Un autre regard sur l'actualité aux Rencontres à l'échelle

du 7 novembre au 1er décembre 2018

Publié le 15 octobre 2018 Mis à jour le 15 octobre 2018

Depuis 13 ans, Les Rencontres à l’échelle inscrivent dans le paysage marseillais un rendez-vous audacieux et rassembleur dédié aux esthétiques contemporaines internationales.

Produit par Les Bancs Publics qui viennent de fêter leurs 20 ans, le festival essaime son état d'esprit dans plusieurs lieux de la ville. Chacune des éditions se compose à partir d'artistes peu connus en Europe et de personnalités confirmées. La programmation circule librement entre les disciplines et les horizons géographiques pour mieux interroger les nouvelles règles du monde.

Des moutons et des hommes

Des moutons et des hommes

Pour cette treizième année, le festival réunit des créations internationales, une exposition et plusieurs parcours cinéma. Parmi les spectacles, deux créations ont remporté un vif succès au Festival d'Avignon cet été. Mama, mis en scène par Ahmed El Attar, est un portrait peu complaisant de la société égyptienne à travers la figure de la femme et de la mère. Avec audace et humilité, Gurshad Shaheman – artiste accompagné depuis de nombreuses années par Les Rencontres – entrelace les témoignages d'éxilés dans sa deuxième mise en scène qualifiée 
de "spectacle le plus beau et le plus doux du Festival d'Avignon 2018." (Les Inrocks).

D'autres spectacles, lectures, performances et projections nourrissent cette édition qui s’ouvre
au Merlan, s’installe ensuite à la Friche la Belle
de Mai et fait escale à Montévideo, au Gyptis, au Vidéodrome 2 et au nouveau cinéma La Baleine. Espace de rencontres et de réfléxion, le festival s'attache à ouvrir un dialogue entre les artistes et les publics notamment lors de rencontres autour des représentations.

À découvrir entre autres :

Mama d'Ahmed El Attar

Théâtre

Le large et confortable fauteuil de l’aïeule occupe la position stratégique du salon chic et trop vaste. Autour, se perdent et s’ignorent, se vautrent et se confrontent les petits individualismes obstinés des membres d’une famille égyptienne de la bonne société.

Entre drame bourgeois, tragédie et soap opéra, Ahmed El Attar clôt avec Mama sa trilogie familiale, après La vie est belle et The last Supper. Il choisit cette fois un sujet électrique : le pouvoir des femmes au sein des familles égyptiennes. L’auteur et metteur en scène l’aborde à rebours des idées reçues vis à vis du monde arabe, comme c’est le cas à chacune de ses créations. Face à l’invariable suprématie masculine, les élégants personnages féminins de Mama optent pour le contrôle de leur progéniture mâle, tours maîtresses de parties d’échecs au train inexorable, car à défaut d’incarner le pouvoir, elles n’ont d’issue que de l’obtenir par procuration. Du moins le pensent-elles. Mères, sœurs, brus, entrent en concurrence et con it les unes avec les autres, plus ou moins ouvertement.

Le metteur en scène cairote nous présente in ne des femmes bien en phase avec leur époque, qui se battent et se défendent, et réinventent leur fonction. En quête d’une reconnaissance absolument justifiée, elles savent, comme la mère de Néron, qu’elles ont encore un rôle à jouer, et ce jusqu’au bout.
samedi 10 novembre 20h30 Le Merlan

Horse Day de Mohamed Bourouissa

Exposition

Artiste majeur de sa génération, le plasticien franco-algérien célèbre les cow-boys afro-américains.

Mohamed Bourouissa a initié le projet Horse Day lors d’une résidence à Philadelphie (États-Unis) en 2013. Installé dans le quartier de Fletcher Street, célèbre pour sa communauté hippique afro-américaine, il organise avec les populations locales un concours de costumes équestres. Il documente en photo et vidéo ce carnaval à cheval. De retour en France, l’artiste a produit une série de tableaux-sculptures, The Hood (2015), dont est tirée Good Luck, par un procédé de tirage numérique sur carrosserie de voiture, qui convoquent des associations entre cheval et voiture, entre Western et photographie pictorialiste. Territoire de réparation et de cristallisation des imaginaires, fondé par des cavaliers afro-américains, les écuries de Fletcher Street accueillent les jeunes adultes du quartier et offrent un refuge aux chevaux abandonnés. Bourouissa organize avec les habitants du quartier un grand concours de “tuning” hippique. Sans pour autant documenter une réalité, l’artiste s’est emparé de l’histoire du lieu, de l’imagerie du cowboy et de la conquête des espaces. Le lm, de facture cinématographique, retrace ce projet. Il rend compte avec force d’une utopie urbaine. Fasciné par l’histoire de la représentation des cowboys noirs, il synthétise des questionnements récurrents: l’appropriation des territoires, le pouvoir, la transgression.
du 10 novembre au 2 décembre
vernissage le vendredi 9 novembre à 19h
Friche la Belle de Mai

Il pourra toujours dire que c'est pour l'amour du prophète de Gurshad Shaheman

Théâtre

Véritable oratorio théâtral, Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète fait se rencontrer, de manière performative, paroles d’exilés, jeunes comédiens et composition électro-acoustique.

À la suite à de nombreux entretiens avec des personnes fuyant pour des raisons identitaires, politiques, les guerres ou les intolérances de leurs pays, le franco- iranien Gurshad Shaheman a réalisé avec le créateur sonore Lucien Gaudion une oeuvre scénique singulière. Une quinzaine d’acteurs partagent une parole qui circule à travers la salle, récusant toute mise en scène réaliste. Un partage des récits et des fragments de vie qui transforme l’espace en labyrinthe sonore. Le spectateur assiste à l’expression de la présence, où tout geste, même in me, est essentiel et accueille ces existences, ces traversées prises entre violence et amour, corps torturés et corps aimés. Avec cette deuxième création, Gurshad Shaheman affirme un art de la perception et du témoignage où le théâtre passe par les sens.
mardi 13 novembre mercredi 14 novembre à 20h30
Friche la Belle de Mai

Without damage de Mohamed Fouad

Danse

Un homme jaillit de l’obscurité pour laisser trace de sa présence sur le sol qu’il foule : c’est l’histoire de l’humanité.

Le danseur, Mohamed Fouad dessine à la craie et par le contact de son corps avec la terre, une errance : la nôtre. Il tournoie jusqu’à l’élévation. Il explore tous les chemins de l’horizontalité, ceux-là qui mènent à la position de l’être humain : la verticalité. Cette recherche chorégraphique est rythmée par une série d’interruptions qui laissent place à l’autre spécificité de l’Homme : la parole. Le danseur se fait interprète des questionnements qui sont les siens : le sens de l’art et sa marchandisation. Mohamed Fouad utilise les corps des spectateurs qui se prêtent au jeu et viennent, à leur tour, dessiner la trace de leur passage sur le plateau. Il les invite à prendre part à la marchandisaiton de l’interpétation, et contre une vingtaine de livres égyptiennes, achète une série de gestes que le spectateur lui assène: une gifle, une étreinte, une disparition. Jusqu’à l’impossible baiser.

Without Damage est une expérience sensorielle et interactive, drôle et sensible. Une ludique recherche chorégraphique qui questionne, grâce aux armes de l’humour et de la dérision, et avec la complicité du public, la force et les limites de l’art et de son interprète.
jeudi 15 novembre à 14h30
samedi 17 novembre à 22
Friche la Belle de Mai

Et Dieu ne pesait pas lourd...de Dieudonné Niangouna & Frédéric Fisbach

Théâtre

C’est l’heure des comptes. Il y a deux hommes en colère. Dieudonné Niangouna, auteur congolais, et Frédéric Fisbach, acteur et metteur en scène français.

Ils décident, un soir de fertile mélancolie, de lancer à la face du monde tel qu’il ne va pas cette fusée de mots, Et Dieu ne pesait pas lourd. Avec le sentiment d’une voix à porter haut, nécessaire, documentée et théâtrale. Et l’urgence de ré-occuper la tribune, avec cette charge littéraire et politique, sensible et féroce, contre l’injustice et tout ce qui menace notre humanité aujourd’hui. Le spectacle invite à aborder en belle confiance l’efflorescence d’un texte dru et profond, orchestration magistrale d’un récit aux riches digressions et aux thèmes enchevêtrés. Vigie bouillonnante, Frédéric Fisbach donne voix à un personnage au parcours équivoque, Anton, né à Grigny dans la périphérie de Paris, visiteur lucide de mondes interlopes, avec Timon et Philoctète dans le rétroviseur de la mémoire. Pris dans le vortex déréglé de la géopolitique contemporaine, il est tombé dans les filets d’une secte religieuse, qui le maintient captif, jusqu’à nouvel ordre. Et Dieu ne pesait pas lourd est le plaidoyer d’Anton face à ses geôliers, défense brisée de moments de rage ou de jubilation, le prêche mélancolique aux lèvres, et le regard écarquillé face à la faillite générale. Pour « tout dire jusqu’à l’épuisement ».
jeudi 15 novembre à 20h30
Théâtre Joliette

On m'a donné du citron j'en ai fait de la limonade de Lætitia Ajanohun

Théâtre

J’ai toujours eu une affection secrète pour l’imprévu, ce qu’on n’attendait pas. Être une auteure dramatique contemporaine africaine d’expression française c’est être avant tout un improbable.

Elle s’appelle Aminata. Celle qui est digne de confiance. Elle s’appelle aussi Soumbou. Celle qui fut désirée par son père et par sa mère. Et encore elle s’appelle Souwata Soudou Baba. De toute la famille paternelle c’est toi la plus belle. Elle vient de l’Ouest de l’Afrique plus précisément de Niamey, la capitale du Niger. Il y a cinq ans, elle a déserté Niamey pour Bruxelles. Un exil choisi et joyeux. Et pourtant, dès le début, une césure. Une sensation étrange d’être deux comme si une part d’elle était restée et une autre part était partie. Cela a duré trois ans. Trois ans à naviguer entre le « je » d’ici et le « je » de là-bas. On m'a donné du citron j'en ai fait de la limonade...
vendredi 16 novembre à 19h
samedi 17 novembre à 20h30
Friche la Belle de Mai

Bazin de Tidiani N'Diaye

Danse

Dans Bazin, Tidiani N’Diaye donne corps et forme à ce tissu et aux possibles rencontres qu’il génère dans la danse de la réappropriation; celle qui est pensée comme une allégorie de l’esprit malien, comme le récit d’un détournement et le mariage des multitudes.

Le dimanche à Bamako c’est le jour de mariage / Les bazins et les bogolans sont au rendez-vous chantent les musiciens maliens Amadou et Mariam. C’est sur cette même envie de mélopée, chorégraphique en l’occurrence, que Tidiani N’Diaye évoque ce tissu emblématique de son pays, le Mali.

Avec ce dernier, il retrace d’une part sa propre histoire ; celle d’un déplacement du Mali vers la France ainsi qu’une histoire plus vaste liée aux traces de la colonisation ainsi qu’aux géographies de la globalisation. Car si le bazin est teint au Mali, il est dans un premier temps fabriqué dans les usines allemandes ou chinoises avant d’être exporté vers l’Afrique de l’Ouest où il est transformé, magnifié et porté.
vendredi 16 novembre à 21h
samedi 17 novembre à 19h
Friche la Belle de Mai

As far as my fingertips take me de Tania El Khoury

Performance

À la croisée des arts plastiques et de la performance, les expériences proposées par Tania El Khoury, artiste installée entre Beyrouth et Londres, sont souvent une aventure solitaire pour le spectateur.

Pour commencer, tu mets un casque sur ta tête et tu glisses ton bras dans un trou à travers le mur. Une voix te parle. Elle est toujours là, douce, elle te guide. Des doigts vont te toucher, puis c’est une pointe qui te mord l’avant-bras. L’ambiguïté des sensations te plonge dans un trouble. Ta peau plie sous la pression, digitale et métallique, appliquée et continue, mais il n’y a pas de douleur. La voix s’est mise à te raconter une histoire, avec des mots et en chanson. In the boats, all the faces are stressed / Holding their breaths / Bracing their wounds / They've heard so much gun fire / They no longer feel anything (Dans les bateaux, tous les visages sont tendus / Retenant leur souffle /Pansant leurs blessures / Ils ont entendu tellement de coups de feu / Ils ne ressentent plus rien).

C’est un récit de notre temps, récit de migration obligée, commun et improbable, vécu, si actuel. La voix est celle de Basel Zaraa, un artiste palestinien, et il a dessiné quelque chose sur ton bras. Toi tu repars avec cette encre sur la peau. Combien de temps tiendras-tu sans regarder le petit dessin sur ton bras ? As-tu déjà saisi que tu emportes aussi ses empreintes à lui, le réfugié, noyées dans l’encre ?
jeudi 22 et vendredi 23 novembre de 17h à 21h
samedi 24 novembre de 15h à 19h
Friche la Belle de Mai

Trop d'inspiration de Monika Gintersdorfer & Franck Edmond Yao

Théâtre Danse

Après avoir créé La Jet Set, qui revenait sur l’histoire du Coupé décalé, né dans la diaspora ivoirienne à Paris, Monika Gintersdorfer et Franck Edmond Yao souhaitent continuer à rendre hommage à cette culture musicale et à ce style de danse qui font vibrer les nuits d’Abidjan et de Paris.

Cette fois, ils élargissent leur recherche à des tendances plus récentes, comme l’Afropop, et collaborent avec les membres les plus jeunes de leur nouveau groupe, LA FLEUR. N’dombolo, Coupé décalé, rap français et trap américain se mêlent avec bonheur et audace pour produire ces nouveaux sons et ces nouvelles danses. Les dédicaces (l’atalakou), les textes et les punchlines de ces morceaux portent la voix d’une nouvelle génération qui peut parler tout autant de la vie dans les banlieues françaises que de leurs pays d’origine. Dans la pièce, des jeunes amateurs de la région marseillaise occuperont le plateau avec les danseuses /danseurs /chorégraphes les plus « dangereux » du Coupé décalé : Alaingo, Annick Choco, Misha, Ordinateur ! Une rencontre explosive où danse et musique dépassent les frontières internationales.
jeudi 22 novembre à 20h + rencontre
vendredi 23 novembre à 20h30
Friche la Belle de Mai

Contre-enquête de Nicolas Stemann

Lecture

Nicolas Stemann s’inspire du célèbre roman de Kamel Daoud qui fait parler le prétendu frère de l’arabe tué par Meursault, le héros de L’Étranger de Camus et orchestre un jeu théâtral, aussi ludique que critique, pour interroger les rapports entre les cultures occidentales et arabes.

Dans L’Étranger, Meursault tue, un dimanche après-midi, l’Arabe à qui Albert Camus ne donne pas de nom. Dans Meursault contre-enquête, l’auteur algérien Kamel Daoud fait parler le prétendu frère de cette victime anonyme dont le crime est à l’origine de la profonde réflexion métaphysique du colon français sur la place de l’homme dans le monde. Dans cet hommage critique à Albert Camus, il pointe hypocrisies et responsabilités autant du côté de la France que de l'Algérie.

Le metteur en scène allemand Nicolas Stemann prend pour point de départ ce roman qui révéla l’écriture incisive de Kamel Daoud et poursuit son décryptage du sous-texte postcolonial et néolibéral qui sourd derrière l’actualité socio-politique de l’Europe contemporaine. Y aurait-il un lien entre la folie d’attentats apparemment motivés par la religion et l’histoire refoulée de l’oppression et du mépris coloniaux ?
samedi 1er décembre 19h30
Friche la Belle de Mai

Johan-Papaconstantino

Soirée de clôture

Concert de Johan Papaconstantino

Artiste multiforme et autodidacte, Johan Papaconstantino développe une esthétique musicale qui n’a pas tardé à se faire remarquer. Impregné des sonorités orientales de son enfance et des origines grecques de son père, les riffs et les textes qu’il compose témoignent également de ses in uences électro-pop. Issu d’un génération qui brouille joyeusement les frontières entre rock, funk, house ou rap, le jeune marseillais au phrasé nonchalant nous transporte dans un univers à la fois décalé et familier. Avec son jeu de scène minimal et l’écho enivrant de son bouzouki, celui qui est aussi plasticien promet une première partie euphorisante.
samedi 1er décembre à 20h30
Friche la Belle de Mai

Arabstazy

Créé par Amine Metani, également fondateur du label tunisien ethno-électro Shouka, ce jeune collectif de DJs et de producteurs situé entre Tunis, Paris et Berlin, revisite des patrimoines oubliés, entre transe mystique traditionnelle et transe moderne. Pensé comme un cadre ouvert, le collectif pluridisciplinaire propose une fusion très éloignée des clichés qui caractérisent la vague électro orientale très en vogue, notamment en France depuis quelques années.

Cette plongée savante et instinctive dans des patrimoines malmenés penche vers un panarabisme électronique, capable de faire exister les undergrounds tunisien, égyptien et même syrien dans une indépendance unie, autrement dit loin du dépoussiérage à l’occidentale.

Tropikal Camel, originaire de Jérusalem, désormais installé à Berlin collectionne les musiques traditionnelles d’Afrique du Nord pour les plonger dans des textures sonores chamaniques. Avec Metani, il viendra « empoigner le patrimoine », et nous embarquer sur des chemins déroutants, mais le risque de l’égarement conditionne celui du vrai voyage !
samedi 1er décembre de 21h à 1h
Friche la Belle de Mai

Infos pratiques

Les tarifs

Le site

Pour aller plus loin

Histoires à lire : top des librairies à Marseille
Nos coups de cœur pour ne pas rater votre rentrée littéraire

Histoires à lire : top des librairies à Marseille

Quel est l'objet utile à la sieste et à la plage ? Un bouquin ! On vous dit où les acheter sur Marseille.

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8
du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Chroniques, biennale des imaginaires numériques

Chroniques, biennale des imaginaires numériques

Pendant un mois et demi, vivez Marseille et Aix-en-Provence en suivant le parcours d'expositions et la programmation artistique, ainsi qu'en participant aux grands événements d'ouverture et de clôture. Une dizaine de lieux accueilleront la création contemporaine et numérique parmi lesquels la Friche la Belle de Mai, le Frac PACA, l'Hôtel Gallifet, le Pavillon Noir.
Pour cette première, Chroniques a le plaisir d'inviter le Québec pour honorer la création d'outre-atlantique en accueillant de nombreux artistes québécois et leurs nouvelles créations. Ils apparaîtront aux côtés d'artistes émergents régionaux et d'artistes internationaux dont les créations sont encore inédites.
La thématique de cette première édition vous conduira sur les voies de la lévitation - vers des points de vue en hauteur pour apprivoiser l'espace et regarder le monde autrement.
Chroniques est une itinérance artistique, poétique, politique, multiple inaugurée du 8 au 11 novembre 4 jours de lancement "orbital" mixant vernissages, performances, spectacles et concerts.
9 NOVEMBRE 2018 – 10 NOVEMBRE 2018
OUVERTURE DES EXPOSITIONS LÉVITATIONS
Marseille
Rendez-vous vendredi 09 novembre au vernissage de l'exposition Lévitations à la Friche la Belle de Mai. L'occasion de se rassembler pour le lancement de la biennale, d'écouter le Dj Set concocté par Seconde Nature Sound System aux Grandes Tables et de clore la soirée sur le dancefloor du Cabaret Aléatoire avec deux artistes qui ont contribué au renouveau de la techno : Peter Van Hoesen et Birth of Frequency
Chroniques est porté par un groupe d'acteurs sur le territoire d'Aix-en-Provence et de Marseille, et plus largement de la région, afin de promouvoir les nouvelles pratiques dans le champ artistique à l'ère du numérique.
Lieux Partenaires :
Le 3 bis f - Centre d'art, Aix - Les Allées, Cité du Livre
Amphithéâtre de la Verrière, Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur
La Friche la Belle de Mai - Gallifet Art Center
Le Cabaret Aléatoire, Le lieu 9 - Office du Tourisme
Le Pavillon Noir, thecamp, Site-mémorial du Camp des Milles
École Supérieure d'Art d'Aix-en-Provence, Fondation Vasarely
Galerie Art-cade

Agenda

Théâtre

Théâtre

Comédie, pièce classique ou théâtre contemporain : les scènes de Provence accueillent 1001 spectacles à applaudir en famille.

Voir le guide Théâtre
Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait raconte La Friche Belle de Mai

Fabrice Lextrait, l'un des fondateurs du projet de la Friche Belle de Mai est allé à la rencontre des acteurs qui ont fondé et développé le lieu culturel marseillais.

Le regard engagé de La France vue d'ici

Le regard engagé de La France vue d'ici

du 13 novembre 2018 au 10 février 2019

Née en 2014 pour dresser un état des lieux photographique de la France jusqu’en 2017, ce projet ambitieux vise à répondre à la nécessité de témoigner visuellement des mutations de la société française. Porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et Mediapart, elle regroupe 26 photographes, 4 journalistes et 46 reportages.

Traverser la lumière grâce aux peintres non figuratifs

Traverser la lumière grâce aux peintres non figuratifs

du 10 novembre 2018 au 31 mars 2019

Le musée Granet, institution phare de la ville d’Aix-en-Provence, présente sur près de 700 m2 et en plus de 100 peintures, une exposition rétrospective sur ce groupe d’artistes encore méconnu de l’art français d’après-guerre, représentants « la non-figuration ».

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

Georges Henri Rivière, voir c'est comprendre un monde en pleine transformation

du 14 novembre 2018 au 4 mars 2019

La nouvelle exposition du Mucem s’attache à dresser le portrait d’un homme, Georges Henri Rivière, qui incarne à lui seul certains des aspects les plus marquants de la culture au XXe siècle.

Du désir et des rêves à La Criée en 2019

Du désir et des rêves à La Criée en 2019

Saison 2018 / 2019

La Criée va vous saisir, vous séduire et vous troubler avec une saison 2018/2019 de désir et de rêves, d'artistes inclassables, visionnaires, intuitifs et virtuoses qui écrivent une autre partition du monde plus vraie encore que celle du dehors si bruyante.

Chroniques des imaginaires numériques

Chroniques des imaginaires numériques

du 8 novembre au 15 décembre 2018

Pendant plus d'un mois, Chroniques, biennale des imaginaires numériques, s’installe à Aix-en-Provence et Marseille. Événement international dédié à la création contemporaine à l’ère numérique, Chroniques invite connaisseurs, curieux ou néophytes à explorer les voies de la Lévitation

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Où commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918 ?

Novembre 2018

De nombreuses manifestations sont organisés en Provence pour commémorer le Centenaire de l’Armistice de 1918.

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

Chagall un dialogue du noir et blanc à la couleur

du 1er novembre 2018 au 24 mars 2019

L'Hôtel de Caumont à Aix présente une dimension inexplorée de l’œuvre de Marc Chagall, célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps. L’exposition, consacrée à la 2ème partie de sa carrière met en lumière son renouvellement artistique et révèle chaque étape de création de son œuvre à partir de l’année 1948 jusqu’à son décès, en 1985.

3 écomusées à visiter en Provence

3 écomusées à visiter en Provence

Mieux comprendre son territoire

Parce qu’il est important de savoir où on met les pieds quand on est en vacances et où l’on vit quand on est résident, visitez les 3 écomusées que nous avons dans les Bouches-du-Rhône.

C'est gratuit ! Les Tops du mois

C'est gratuit ! Les Tops du mois

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles, festivals gratuits à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de soirées originales.

Top spectacles pour Enfants

Top spectacles pour Enfants

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de spectacles ou propositions pour enfants, à passer en famille et à ne pas rater ! Nos coups de coeur, nos incontournables et des idées de sorties originales.

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

NOVEMBRE 2018

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.