Rencontre avec Lionel Escoffier, éleveur de brebis Mérinos d’Arles

Le gardien des traditions pastorales de Provence

Mis à jour le 18 janvier 2021
Par Virginie Ovessian
Par Virginie Ovessian

Photographe indépendante et fondatrice du compte @in_the_mood_for_arles, Virginie Ovessian exerce essentiellement dans les domaines culinaires, architecturaux et décoratifs... En 2019, elle publie l’ouvrage « Arles, petit guide de vie quotidienne » édité aux éditions Actes Sud.

Des bergeries impériales au prêt-à-porter : la laine Mérinos d’Arles est devenue la plus prisée d’Europe. Rencontre avec Lionel, éleveur de brebis au pelage sacré.

Lorsque Lionel Escoffier, éleveur de brebis mérinos au Mas de la Tapie à Aureille, parle de géologie, de biodiversité, de cardage de laine et de traditions, nous commençons à entrevoir la Provence différemment. Bien que la production ovine française soit confrontée à un grand nombre de défis et à une compétition accrue, Lionel Escoffier ne se plaint pas, regarde l’avenir sereinement, nous attendant devant l’enclos où nous venons le rencontrer en ce matin d’hiver au haut ciel bleu. Il nous livre, au cours de la journée de visite de son exploitation, les secrets qui font de son élevage, une économie florissante et une des grandes fiertés arlésiennes.

Sur le plateau de la Crau, un héritage de 6000 ans de vie pastorale à faire perdurer

Surplombé par Les Opies (point culminant à 496 mètres d'Altitude), Aureille, se trouve entre la chaîne des Alpilles et la plaine de la Crau. À mi-chemin entre les communes d'Eyguières et de Mouriès, Lionel est le maire de ce petit village paisible depuis 2020.
Petit-fils et fils d’agriculteur, après dix années passées à la chambre d’agriculture, Lionel reprend l'exploitation familiale de la ferme historique du mas de la Tapie en 2002. À la production de laine, s’ajoute celle de viande ovine ainsi que la vente de foin de Crau AOP. Cette exploitation, gérée par les 2 cousins et associés de Lionel, représente la plus grande partie du chiffre d'affaires de la ferme des Escoffier.
Lionel est fier de maintenir l'élevage initié par son père. Mais sur ces terres, c'est un double héritage qu'il porte. En effet, la steppe aride où Lionel aime venir se promener et méditer, connaît une tradition pastorale depuis plus de 6000 ans. C'est un endroit unique au monde. La géologie singulière qui sépare les terres caillouteuses de la Crau aux paysages vallonnés verdoyants des Alpilles, offre un lieu de pâture exceptionnel à ses troupeaux tout le long de l’année avant la tonte (en février et mars) et la mythique transhumance vers les alpages entre le mois de juin et d’octobre.

Sur la plaine de la Crau, Lionel perpétue une tradition pastorale

Sur la plaine de la Crau, Lionel perpétue une tradition pastorale ©VirginieOvessianPhotographe

Une laine qui tisse les histoires et des liens

En sortant ses brebis de l'enclos, Lionel nous en dit plus sur le travail de la laine. L'énumération des différentes phases de sa fabrication fait suite aux considérations pastorales : après la tonte, vient le premier tri, puis le lavage, le cadrage (le tri des petites brindilles suspendues à la laine), le peignage et la filature. Cette dernière étape fait partie d’un savoir-faire perdu en France qui aujourd’hui est principalement sous-traité en Italie. Lionel Escoffier travaille avec un négociant allemand qui fournit principalement des manufactures à Milan. Il collabore également aujourd’hui avec la maison de la Transhumance de Salon-de-Provence qui porte un projet de lancement d’une ligne de confection de vêtements de grande randonnée “La Routo”. Cette marque d’articles et d’accessoires de gentleman-farmer arlésien, au style chic et décontracté, sera disponible dans des boutiques et E-commerces à partir de 2022.

Sous la belle lumière d'hiver, les brebis mérinos sortent de leur enclos

Sous la belle lumière d'hiver, les brebis mérinos sortent de leur enclos ©VirginieOvessianPhotographe

La laine mérinos, des bergeries impériales au salon du prêt-à-porter de Milan

Des bergeries impériales au salon du prêt-à-porter de Milan, la laine mérinos est toujours un produit d'exception ©VirginieOvessianPhotographe

Le saviez-vous ?

Avec plus de 6 tonnes récoltées chaque année, la laine Mérinos d’Arles tient sa valeur exceptionnelle à la qualité de la race de ses brebis. L’arrivée de celle-ci est due au Roi Louis XVI qui en 1786, demanda à la Couronne d’Espagne, la permission d’importer la fameuse race de Mérinos en France. Devant le succès des premières bergeries nationales implantées à Rambouillet, Napoléon Bonaparte décide de fonder la Bergerie Impériale et Royale d’Arles en 1806. Des béliers Mérinos venus d'Espagne furent alors croisés avec des brebis locales. Ce croisement donna cette race d’une robustesse exceptionnelle qui fournit aujourd’hui, les plus belles laines de l’hémisphère nord. Considérées comme une des plus fines d’Europe, ces laines sont essentiellement utilisées par les manufactures pour créer ce que l’on nomme des vêtements de seconde peau : costumes, vestes, manteaux ou articles de randonnées et de ski.

Le seigneur des agneaux

Malgré une joyeuse colonie de plus de 3000 têtes, Lionel connaît ses bêtes par cœur. Au cours de la journée, ce n'est pas seulement une visite de sa ferme et une explication de son métier qu'il nous conte. C'est un petit cours pour mieux comprendre l'animal. Lionel explique par exemple aux citadins déconnectés de la nature que nous sommes, que les mères bêlent pour communiquer avec leurs petits, les prévenir de leurs déplacements. Une fois dans le champ, on ne les entend plus. Nouvelle surprise et oeil ébahi lorsque nous voyons ces toutes petites brebis bondir à plus de 50 cm du sol. "Ces petits sauts sont signes de bien-être" nous dit-il avant de fermer la porte de l’enclos. Sa passion, sa persévérance et son savoir-faire, ont fait de la laine Mérinos d’Arles une épopée aussi mythique que celle de la toison d’or.

A Aureille, le troupeau de brebis mérinos de Lionel compte 3000 têtes

A Aureille, le troupeau de brebis mérinos de Lionel compte 3000 têtes ©VirginieOvessianPhotographe

Autres articles

Les dîners insolites, de retour en juillet 2021

Les dîners insolites, de retour en juillet 2021

Vivez un repas hors du temps

Les dîners insolites par Marseille Provence Gastronomie et ICI Les Grandes Tables sont de retour en juillet aux 4 coins des Bouches-du-Rhône ! Découvrez la programmation et réservez vite !

Les caves coopératives en Provence, pour un vin durable

Les caves coopératives en Provence, pour un vin durable

De vieilles dames à la pointe de la modernité

Nées de la crise fin XIXème s., les coopératives vinicoles sont aujourd’hui solidaires et durables. De la vigne au vin, on vous en dit plus sur les caves coopératives des Bouches-du-Rhône.

3 marchés à faire à Aubagne

3 marchés à faire à Aubagne

Faire ses commissions et acheter ses santons

De passage à Aubagne, ne manquez pas ses marchés typiques de la Provence. Des paysans aux artisans, découvrez-y les talents de la ville de Pagnol.

Deuxième service pour Sauve ton Resto

Deuxième service pour Sauve ton Resto

Suivez le food truck sur les routes du département

"Sauve ton resto" remet le couvert jusqu'à la réouverture des restaurants. Cette fois c'est un food truck qui sillonne les Bouches-du-Rhône pour permettre aux restaurants locaux de faire de la vente à emporter. Bon ap' !

Planète Mazz, le brunch trois étoiles à emporter

Planète Mazz, le brunch trois étoiles à emporter

Des chefs de renom s'invitent dans le food truck d'Alexandre Mazzia

Alexandre Mazzia sait trouver les bonnes associations : dans ses assiettes… et en cuisine ! Dès le 28 mars, le brunch se prépare à 4 mains dans son foodtruck installé dans le 8e arrondissement de Marseille.

Quand l’opération « Sauve ton resto » inspire Arles & Allauch

Quand l’opération « Sauve ton resto » inspire Arles & Allauch

La dégustation continue

La Grande Tournée des Chefs dans le cadre de "Sauve ton resto" a fait des petits. Retrouvez de bons plats mijotés par les chefs d'Allauch et Arles à emporter !

Les rêveries d’une bergère philosophe

Les rêveries d’une bergère philosophe

Rencontre avec Mathilde Sainjon à Saint-Rémy-de-Provence

Et si une promenade bucolique nourrie de réflexions philosophiques se transformait en métier ? Mathilde Sainjon, bergère entre Le Dévoluy et Saint-Rémy-de-Provence nous enseigne l’art de protéger le vivant.

Le guide ultime pour consommer local dans les Alpilles

Le guide ultime pour consommer local dans les Alpilles

Produits locaux, de saison et de qualité à deux pas de chez vous

D’Aureille à Barbentane, en passant par Eyragues ou Maillane, le "consommer local" est à l’honneur dans les Alpilles.

Un marché paysan et artisanal chez Bière Academy

Un marché paysan et artisanal chez Bière Academy

Ce dimanche 28 février 2021

Ce dimanche 28 février, ne manquez pas la 6ème édition du marché artisanal et paysan de Bière Academy à Marseille.
Un rendez-vous locavore à ne pas manquer.

Cinq adresses où passer la St Valentin en Provence

Cinq adresses où passer la St Valentin en Provence

Nuitée romantique et dîner servi en chambre pour un dépaysement total

Un week-end en amoureux sous le soleil de la Provence, dans un cadre idyllique et romantique Cette année, faites une pause et célébrez la St Valentin à l’hôtel. Et pour changer du traditionnel repas au restaurant, cette année, le dîner sera servi en chambre.

Des menus de chefs à emporter pour la Saint Valentin

Des menus de chefs à emporter pour la Saint Valentin

Quels menus pour un dîner romantique de Saint Valentin ?

Cette année, Covid ou pas, les chefs de Provence mettent les petits plats dans les grands pour offrir à tous les amoureux de Provence, une belle Saint Valentin. Découvrez notre sélection d'adresses pour commander votre dîner romantique à emporter ou en livraison pour impressionner votre dulcinée ou votre chéri.

Il était une fois, les Knipping à Beaudinard, Aubagne

Il était une fois, les Knipping à Beaudinard, Aubagne

Les mains dans une terre chargée d'histoires

A Aubagne, avec une vue surplombante sur le Garlaban et les autres massifs environnants, se trouve la plaine de Beaudinard. L’agriculture a toujours rythmé la vie de ce hameau authentique. Rencontre avec Bruno et Jean Knipping pour qui le maraîchage est une histoire de famille.