Mordre la machine et un amour de collection au [mac]

du 26 septembre 2018 au 24 février 2019

Publié le 15 octobre 2018 Mis à jour le 15 octobre 2018

Du 26 septembre au 24 février 2018, le [mac] Musée d'Art Contemporain de Marseille présente en collaboration avec le festival Actoral, dont l'ouverture a lieu le même jour, "Mordre la machine" une exposition monographique du plasticien Julien Prévieux.

Elle met en avant le caractère précurseur d’une démarche qui s’est propagée à toute une génération d’artistes créant des œuvres dans le contexte des transformations globales induites par internet. 
La fluidité apparemment sans contraintes des réseaux est sous-tendue par une réalité très concrète de câbles et data centers. Le travail de Julien Prévieux se situe dans ces modalités de traduction, entre les données informatiques et des mises en forme parfois artisanales, mais aussi entre deux temporalités. Il y a dans son exposition des échos "anticipés" à des questions de notre époque.

Si Julien Prévieux conçoit son œuvre en écho à la mise en données et en information du monde, en donnant notamment à voir les données autrement, il interprète cet arrière-plan pour mieux produire des formes, des expériences singulières et des stratégies critiques.

En séquence 2 est proposée "Un amour de collection", exposition de l'artiste Yves Gellie, qui au cours des dix dernières années a montré son intérêt pour la relation hommes/machine. En 2017, il a rejoint, un laboratoire de recherche, étudiant l'impact de l'interaction des robots avec les patients souffrants de la maladie d'Alzheimer, afin de développer, avec l’aide de son collaborateur Maxime Jacobs, son propre protocole de travail pour créer un éventuel dialogue entre ces deux identités (humaine et artificielle). Ce travail se présente comme une série de scènes montrant les premières rencontres entre un robot humanoïde et un être humain.

PatternsOfLife

Pickpocket

Mordre la machine

Entre humour absurde et tentative de révolte, l'artiste français Julien Prévieux développe des stratégies qui s’appliquent à décrypter notre monde. L'artiste grenoblois immisce sa pratique artistique dans divers domaines, des "mondes" aussi variés que l'économie, la politique, les technologies de pointe, ou l’industrie culturelle, à l’instar de ses Lettres de non-motivation qu’il a adressées à des employeurs pendant 7 ans en réponse à des annonces consultées dans la presse, détaillant les motivations qui le poussent à ne pas postuler, publiées aux éditions Zones/La Découverte en 2007.

L'exposition proposée au [mac] regroupe une vingtaine d’œuvres de l'artiste, récentes ou réalisées spécifiquement pour l’occasion. C'est une véritable anthologie proposant une lecture spécifique de son travail.

Le parcours élaboré met en avant les notions d’expérience et de programme : économique, social, informatique, ou architectural. Déjà à l’œuvre dans ses Lettres de non-motivation, on les retrouvera dans une nouvelle série de photographies réalisées avec un système de Machine Learning ou dans une installation créée pour l’occasion utilisant un langage graphique conçu pour communiquer avec les singes.

En savoir plus : www.previeux.net

PatternsOfLife

Julien Prévieux, Have a Rest, 2007 Sycomore, hêtre, cuir, médium, 350 × 300 × 180 cm
 Collection : Musée d’art moderne et contemporain Saint-Etienne Métropole Copyright photo : Marc Domage
Julien Prévieux, Have a Rest, 2007 Sycomore, hêtre, cuir, médium, 350 × 300 × 180 cm
 Collection : Musée d’art moderne et contemporain Saint-Etienne Métropole Copyright photo : Marc Domage

Cette sculpture est une réplique d’un superordinateur imaginé par Seymour Cray en 1977 pour la NSA (National Security Agency - l’agence de sécurité nationale américaine responsable de la collecte et de l’analyse des communications). À l’époque, sa phénoménale capacité de traitement des informations de même que son design coloré et ergonomique en font un symbole d’utopie scientifique et l’instrument clé d’une volonté de contrôle. L’artiste s’attaque à ce monstre technologique pour en offrir une version artisanale, décolorée et vidée de son contenu. Cette machine fantôme apparaît à la fois comme une ruine, un totem, et un simple meuble sur lequel les visiteurs peuvent venir se reposer.

Julien Prévieux, Patterns of Life, 2015 Vidéo HD, son, 15’30’’  Copyright photo : Julien Prévieux
Julien Prévieux, Patterns of Life, 2015 Vidéo HD, son, 15’30’’ Copyright photo : Julien Prévieux

Patterns of Life recompose une histoire de la capture des mouvements. De l’enregistrement des marches pathologiques par Georges Demenÿ à la fin du 19e siècle jusqu’au « renseignement fondé sur l’activité » de la National Geospatial-Intelligence Agency (agence de renseignement géospatial du département de la Défense des États-Unis), le film revient sur la généalogie de la quantification et de la visualisation des mouvements et sur
les différentes façons de donner sens aux enregistrements des déplacements des corps. Plusieurs personnages, interprétés par des danseurs de l’Opéra de Paris, traversent six expériences exemplaires de la mesure du mouvement, en traitant protocoles et résultats scientifiques comme autant d’instructions chorégraphiques activées dans des décors spécifiques. Le film éclaire les implications politiques, économiques ou militaires de ces différentes expériences.

Julien Prévieux, Anthologie des regards, 2017 Laine et colle à chaud, dimensions variables Vue d’exposition, Blackwood Gallery, Toronto Copyright 
photo: Toni Hafkenscheid
Julien Prévieux, Anthologie des regards, 2017 Laine et colle à chaud, dimensions variables Vue d’exposition, Blackwood Gallery, Toronto Copyright photo: Toni Hafkenscheid

Pour l’exposition Mordre la Machine, Julien Prévieux enregistre les regards de sept étudiants de l’école supérieure d’art et de design Marseille Méditerranée sur un ensemble d’œuvres des collections permanentes du MAC. Il s’appuie sur un protocole utilisé notamment par le marketing pour déchiffrer l’attention visuelle des consommateurs : l’oculométrie. Loin de toute volonté d’optimisation visuelle, il s’agirait ici de considérer pour elles-mêmes les productions géométriques engendrées par ces enregistrements. Le public est invité à regarder des œuvres reproduisant la trace du parcours de la pupille sur d’autres œuvres. L’exposition initiale n’est alors plus visible que sous la forme de traces, de regards fantômes. La célèbre phrase de Duchamp, «le regardeur fait le tableau», n’a jamais été aussi vraie.

Julien Prévieux, Portraits-vitesses, 2015 Pierres taillées, dimensions variables 
Copyright photo : Julien Prévieux
Julien Prévieux, Portraits-vitesses, 2015 Pierres taillées, dimensions variables Copyright photo : Julien Prévieux

Le développement des procédés de schématisation du mouvement permettrait d’identifier une personne au moyen de son
« empreinte cinétique », comme il est possible de le faire à partir d’une empreinte digitale. Julien Prévieux recourt à cette technique pour s’adonner à un genre multiséculaire: l’autoportrait. Pendant une semaine, chaque jour, il a enregistré ses accélérations. À partir de ces sept enregistrements, il a ensuite fait réaliser autant de petites sculptures de pierre à facettes, aux accents futuristes. Une façon de détourner tout à la fois le dessein policier de tels enregistrements et l’art de l’autoportrait.

Julien Prévieux, What Shall We Do Next? (Sequence #2), 2014 Vidéo HD, son, 16’47’’
Julien Prévieux, What Shall We Do Next? (Sequence #2), 2014 Vidéo HD, son, 16’47’’

Ce film d’animation se
présente comme une « archive des gestes à venir ». Ces gestes sont liés à des brevets pour l’invention de nouveaux appareils, déposés auprès de l’agence américaine USPTO. Le fonctionnement de ces machines (tablettes, téléphones portables, consoles de jeux...) nécessite des actions qui sont spécifiées et « copyrightées » alors même que l’objet n’existe pas forcément. Constatant que la technologie joue le rôle d’un prescripteur de comportements, qui relèvent de plus en plus de la propriété privée, l’artiste s’approprie ces gestes et les soustrait à leur fonction utilitaire. Il imagine un enchaînement de figures qui semblent flotter à la surface de l’écran et transforme la vidéo de démonstration en abstraction chorégraphique.

Séquence 2 : « Un amour de collection »

Le ré-accrochage de la collection après le départ de Quel Amour !? poursuit sur le thème en l'ouvrant sur le dernier état des pratiques expérimentales réalisées par l'artiste Yves Gellie en collaboration avec Maxime Jacobs. Elle représente la transformation en cours hommes / machine en confrontant des robots humanisés aux patients de maisons de retraite ou aux personnes désorientées en centres et immortalise la rencontre au travers d'une série de photos et d'une vidéo.

Ses propositions inédites accompagnent et complètent un ensemble choisi parmi les œuvres de la collection par l'équipe d'accueil des publics du MAC en relation pour une part avec le thème de l'amour mais aussi en corrélation avec l'exposition de Julien Prévieux.

YVES GELLIE

YVES GELLIE

YVES GELLIE avec la collaboration de Maxime Jacobs

Humanoïde Nao, série photographique
Ce travail photographique appartient à une série de portraits de Nao, un robot humanoïde équipé du logiciel Zora, lors de sa rencontre avec des patients des hôpitaux ou des centres spécialisés pour le traitement de la maladie d'Alzheimer, de l'autisme et de la démence. Chaque photographie représente une "mise en scène" résultant d'une conversation avec les patients. Elle capture leur souhait d'avoir un compagnon robot pour jouer ou interagir.

White room, vidéo
France, Clamart, Maison Ferrari «Installation sécurisée pour les personnes désorientées», avril et mai 2018.
Cette vidéo de 13 minutes a été tournée dans la salle blanche, un salon de la Maison Ferrari à Clamart, en France, dont les résidents souffrent de troubles cognitifs ou comportementaux et de démence. Les patients se rassemblent dans cet espace commun où le contact avec le robot est assez aléatoire et où peut observer l'adaptation de Nao et des patients aux rencontres et aux activités. Comme pour sa série de photographies, le concept de Gellie est de saisir les relations fantasmées entre l'être humain et la machine, offrant ainsi place aux spéculations sur le rôle de ces robots humanoïdes dans le futur.

La vidéo explore l'interaction du robot à travers son dialogue et ses gestes mais aussi sa propre capacité à entreprendre une relation avec un être humain. Elle matérialise également les différents niveaux d'empathie démontrés par les patients lorsqu'ils interagissent avec Nao.

Gethan&Myles

GETHAN&MYLES

Le binôme anglo-irlandais Gethan&Myles sera également présent en tant que guest au sein de l'exposition « Un amour de collection ». Formé en 2008, le duo construit un projet autour d'un contact au monde réel concret, et du partage de celui-ci. Il met en scène la capacité de l'art à enrichir la compréhension du réel à travers des installations, des photographies, de land-arts, des livres, des vidéos, ou encore des œuvres textuelles.

« Euphorie. Allégresse. Légèreté. Vol.
Le 16 juillet 2011, Gethan&Myles ont fait l'ascension du Mont Ventoux. Pendant la descente, grâce à une combinaison de vitesse (autour des 80km/h) et sa mauvaise posture renommée, le vélo de Myles a commencé à décoller de la chaussée. D'abord la roue avant devient légère. Quand il la stabilise en appuyant sur le guidon la roue arrière commence à “flotter“ à son tour... Le vélo vole. Quand Gethan arrive en bas elle a des crampes... dans les joues... à force de sourire pendant toute la descente.
Au bon vieux temps avant l'arrivée des cadres en carbone des coureurs cyclistes perçaient leurs cadres en acier pour les alléger. Inévitablement ils allaient trop loin quelquefois et le cadre lâchait sur la route.
Le “vélo-objet“ que l'on regarde au lieu de faire rouler est une triste chose. Ce vélo a roulé pendant 30 années. Avant sa transformation, son cadre, un Vitus 979, était devenu dangereux. »

Infos pratiques

Infos pratiques

Musée d'Art Contemporain [mac]
Du 26 septembre 2018 au 24 février 2019
69 avenue d'Haïfa, 13008 Marseille
04 91 25 01 07

Du 18 septembre à mi-mai : du lundi au dimanche de 10h à 18h

Découvrir

Pour aller plus loin

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8
du 11 octobre 2018 au 26 janvier 2019

Coup de projecteur sur la Photographie Marseille #8

Plus d’une trentaine d’événements photo vous attendent, un véritable parcours dans la ville à la rencontre des photographes d’aujourd’hui, une programmation foisonnante pour ce 8ème festival La Photographie Marseille. Au programme : des expositions, des projections, des rencontres, des conférences…

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien
à partir du 6 octobre 2018

Les oeuvres inédites de Vasarely Plasticien

Un nouveau parcours de visite et de médiations culturelles permettront aux visiteurs de la Fondation Vasarely, de découvrir l’univers plastique du Maître, depuis ses débuts de graphiste jusqu’à la réalisation de ses intégrations monumentales.

13 musées à découvrir dans le département !

13 musées à découvrir dans le département !

Le département des Bouches-du-Rhône n’est pas avare en proposition culturelle. My Provence Culture vous propose un petit guide des 13 musées immanquables lors de votre séjour dans le département.

Agenda

Marseille

Marseille

Un film au Prado, une expo à La Friche Belle de Mai ou un concert au Dôme, sans oublier les festivals d'été et marchés d'hiver : tout l'agenda culturel.

Voir le guide Marseille
Expositions

Expositions

Art, histoire ou sciences naturelles : découvrez toutes les dates des expositions en Provence.

Voir le guide Expositions
MUSÉES

MUSÉES

Voir
Tout l'agenda culturel

Autres articles

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

Que faire pendant les vacances de la Toussaint?

du 20 octobre au 4 novembre 2018

Que faire pendant ces vacances ? Comment occuper nos petits et nous distraire sans partir à l'autre bout du monde? Voici les propositions de My Provence Culture, tout en plaisir, tout en émotion.

Abstraction Disparition Réinvention au Festival Parallèle

Abstraction Disparition Réinvention au Festival Parallèle

du 26 janvier au 3 février 2019

Le Festival Parallèle nous invite, le temps d'un, deux, quatre, dix spectacles, le temps de circuler dans cet espace singulier, accueillant et chaleureux, à une autre lecture du réel. Il nous invite à célébrer la puissance de la multitude et de la diversité, à repenser le commun, à nous abandonner, confiants, aux pouvoirs de l'imaginaire.

Les Élancées, 20 ans d’émotions partagées !

Les Élancées, 20 ans d’émotions partagées !

du 1er au 10 février 2019

Le festival des Arts du Geste Les Élancées revient et fête cette année ses 20 ans ! Une programmation exceptionnelle mêlant danse et cirque à découvrir sur l'ensemble du Territoire Istres-Ouest Provence ! 20 ans d'émotion en partage!

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

Les Muséiques, concerts au coeur des musées

du 20 janvier au 7 juillet 2019

Marseille Concerts vous convie, chaque mois, à des moments de musique dans les Musées de Marseille. Ces concerts gratuits, mariés aux expositions, proposent de mettre en avant les talents de notre département!

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

Suspense pour la Finale régionale des Inouis du Printemps de Bourges

31 janvier & 1er février 2019

Venez découvrir en live ceux qui feront la scène de demain. 8 groupes PACA ont été sélectionnés sur écoute par un jury de professionnels et se présenteront sur scène pour une ultime étape en sélection live pour être sélectionnés au Printemps de Bourges en avril 2019, un véritable tremplin pour leur carrière ! Qui va gagner? Suspense...

Les Tops du Cirque

Les Tops du Cirque

du 11 janvier au 10 février 2019

Notre département accueille le plus grand festival de cirque du monde, alors on ne va pas passer à côté d'émotions à couper le souffle, d'émerveillements, de furieuse envie de s'envoler ! Découvrez notre sélection des spectacles de cirque à ne pas rater à l'occasion de la Biennale des arts du cirque et du festival les Élancées. Voici nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites partout dans le département.

Rachel Rache de Andrade et Guy Carrara, les équilibristes de joie

Rachel Rache de Andrade et Guy Carrara, les équilibristes de joie

Rachel Rache de Andrade est née à Rio, et Guy Carrara dans le Béarn. C’est dans le Sud qu’ils se sont rencontrés, pour ne plus jamais se quitter. Leur rencontre a bien sûr changé leur vie. Et la vie des arts du cirque en France et dans le monde.

Le TOP des Tops

Le TOP des Tops

JANVIER 2019

Découvrez chaque mois notre sélection de petits concerts, de pièces de théâtre, de fêtes traditionnelles, de spectacles de danse ou pour enfants et de petites expos à ne pas rater. Nos coups de coeur, nos incontournables, nos pépites et des idées de soirées originales.

La Pastorale Maurel à Allauch, "Qu'es acò" ?

La Pastorale Maurel à Allauch, "Qu'es acò" ?

Les samedis 19 & dimanches 20, 26 & 27 janvier 2019

Avec ses personnages aussi pittoresques que cocasses, cette pièce écrite en 1844 par Antoine MAUREL, revisite les grands moments de la Nativité en Provence, du réveil des bergers à leur arrivée à l’étable devant l’enfant Jésus.

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !

La Biennale des Arts du Cirque, plus grand festival de cirque au monde !

du 11 janvier au 10 février 2019

Avec Archaos, dont la réputation n’est plus à faire lorsqu’il s’agit d’atteindre l’impossible dans l’éclectisme des écritures actuelles du cirque, l’émotion sera à la hauteur de l’engouement populaire.

Traversée des apparences

Traversée des apparences

du 12 janvier au 24 février 2019

Onze des artistes les plus marquants ou prometteurs du renouveau de la magie Nouvelle, pour une Traversée des apparences mystérieuse, poétique et festive. Une expérience visuelle, où résonance et silence répondent au burlesque et à l’absurde pour qu’il ne reste plus que l’expérience interactive ou immersive de la Magie elle même.

Top des petites Expos

Top des petites Expos

JANVIER 2019

Découvrez en avril notre sélection de petites expos à ne pas rater. Nos coups de cœur, nos incontournables, nos pépites, de petites surfaces ou des lieux insolites.