Portrait de chef : Gérald Passédat

Chef étoilé et parrain de MPG2019, l'année de la gastronomie en Provence

Mis à jour le 17 juin 2019

À l’initiative du Département, l’année qui s’ouvre sera celle de la gastronomie dans le cadre d’un événement unique “Marseille Provence Gastronomie 2019”, placé sous le parrainage du chef triplement étoilé Gérald Passedat. Dans toutes les communes, de nombreux rendez-vous festifs et participatifs sont programmés pour célébrer les savoir-faire du territoire et mettre à l’honneur le talent de l’ensemble des acteurs de la filière de la gastronomie, du producteur au chef cuisinier, de la terre à l’assiette.

Enfant, Gérald Passedat navigue au cœur d’une famille aux accents méditerranéens. Un oncle pêcheur et rôtisseur de poissons, une tante exploitante agricole à St Jérôme, un « papi » italien qui cuisine, et son père aux commandes d’une des plus belles tables marseillaises. Des influences italiennes et espagnoles tournées vers la mer, et une touche de « terre grasse » du Quercy grand-paternel équilibrent ses racines.
Au Petit Nice, où il grandit, la Méditerranée est là, devant lui. Il y plonge avec sa bande de copains, entre peur enfantine et fascination, les fonds marins les attirent. Sauts acrobatiques depuis la corniche pour le frisson, échappées pour rejoindre l’ilot des Pendus et se régaler de violets et d’arapèdes…
A l’école, ce n’est pas le même engouement, l’enfant est plutôt contemplatif. A 16 ans, il file vite à Nice, passe son CAP/BEP, puis monte en région parisienne apprendre le métier. Le chef apprend patiemment, avec application, de Camélia à Bougival au Crillon en passant par le Bristol et Trois Gros. « La cuisine chez les Passedat c’est un sacerdoce, c’est monacal ». Gérald en retient le gout de l’effort et de l’abnégation. « On met du temps à acquérir certaines choses ».

Le fielas façon Gérald Passédat

De retour à Marseille, il intègre la brigade de son père comme commis, puis 10 ans plus tard devient second de cuisine. C’est à 35 ans seulement qu’il devient chef de cuisine. Depuis l’époque à laquelle son accent était moqué, où les « marseillais étaient pris pour des lardons », il est animé par le même moteur, « faire reconnaître Marseille au point de vue gastronomique ».
A la recherche d’une forme d’épure, tant pour le goût que pour la santé, il puise son inspiration autour de lui, pêcheurs, petits producteurs, il s’agit de « magnifier le produit, son essence et sa quintessence ».
Le Petit Nice décroche une 3ème étoile, le chef installe ses cuisines au Mucem, puis chez Louison à Château Lacoste. La rencontre entre l’art et la cuisine le ravit. Les rencontres également. « C’est un métier dont je suis fier, c’est passionnant, la cuisine apporte une émotion, les gens et les artistes y sont particulièrement sensibles ». 2019, la mythique Brasserie du Lutetia à Paris reprend du service et c’est le chef marseillais qui en prend les rênes avec beaucoup de fierté « Je mesure ma chance ».

Dessert fruité façon Gérald Passédat

Sa cuisine est un manifeste pour l’éducation du goût, une vision, un cap à tenir. « La Méditerranée, la rareté des produits, il faut l’inculquer aux nouvelles générations, les sensibiliser. Chaque cuisinier qui se respecte travaille les matières de son pays, de son territoire, je suis territorialiste ! Le respect de la Terre c’est le bon sens. MPG2019, c’est un mouvement de vie, il faut saisir cette opportunité, et enfin commencer à faire rayonner Marseille vers la gourmandise, la gastronomie, la haute gastronomie. ». Le parrain de l’événement est animé par « une empathie sincère pour tous les gens qui font cette ville. « MPG2019 c’est un projet commun de bonne aventure gustative. »
Depuis ses cuisines, Gérald Passedat ne va pas bien loin pour se ressourcer, l’Anse de Renecros à Bandol et les Alpilles ont ses faveurs. « J’adore ma région, mes vacances ne sont plus au bout du monde ».

Rencontre

Vous êtes le parrain de l’Année de la Gastronomie, qu’attendez-vous de cet événement ?

Gérald Passedat : Je suis heureux de cette belle initiative et fier d’en être le parrain. Je suis marseillais et j’aime profondément cette ville. J’espère que le grand public portera un nouveau regard sur Marseille et le territoire, un regard que l’on porte aisément sur une belle métropole. Cette année 2019 doit être un élan fabuleux pour notre territoire culinaire, pour une nouvelle génération de chefs talentueux et de producteurs passionnés que le public doit découvrir.

Le territoire provençal attire de plus en plus de talents de la gastronomie, comment expliquez-vous ce nouveau souffle ?

G. P. : La Méditerranée, depuis mon enfance, j’y plonge et m’y nourris. Entre la mer, les rochers et l’aridité de l’arrière-pays, les sources d’inspirations sont inépuisables. 2 600 ans de culture et de plaisirs culinaires doivent également rester dans nos mémoires. Inutile d’aller se fondre dans la mondialisation.
Notre cuisine est plus vivante que jamais, élaborée à partir de produits simples, l’huile d’olive, les épices, les légumes, les céréales, que l’homme a su magnifier... des traditions séculaires issues du régime crétois qui nous régalent encore aujourd’hui.
Raconter sa propre vision de sa région est à mon sens essentiel pour tout cuisinier. La cuisine doit être le garant d’une culture d’intelligence, de choix de nos producteurs et prendre en considération la culture bio et la pêche raisonnée.
Elle doit être de tous les combats pour la défense de la nature et ainsi devenir un exemple pour les jeunes générations. C’est aussi cela le travail d’un cuisinier. La cuisine marseillaise et provençale est un catalyseur de la Méditerranée.

C’est pour cela que vous avez créé l’association Gourméditerranée ?

G. P. : En 2012, j’ai créé l’association “Gourméditerranée” afin de valoriser la cuisine marseillaise et provençale, la culture gastronomique méditerranéenne, le régime crétois qui est si bénéfique. L’objectif était de fédérer les énergies pour promouvoir les chefs, les producteurs et attirer de nouveaux talents dans la cité phocéenne et la région. Cette dynamique est réelle aujourd’hui avec plus de 60 talents, la créativité fait perdurer notre richesse territoriale.

En tant que “porte-parole” de la gastronomie provençale, quels messages souhaiteriez-vous faire passer ?

G. P. : Que Marseille et la Provence aient une place décente au sein de la Méditerranée et de l’Europe, qu’elles retrouvent leur prospérité et leur richesse culturelle d’antan, et deviennent une nouvelle scène gastronomique majeure. En somme que cette énergie aille dans le bon sens afin de donner envie à nos enfants de s’établir ici…

Pour aller plus loin

MPG 2019
Une année de la gastronomie en Provence

MPG 2019

MPG2019 est un événement inédit qui se déploiera sur l’ensemble du territoire des Bouches-du-Rhône pour célébrer l’art populaire de la gastronomie de mars à décembre 2019.

FOOD
Cuisine du peu, cuisine du bon... vous saurez tout sur la gastronomie et l'oenotourisme en Provence. On se met à table ?

FOOD

C'est un bistrot comme on les aime : formules express à midi pour ceux qui travaillent et carte plus élaborée le soir pour ceux qui prennent le temps. Pour tous, uniquement des produits frais de saison, au fil d'une carte variant au gré du marché, où retrouver toujours deux plats-phares : souris d'agneau de Sisteron au miel de lavande et tatin de tomates vertes. L'établissement fait partie du " Collège culinaire de France ", créé par des chefs soucieux de transmettre l'identité de la cuisine française.

MPG 2019, une année consacrée à la gastronomie en Provence
Préparez vos papilles, 2019 va être une année extrêmement gourmande !

MPG 2019, une année consacrée à la gastronomie en Provence

Le Département des Bouches-du-Rhône a décidé de faire de 2019 une année entièrement consacrée à la gastronomie. Sur l’ensemble du département, 2019 sera ponctuée d'événements autour de la gastronomie. Marchés, spectacles, démonstrations et ateliers culinaires, manifestations, conférences, il y en aura pour tous les goûts et toutes les envies !

Autres articles

L'oeil de Sainte Nana

L'oeil de Sainte Nana

Sur le Vieux-Port de Marseille, Nana, gardienne des yeux de Sainte Lucie

My Provence présente "Jour de marché " : chaque mois, l’équipe se faufile entre les étals des plus beaux marchés provençaux pour tirer le portrait de la crème de la crème des paysans et artisans locaux ! Rencontre avec Nana qui vend les yeux de Sainte Lucie sur le Vieux-Port de Marseille

Recette de Noël en Provence : du poisson pour le réveillon

Recette de Noël en Provence : du poisson pour le réveillon

La recette de Noël de Ludovic Turac

En manque d'idée pour le menu du réveillon ? Prenez un bon poisson et suivez la recette du chef Ludovic Turac. La rascasse des côtes marseillaises façon bouillabaisse va en impressionner plus d'un !

Christian Qui lance la bouillabaisse du turfu à emporter

Christian Qui lance la bouillabaisse du turfu à emporter

Une bouillabaisse fraîche, locale et à emporter ?

A commander avant le 17 décembre 2020 minuit, la bouillabaisse du turfu, par Christian Qui, va débarquer dans votre assiette.

    Lucie et Frédéric Paez, producteurs de poutargue à Port-de-Bouc

    Lucie et Frédéric Paez, producteurs de poutargue à Port-de-Bouc

    Une spécialité à laquelle penser pour son menu de Noël

    Lucie et Frédéric Paez fêteront bientôt leurs 10 ans à la tête de la conserverie artisanale La Saveur des Calanques. Leur spécialité ? La poutargue de muge, un produit d’exception fortement ancré dans le patrimoine local.

    Les rendez-vous « Accords Mets de Fêtes & Vins » au Château de Beaupré

    Les rendez-vous « Accords Mets de Fêtes & Vins » au Château de Beaupré

    Trois week-ends épicuriens dans un domaine viticole d’exception

    Avec votre verre, vous prendrez plutôt de la truffe, des huîtres ou du chocolat ?

    Jérôme Laplane, ce géant vert

    Jérôme Laplane, ce géant vert

    Portrait d'un paysan militant au cœur très grand

    My Provence se faufile à travers les étals des meilleurs marchés provençaux pour tirer le portraits de la crème de la crème des paysans locaux ! On commence par Jérôme Laplane rencontré au marché du Cours Julien à Marseille

    Participez à un cours d’oenologie 2.0 avec le Château La Coste

    Participez à un cours d’oenologie 2.0 avec le Château La Coste

    Chaque jeudi et vendredi de décembre

    Depuis le 3 décembre, chaque jeudi et vendredi de 19h à 20h, le Château La Coste s’invite chez vous pour une dégustation virtuelle !

    Suivez la Grande Tournée des Chefs

    Suivez la Grande Tournée des Chefs

    Le bus Marseille Provence Gastronomie reprend la route en janvier 2021

    Après le succès de l'édition de décembre 2020, le bus Marseille Provence Gastronomie revient dans les Bouches-du-Rhône en janvier pour vous régaler.

    Trouvez les agriculteurs autour de vous avec 13 Envies

    Trouvez les agriculteurs autour de vous avec 13 Envies

    La nouvelle plateforme interactive des producteurs des Bouches-du-Rhône

    Pour consommer en circuit court, passer un séjour à la ferme, découvrir les coulisses de la culture ou fabrication de produits locaux, rendez-vous sur la plateforme 13 Envies.

    A la rencontre des producteurs d'Istres

    A la rencontre des producteurs d'Istres

    7 vidéos pour mieux les connaître

    Maraîcher bio, producteurs de foin ou de bière... Découvrez en vidéo ces istréens qui font vivre leur territoire.

    A emporter ou livré : Gourméditerranée dans votre assiette

    A emporter ou livré : Gourméditerranée dans votre assiette

    La liste des resto à emporter + un drive solidaire s'il vous plait

    Plutôt récupérer un dîner 5 étoiles au Passédat drive, ou se faire livrer le souper avec la bouillabaisse de Gilles Carmignani ? Qu’importe, les deux sont possible ! En prime, un drive solidaire sur le parvis de l'Intercontinental

      Confinement : les marchés alimentaires restent ouverts

      Confinement : les marchés alimentaires restent ouverts

      Bonne nouvelle locavore

      Bonne nouvelle pour les locavores, les marchés alimentaires des Bouches-du-Rhône restent ouverts pendant le confinement qui a débuté le 29 octobre 2020.