot se vit plus intensément qu’ailleurs. Il y a cette fameuse 44e minute, le 26 mai 1993, quand la ville a chaviré dans l’émotion, quand elle a planté son drapeau sur la planète Europe. Marseille la mal-aimée accédait enfin à la reconnaissance en atteignant le sommet de l’Europe. L’OM et ses supporters resteront, quoi qu’il arrive, « à jamais les premiers » à avoir remporté la Ligue des champions. L’autre spécificité propre à Marseille tient aux revendications antifascistes et antiracistes des supporters.

© N.Ammirati

Comment s’organise l’exposition ? Quelles sont ses grandes thématiques ?

G.P.— Après le « sas anti-foot » introductif, le visiteur rentre littéralement dans un stade de football, sous les gradins, avec une ambiance scénographique conçue par les directeurs artistiques Democracia. La première partie traite de la « Passion » dans toutes ses dimensions : du point de vue de l’intime, de la ville, de la nation. Nous nous intéressons aux rapports entre football et religion et nous allons jusqu’à comprendre la culture ultras et ce qui la distingue du hooliganisme. La deuxième partie est intitulée « Engagement ». Nous y présentons les liens qui unissent football et politique. Nous cherchons à comprendre comment cette culture populaire a été utilisée au cours de l’histoire politique récente et comment, a contrario, des joueurs ont pu se saisir du pouvoir du football pour défendre d’autres idées. Ici, le visiteur rentre dans ce que l’on nomme « Le stade Agora », un stade reproduit en miniature dans lequel nous espérons voir naître des discussions pour rappeler que le stade est aussi un lieu public.

F.M.— « Mercatos » est le titre de la partie suivante. Nous continuons ici notre fil historique pour retracer l’évolution du football, de l’amateurisme à la professionnalisation, jusqu’au marché des transferts. Une salle dans laquelle des affiches de publicités prennent place à côté d’affiches de films et des disques 45 tours pour montrer comment est né le football marchandise, dont l’un des aboutissements réside dans ces objets. L’exposition confronte ensuite le visiteur à la face sombre du football actuel, celle de la corruption et des intérêts financiers. Nous nous demandons ici si le football doit nécessairement gagner à tout prix. La dernière partie propose aux visiteurs une vision plus positive du football en rappelant que celui-ci offre toujours la possibilité d’un monde solidaire et citoyen. Son futur ne dépend que de ce que nous en ferons.

Pour aller plus loin

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Le MuCEM, un musée des civilisations pour le XXIe siècle

Flottant entre le ciel et l’eau, à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, un musée national ouvre ses portes. Avec le Fort Saint-Jean relié par une passerelle au bâtiment contemporain créé par Rudy Ricciotti sur le môle J4, le Mucem est, par sa situation même, un grand projet pour la Méditerranée.

Agenda

Expositions en Provence

Expositions en Provence

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions en Provence
Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Gratuit

Gratuit

Que faire en Provence pour zéro €uro ? Retrouvez dans cet agenda les meilleurs bons plans pour se cultiver et se divertir gratuitement dans les Bouches-du-Rhône.

Voir le guide Gratuit
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Visite sur canapé : le Château Borély comme si vous y étiez !

Visite sur canapé : le Château Borély comme si vous y étiez !

Participez aux visites virtuelles live à 360°

Cet automne, le Château Borély à Marseille vous donne RDV pour 3 visites virtuelles à 360°, commentées et inédites ! Inscrivez-vous vite !

La programmation du Musée Départemental Arles Antique à ne pas manquer cet automne/hiver

La programmation du Musée Départemental Arles Antique à ne pas manquer cet automne/hiver

Expositions, conférences, cours et stages; les incontournables de la fin d'année

Le Musée Départemental Arles Antique, récemment labellisé Unesco, dévoile sa programmation de fin d'année. Découvrez-la sans plus attendre.

LUMA Arles, le nouveau centre culturel expérimental arlésien au Parc des Ateliers

LUMA Arles, le nouveau centre culturel expérimental arlésien au Parc des Ateliers

Le campus créatif interdisciplinaire signé Maja Hoffmann

Luma Arles a ouvert ses portes lors de son inauguration le 26 juin 2021. Expositions, spectacles vivants, conférences… Le projet LUMA initié par la fondatrice de la Fondation, Maja Hoffmann, se caractérise par un réel campus créatif interdisciplinaire où les artistes, penseurs et scientifiques peuvent laisser libre cours à leur imagination et leurs projets.

Le Miroir aux oiseaux à Martigues

Le Miroir aux oiseaux à Martigues

Un incontournable d’une balade dans la Venise provençale

Classé depuis 1942, ce petit port pittoresque au surnom poétique a conquis le monde entier grâce à ses couleurs et sa lumière. Comme Delacroix, Ziem ou encore Dufy, laissez-vous charmer par ses façades colorées et ses petites barques traditionnelles !

Le constructivisme à l’honneur à la Fondation Vasarely avec l’exposition Sud-Est

Le constructivisme à l’honneur à la Fondation Vasarely avec l’exposition Sud-Est

Attention les yeux !

L’exposition « Sud-Est, le constructivisme en héritage » se prolonge jusqu’au 12 septembre 2021 à la Fondation Vasarely à Aix-en-Provence. Le centre architectonique accueille à cette occasion une vingtaine d’œuvres d’artistes sud-américains et est-européens prêtées par le Centre Pompidou.

Rocher Mistral : le parc à thème qui met la Provence à l'honneur

Rocher Mistral : le parc à thème qui met la Provence à l'honneur

Un saut dans le temps

Spectacles, marché provençal et pièces de théâtre, le Rocher Mistral vient d'ouvrir ses portes aux visiteurs

Museon Arlaten – musée de Provence, le musée ethnographique arlésien

Museon Arlaten – musée de Provence, le musée ethnographique arlésien

Au coeur de la culture provençale

Après 11 ans de travaux, le Museon Arlaten a réouvert ses portes. My Provence vous emmène dans ce musée arlésien à ne pas rater pour tout savoir sur la culture provençale.

Bon plan : les dernières places du festival d'Aix-en-Provence

Bon plan : les dernières places du festival d'Aix-en-Provence

Profiter du festival d'Art Lyrique à tous les prix

Incontournable en Provence, on a déniché dans la billetterie les dernières places pour profiter du festival d'Art Lyrique ! En plus de ça, plusieurs tarifs sont encore disponibles pour rendre le festival accessible à tous les budgets.

Se retrouver pour la Nuit Européenne des Musées le 3 juillet

Se retrouver pour la Nuit Européenne des Musées le 3 juillet

« La nuit au musée » IRL pour petits et grands

La nuit européenne des musées, c’est ce samedi 3 juillet ! De retour pour une 17ème édition, de nombreux musées ouvriront leurs portes gratuitement au grand public pour faire vivre la culture au travers de visites de nuit à la lampe torche, de jeux d’enquête ou de l’opération « La classe, l’œuvre ! ».

Marseille Jazz des cinq continents, une édition 2021 durable et responsable

Marseille Jazz des cinq continents, une édition 2021 durable et responsable

Du 8 au 25 juillet, la musique rime avec écologique

Marseille Jazz des cinq continents relance son festival pour une édition 2021 riche en innovations. Du palais Longchamp au théâtre Sylvain, en passant par la Vieille Charité, venez vibrer en musique en plein cœur de Marseille.

Les festivals de l'été 2021 en Provence

Les festivals de l'été 2021 en Provence

Plutôt Jazz ? Opéra ? Musique du monde ? Electro ?

Les festivals de l'été sont de retour en Provence ! Amateurs de jazz, d'art lyrique, de piano ou encore de musiques actuelles; en juillet et août, les 4 coins des Bouches-du-Rhône vont vibrer au rythme de la musique. Découvrez notre sélection

A la découverte du patrimoine de Provence avec les Journées de l’Archéologie

A la découverte du patrimoine de Provence avec les Journées de l’Archéologie

Ce week-end, prenez rendez-vous avec l’histoire du territoire

Les Journées Européennes de l’Archéologie, c’est ce week-end ! Du 18 au 20 juin 2021, archéologues et restaurateurs vous font découvrir les trésors du patrimoine provençal au travers d’ateliers ludiques, de visites guidées et d’expositions inédites sur les sites archéologiques ou dans les musées des Bouches-du-Rhône.